Téléphérique urbain sud de Toulouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Téléphérique urbain sud de Toulouse
Aérotram
Réseau Transports en commun de Toulouse
Ouverture 2020
Terminus Oncopole de Toulouse - Université Paul Sabatier
Exploitant Tisséo
Conduite (système) Automatique
Points d’arrêt 3
Longueur 2,6 km
Temps de parcours 10 min
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD

Le téléphérique urbain sud de Toulouse (ou Aérotram) est un projet de téléphérique urbain dont l'ouverture est prévue pour 2020, et qui reliera l'Oncopole à l'université Paul Sabatier, dans la partie sud de l'agglomération toulousaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet de créer un transport en commun transversal en partie sud de l'agglomération toulousaine, sous forme de téléphérique, est lancé par Pierre Cohen. Lors du changement de majorité après les élections municipales de 2014, le coût trop élevé de l'infrastructure (80 millions d'euros au lieu des 44 initialement annoncés) fait craindre l'abandon du projet[1] ; néanmoins, il est maintenu et des études sont même lancées afin d'envisager une prolongation de la ligne prévue[2].

Tisséo approuve le 9 décembre 2015 le bilan de la concertation, organisée du 2 au 20 novembre précédents, et ayant pour objet la réalisation du téléphérique. L'attribution du marché, consistant en une conception, réalisation et maintenance de l'équipement, est prévue pour la fin de l'année 2016[3]. Le 30 mars, à l'issue de l'appel d'offres, quatre finalistes sont retenus par la maîtrise d'ouvrage : BMF, Doppelmayr, Leitner et Poma ; l'enveloppe financière est comprise entre 44 et 63 millions d'euros, pour une mise en service début 2020[4].

Fin 2016 le téléphérique urbain sud (TUS) a été attribué au groupe Poma[5].

Économie[modifier | modifier le code]

Le montant du projet s'élève à 54,6 millions d'euros[6].

Tracé de la ligne[modifier | modifier le code]

La ligne de l'aérotram est prévue pour relier l'Oncopole et l'université Paul Sabatier, en traversant la Garonne et en passant au-dessus de la colline de Pech-David. Le trajet mesurera environ 2,6 kilomètres. Une station intermédiaire est prévue pour desservir l'hôpital Rangueil[3],[7].

Pour ce tracé, suivant les options techniques retenues, entre cinq et quinze pylônes sont prévus[8].

Le tracé retenu reliera la ligne Linéo 5 et la ligne B du métro de Toulouse[6].

Stations et correspondances[modifier | modifier le code]

Stations Commune et quartier Lat/Long Correspondances Tisséo Réseau Arc-En-Ciel / TER
Université Paul Sabatier Toulouse (Rangueil) 43° 33′ 39″ N, 1° 27′ 48″ E Métro de Toulouse Ligne B du métro de Toulouse

Liste des lignes de bus de Toulouse3444545678818288115Noctambus​​​​​​

Réseau Arc-en-Ciel Hop!35083
CHR Rangueil Toulouse (Rangueil) 43° 33′ 31″ N, 1° 27′ 14″ E Liste des lignes de bus de Toulouse5488115​​​​​​​​​​​​​
Oncopole Toulouse 43° 33′ 16″ N, 1° 25′ 52″ E Linéo de ToulouseL5​​​​​​​​​​​​​​​ Liste des lignes de bus de Toulouse1113​​​​​​​​​​​​​​
Prolongement envisagé à l'ouest après l'ouverture[9]
Stations Commune et quartier Lat/Long Correspondances Tisséo Réseau Arc-En-Ciel / TER
Basso Cambo Toulouse (MirailBasso Cambo) 43° 34′ 12″ N, 1° 23′ 32″ E Métro de Toulouse Ligne A du métro de Toulouse

Linéo de ToulouseL4​​​​​​​​​​​​​​​ L11 Liste des lignes de bus de Toulouse11​​141821​​48495053575887117​​

Réseau Arc-en-Ciel 88
Prolongement envisagé à l'est après l'ouverture[9]
Stations Commune et quartier Lat/Long Correspondances Tisséo Réseau Arc-En-Ciel / TER
Montaudran Aerospace Toulouse (Montaudran) 43° 34′ 26″ N, 1° 28′ 48″ E Train urbain (TER cadencé) de l'agglomération toulousaine Ligne F du réseau de transports en commun de Toulouse

Métro de Toulouse Ligne TAE du métro de Toulouse (2025)

Linéo de ToulouseL8​​​​​​​​​​​​​​​Liste des lignes de bus de Toulouse2380​​​​​​​​​​​​​​

Calendrier[modifier | modifier le code]

  • 2017 : démarrage
  • 2018 : concertation publique, DUP
  • du 11 février au 18 mars 2019 : enquête publique
  • prévue en 2020 : mise en service

Service prévu[modifier | modifier le code]

Le téléphérique en projet devra relier les deux terminus en dix minutes environ, à raison d'une cabine toutes les 1,5 à 2 minutes ; le trafic envisagé est de 7 000 passagers par jour. Le service devrait être assuré de 5h15 du matin à minuit[3],[10].

Le trajet, avant réalisation de cette ligne, prend environ quarante-cinq minutes avec les transports en commun et vingt minutes en voiture hors heures de pointe[11].

Prolongements éventuels[modifier | modifier le code]

Deux prolongements éventuels de la ligne sont envisagés, à l'est pour desservir le quartier en construction de Montaudran et à l'ouest pour rallier l'actuel terminus de la Ligne A, la station Basso Cambo[3]. Dans cette configuration, la ligne nouvelle mesurerait dix kilomètres de longueur[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrice Valery, « Tram, aérotram, métro, bus : les projets de transports annulés, suspendus ou lancés à Toulouse », France 3 Midi-Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Fabrice Valery, « Toulouse : le projet de téléphérique “Aérotram” n'est pas abandonné... et pourrait être prolongé ! », France 3 Midi-Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  3. a b c et d Christiane Wanaverbecq, « En 2020, un téléphérique devrait relier deux pôles d’emploi dans le sud de Toulouse », Le Moniteur,‎ (ISSN 0026-9700, lire en ligne).
  4. « Quatre finalistes pour le marché du téléphérique à Toulouse - Transport et infrastructures », Le Moniteur,‎ (ISSN 0026-9700, lire en ligne)
  5. https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-telepherique-urbain-sud-tus-est-attribue-au-francais-poma-1159741.html
  6. a et b « Toulouse : le téléphérique urbain sud (TUS) est attribué au français POMA - France 3 Midi-Pyrénées », France 3 Midi-Pyrénées,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2016)
  7. https://www.francebleu.fr/infos/transports/images-toulouse-adopte-le-telepherique-urbain-1482334568
  8. Philippe Emery, « Oncopole-Rangueil : le téléphérique urbain remonte la pente », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne).
  9. a et b Sylvie Roux, « L'Aerotram peut-il aller encore plus loin ? », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  10. « Un téléphérique urbain à Toulouse à l'horizon 2020 », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2016)
  11. Édouard Malsch, « Le Téléphérique urbain sud à Toulouse en 2020 », UrbaNews,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]