Toarcien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Toarcien

Notation chronostratigraphique l4
Notation française l4
Stratotype initial Drapeau de la France calcaires marneux de Thouars
Niveau Étage / Âge
Époque / Série
- Période / Système
-- Érathème / Ère
Jurassique inférieur
Jurassique
Mésozoïque

Stratigraphie

Début Fin
182,7 ± 0,7 Ma Point stratotypique mondial 174,1 ± 1,0 Ma

Le Toarcien est le dernier étage du Jurassique inférieur (Lias). Ce terme est dérivé de Toarcium, nom latinisé de Thouars dans les Deux-Sèvres, où se situe le stratotype. Il s'étend de -182,7 millions d'années (Ma) à -174,1 Ma. Il succède au Pliensbachien et précède l'Aalénien[1],[2].

Le stratotype[modifier | modifier le code]

Le stratotype de cet étage situé à Thouars (France) comprend une formation sédimentaire d'origine marine très riche en fossiles avec notamment plus de 80 espèces d'ammonites, des foraminifères, des ostracodes, des lamellibranches, des gastéropodes...

Le Toarcien de Thouars est composé par la succession lithostratigraphique suivante :

Histoire[modifier | modifier le code]

Les roches sédimentaires (grès, calcaires) du site thouarsais étaient exploitées par de petites carrières à ciel ouvert, qui en extrayaient des pierres de taille et du moellon. En 1849, Alcide Dessalines d'Orbigny se servit d'une de ces carrières, près de la ferme du Rigollier à Vrines, sur la commune de Sainte-Verge, pour établir le toarcien. Ce stratotype fut ensuite affiné par Eugène Eudes-Deslongchamps puis par Jules Welsh. En 1962, Jean Gabilly s'en servit pour définir de nouvelles subdivisions de l'étage, les "horizons", basées sur la répartition des faunes d'ammonites. Le stratotype du toarcien a été classé "Réserve naturelle nationale" par le décret ministériel n° 87-950 du 23 novembre 1987, entre autres grâce à l'action de la municipalité de la ville de Thouars et d'une association d'amateurs en paléontologie, la Société de géologie et de paléontologie thouarsaise Alcide d'Orbigny. Elle est aujourd'hui gérée par la Communauté de communes du Thouarsais. La région thouarsaise est une zone étalon utilisée par tous les paléontologues du monde.

Gisements[modifier | modifier le code]

Les roches du Toarcien affleurent dans de nombreux points du globe.

La carrière d'Hauenstein en Suisse, dans le Jura présente une couche de la fin du Toarcien où l'on trouve entre autres l'ammonite de référence, la Pleydellia aalensis.

La carrière de la société Lafarge SA, située à Belmont-d'Azergues (Rhône), est l'un des plus beaux gisements d'ammonites du Jurassique inférieur. Le Toarcien y est fortement représenté avec en particulier une abondance d'Hildoceras bifrons qui en est le marqueur. On trouve également nombre de Lytoceras cornucopia, de Grammoceras, de Pseudogrammoceras, d'Harpoceras, d'Hammatoceras et d'Haugia. Le musée géologique de Saint-Jean-des-Vignes créé par la section géologie-paléontologie des Ciments Lafarge abrite les plus beaux spécimens dans un cadre très pédagogique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) F.M. Gradstein, J.G Ogg, M. Schmitz et G. Ogg, The Geologic Time Scale 2012, Elsevier,‎ 2012, 1176 p. (ISBN 9780444594488).
  2. [PDF] « Charte stratigraphique internationale (2012) », sur http://www.stratigraphy.org/ (consulté le 9 mars 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]