Chazelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chazelet
L'église Saint-Jean-Baptiste en 2010.
L'église Saint-Jean-Baptiste en 2010.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement Le Blanc
Canton Saint-Gaultier
Intercommunalité Communauté de communes Brenne - Val de Creuse
Maire
Mandat
Benoît Fehrenbach
2014-2020
Code postal 36170
Code commune 36049
Démographie
Population
municipale
117 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 33″ nord, 1° 26′ 34″ est
Altitude Min. 141 m – Max. 237 m
Superficie 11,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Chazelet

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Chazelet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chazelet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chazelet

Chazelet est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud-ouest[1] du département, dans la région naturelle du Boischaut Sud, au sein du parc naturel régional de la Brenne.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Vigoux (3 km), Saint-Gilles (3 km), Saint-Civran (4 km), Sacierges-Saint-Martin (6 km), Saint-Benoît-du-Sault (8 km), Le Blanc (32 km), Châteauroux (39 km), La Châtre (42 km) et Issoudun (64 km).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : Bouchais, Chambord, Chassingrimont, Fougerolles, Guignemour, les forges d'Abloux, les Jarriges, Porquareau, la Goupillère et Quinquenpois.

Géologie et hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[3].

Le territoire communal est arrosé par la rivière Abloux[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales[4] : 1, 54, 59 et 59B.

La ligne du Blanc à Argenton-sur-Creuse via Saint-Benoît-du-Sault passait par le territoire communal, deux gares (Chassingrimont et Abloux) desservaient la commune. La gare ferroviaire la plus proche est la gare d'Argenton-sur-Creuse[4], à 12 km.

La commune est desservie par la ligne L du réseau L'Aile Bleue[5].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[4], à 49 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[6] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 113
Résidences principales 53,1 %
Résidences secondaires 53 %
Logements vacants 23,9 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 81,7 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

En Bas latin casale = petite maison, composé de casa, et suffixe diminutif ittum : petit domaine rural[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut rattaché de 1973 à 2015 au canton de Saint-Benoît-du-Sault.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement du Blanc, du canton de Saint-Gaultier, de la première circonscription de l'Indre et de la communauté de communes Brenne - Val de Creuse.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2008 Denise Courboin[Note 1],[8],[9]  ?  ?
mars 2008 mars 2014 Pierre Morizet[10]  ? Retraité
mars 2014 en cours Benoît Fehrenbach[11] DVD[12] Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 117 habitants, en diminution de -0,85 % par rapport à 2009 (Indre : -2,69 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 402 411 521 480 507 501 516 527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519 545 527 493 449 506 475 458 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
472 439 444 369 316 287 281 269 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
235 189 196 150 132 146 119 118 117
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006 [16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas de lieu d'enseignement[17], mais dépend du RPI[17] : Roussines - Chazelet - Luzeret - Sacierges-Saint-Martin - Saint-Civran. Le collège public (Rollinat) de secteur[18] se trouve à Argenton-sur-Creuse. Les lycées publics de secteur[18] se trouvent à Argenton-sur-Creuse (lycée général Rollinat) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal).

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Château de Chazelet[20],[21] : il fut construit vers le milieu du XVIe siècle par François Pot, seigneur de Chassingrimont. C'est un château fort entouré de douves, flanqué de cinq tours rondes et d'une tour carrée avec meurtrières et mâchicoulis. À noter que dans les années 1860, l'architecte Alfred Dauvergne travailla à moderniser l'ancien château du XVe siècle. Le propriétaire de l'époque, le marquis Taupinart de Tilière, souhaitait construire un pont supplémentaire sur les douves. Dauvergne proposa un pont métallique mais le propriétaire choisit de lui faire réaliser un pont en ciment armé dont Joseph Monier venait de déposer le brevet d'invention. Monier vint donc en 1875, réaliser à Chazelet ce qui fut le premier pont réalisé en béton armé en France.
  • Église Saint-Jean-Baptiste : dans l'église se trouve le tombeau de Guillaume d'Aubusson, provenant de l'ancienne chapelle de Chassingrimont.
  • Monument aux morts
  • Pont en béton armé : il fut construit par Joseph Monier, en 1875.
  • Forges de l'Abloux
  • Vestiges d'un château fort à Chassingrimont
  • Sépultures gallo-romaines
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Indiquée en fonctions en 1988.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Site de Lion 1906 : Indre, consulté le 10 septembre 2012.
  2. a, b et c Site du Géoportail : Chazelet, consulté le 15 décembre 2013.
  3. Site de la prévention du risque sismique : Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre, consulté le 30 juillet 2016.
  4. a, b et c Site de ViaMichelin : Chazelet, consulté le 14 décembre 2013.
  5. Site du conseil départemental de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 7 mars 2016.
  6. Site de l'Insee : Chazelet, consulté le 6 septembre 2016.
  7. Dictionnaire FEW, II, 45a.
  8. Brigitte Coulon et Gérard Coulon, Les femmes à la conquête de leurs droits : autour d'une polémique dans la presse locale en 1913 (no 7), (ISSN 0985-1569), p. 8.
  9. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  10. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  11. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  12. Site du Monde.fr : Chazelet, consulté le 21 septembre 2016.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI), consulté le 18 août 2012.
  18. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 20 août 2012.
  19. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  20. Nicolas Faucherre, Congrès archéologique de France, 142e session du Bas-Berry (1984) : Le château de Chazelet, Paris, Société Française d'Archéologie, , p. 76-80.
  21. Jean-Marie Pérouse de Montclos, Guide du patrimoine Centre Val de Loire, Paris, Hachette, (ISBN 2010185382), p. 312-313.