Saint-Michel – Marcel-Langer (métro de Toulouse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Michel – Marcel Langer
Sant-Miquèl – Marcel Langer
Bouche de métro à côté de l'ancienne prison.
Bouche de métro à côté de l'ancienne prison.
Localisation
Pays France
Ville Toulouse
Quartier Saint-Michel
Adresse Grande Rue Saint-Michel
Coordonnées
géographiques
43° 35′ 08″ nord, 1° 26′ 51″ est

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
Saint-Michel – Marcel Langer Sant-Miquèl – Marcel Langer
Caractéristiques
Position par
rapport au sol
Souterraine
Quais 2 (Latéraux)
Bouches 2
Accessibilité Oui
Transit annuel 2 187 550 (2016)
Historique
Mise en service
Architecte(s) M. Branger
M. Romeu
Artiste(s) Michel Verjux
Gestion et exploitation
Propriétaire Tisséo
Exploitant Tisséo
Ligne(s) Métro de Toulouse Ligne B du métro de Toulouse
Correspondances
Linéo de Toulouse​​​​​​​​​​​​​​​ L4
Liste des lignes de bus de Toulouse​​​​​​​​​​​​​​​ Noctambus
Métro de Toulouse Ligne B du métro de Toulouse

Saint-Michel – Marcel-Langer (Sant-Miquèl - Marcel Langer en occitan) est une station de la ligne B du métro de Toulouse située devant l'ancienne maison d'arrêt Saint-Michel, dans le quartier Saint-Michel, au sud-est de Toulouse.

Situation sur le réseau[modifier | modifier le code]

Saint-Michel-Marcel-Langer est située sur la ligne B du métro de Toulouse, entre les stations Palais-de-Justice au nord et Empalot au sud.

Histoire[modifier | modifier le code]

La station a été ouverte le 30 juin 2007, comme le reste de la ligne B.

Cette station devait initialement porter uniquement le nom toponymique Saint-Michel. À la suite de cinq années de mobilisation notamment du Comité de quartier Saint-Michel et des associations d'anciens résistants, le nom de Marcel Langer a été ajouté à Saint-Michel.

En 2016, la station a enregistré 2 187 550 validations, ce qui en fait la 9ème station sur 20 en termes de validations de la ligne B, devant Université-Paul-Sabatier et derrière Borderouge[1].

Services aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Accès et accueil[modifier | modifier le code]

La station est située au sud-est du centre-ville de Toulouse, dans le quartier Saint-Michel, le long de la grande rue Saint-Michel. Ses deux entrées sont situées face-à-face le long de cette rue.

Cette station est équipée d'un quai à 12 portes lui permettant de recevoir des rames de 52 m à 4 voitures. La station est équipée de guichets automatiques permettant l'achat de titres de transports, et est accessible à partir d'un ascenseur, d'un escalator et de deux escaliers.

Desserte[modifier | modifier le code]

Comme sur le reste du métro toulousain, le premier départ des terminus (Borderouge et Ramonville) est à 5h15, le dernier départ est à 0h du dimanche au jeudi et à 3h le vendredi et samedi.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La station est desservie par les lignes Tisséo suivante :

  • Liste des lignes de bus de Toulouse12Noctambus​​​​​​​​​​​​​​

Architecture[modifier | modifier le code]

Œuvre d'art réalisée par Michel Verjux[2].

Quatre projecteurs sont placés de façon originale. Dans le puits principal de la station, trois d'entre eux éclairent les trois puits de lumière placés sur le trottoir. Le quatrième éclaire le quai direction Ramonville. Le faisceau de ce dernier est positionné à la verticale et donne un effet que l'on retrouve dans certains spectacles, en mettant en valeur la personne qui se place dessous. Ces éclairages soulignent l'architecture de la station[3].

A proximité[modifier | modifier le code]

  • Collège Emile Zola
  • Hôtel de région
  • Maison d'arrêt Saint Michel
  • Station VélôToulouse no 128, 18 B GRANDE RUE ST MICHEL

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Métro, tramway, bus : le palmarès des stations et des lignes les plus fréquentées, à Toulouse », Actu Toulouse,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2018)
  2. (fr) Les œuvres de la ligne B du métro toulousain
  3. François Barré, Joindre et Rejoindre. L'art et le métro de Toulouse, Paris, 2007, p. 107 (ISBN 978-2-7557-0279-8)