Téléphérique de Bure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Téléphérique de Bure
Téléphérique de Bure en 2015 - Nouveau (à gauche), ancien (à droite, démantelé depuis)
Téléphérique de Bure en 2015 - Nouveau (à gauche), ancien (à droite, démantelé depuis)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région PACA
Département Hautes-Alpes
Commune Dévoluy
Coordonnées du départ 44° 39′ 40″ N, 5° 56′ 19″ E
Coordonnées de l'arrivée 44° 38′ 03″ N, 5° 54′ 30″ E
Parcours
Départ L'Enclus (1 495 m)
Arrivée Plateau de Bure (2 557 m)
· Dénivelé 1 062 m
· Longueur 4 040 m
· Temps 13 min
· Vitesse 5,2 m/s
· Pente moyenne 28 %
· Pente maximale 76 %
· Hauteur maximale cabine 270 m
Caractéristiques techniques
Type téléphérique
Écartement Voie étroite (700 mm)
Capacité des cabines 15+1 personnes

Le téléphérique de Bure est une remontée mécanique privée exclusivement utilisée par l'interféromètre du plateau de Bure (IRAM) dans la commune du Dévoluy. Avec sa portée de 4 040 m, il est le plus long téléphérique à va-et-vient de France.

Premier téléphérique[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Le premier téléphérique est construit en 1980 par Pomagalski pour l'Institut national d'astronomie et géophysique[1].

Accident[modifier | modifier le code]

L'accès à l'interféromètre fut, en 1999, le théâtre de deux catastrophes.

Le 1er juillet, un accident du téléphérique d'accès à l'observatoire a fait vingt morts: le lien avec le câble tracteur a lâché et en l'absence de frein, la cabine est descendue le long du câble porteur, puis s'en est décrochée et est tombée dans le vide[2].

Le 15 décembre suivant, lors d'une expertise, un accident d'hélicoptère a fait cinq morts[3].

Pour cette raison l'interféromètre du plateau de Bure est soumis depuis à des règles de sécurité draconiennes : présence d'un IADE (Infirmier Anesthésiste Diplôme d'État) toute l'année avec en outre possibilité de joindre une service hospitalier ou d'autres Secours Publiques (CODIS) par visioconférence, obligation de porter une radio pour les personnes travaillant à l'extérieur, etc.[4].

Deuxième téléphérique[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

À la suite de l'accident sur le premier téléphérique, un appel d'offre fut lancé en 2006 pour le remplacer[5].

Construit par la société Leitner Ropeways, il est mis en service fin juillet 2015 puis inauguré le [6]. Il devient le plus long téléphérique à va-et-vient de France avec sa longueur de 4 040 mètres[7].

Déraillement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la cabine voyageurs à gauche et les câbles monte-charge déraillés à droite.

Le , un des câbles porteurs déraille hors exploitation et tombe sur le sol, le préfet des Hautes-Alpes suspend alors son exploitation le [8],[9],[10]. Cependant, deux personnes de la société d'exploitation étaient présentes dans la cabine lors de l'incident [11]. Ils ont pu s'évacuer sans dommage à l'aide d'une corde.

Le personnel de l’IRAM avait plusieurs fois tiré la sonnette d’alarme face aux conditions de sécurité du téléphérique depuis sa construction, plusieurs d’entre eux ayant déjà exercé leur droit de retrait pour ne pas utiliser cette remontée mécanique dans ces conditions [12].

Fin , le téléphérique est toujours à l'arrêt, le président du département des Hautes-Alpes et ex-maire de Saint-Étienne-en-Dévoluy Jean-Marie Bernard s'irritant de la situation, les experts se renvoyant la balle[13]. Entre temps, un cheminement piéton a été sécurisé aux frais de la commune[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Poma pour la science! », Aménagements et Montagne n°21,‎ octobre/novembre 79, p. 14 et 15 (lire en ligne)
  2. « Pic de Bure : le verdict est tombé », (consulté le 25 janvier 2017)
  3. Bulletin Officiel du ministère de l'Éducation Nationale et du ministère de la Recherche No 44 du 7 décembre 2000 - Compte rendu de la réunion du CCHS du ministère de l'éducation nationale (enseignement supérieur et recherche)
  4. Vahé Ter Minassian, « Dans les Alpes, de nouvelles antennes pour sonder l'Univers », sur Le Monde, (consulté le 9 décembre 2016)
  5. « Appels d'offres : réalisation d'un téléphérique nouveau à va et vient bi porteur, mono tracteur pour assurer l'accès au site de l'iram sur le plateau de Bure(Hautes Alpes) entre le site de l'enclus à 1400 m d'altitude et le plateau à 2600 m. Ce téléphérique assure deux fonctions : transport de matériel sur une voie et transport de personnel sur l'autre voie (cette dernière comporte un système à frein de chariot). Une partie des composants et sous-systèmes de la machine blondin existante seront récupérés. » (consulté le 18 mai 2015)
  6. « Hautes-Alpes: revivez l'inauguration du téléphérique du Pic de Bure en vidéo », sur D!CI TV & Radio (consulté le 3 octobre 2015)
  7. « Bure : 16 ans après la tragédie, le téléphérique de l’Iram inauguré dans l’émotion (vidéo) », sur L'e-media 05 (consulté le 3 octobre 2015)
  8. Alpes 1, « Hautes-Alpes : téléphérique de Bure, tout est-il mis en oeuvre pour éviter une nouvelle catastrophe humaine ? », sur Alpes 1 (consulté le 8 décembre 2016)
  9. « L’exploitation du téléphérique du Pic de Bure suspendue par le préfet », sur L'e-media 05 (consulté le 8 décembre 2016)
  10. « Le téléphérique du Pic de Bure à l’arrêt pour plusieurs mois », sur ledauphine.com, (consulté le 25 janvier 2017)
  11. Alpes 1, « Hautes-Alpes : téléphérique de Bure, tout est-il mis en oeuvre pour éviter une nouvelle catastrophe humaine ? », sur Alpes 1 (consulté le 5 mars 2017)
  12. Alpes 1, « L'invité d'Au Bout de l'Actu : affaire Fillon, "je ne peux cautionner ce genre de situation", J.M. Bernard », à partir de 16 min 45 s, sur Alpes 1 (consulté le 7 mars 2017)
  13. « Hautes-Alpes : le téléphérique de Bure flambant neuf toujours à l'arrêt. La vive irritation du président du département », sur D!CI TV & Radio (consulté le 30 juillet 2018)
  14. « Hautes-Alpes : Le téléphérique de Bure flambant neuf toujours à l'arrêt : la vive irritation du président du département - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 30 juillet 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]