Fer servadou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fer servadou N
Fer servadou
Caractéristiques phénologiques
Débourrement 6 jours après le chasselas
Floraison À compléter
Véraison À compléter
Maturité 2e époque, 3 semaines après le chasselas
Caractéristiques culturales
Port À compléter
Vigueur À compléter
Fertilité À compléter
Taille et mode
de conduite
À compléter
Productivité À compléter
Exigences culturales
Climatique À compléter
Pédologique À compléter
Potentiel œnologique
Alcoolique À compléter
Aromatique À compléter

Le fer servadou N[N 1] ou fer N est un cépage de vigne noir du sud-ouest de la France.

Origine[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Selon Guy Lavignac[1], le fer appartient à la famille ampélographique des carmenets. Il aurait été ramené, au Moyen Âge, du Pays basque espagnol par des pèlerins de retour de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Il est présent dans tous les vignobles du sud-ouest, soit comme cépage exclusif à Marcillac, soit comme cépage obligatoire dans l'assemblage à Gaillac.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Il porte le nom de fer à cause de son bois, très dur à tailler ou de la fermeté de ses baies. On lui adjoint servadou qui signifie en occitan «qui se conserve bien».

Synonymes[modifier | modifier le code]

Il est aussi appelé Pinenc en Béarn, Mansois, Saumançois ou Saumancès (Oc) en Aveyron ou encore Braucol dans le Tarn, Here sur la rive gauche de la Garonne, Estronc, Chalamoncet, Couahort, Herrant, Petit Morrastel, Queufort.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Feuille en octobre
  • Jeunes feuilles de couleur verte à plage bronzée
  • Feuilles adultes de petite à moyenne taille, à 5 lobes avec sinus latéraux peu profonds, sinus pétiolaire peu ouvert, des dents courtes, une pigmentation anthocyanique des nervures nulle, un limbe tourmenté et face inférieure, une densité faible des poils dressés ou couchés.
  • Grappes coniques, ailées, à pédoncule court et fort.
  • Baies de forme arrondies à saveur herbacée, d'un beau noir bleuté, bien pruinées.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

  • Culturales: Il doit être taillé long à cause d'un pourcentage variable d'yeux qui ne débourrent pas. Les grappes se conservent bien sur souche, d'où son nom. (servar, servadou = conserver en occitan)
  • Sensibilité: Il résiste bien à la pourriture grise et au mildiou, mais est sensible aux cicadelles.
  • Technologiques: Les grappes sont moyennes et compactes, les baies petites à moyennes. Le fer donne des vins vifs, moyennement colorés et alcoolisés, rustiques et tanniques aux arômes sauvages très typés.

Génétique[modifier | modifier le code]

l'illustration représente un dessin de grappe de braucol dessiné au début du XXe siècle
Braucol de l'ampélographie Viala et Vermorel.

Neuf clones ont été agréés. (420, 421, 556, 557, 628, 670, 671, 672 et 895). Les quatre premiers sont les plus multipliés.

Un conservatoire à Peyrole dans le Tarn regroupe 99 familles de fer. Si le besoin de nouveaux clones s'avérait nécessaire, il pourrait sortir de cette collection[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Lavignac, les cépages du sud-ouest 2000 ans d'histoire, éditions privat, 2001.
  2. paysan tarnais, 24 juin 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]