Carignan N

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Carignan
Carignan N
Carignan N
Grappes de carignan
Caractéristiques phénologiques
Débourrement entre le 5 et le 13 avril
Floraison entre le 1er et le 15 juin
Véraison entre le 12 et 25 août
Maturité entre le 20 septembre et le 25 octobre
Caractéristiques culturales
Port érigé
Vigueur vigoureux
Fertilité très bonne et régulière
Taille et mode
de conduite
taille courte en cordon ou gobelet
Productivité poids moyen de la baie : 2, 35 à 2, 40 g
poids moyen de la grappe : 280 à 320 g[1]
Exigences culturales
Climatique cépage exigeant en chaleur et peu sensible à la sécheresse
Pédologique cépage s'accommodant de tous les sols mais donnant ses meilleurs résultats qualitatifs dans les terrasses caillouteuses, les grès ou les schistes
Potentiel œnologique
Alcoolique en rendement faible (jusqu'à 60 hl/ha) :
entre 11, 5° et 13°
acidité voisine de 4 g/l (H2 SO4)
pH de 3, 30 à 3, 40
en rendement moyen (jusqu'à 90 hl/ha) :
entre 10° et 11, 5°
acidité voisine de 5 g/l (H2 SO4)
pH de 3, 20 à 3, 30
Aromatique obtention d'arômes jeunes et fruités
par macération carbonique pour les vins rouges
par macération courtes et égouttages pour les vins rosés

Le carignan N[2],[N 1] est un cépage noir de cuve d'origine espagnole, mais où il n'y est presque plus cultivé. Arrivé en France, il est essentiellement cultivé dans le vignoble du Languedoc-Roussillon. Il entre parfois dans la production de vin rosé et il partage avec le gamay une réputation, injustifiée aujourd'hui, de cépage médiocre uniquement planté pour son rendement.

Origine[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D'origine espagnole, le carignan N doit son nom à la ville de Cariñena, dans la province de Saragosse, dont le nom ancien était Caranyena. Il n'est plus cultivé dans son pays d'origine que sur un peu plus de 8 000 ha dans l'AOC Cariñena.

Selon Guy Lavignac[3], il serait arrivé au Moyen Âge, rapporté par des pèlerins de retour de Saint-Jacques-de-Compostelle. Dans le vignoble du sud-ouest, le climat peu favorable ne lui a pas permis de s'imposer, mais en Languedoc-Roussillon, il trouve des coteaux arides et peu fertiles à la mesure de ses exigences.

À la suite de la crise du phylloxéra, il est planté dans les plaines irriguées du Languedoc-Roussillon et des Côtes du Rhône sur des milliers d'hectares grâce à sa capacité à produire en abondance. Cet abandon de la culture en coteaux a beaucoup nui à la réputation des vins de cette région et à celle du cépage: en effet, avec des rendements supérieurs à 60 hectolitres à l'hectare, on obtient des vins sans intérêt, plats et insipides, sans couleur, aux tanins âpres et durs. À la même époque, la création d'un grand vignoble en Algérie lui a fait traverser la Méditerranée. À son époque faste, il couvrait 140 000 ha[4].

À partir des années 1980-1990, le carignan retrouve un certain engouement dû à sa vinification en macération carbonique suite à des essais concluants de Michel Flanzy. En parallèle, l'accession à l'AOC de zones favorables au cépage (Corbières, Minervois, Coteaux du Languedoc) a permis de redécouvrir les qualités anciennes de ce cépage : arômes fruités et structure puissante et apte au vieillissement. Même si son passé en a fait un cépage limité à 40 % en Provence ou à 30 % dans les AOC du Languedoc-Roussillon, il existe deux exceptions notables : le terroir de Corbières Boutenac, zone limitée de l'AOC Corbières et l'AOC Fitou, qui lui sont restés fidèles, continuant de produire un vin fidèle à son terroir, riche en tanins, puissant, charpenté et qui se bonifie en vieillissant.

Aire de production[modifier | modifier le code]

Grappe de carignan en Espagne, dit pinot d'Evora

Cépage méditerranéen, son aire de culture correspond aux pays viticoles bénéficiant d'un climat méditerranéen, comme pour le grenache et le cinsaut, ses collègues de parcelle.

La France est le pays d'adoption du carignan. En 1968, il représentait 211 254 ha[5]. Même si cette surface a beaucoup diminué, il reste une valeur sûre avec 95 744  ha.

Il est un peu cultivé en Espagne, son pays d'origine; il n'y représente que 8 100 ha[4]. En Europe, on le rencontre sur 2 500 ha en Italie, sur 1 000 ha à Chypre ou en Grèce. Il est présent en Afrique, 4 400 ha au Maroc et rare en Afrique du Sud. En Amérique, il est signalé aux États-Unis, 3 800 ha en Californie, au Mexique sur 13 500 ha, au Chili sur 1 500 ha, en Argentine ou en Uruguay. Il est aussi présent en Australie et en Chine.

Variabilité génétique[modifier | modifier le code]

Clones[modifier | modifier le code]

En France, des prospections menées dans le vignoble des sables littoraux et dans les Corbières ont conduit à la création d'une collection d'étude. Parmi ses représentants, 25 clones ont été homologués.

Clone Provenance Agrément Productivité TAVP1 Potentiel
6 Gard 1971 Moyenne Moyen B
7 Gard 1971 Moyenne Forte B
8 Gard 1971 Moyenne Moyen B
9 Gard 1971 Faible Moyenne à forte B
62 Gard 1971 Moyenne Forte C
63 Gard 1971 Moyenne Forte B
64 Gard 1971 Moyenne Moyen B
65 Gard 1971 Faible Forte A
66 Gard 1971 Moyenne ou forte Moyenne B
90 Gard 1971 Forte Forte C
151 Aude 1972 Moyenne C
152 Aude 1972 Forte B
153 Aude 1972 Moyenne C
171 Gard 1972 Forte Faible C
178 Roussillon 1972 Moyenne B
179 Aude 1972 Forte B
270 Gard 1973 Moyenne C
271 Gard 1973 Moyenne Moyen B
272 Gard 1973 Moyen C
273 Gard 1973 Moyen C
274 Gard 1973 Moyen A
275 Gard 1973 Moyen B
276 Gard 1973 Moyen B
505 Hérault 1976 Moyenne Moyen B
547 Hérault 1978 Faible C

1 Taux d'alcool volumique probable


Code de potentiel de production:
A: Clone peu productif mais suffisant pour atteindre le rendement d'une AOC. Les vins obtenus sont très qualitatifs.
B: Clone de production moyenne à élevée. Les vins obtenus sont dans le type du cépage, la qualité dépendant des conditions de production.
C: Clone très productif. Si les conditions de production ne sont pas fortement limitantes, les vins risquent d'être neutres, manquant de structure et de typicité aux tannins durs et herbacés.

Mutation[modifier | modifier le code]

L'existence du carignan blanc B montre qu'au cours des siècles, des mutations se sont produites. Elle est la seule conservée en collection.

Carignan, en octobre
Conservatoire du vignoble charentais

Synonymes[modifier | modifier le code]

Le carignan est connu sous les noms de :
babonenc, babounenc, blauer carignan, bois de fer, bois dur, bove duro di Spagna,
cagnolaro tinto, calignan, carignano, carignan Mouillan, carineña, carignan noir, carignane noire, carignane, carignane Mouilla, carignane Violette, carignano, carignano di Carmignano, carinena, catalan, Crujillón, Crusillo, Crusillo y Samso,
girarde, grenache du Bois dur,
karinjan, kek Carignan, kerrigan,
legno Duro, legno Duro di Portoferraio,
manueolo Tinto, marocain, mataro, mazuela, mazuelo, mollard, monestel, mounestéou,
pinot Evara, pinot d'Evora, plant d'Espagne, plant de Lédenon, pokovec,
roussillonen,
samso Crusillo, shopatna Blau,
tinto mazuela,
uva di Spagna.

Caractères ampélographiques[modifier | modifier le code]

Feuillage de carignan N.
  • Bourgeonnement très cotonneux.
  • Jeunes feuilles brillantes jaunâtres.
  • Rameau herbacé aux entre-nœuds striés de rouge.
  • Feuilles adultes de grande taille à 5 lobes, sinus pétiolaire peu ouvert ou fermé, des sinus latéraux plus ou moins profonds, un limbe fortement gaufré surtout autour du point pétiolaire.
  • Grappes de grande taille. Baies grandes arrondies ou faiblement elliptiques avec une pellicule épaisse et riche en tanins.

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Culturales[modifier | modifier le code]

Son port érigé et sa fertilité le prêtent bien à la conduite en gobelet. Sa fertilité donne une production régulière et importante qui doit être jugulée par une taille courte (gobelet ou cordon) et un terrain peu fertile et aride.

Sensibilité climatique[modifier | modifier le code]

Il supporte bien la sécheresse estivale et le vent même fort. (mistral, tramontane ou sirocco) En revanche, il extériorise beaucoup les cas de carence en potassium.

Cépage tannique et tardif, il nécessite un climat chaud l'été avec un automne assez long et une très bonne exposition.

Sensibilité aux maladies[modifier | modifier le code]

Il craint essentiellement l'oïdium qu'il redoute autant sur feuille que sur grappe. Il craint aussi les cicadelles des grillures.

Concernant la pourriture grise, sa pellicule épaisse et ses terroirs de prédilection arides l'en préservent plutôt bien. Il craint peu l'excoriose.

Aptitudes œnologiques[modifier | modifier le code]

Sur les jeunes vignes, les vins sont fruités mais les tanins sont durs et amers. Sur les vieilles vignes, ces tanins sont beaucoup plus fins, même s'ils demandent un vieillissement destiné à les assouplir.

Les inconvénients liés à ces tanins ont conduit à plusieurs solutions; la macération carbonique donne des vins très fruités, souples et bien équilibrés; l'assemblage avec des cépages aux tanins plus souples, syrah N, grenache N ou cinsaut N, dilue les défauts à condition de limiter le pourcentage de carignan; les meilleurs vins sont produits sur les vignes de plus de quarante ans, donnant des vins dominés par les arômes de fruits rouges et d'épices. En vieillissant, ils développent d'autres notes : fruits mûrs (pruneau notamment), pain grillé, amande grillée, cuir. Dans ce cas, un assemblage dominé par le carignan donne de grands vins destinés à défier le temps en cave.

Vinifié en vin rosé, il donne un vin aromatique au bon équilibre acide-alcool et au fruit agréable. Il est un bon compagnon d'assemblage du grenache N et du cinsaut N en Provence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
Références
  1. Ces données sont celles fournies par l'ENTAV (Établissement National Technique pour l'Amélioration de la Viticulture) pour son Domaine de l'Espiguette dans le département de l'Hérault.
  2. Code d'identification des cépages préconisé par le World Information and Early Warning System
  3. Guy Lavignac, Cépages du sud-ouest 2000 ans d'histoire, 2001, Éditions du Rouergue, ISBN 2-84156-289-1
  4. a et b "Guide des cépages, 300 cépages et leurs vins", Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, éditions ULMER, 1997. (ISBN 2-84138-059-9)
  5. Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, édition du Ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1994

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche du carignan N. ici
  • Carignan Renaissance ici

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Guide des cépages, 300 cépages et leurs vins", Ambrosi, Dettweiler-Münch, Rühl, Schmid et Schuman, éditions ULMER, 1997. (ISBN 2-84138-059-9).
  • Pierre Galet: Dictionnaire encyclopédique des cépages Hachette Livre, 1. édition 2000 ISBN 2-01-236331-8
  • Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, édition du Ministère de l'Agriculture et de la pêche, 1994.
  • Guy Lavignac, Cépages du sud-ouest 2000 ans d'histoire, 2001, Éditions du Rouergue, ISBN 2-84156-289-1.