Parnac (Indre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parnac.
Ne doit pas être confondu avec Parnac (Lot).

Parnac
Parnac (Indre)
L'église Saint-Martin en 2014.
Blason de Parnac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Le Blanc
Canton Saint-Gaultier
Intercommunalité Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin
Maire
Mandat
Christine Dejoie
2014-2020
Code postal 36170
Code commune 36150
Démographie
Gentilé Parnacois
Population
municipale
508 hab. (2015 en diminution de 2,12 % par rapport à 2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 15″ nord, 1° 26′ 35″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 317 m
Superficie 46,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Parnac

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Parnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Parnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Parnac
Liens
Site web mairie-parnac.fr/

Parnac est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud[1] du département, à la limite avec le département de la Creuse. Elle est située dans la région naturelle du Boischaut Sud.

Les communes limitrophes[1] sont : Saint-Gilles (3 km), Saint-Benoît-du-Sault (4 km), Roussines (5 km), Vigoux (7 km), La Châtre-Langlin (7 km), Mouhet (8 km), Bazaiges (9 km), Saint-Sébastien (10 km) et Éguzon-Chantôme (11 km).

Les communes chefs-lieux[1] et préfectorales sont : Saint-Gaultier (21 km), Le Blanc (35 km), Châteauroux (44 km), La Châtre (44 km) et Issoudun (69 km).

Localisation de la commune de Parnac

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux et lieux-dits de la commune sont : le Verger, la Roderie, le Fay, Mainclef, Montgarnaud, Mazotin, le Verger, Boisremond et la Rémondière[2].

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par la rivière Abloux[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A20[4] (L’Occitane) passe par le territoire communal et dessert un échangeur (numéro 20). On trouve aussi les routes départementales : 1, 4A, 5, 36, 59 et 113[4].

Les gares ferroviaires les plus proches sont les gares d'Éguzon[4] (10 km) et Saint-Sébastien[4] (12 km).

Parnac est desservie par la ligne L du Réseau de mobilité interurbaine[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 56 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 387
Résidences principales 63,8 %
Résidences secondaires 21,5 %
Logements vacants 14,8 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 85,9 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Parnacois[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La discrète Parnac a un passé riche dont témoignent les écrits des érudits et chercheurs du passé. Ils mériteraient sans doute d’être validés et complétés grâce  aux progrès apportés par l’archéologie professionnelle contemporaine.

Les plus anciens témoignages connus sont semble-t-il les dolmens de la période paléolithique. De multiples témoignages de l’âge des métaux (en schématisant à l’extreme des Celtes historiques aux Gaulois). Dans le bourg de multiples remplois révèlent sans doute une occupation gallo-romaine.

Dans le centre bourg l’ancien castrum (Moyen-âge) est encore lisible : il suffit de faire le tour de l’actuelle église pour apprécier la très probable motte castrale, et ses fossés, sur laquelle elle est érigée. (1)(2)

Parnac faisait partie intégrante du Comté de la Marche, famille dont une branche récente aux yeux de l’histoire avait un fief à Parnac, attesté encore de nos jours par un ravisant petit castel (ancien siège de fief ?) à l’entrée du bourg (2)

Signalons le portait d’Henri de La Marche de Parnac (dont les armoiries sont reprises par la commune) abbé de l’ordre de Grandmont de 1687 à 1715 par Cornelis Vermeulen (3)

D’un point de vue culturelle le Nord du Comte de La Marche exprime la rupture entre pays d Oil et Pays d Oc.  Parnac est l’une des communes les plus au Nord de ce vaste territoire méridional chanté par les troubadours ! Le nord occitan par ce qu’il est une zone de contact fait l’objet de nombreuses études.

Il faudrait citer le rôle joué par les congrégations religieuses à Parnac et à proximité (Saint Benoît du Sault) et un peu plus loin celle de l Abbaye Saint Martial de Limoges et de son influence intellectuelle et artistique sur l’Europe au XIIeme et XIIIeme siècle.

(1) Carte archéologique nationale (Ministère de la culture)

(2) source Elie de Beaufort (mémoires de la société des antiquaires de l’ouest, tomme XXVI 1860-1861).

(3) Cf collection château de Versailles et source Réunion des musées nationaux (RMN).

La commune fut rattaché de 1973 à 2015 au canton de Saint-Benoît-du-Sault.

Dans le premier quart du XIXe siècle, le relais de poste du Fay, situé sur l’ancienne route Royale reliant Limoges à Paris, ancienne RN 20, va héberger nombre d’artistes précurseurs de l’art du paysage au XIXe siècle. Y auraient séjourné et/ou travaillé dans les environs les Dupré, Jules (1811-1889) et Léon Victor (1816-1879) , Théodore Rousseau (1812-1867), Constant Troyon (1810-1865), Camille Corot (1796-1875), Victor Le Gentile (1815-1889)....

Certains de ces artistes iront par ailleurs peindre sur le site voisin de Crozant, illustré un peu plus tard par Léon Detroy (1857-1855), Armand Guillaumain (1841-1927) Claude Monet (1840-1926)- et même semble-il Francis Picabia (1879-1953)- ou encore à Barbizon (école de Barbizon) en forêt de Fontainebleau.

De ces séjours nous sont parvenues bien des œuvres dont pour Le Gentile « vue du Fay », et de somptueux paysages et chemins bordés de vieux chênes miraculeusement restés intacts jusqu’à nos jours.[8],[9]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement du Blanc, du canton de Saint-Gaultier, de la première circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin.

Elle dispose d'une agence postale communale[10].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Claude Laubier[11],[12] PCF[13] Retraité
mars 2014 en cours Christine Dejoie[14] DVD[15] Employée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2015, la commune comptait 508 habitants[Note 1], en diminution de 2,12 % par rapport à 2010 (Indre : -3,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2911 2601 3141 3401 4281 5081 4871 4681 512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4631 3541 4041 4081 4001 3841 4501 4721 417
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4901 5321 4211 2621 2261 1511 0901 003996
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 009911769706650562537521508
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieu d'enseignement[20] une école élémentaire publique, qui dépend du RPI[21] : Parnac - Saint-Benoît-du-Sault. Le collège public (Hervé-Faye) de secteur[22] se trouve à Saint-Benoît-du-Sault. Les lycées publics de secteur[22] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Dolmen de l'Aire aux Martres[23] : il est situé au sud du ruisseau de Boisrémont et au nord du chemin du Peu d'Argenton.
  • Dolmen dit des Gorces ou de Montgarnaud[24]: il est situé au lieu-dit « Les Gorces » au nord du ruisseau Le Portefeuille.
  • Église Saint-Martin : elle est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques : arrêté du .
  • Monument aux morts

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Parnac
Blason de Parnac Blason D'argent au chef de gueules.
Détails
Le blason est associé à celui du département (Indre).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Indre », sur le site de Lion 1906, consulté le 3 septembre 2018.
  2. a et b Géoportail, « Parnac » ., consulté le 17 septembre 2018.
  3. « Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre », sur le site de la Prévention du risque sismique, consulté le 3 septembre 2018.
  4. a, b, c, d et e « Parnac », sur le site de ViaMichelin, consulté le 3 septembre 2018.
  5. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  6. Site de l'Insee : Parnac (Indre), consulté le 6 septembre 2016.
  7. « Nom des habitants des communes françaises, Parnac », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 7 avril 2012).
  8. Robert Guinot, Victor Le Gentile 1815-1889 peintre paysagiste pré impressionniste en Bretagne, Berry et Limousin, Guenegaud, .
  9. Jean Châtelut, Naissance du paysage français, Tarabuste, .
  10. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  11. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  12. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  13. Site du PCF : « Liste des maires communistes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consultée le 25 septembre 2010.
  14. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  15. Site du Monde.fr : Parnac (Indre), consulté le 21 septembre 2016.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. Site de l'académie d'Orléans-Tours : « Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 16 août 2012.
  21. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI), consulté le 18 août 2012.
  22. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  23. Notice no PA00097423, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Notice no PA00097424, base Mérimée, ministère français de la Culture.