Dom Pérignon (cuvée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pérignon.

Le Dom Pérignon est une cuvée millésimée issue de vin de Champagne. Elle est élaborée, lors d'années exceptionnelles, par la maison de Champagne Moët & Chandon et fournit 8 millions de bouteilles.

Dom Pérignon
Logo de Dom Pérignon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une bouteille de Dom Pérignon 1999

En 1670, dom Pérignon (1638-1715), un moine cellérier de l'abbaye bénédictine d’Hautvillers, va être le premier à pratiquer l'assemblage du raisin qui améliore la qualité du vin et en fait disparaître certains défauts. C’est aussi dom Pérignon qui introduit l'emploi du bouchon de liège maintenu à la bouteille par une ficelle de chanvre imprégnée d'huile, ce qui permet au vin de garder sa fraîcheur et sa mousse. De plus, il fait renforcer les bouteilles en adoptant un verre plus épais pour éviter que la bouteille n'explose, mais malgré les efforts du moine, l'effervescence du vin reste empirique jusqu'aux recherches de Pasteur sur la fermentation, au XIXe siècle. Les crayères près de son abbaye seront utilisées pour conserver le champagne à température et humidité constante. Par la suite, d'autres caves seront creusées en pleine craie.

Au-delà de l’individu, les « années Dom Pérignon » représentent un tournant dans ce que l’on appellera plus tard la « méthode Champagne » : l’assemblage de grappes issues de vignobles différents, les pressages séparés permettant d’obtenir un jus d’une pureté impeccable, et le vieillissement en bouteilles fermées par bouchon de liège et scellées hermétiquement pour contrôler la fermentation de la levure qui est à l’origine du vin pétillant.

Avant Dom Pérignon, tous les vins de Champagne étaient des vins rouges. Le vin de la région d’Épernay (où est située l’abbaye d’Hautvillers), aussi connu sous le nom de « vin de la rivière », était néanmoins plus léger que les autres et jouissait d’une excellente réputation dans tout le royaume. Produit à partir de raisin noir, comme le vin rouge, le premier vin blanc de Champagne exigeait une attention toute particulière pour devenir finalement un vin raffiné aux « reflets cristallins ». Au début du XVIIe siècle, 38 ans avant l’arrivée de Pierre Pérignon à Hautvillers, la ville d’Épernay offrait déjà à ses invités de marque un vin blanc pétillant que l’on consommait sans doute jusqu’en Angleterre…[réf. nécessaire] mais auquel il manquait ce célèbre « je ne sais quoi » si élégamment décrit par le chanoine Jean Godinot en 1718.

La première cuvée, élaborée avec un vin de 1921 a été commercialisée à partir de 1935 sur une idée de Laurence Venn.

Le millésime 1921 fut pour les champagnes, en général[réf. nécessaire], la meilleure année de tous les temps, le deuxième meilleur millésime est celui de 1928. Les premiers bénéficiaires de la cuvée « Dom Pérignon 1921 » furent 150 clients de la maison « Simon Bros & Co », l'importateur britannique de Moët, pour lesquels 300 bouteilles furent livrées. Sa qualité fut si appréciée que les commandes affluèrent et 100 caisses partirent rapidement pour les États-Unis. Le milliardaire Duke, fondateur de l'American Tobacco Company en commanda 100 bouteilles pour lui-même. C'est de cette commande que sont issus les 17 flacons vendus aux enchères chez Christie's à New York en juin 2004, ils étaient conservés dans la cave de Doris Duke, la fille du milliardaire. Selon Richard Geoffroy[1], le chef de cave de Dom Pérignon, ce millésime de 1921 « développait un bouquet unique de bois de santal, de vanille et de praline ».

Champagne toujours millésimé, le Dom Pérignon est uniquement produit lors des années exceptionnelles à partir de grappes récoltées la même année, contrairement aux champagnes non-millésimés qui sont eux produits à partir de grappes récoltées au cours d’années différentes.

Au total ont seulement été millésimées 39 années depuis 1921. Il aura été possible de millésimer trois années consécutives par trois fois seulement ; en 1969, 1970, 1971, en 1998, 1999, 2000, et en 2002, 2003, 2004 Le millésime de 2003, sorti en 2012 est le 38e millésime de Dom Pérignon commercialisé après un peu plus de huit ans passé en cave. Ce millésime a été annoncé le 7 décembre 2011. Un an et demi plus tard, en mai 2013, la maison annonce son 39e millésime, le millésime 2004[2].

Les 39 millésimes de Dom Pérignon sont : 1921, 1926, 1928, 1929, 1934, 1943, 1947, 1949, 1952, 1953, 1955, 1959, 1961, 1962, 1964, 1966, 1969, 1970, 1971, 1973, 1975, 1976, 1978, 1980, 1982, 1983, 1985, 1988, 1990, 1992, 1993, 1995, 1996, 1998, 1999, 2000, 2002, 2003, 2004.

Depuis 1959, la cuvée Dom Pérignon est également produite en rosé.

Les 22 millésimes de Dom Pérignon Rosé sont : 1959, 1962, 1964, 1966, 1969, 1971, 1973, 1975, 1978, 1980, 1982, 1985, 1986, 1988, 1990, 1992, 1993, 1995, 1996, 1998, 2000, 2002.

La cuvée Rosée, lorsque produite, sort généralement quelques années après son homologue classique. À titre d'exemple, le Rosé 2002 a été lancé en janvier 2013, soit deux ans après le Dom Pérignon 2002.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Historiques[modifier | modifier le code]

« Je vous ai donné vingt-six bouteilles de vin, le meilleur du monde. »

— Dom Pierre Pérignon

[réf. nécessaire]

Dom Pérignon écrivit ces mots le 29 septembre 1694 à un client de la ville d’Épernay qui avait passé commande auprès de l’abbaye d’Hautvillers.

« Je voudrais bien avoir deux excellentes pièces de vin de rivière. Je crois qu'il sera mieux d'en avoir d'Hautvillers que de tout autre endroit. Je vous prie de les demander de ma part au Père Prieur d'Hautvillers et à Dom Pierre Pérignon, Procureur du susdit monastère et de bien leur faire mes compliments. »

— Marquis de Puysieulx, Lettre du marquis de Puysieulx à son marchand de vin, datée du 23 septembre 1690

« Paris, le 9 novembre 1715. J’ai bien reçu le vin que vous m’avez fait le plaisir de m’envoyer. Continuez, je vous prie, votre ouvrage afin que je puisse éprouver le même plaisir chaque fois que je sers du vin de Champagne à mes hôtes. M. le marquis de Puysieulx, qui est arrivé hier, m’a dit que le Père Pérignon, dont la réputation a toujours été excellente, était mort. J’aurais aimé que vous pensiez à moi concernant les premiers vins de cette abbaye car, franchement, je n’en connais pas de meilleurs. »

— Pierre de Montesquiou d'Artagnan, Lettre du comte Pierre de Montesquiou d'Artagnan, lieutenant général de l’armée royale, à Berlin du Rocheret, marchand d’Epernay qui vendait notamment le vin du Père Pérignon, cellérier de l’abbaye d’Hautvillers

Artistiques[modifier | modifier le code]

  • Dans James Bond 007 contre Dr. No, James Bond manque de casser une bouteille de Dom Pérignon pour défendre la jeune Honey. Le Dr. No lui fait remarquer le nom et le millésime (1955) de l'objet. Bond se reprend et repose délicatement la bouteille bien qu'étant saisi par les hommes de main du Docteur No, puis ajoute ironiquement qu'il préfère l'année 1953.
  • Dans l'épisode Week-end mouvementé de Drôles de dames, Sabrina demande du Dom Pérignon 1955, sans doute un clin d'œil des auteurs à James Bond.
  • Dans son roman Moonraker publié en 1955, Ian Fleming, créateur de James Bond, nous donne un aperçu des valeurs du gentleman britannique dans ce passage d'autant plus savoureux que le millésime cité n'existe pas :

« Bond sourit en pensant à M… - Je boirais bien un verre de champagne, ce soir. Grimley, qu'en pensez-vous ? Le serveur était manifestement ravi. - Si je peux me permettre, Monsieur, je vous suggère un Dom Pérignon 46. » »

« Mon nez dans la salade de truffes, ma serviette sur la tête pour l’arôme, un verre de Dom Pérignon dans la main… et je me laisse glisser dans l’Éternité en pensant à vous, ma bien-aimée – un véritable rêve éveillé ! »

— Paul Morand, lettre à la comtesse René de Chambrun, Vevey, 6 février 1976

People[modifier | modifier le code]

En 1971, lors de la Célébration des 2500 ans de la monarchie iranienne, il fut servi au banquet le premier millésime de Dom Pérignon Rosé, le 1959. En 2008, une bouteille de cette cuvée a été adjugée, aux enchères, à 24 758 €.

« Je suis allé à la galerie, ils avaient une petite exposition de la série des "Chaussures à paillettes". Interviews, et photos pour les journaux allemands, ensuite nous avons dû rentrer à l'hôtel retrouver les gens du "2000". C'est un club de vingt types. Ils essaient d'acheter deux milles bouteilles de Dom Pérignon qu'ils veulent mettre dans une pièce scellée jusqu'à l'an 2000. Alors ils les boiront. La blague était de deviner qui serait encore là et qui ne le serait plus. C'était drôle parce que tous ces hommes étaient hétéros. Certains avaient amené leur femme. C'était un dîner avec huit plats, et un tas de vin différents à chaque plat. »

— Andy Warhol, le 09/03/1981 à Munich dans son Journal

En 1961, le Dom Pérignon millésime 1949 était au menu du repas donné à l’ambassade américaine de Paris pour Charles de Gaulle et John F. Kennedy au cours de la visite officielle du président.

En 1981, Dom Pérignon fut choisi pour le mariage de Diana Spencer et du prince Charles. Les magnums de Dom Pérignon millésime 1961 servis à cette occasion portaient un insigne spécialement créé pour la cérémonie.

Le Dom Pérignon était le champagne préféré de l'actrice Marilyn Monroe.

Records[modifier | modifier le code]

L’année 1694 fut mémorable : le vin de l’abbaye fut en effet vendu au prix record de 950 livres la queue (360 à 400 litres), soit cinq fois plus cher que du vin rouge. Jamais depuis la fondation de l’abbaye et la prise de fonction du Père Pérignon le vin n’avait atteint un tel prix. La popularité du Dom Pérignon en avait fait le vin le plus cher du royaume. Afin de commémorer cet événement, la somme fut gravée sur l’une des presses de l’abbaye.

Les millésimes Dom Pérignon ont eux aussi côtoyé les sommets. En 2004, lors de la vente aux enchères de la collection Doris Duke par Christie’s à New York, un lot de trois bouteilles de Dom Pérignon 1921 est parti pour la coquette somme de 24 675 $. En 2008, deux ventes organisées par Acker Merrall & Condit ont également marqué l’histoire de Dom Pérignon : 93 260 $ pour trois magnums de l’œnothèque Dom Pérignon (1966, 1973 et 1976) à Hong Kong, mais surtout 84 700 $ pour un lot de deux bouteilles du légendaire millésime Dom Pérignon Rosé 1959 à New York. Seules 306 bouteilles de millésime Rosé 1959 ont été produites et aucune n’avait jamais été vendue auparavant. En 1971, ce vin exceptionnel fut servi à Persépolis lors des festivités commémorant le 2 500e anniversaire de la fondation de l’empire perse par Cyrus le Grand.

Le 17 avril 2010, un nouveau record a été établi, record qui ne tiendra pas longtemps (voir ci-dessous), pour une vente de vin en Grande-Bretagne, estime le Daily Telegraph. Un acheteur aurait dépensé plus de $ 50 000 pour le mathusalem (6L) de 1996 de champagne Dom Pérignon Rosé (Rose Gold). Cette transaction aurait eu lieu à l’Hôtel Westbury de Londres lors d’une fête qui a suivi la projection du nouveau film, « Boogie Woogie »[3].

Une verticale de Dom Pérignon Oenothèque Rosé, première mondiale issue de la réserve de la cave Dom Pérignon, jamais commercialisée avant, a été vendue à un prix record aux enchères de vins organisée par Sotheby's à Hong Kong, le 21 mai 2010. Le lot de 30 bouteilles de Dom Pérignon Rosé Oenothèque et magnums de 1966, 1978, 1982, 1985, 1988 et 1990 a atteint la somme de HK $ 1 331 000 / US $ 170 641 ce qui est un record mondial pour un seul lot de champagne et est le premier lot de vin vendu par Sotheby's[4] à avoir dépassé 1 million de HK$ à Hong Kong.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]