Aroz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aroz
La pierre percée à Aroz
La pierre percée à Aroz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin
Intercommunalité Communauté de communes des Combes
Maire
Mandat
Noël Langrognet
2014-2020
Code postal 70360
Code commune 70028
Démographie
Population
municipale
158 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 45″ N 6° 00′ 08″ E / 47.6125, 6.0022 ()47° 36′ 45″ Nord 6° 00′ 08″ Est / 47.6125, 6.0022 ()  
Altitude Min. 212 m – Max. 267 m
Superficie 6,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Aroz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Aroz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aroz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aroz

Aroz est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.


Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bucey-lès-Traves Chemilly Pontcey Rose des vents
Traves N Boursières
O    Aroz    E
S
Raze Clans

Histoire[modifier | modifier le code]

La Maison d'Aroz était une famille illustre et ancienne du Comté de Bourgogne, Franche-Comté.

Elle possédait les terres de ce nom dans le bailliage de Vesoul[1], et aussi le Manoir à Aroz.

Les armes étaient : de sable à la bande d'argent, chargée de trois molettes d'éperons de gueules, timbrées d'une tête d'aigle de sable, becquée de gueule[1].

La généalogie commence au XIe siècle avec Étienne d'Aroz (né vers 1030). La Maison d'Aroz s'est éteinte au XVIIe siècle avec Antoine d'Aroz, chevalier de Saint-Georges († 1632), par manque d'une succession masculine. Des descendants de branches secondaires de la famille ont continué de vivre en France jusqu'au milieu du XXe siècle, au cours duquel le nom de famille disparaît dans le pays.

Il existe une branche espagnole de la famille D'Aroz. L'un de ses membres est passé en Espagne dans le cadre historique de la Reconquête aux arabes au Moyen Âge, et est resté dans l'ancien Royaume de Léon et Castille. L'un de ses descendants s'est établi dans la ville d’Ágreda (une importante place militaire et politique, reconquise en 1119, par le roi Alphonse Ier d'Aragon), après son annexion au Royaume de Castille en 1135, et toutes les branches de la famille qui existent en Espagne au XXIe siècle procèdent de lui. De nombreux chevaliers bourguignons, qui sont arrivés en Espagne en 1087 avec le comte Raymond de Bourgogne - fils du comte palatin Guillaume Ier de Bourgogne - ont participé remarquablement à la Reconquête. Le comte Raymond épouse en 1095 la fille du roi Alphonse VI de Léon et Castille, la future Urraque Ire de León, et leurs descendants ont régné dans ces royaumes de l'Espagne pendant deux siècles.

Les descendants espagnols de la famille D’Aroz de la Franche-Comté ont gardé le nom D'Aroz jusqu'au XVIIe siècle, où il est devenu Aroz, et il y a eu parmi eux ces derniers siècles d'importants militaires, religieux, politiciens, chercheurs et artistes. Actuellement (en 2012), 262 personnes qui portent le nom Aroz vivent en Espagne, tous membres de la famille.


Étienne Ier d'Aroz, (v.1030).

Mariage et succession :
Son épouse est inconnue, il a Hugues qui suit, et d'autres enfants.


Hugues Ier d'Aroz, (v.1067).

Mariage et succession :
Son épouse est inconnue, il a Renaud qui suit, et d'autres enfants.


Renaud Ier d'Aroz, (v.1098).

Mariage et succession :
Son épouse est inconnue, il a Renaud II qui suit, et d'autres enfants.


Renaud II d'Aroz, (v.1127) seigneur d'Aroz.

Mariage et succession :
Son épouse est inconnue, il a :

  • Hugues II qui suit
  • Valon,
  • Ébrard.


Hugues II d'Aroz, chevalier, seigneur d'Aroz. Il confirme en 1189 à l'abbaye de Charlieu les dons que lui avait fait son père Renaud d'Aroz ainsi que ceux de Valon et d'Ébrard, ses frères. À ceci il ajoutait ce qu'il possédait à Preigney et à Romains avec le consentement de son épouse.

Mariage et succession :
Il épouse Elvis de qui il a :

  • Wiric,
  • Richard,
  • Jean Ier qui suit,
  • Renaud,
  • Damnette.


Jean Ier d'Aroz, dit "Malechar", chevalier, seigneur d'Aroz et de Champey. Il est nommé dans des titres de l'abbaye de la Charité en 1240 et 1270[1]. Il cède à l'abbaye de Charlieu en février 1264 ce que lui et son épouse ont dans la seigneurie de Villeparois[1].

Mariage et succession :
Il épouse Bonne, fille de Hugues de Cicon, de qui il a Pierre qui suit.


Pierre d'Aroz, (? - après mai 1322), dit "Malechar", chevalier, sire d'Aroz. Il est désigné en 1290 pour être l'exécuteur testamentaire de Perrin de Cicon, son oncle. Lui-même teste en 1322 et choisit sa sépulture dans l'abbaye de la Charité.

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces Mahaut de La Roche, puis en secondes noces il épouse Jacquette de Rigney de laquelle. Il a :
De son premier mariage :

De son second mariage :

  • Jeannette, elle épouse Jean de La Chapelle, écuyer,
  • Isabelle, elle épouse de Frery de Châtillon-Guyotte, Chevalier,
  • Béatrix.


Jean II d'Aroz, écuyer puis chevalier, sire d'Aroz. Il est l'exécuteur testamentaire de Félice de Falon en 1354[1].

Mariage et succession :
Il épouse avant 1354 Clémence, fille de Jean dit "Verquin" de Falon, damoiseau et de Félice de Chemilly, de qui il a :

  • Jean III qui suit,
  • Hugues,
  • Félice.


Jean III d'Aroz, écuyer, seigneur d'Aroz. Il acquérait en 1364 de Jean de Bougey, écuyer, des héritages situés à Charriey[1].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces en 1368 Guillemette, fille Gauthier de Rupt et de Marie de Rougemont, puis en secondes noces il épouse Alix d'Essertenne. Du premier mariage il a :

  • François Ier qui suit,
  • Huguenin, écuyer, seigneur d'Aroz en partie. Il teste le 1er octobre 1415 et choisit sa sépulture dans l'église de l'abbaye de la Charité,
  • Guillemette, elle épouse Gérard, bourgeois de Port-sur-Saône, écuyer. Ils ont Guillaume de Port, écuyer, seigneur d'Aroz en partie. Ce dernier teste en 1465,
  • Isabelle.


François Ier d'Aroz, (? - après 1434), écuyer puis chevalier, seigneur d'Aroz en partie, de Dampierre et de Franois, châtelain domanial de Montjustin en 1422[1].

Mariages et succession :
Il épouse en premières noces Marguerite de Chevannay, puis en secondes noces vers 1400 Jeanne de Mathay de qui il a :

  • Nicolas qui suit,
  • Jean, écuyer, seigneur d'Aroz. Il teste le 21 septembre 1478 et choisit d'être inhumé devant le grand autel de l'église d'Aroz au côté de sa mère. Il épouse Isabelle de Montureux,
  • Pierre,
  • Henry, écuyer,
  • Catherine.


Nicolas d'Aroz, (? - après 1473), écuyer, seigneur d'Aroz en partie. Il est rappelé dans le testament de son frère Jean[1].

Mariage et succession :
Il épouse Antoinette, fille d'Henry de Mandres et de Jeanne de Poligny, de qui il a Étienne II qui suit.


Étienne II d'Aroz, écuyer, seigneur d'Aroz et d'Uzelle. Il hérite des biens de son oncle Jean[1].

Mariage et succession :
Il épouse Clémence, (? - vers 1524), dame d'Uzelle et de Beveuges, fille de Jacques de Franquemont, dit de "Montbéliard", et de Jeanne d'Accolans. Il a :

  • Girard qui suit,
  • Antoine, chevalier, seigneur d'Aroz et d'Uzelle, il épouse Jeanne, fille de Renaud de Leugney,
  • Jean, prêtre,
  • Alix, elle épouse Artaud de Fallerans, écuyer,
  • Anne, elle épouse le 18 février 1521 au château de Méximieu François du Louvot, écuyer, seigneur de Champolon.


Girard d'Aroz, (? - 1591), écuyer, seigneur de Franquemont, d'Uzelle et d'Accolans en partie. En 1526, au nom de son père, il vend à Antoine de la Oussière, écuyer les fiefs qu'il tient à Belleherbe, Velloreille et Vaucluse qui lui provenaient de sa mère. En 1537 il aliène la seigneurie de Franquemont à Nicolas de Gilley, seigneur de Marnoz, gentilhomme de la Maison de l'empereur Charles Quint. Il teste au château d'Uzelle le 3 mai 1571 et choisit sa sépulture dans l'église d'Uzelle auprès de ses ancêtres[1].

Mariage et succession :
Il épouse Louise, fille d'Adrien de Jouffroy-Gonsans et d'Anne Despotots, de qui il a :

  • François II qui suit,
  • Jean, écuyer, seigneur d'Accolans en partie. En 1586 il reprend d'Alain de Fallerans ce que celui-ci tenait de lui à Accolans. Il épouse Antoinette de Préjus,
  • Claude, religieux,
  • Marguerite, elle épouse Jean d'Ardenet, écuyer, seigneur d'Ardenet,
  • Anne, elle épouse le 24 décembre 1565/66 Jean V de Saint-Mauris (branche de Sancey),
  • Barbe.


François II d'Aroz, écuyer, seigneur d'Uzelle en partie et d'Accolans[1].

Mariage et succession :
Il épouse en 1574 Nicole, fille de Jean de Mathay, de qui il a :

  • Antoine qui suit,
  • Anne, elle épouse François de Crosey, écuyer, seigneur de Bremondans,
  • Marguerite, elle épouse Jean-Nicolas Colin de Passavant.


Antoine d'Aroz, (? - 1632), écuyer, seigneur d'Uzelle, d'Accolans, de Romains, de Sancey et d'Aroz. En 1606 il reprend en fief la portion de la seigneurie d'Uzelle que son père avait acquis de Ferdinand d'Ortembourg. Il est reçu dans la confrérie de Saint-Georges en 1618[1].

Mariage et succession :
Il épouse Anne, fille de Pierre de Thon et de Claire de Saint-Audoxe, de qui il a :

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

de gueules aux deux bâtons écotés d’or passés en sautoir, cantonnés en chef d’un besant, à chaque flanc d’une molette et en pointe d’une tige tréflée de trois pièces terrassée, le tout d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 réélu en 2008[2] Noël Langrognet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Aroz comptait 158 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361 362 372 355 410 413 375 372 378
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
335 339 323 295 267 259 245 216 184
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
163 163 154 145 139 127 121 124 109
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
103 101 116 141 158 151 150 150 158
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison du Temple
  • Tour de la Dîme
  • Église Saint-Martin (XVIe-XVIIe s)
  • Fontaine
  • Lavoir
  • La pierre percée, mégalithe classé monument historique, est plantée au milieu d'une prairie à proximité de la route reliant le village à Pontcey.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine Vieille,‎ 1757 (lire en ligne), p. 273 à 280
  • Roglo, d'Aroz [1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l histoire généalogique des sires de Salins
  2. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :