Melon (cépage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Melon.
Melon B
Melon (cépage)
Grappe de melon B.
Caractéristiques phénologiques
Débourrement À compléter
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité À compléter
Caractéristiques culturales
Port semi érigée
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique À compléter

Le melon B[1] (ou melon de Bourgogne) est un cépage blanc de cuve français. Cette variété de vigne est originaire du vignoble de Bourgogne ; peu utilisée dans sa région d'origine, elle est très répandue en Loire-Atlantique sous le nom de muscadet (appellations muscadet, muscadet-sèvre-et-maine, muscadet-côtes-de-grandlieu et muscadet-coteaux-de-la-loire).

Origine[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le melon est un cépage bourguignon, mais sa culture y est négligeable depuis longtemps. Il est introduit vers 1635[2] sur les coteaux de la Loire où il s'est définitivement imposé après l'hiver 1709 et sa résistance relative au terrible froid qui gela la mer[3]. Cette année-là, -23,1 °C fut relevé à Paris les 13 et 14 janvier[4].

L'importance de sa culture en Loire-Atlantique est liée à la demande des négociants hollandais au XVIIIe siècle[5].

En 1999 des chercheurs de l'Université de Californie à Davis ont soumis 322 échantillons de vigne à des analyses génétiques poussées. En tout, 16 cépages, dont le melon B sont le résultat de croisements entre le Gouais blanc et le Pinot. Il s'agit de la famille des Noiriens.

Aire géographique[modifier | modifier le code]

En France, sa culture occupe plus de 11 000 hectares dont la majeure partie pour les appellations Muscadet. Il occupe le plus grand vignoble monocépage blanc d'Europe[2].

Variabilité génétique[modifier | modifier le code]

Clones[modifier | modifier le code]

Dix clones, tous multipliés, ont été homologués et la prospection continue dans le vignoble du muscadet pour préserver le maximum de familles différentes[6].

Mutations[modifier | modifier le code]

En 1995, une mutation rose est spontanément apparue sur un rameau d'un cep au Landreau. Le vigneron l'a multipliée par greffage. Elle s'est révélée stable dans le temps et des chercheurs vont implanter une parcelle d'essai. Avant de prétendre être homologué, deux parcelles vont être plantées, une chez le découvreur, une en centre de recherche, en 2010. Après au moins trois vinifications pendant 5 années d'expérimentation, son dossier pourra être monté. Il a été nommé melon rouge de Bretagne, intégrant sa couleur et l'identité bretonne du vignoble nantais, et déjà une légende attribue sa couleur aux effets d'une belle vendangeuse[7].

Synonymie[modifier | modifier le code]

Le melon de Bourgogne est connu sous les noms de Synonyme: biaune, bourgogne blanche, bourgogne vert, bourguignon blanc, feuille ronde, gamay blanc, gros auxerrois, grosse Sainte-Marie, malin blanc, melon, melon Blanc, melon de Bourgogne, muscadet, perry, petit muscadet, petite bourgogne, pétoin, pétouin, pourrisseux, roussette basse C'est un cépage moyennement vigoureux donnant une production régulière. Il donne un vin blanc agréable et peu acide.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Grappe de melon en pleine floraison
  • Extrémité du jeune rameau cotonneux à liseré rouge.
  • Jeunes feuilles jaune-vert.
  • Rameau à entre-nœuds vert ou à faibles raies rouges.
  • Feuilles adultes orbiculaires, entières, avec un sinus pétiolaire peu ouvert ou fermé, des dents à bords rectilignes, un limbe révoluté.
  • Grappes de petite à moyenne taille et baies petites et arrondies.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Culturales[modifier | modifier le code]

Cépage à port dressé, il demande une taille modérément longue car les yeux de la base sont peu fertiles. Il s'accommode bien de terrains argilo-siliceux et frais.

Sensibilité aux maladies[modifier | modifier le code]

Le melon se montre assez sensible au mildiou et très sensible à la pourriture grise favorisée par la compacité des grappes. En revanche, il est moins sensible au oïdium et à l'eutypiose.

Technologiques[modifier | modifier le code]

Le melon donne des vins équilibrés, secs, frais, légers aux arômes discrets. Il présente une bonne aptitude à l'élevage sur lie. Ce mode de vinification apporte souplesse et rondeur et protège relativement le vin de l'oxydation à laquelle il est sensible. Son vin n'est généralement pas destiné à la garde, mais quelques terroirs limités peuvent conserver leurs vins plusieurs années, révélant alors des arômes de pierre à fusil (poudre, odeur de briquet)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Code d'identification des cépages préconisé par le World Information and Early Warning System » (consulté le 18 septembre 2010)
  2. a et b http://vinismo.com/fr/Melon_de_Bourgogne
  3. http://pagesperso-orange.fr/domaineduquarteron/cepagemelon.htm
  4. http://www.alertes-meteo.com/vague_de_froid/hiver1400-1800.htm
  5. http://cepage.75cl.com/muscadet.htm
  6. "Guide des cépages, 300 cépages et leurs vins", Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, éditions ULMER, 1997. (ISBN 2-84138-059-9)
  7. PresseOcean.fr - Melon rouge : la vie en rose Melon rouge, la vie en rose sur Presse-océan du 12 septembre 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Guide des cépages, 300 cépages et leurs vins", Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, éditions ULMER, 1997. (ISBN 2-84138-059-9).
  • Pierre Galet: Dictionnaire encyclopédique des cépages Hachette Livre, 1. édition 2000 (ISBN 2-01236331-8)
  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, édition du Ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1994.

Sur les autres projets Wikimedia :