François Jolivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Jolivet
Illustration.
François Jolivet en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 4 mois et 4 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re de l’Indre
Président Emmanuel Macron
Législature XVe législature
(Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Jean-Paul Chanteguet
Maire de Saint-Maur
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Châteauroux
Nationalité Français
Parti politique UMP (jusqu'en 2015)
LR (2015-2017)
LREM (depuis 2017)
Diplômé de Université de Poitiers

François Jolivet, né le à Châteauroux (France), est un homme politique français.

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

François Jolivet est titulaire d’une maîtrise de droit public à la faculté de droit de Poitiers, d’un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de gestion à l’Institut d'administration des entreprises (IAE) de Poitiers ainsi que d’un mastère de management du groupe de l’École supérieure de commerce de Bordeaux[1].

Il commence sa carrière professionnelle en 1990 comme assistant parlementaire du sénateur François Gerbaud. En 1992, il rejoint les services du conseil général de l’Indre, où il exerce les fonctions de juriste auprès du directeur général des services. En 1993, il lui est confié la mission du contrôle économique des satellites départementaux[2]. Par la suite, il occupe le poste de directeur général de l’OPAC (Office public de l'habitat, d'aménagement et de construction) à Châteauroux[1]. En 2010, il rejoint le groupe ICF Habitat (groupe SNCF), où il prend la tête de la direction clientèle[1]. En avril 2016, il est nommé directeur général d’ICF Habitat Atlantique[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Élu local[modifier | modifier le code]

Maire de la commune de Saint-Maur (Indre) de 1995 à 2017, il est aussi vice-président de la communauté d’agglomération Castelroussine de 2001 à 2017. Il exerce également les fonctions de conseiller régional du Centre (élu en Indre-et-Loire) entre 2004 et 2015.

Député de l'Indre[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2012, il échoue au second tour face au socialiste Jean-Paul Chanteguet.

Lors des législatives de 2017, il est investi candidat de La République en marche après avoir milité pendant deux ans au parti Les Républicains. Il est élu député dans la première circonscription de l'Indre le 21 juin 2017 avec 70,4 % des voix au second tour, face la candidate du Front national[4].

Membre de la commission des finances, il en est le rapporteur spécial au logement. Le , il présente un rapport du projet de loi finances 2018 prévoyant en matière d’APL un prélèvement plus progressif et un étalage de la réforme prévue sur trois ans[5],[6],[7]. Dans une étude des instituts Rumeur publique et Data Observer publiée en octobre 2018 par le quotidien Les Échos, il est classé parmi les cinq députés les plus influents sur la loi logement[8].

En juillet 2019, à l'approche des élections pour le renouvellement des postes à responsabilités au sein du groupe LREM à l'Assemblée, il se porte candidat à la présidence du groupe LREM[9]. Il se présente finalement en duo paritaire avec la députée de la Nièvre Perrine Goulet[10]. Alors que Gilles Le Gendre est réélu dès le premier tour, leur ticket arrive en quatrième position sur six avec 17 voix[11].

Il est membre de la mission d'information « Impact, gestion et conséquences dans toutes ses dimensions de l’épidémie de Coronavirus » de l'Assemblée nationale créée le [réf. souhaitée]. Le , cette mission d'information dispose désormais des prérogatives d’une commission d’enquête[12]. Les personnalités convoquées doivent notamment prêter serment lors des auditions[réf. souhaitée].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Le , avec la députée Aude Bono, il lance l'appel « Touche pas à mon maire »[13], à la suite notamment de la mort du maire de Signes et aux violences envers les élus. Cet appel, relayé par les médias, est signé par 85 parlementaires[14].

En octobre 2019, il vote contre le texte de loi sur la bioéthique, dont la mesure phare autorisant la procréation médicalement assistée pour toutes fait débat[15].

En mars 2020, il s'oppose au député Aurélien Taché sur Twitter, l'accusant de relayer un message communautaire et contraire aux valeurs de la République[16].

Lors de la crise de Covid-19, il propose de créer un statut de reconnaissance nationale aux enfants de soignants décédés de leur engagement contre le virus. Il évoque aussi l'extension du dispositif de pupille de la Nation[17]. Avec 110 parlementaires de différents courants politiques, il suggère également de dédier le 14 juillet 2020 « aux Français mobilisés pour faire vivre et soigner le pays »[18].

En juin 2020, en plein débat sur le racisme et les violences policières, il lance avec 31 de ses collègues un appel pour dénoncer « une stigmatisation injuste » dont « sont victimes » les forces de l'ordre[19]. Dans cet appel, il estime qu'il faut « aller au-delà des mots et avoir le courage d'aborder sans tabou le difficile sujet du suicide dans les forces de police »[20]. Il demande à Christophe Castaner de se saisir du sujet[20].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Législatives : qui est François Jolivet, le nouveau député En Marche ! de la 1ère circonscription de l'Indre ? », sur France Bleu, (consulté le 15 mai 2020).
  2. « ICF Habitat Atlantique : François Jolivet nommé directeur général - Le Journal des Entreprises », sur Le Journal des Entreprises (consulté le 15 mai 2020).
  3. Business Immo, « François Jolivet est nommé directeur général d’ICF Habitat Atlantique », sur www.businessimmo.com, (consulté le 15 mai 2020).
  4. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  5. « N° 273 annexe 8 - Rapport de M. François Jolivet sur le projet de loi de finances pour 2018 (n°235). », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 8 octobre 2018)
  6. « Réforme des HLM : le gouvernement propose un compromis », Batiactu,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2018)
  7. « Baisse des APL : malgré le vote des députés, la mobilisation continue », sur La Gazette des Communes (consulté le 8 octobre 2018)
  8. « Loi Elan : quels ont été les députés les plus influents ? - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 8 octobre 2018)
  9. Caroline Vigoureux, « Groupe LREM à l’Assemblée: Gilles Le Gendre, un président contesté et désormais menacé », sur lopinion.fr, (consulté le 11 juillet 2019).
  10. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/efrancois-jolivet-depute-de-l-indre-candidat-a-la-presidence-du-groupe-lrem-a-l-assemblee », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 19 juillet 2019)
  11. Le Monde avec AFP, « Gilles Le Gendre reste président du groupe macroniste à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2019)
  12. « Coronavirus : l'Assemblée nationale se dote d'un vrai pouvoir d'enquête », sur Les Echos, (consulté le 30 juin 2020)
  13. BFMTV, « « Touche pas à mon maire! »: 85 parlementaires lancent un appel au soutien des élus locaux », sur BFMTV (consulté le 11 septembre 2019)
  14. avec AFP, « « Touche pas à mon maire ! » : appel de 85 parlementaires de la majorité », sur Ouest-France.fr, (consulté le 11 septembre 2019)
  15. « Bioéthique et PMA : qui a voté quoi à l'Assemblée? », sur RTL.fr (consulté le 10 mars 2020)
  16. « Des députés LREM furieux après les propos d'Aurélien Taché sur la "pensée décoloniale" », sur LExpress.fr, (consulté le 10 mars 2020)
  17. Pierre Maurer, « Des députés veulent un statut pour les enfants de soignants décédés du Covid-19 », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 mai 2020)
  18. « Indre : le député Jolivet veut associer les “blouses blanches” au 14-Juillet », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 15 mai 2020)
  19. Etienne Jacob, « «Stigmatisation injuste» : l'appel de 32 députés face aux suicides des policiers », sur Le Figaro.fr, (consulté le 29 juin 2020)
  20. a et b « "Et les suicides dans la police, on en parle ?" : le député Jolivet lance un appel pour alerter l'opinion », sur France Bleu, (consulté le 29 juin 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]