Arômes du vin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommeliers dans l'exercice de leur fonction.

Les arômes du vin sont très nombreux et très variés. Ils peuvent être classés selon leur origine, selon des groupes d'arômes voisins ou encore selon leur ressemblance chimique.

Œnologie[modifier | modifier le code]

Roue des arômes du vin.

Arômes primaires, arômes de cépages ou arômes variétaux[modifier | modifier le code]

La pulpe et surtout la pellicule du raisin contiennent de très nombreux composés organiques dont seule une petite partie est aromatique. On les appelle arômes primaires. C'est la sensation organoleptique que l'on perçoit en croquant un grain. Parmi ces arômes, le plus connu est probablement celui des cépages muscat — issu de plus de 150 molécules selon Pierre Galet[1].

Les arômes primaires sont divisés en deux catégories : les arômes variétaux libres de rang issus généralement des monoterpènes et des pyrazines et les précurseurs d’arômes non odorants, composants issus de formes liées (thiols volatils pour le sauvignon, méthoxypyrazines (en) typiques des arômes de cabernet sauvignon, caroténoïdes, précurseurs glycosylés). Les cépages sont classés en fonction de leur richesse aromatique : les variétés dites à saveurs simples (cabernet, pinot noir, gamay, sauvignon, chardonnay, chenin) n'ont que des précurseurs d’arômes et donnent un moût inodore. Les variétés aromatiques (muscadelle, muscat ou gewurztraminer riches en terpènes) contiennent des précurseurs d’arômes mais aussi des arômes variétaux libres de rang[2].

En phase pré-fermentaire de la vinification, les pellicules et débris pelliculaires des variétés aromatiques sont mis en contact prolongé avec le moût pour élaborer des vins de cépage typés. Les levures quant à elles hydrolysent enzymatiquement les précurseurs d'arômes (terpènes glycosylés, thiols conjugués) en molécules volatiles (terpénols, thiols volatils).

Arômes secondaires ou fermentaires[modifier | modifier le code]

Ils sont fabriqués par l'activité des levures et des bactéries durant la fermentation alcoolique qui assimilent les nutriments (sucres et acides aminés) en formant essentiellement les alcools supérieurs (alcools amylique, isobutanol, propanol dont les arômes sont décrits comme alcooleux, spiritueux, amylique, frangipane, 2-phényléthanol à l'arôme de rose) et les esters (acétates d'alcools supérieurs à l'arôme de banane, esters éthyliques d'acides gras aux arômes de fruits : poires, ananas, pêche, fruit rouge). Ils forment également d'autres métabolites qui peuvent avoir un impact indirect sur la perception du vin (glutathion et son rôle antioxydant qui préserve les arômes volatils, mannoprotéines de la paroi externe des levures interagissant avec les tanins, glycérol, acides organiques : acides acétique, oxalo-acétique, succinique).

Ces arômes fermentaires se retrouvent dans les arômes typiques du vin primeur. Le plus connu est l'arôme amylique (bonbons anglais, banane).

Plusieurs facteurs influent sur la production de ces arômes : levure (souche et genre), température de fermentation (des températures élevées favorisent la formation d'alcools supérieurs, des basses la formation d'esters), composition azotée du mout, turbidité et oxygénation du mout favorisant les esters éthyliques d'acides gras.

Les levures de la flore naturelle du vin ne sont pas seulement Saccharomyces cerevisiae, mais aussi des levures non Saccharomyces qui modifient le profil aromatique et gustatif du vin : Schizosaccharomyces pombe (désadicifie le vin en assimilant l'acide malique du mout), Candida stellata (en) (certaines souches produisent deux fois plus de glycérol que S. cerevisiae), Torulaspora delbrueckii (production d'esters fermentaires fruités au profil différent de S. cerevisiae), , Kluyveromyces thermotolerans (adicifie le vin en produisant de l'acide lactique plus doux que l'acide malique), Pichia kluyverri (renforce l'hydrolyse des précurseurs d'arômes), Hanseniaspora osmophila (certaines souches produisent dix fois plus de 2-phényléthanol que S. cerevisiae), Kloeckera corticis, etc.

Ces souches naturelles (Schizosaccharomyces pombe, Kluyveromyces thermotolerans, Torulaspora delbrueckii) peuvent être utilisées en levains ensemencés à différents stades de la fermentation (inoculation séquentielle, co-inoculation précoce ou tardive) pour modifier le profil du vin [3].

Arômes tertiaires[modifier | modifier le code]

Ce sont des arômes issus de l'extraction du bois (ellagitanins du bois de chêne, lactones) ou des réactions chimiques (composés soufrés, acétal provenant de réactions d'oxydo-réduction) qui se produisent durant l'élevage du vin. Une des plus étudiées est la micro-oxydation durant l'élevage en barrique.

Arômes en dégustation[modifier | modifier le code]

Arômes fruités[modifier | modifier le code]

  • Fruits verts : kiwi, citron vert, melon vert, groseille à maquereau
  • Fruits blancs : pomme, poire, pêche de vigne, coing
  • Fruits rouges : fraise, framboise, groseille, cerise
  • Fruits noirs : mûre, myrtille, cassis
  • Fruits jaunes : pêche, abricot, nectarine, brugnon, prune
  • Fruits exotiques : ananas, mangue, fruits de la passion, figue, datte, litchi
  • Agrumes : citron, orange, pamplemousse, écorce d'orange, zeste, zeste confit
  • Fruits secs : amande, noix, noisette, raisin sec, figue sèche, pistache, pruneau cuit

Évolution du fruit : frais > compoté > cuit > confituré > confit > sec.

Arômes floraux[modifier | modifier le code]

  • Fleurs : rose, pivoine, chèvrefeuille, acacia, églantine, giroflée, violette, géranium, genêt, jacinthe, résédas
  • Tisanes : verveine, camomille, tilleul, aubépine, oranger
  • Dérivés : miel, cire

Arômes boisés[modifier | modifier le code]

Ils sont aussi appelés balsamiques.

  • Bois de barrique : chêne français, chêne américain, cèdre, vanille
  • Bois empyreumatique (torréfaction) : fumé, café, cacao, caramel, goudron, pain grillé, toasté

Arômes épicés[modifier | modifier le code]

  • Épices douces : cannelle, vanille, cardamome, réglisse
  • Épices salées : poivre[4], poivron, clou de girofle, muscade

Arômes végétaux[modifier | modifier le code]

  • Légumes : poivron, poireau, ail, chou, artichaut, petits pois, haricot vert, laitue
  • Secs : foin, paille, thé
  • Verts : herbe coupée, eucalyptus, lierre, chlorophylle, bourgeon de cassis, buis
  • Sous-bois : humus, champignon de Paris, fougère, feuilles mortes, terre humide

Arômes minéraux[modifier | modifier le code]

  • Roches : pierre à fusil, silex, caillou, argile, hydrocarbure
  • Métaux : cuivre, fer, aluminium

Ce descripteur de minéralité s'est fortement développé dans le vocabulaire du vin depuis les années 2000 mais ces notes minérales relèvent de la suggestivité, la teneur en minéraux dans les vins étant trop faible pour être détectée par le goût. Elles ne proviennent donc pas des nutriments du sol mais probablement de molécules formées au cours de la fermentation alcoolique comme les esters ou les thiols[5].

Arômes chimiques[modifier | modifier le code]

  • Peinture, solvant, vernis à ongles, goudron

Arômes animaux[modifier | modifier le code]

  • Cuir, fourrure, gibier, ventre de lièvre, bouillon de viande, sang, sueur, pipi de chat

Signatures aromatiques des cépages[modifier | modifier le code]

  • Sauvignon blanc : notes d'agrumes (pamplemousse, citron vert), odeurs fleuries, avec des dominantes de fleur d'acacia, d'iris, de bourgeon de cassis ou de fruits exotiques (fruits de la passion) mais aussi des caractères assez vert (buis, genêt), minéraux (silex) et même pipi de chat s'il manque de maturité (on dit alors que le sauvignon « matouse »). Les thiols volatils sont principalement responsables de ces arômes[6].
  • Riesling : jus de citron, pomme verte, minéral, pétrole après 3 à 5 ans d'âge

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le muscat, consulté le 2 mars sur le site muscats-du-monde.com.
  2. Colette Navarre, L'œnologie, Lavoisier,‎ 2010 (lire en ligne), p. 28
  3. Vincent Renouf et coll, Incidence de différentes techniques d’utilisation des levains malolactiques sur la qualité des vins rouges, Revue française d'œnologie, n°37, 2009
  4. La rotundone (en) est la principale molécule responsable des arômes poivrés. Source : Caractère poivré des vins : que savons-nous ?
  5. (en) Patrick Schmitt, « Nutrients not the cause of minerality », sur The drinks business,‎ 11 mars 2013
  6. Émile Peynaud, Jacques Blouin, Le goût du vin. Le grand livre de la dégustation, Dunod,‎ 2013 (lire en ligne), p. 37

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Les Arômes du vin " Dossier Spécial de la Revue des Oenologues http://store.oeno.tm.fr/libfr/rdoe/rdoe149s.html
  • Émile Peynaud, Jacques Blouin, Le Goût du vin, le grand livre de la dégustation, Édition Dunod, 2006, 237 p. (ISBN 2100495984)
  • Pierre Casamayor, Mickaël Moisseev, Les Arômes du vin, Éditions Hachette pratique, août 2006. (ISBN 2012370802)
  • Pierre Casamayor, Les Livrets du vin, la dégustation, Éditions Hachette vie pratique, octobre 2001. (ISBN 2012365817)
  • Cours de neurophysiologie [en ligne]. Faculté de médecine de l’Université de Genève. 2000. Disponible sur : www.medecine.unige
  • Dratz M.-T. Le champ des odeurs de Jean-Noël Jaubert, Intérêt pédagogique et application en analyse sensorielle descriptive. Revue des œnologues, avril 2002, no 103, p. 36–38.