Lignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lignac (homonymie).
Lignac
La mairie en 2010.
La mairie en 2010.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Le Blanc
Canton Saint-Gaultier
Intercommunalité Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin
Maire
Mandat
Michèle Ballet
mai 2016-2020
Code postal 36370
Code commune 36094
Démographie
Population
municipale
510 hab. (2014 en diminution de 10,84 % par rapport à 2009)
Densité 7,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 01″ nord, 1° 13′ 09″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 197 m
Superficie 67,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Lignac

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Lignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lignac
Liens
Site web lignac.fr

Lignac est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud-ouest[1] du département, à la limite avec le département de la Vienne. Elle est située dans la région naturelle du Boischaut Sud, au sein du parc naturel régional de la Brenne. Elle occupe la troisième place du département en termes de superficie.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Dunet (5 km), Chaillac (7 km), Tilly (7 km), Chalais (8 km), Prissac (8 km), Coulonges (9 km), Thollet (9 km), Liglet (11 km), Bélâbre (11 km), Le Blanc (22 km), Châteauroux (53 km), La Châtre (60 km) et Issoudun (79 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : Tillet, le Four, Château-Guillaume et Aiguefoux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par la rivière Anglin[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[4] : 15, 32, 32A, 32B, 44, 53, 61 et 118.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 35 km.

La commune est desservie par la ligne L du réseau L'Aile Bleue[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 73 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays de la Brenne[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 478
Résidences principales 52,6 %
Résidences secondaires 27,6 %
Logements vacants 19,8 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 77,6 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lignac viendrait du nom Liniacium ou Villa Lini donné sous l'occupation romaine du nom du riche propriétaire terrien Linius.

Durant la Révolution, pour suivre un décret de la Convention (an II), Château-Guillaume change de nom pour Guillaume-Tell[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est dans cette commune que se trouve Château-Guillaume. Installé dans la petite vallée de l'Allemette, au cœur du Val d'Anglin, le château Guillaume est une puissante forteresse bâtie entre 1087 et 1112 par Guillaume IX, duc d'Aquitaine. Son fils Guillaume X fait agrandir le donjon au XIIIe siècle, avant que la propriété passe aux mains de la famille de La Trémoille. Démantelé sous Richelieu, il est reconstruit et restauré à la fin du XIXe siècle.

En souvenir de la petite fille de Guillaume IX, on l’appelle parfois le château d'Aliénor d'Aquitaine. On sait également que Du Guesclin combattit à proximité contre les Anglais. Château-Guillaume fut réuni à Lignac en 1819 (ancienne paroisse et commune).

La paroisse relevait jadis de l'abbaye de Saint-Savin. Lignac fut chef-lieu de canton durant la Révolution.

La commune fut rattaché de 1973 à 2015 au canton de Bélâbre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement du Blanc, du canton de Saint-Gaultier, de la première circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin.

Elle dispose d'une agence postale communale[8].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michelline Tortiget[9] SE  ?
mars 2008 [Note 1],[10] Maurice De Vasselot[11],[12] SE Retraité
en cours Michèle Ballet[13]  ?  ?
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2014, la commune comptait 510 habitants[Note 2], en diminution de 10,84 % par rapport à 2009 (Indre : -2,62 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 117 1 050 969 1 559 1 635 1 755 1 724 1 810 1 853
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 962 2 007 2 093 2 124 2 071 2 138 2 120 2 076 2 108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 015 1 919 1 836 1 530 1 508 1 405 1 336 1 269 1 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 057 992 809 706 614 572 572 544 510
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieu d'enseignement[18] une école élémentaire publique, qui dépend du RPI[19] : Lignac - Prissac. Le collège public (Hervé-Faye) de secteur[20] se trouve à Saint-Benoît-du-Sault. Les lycées publics de secteur[20] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

Plusieurs fêtes sont organisées durant l'année comme la « fête patronale de la Saint-Christophe » (dernier dimanche de juillet avec fête foraine, brocante, défilé), la « fête de Château-Guillaume » (le premier dimanche d'octobre), le marché de Noël à Château-Guillaume.

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Irène Blanchaud, Jean-Pierre Camus, Gérard Devoulou, Éliane Gerbaud, Hélène Gillard et Chantal de Vasselot, Lignac entre Brenne et Boischaud-Sud 1850-1950, Lancosme Éditeur, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démission.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b, c et d Site du Géoportail : Lignac, consulté le 15 décembre 2013.
  3. Site de la prévention du risque sismique : Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre, consulté le 30 juillet 2016.
  4. a, b et c Site de ViaMichelin : Lignac, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Site du conseil départemental de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 7 mars 2016.
  6. Site de l'Insee : Lignac, consulté le 6 septembre 2016.
  7. Charles Bouyssi, Communes et paroisses d’Auvergne, (lire en ligne).
  8. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  9. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  10. « Lignac : le maire démissionne », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).
  11. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  12. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  13. « Michèle Ballet maire de Lignac », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  18. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 16 août 2012.
  19. Site de l'académie d'Orléans-Tours : Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI), consulté le 18 août 2012.
  20. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  21. « Un dimanche patrimonial et artistique », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ .