Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège
Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège.jpg
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
579,07 ha[2]
Administration
Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
Administration
Nature Midi-Pyrénées, gestionnaire
Site web
Localisation sur la carte de Haute-Garonne
voir sur la carte de Haute-Garonne
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

La réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège (RNR288) est une réserve naturelle régionale située en Occitanie. Classée en 2015, elle occupe une surface de 579,07 hectares et protège la zone de confluence de la Garonne et de l'Ariège.

Localisation[modifier | modifier le code]

Périmètre de la réserve naturelle.

Le territoire de la réserve naturelle en zone humide s'étire sur une quinzaine de kilomètres sur une zone essentiellement inondable entre les villes de Venerque et de Toulouse en Haute-Garonne le long des rives de l'Ariège jusqu'à sa confluence et de la Garonne jusqu'à l'entrée de Toulouse.

La réserve est située au pied du Pech-David sur le territoire des communes de Venerque, Vernet Clermont-le-Fort, Labarthe-sur-Lèze, Goyrans, Pins-Justaret, Lacroix-Falgarde, Pinsaguel, Portet-sur-Garonne, Vieille-Toulouse et Toulouse[3].

Il comprend une partie du domaine public fluvial de ces deux rivières :

  • sur l'Ariège depuis le pont entre Venerque et le Vernet ;
  • sur la Garonne depuis le pont entre Pinsaguel et Portet-sur-Garonne jusqu'au seuil du barrage de la Cavaletade à Toulouse.

Histoire du site et de la réserve[modifier | modifier le code]

Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège vue depuis le Pech-David

Les deux rivières ont été utilisées depuis plusieurs siècles pour le transport. Durant le XXe siècle, l'exploitation de granulats par draguage s'est développée autour de la confluence.

À partir de 2001, des acteurs locaux souhaitent préserver et mettre en valeur le territoire de la confluence. Dès 2007, l'association ConfluenceS Garonne-Ariège entame des programmes d'actions et met en place une charte de territoire, puis en 2009, une étude de faisabilité pour la RNR. Dans les années suivantes ont lieu les consultations de propriétaires publics et privés. Le dossier de classement est élaboré en 2013 et soumis à l'avis du CSRPN. Le classement intervient en 2015[4].

Écologie (biodiversité, intérêt écopaysager…)[modifier | modifier le code]

Remous causés par la confluence de la Garonne (à gauche) et de l'Ariège (à droite).

Le site comprend de nombreux milieux liés à la présence des cours d'eau (berges, ripisylves) et fait partie de leur plaine d'inondation. Il inclut également des coteaux molassiques et des vallons boisés en rive droite.

Flore[modifier | modifier le code]

La flore compte environ 500 espèces[5] dont l'Utriculaire élevée, la Renoncule aquatique, le Jonc fleuri, le Silène de France, le Grand muflier, le Peigne de Vénus et la Nigelle de France.

Faune[modifier | modifier le code]

Pour les oiseaux, on peut rencontrer sur le site le Milan noir, la Grande aigrette, l'Aigle botté, le Héron pourpré, le Bihoreau gris, l'Hypolaïs polyglotte, le Martinet noir, le Faucon hobereau, le Grand-duc d'Europe, le Guêpier d'Europe.

La Loutre d'Europe fréquente les cours d'eau. Dans les chauves-souris, mentionnons le Murin à oreilles échancrées.

Les poissons migrateurs comptent la Grande alose, l'Alose feinte, l'Anguille et le Saumon Atlantique.

Parmi les reptiles présents, on peut citer le Lézard vert, le Lézard des murailles, la Couleuvre verte et jaune, la Couleuvre à collier, la Couleuvre vipérine, la Coronelle girondine, la Cistude d'Europe et le Lézard hispanique. Dans les amphibiens qui fréquentent le site, on note la Rainette méridionale, le Crapaud calamite, le Crapaud commun, la Grenouille verte, la Grenouille agile et les Tritons palmé et marbré[6].

Les invertébrés comptent l'Agrion de Mercure et l'Azuré du serpolet.

Intérêt touristique et pédagogique[modifier | modifier le code]

Le site est accessible en de nombreux endroits par les berges ou les ponts. Il sert de zone verte pour l'agglomération toulousaine.

Administration, plan de gestion, règlement[modifier | modifier le code]

La baignade est interdite dans la Garonne et l’Ariège, ainsi que l’accès aux véhicules motorisés sur l’ensemble du domaine public fluvial. La chasse est autorisée selon la réglementation en vigueur.

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle a été créée par une délibération du Conseil régional du pour une durée de 10 ans reconductible.

Le site englobe en partie la ZNIEFF de type I no 730010231 « Confluence Garonne-Ariège ou Ramiers de Portet ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Muséum national d'Histoire naturelle, « Confluence Garonne-Ariège (FR9300162) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le 6 mars 2018)
  2. a et b « Confluence Garonne-Ariège », sur Réserves naturelles de France (consulté le 3 septembre 2015)
  3. http://www.confluences-garonne-ariege.org/territoire_en_hautegaro_au_sud-est_toulouse_65.php
  4. « Les étapes vers la réserve », sur confluences-garonne-ariege.org
  5. « Patrimoine écologique », sur confluences-garonne-ariege.org
  6. « Au fil des saisons », sur confluences-garonne-ariege.org