Limousin (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Cet article a pour sujet le Limousin en tant qu'entité administrative historique d'Ancien Régime. Pour plus d'informations sur la région administrative et collectivité territoriale contemporaine supprimée en 2015, voir l'article Limousin (ancienne région administrative). Pour les autres significations du nom Limousin, voir Limousin Ce lien renvoie vers une page d'homonymie.
Les limites du Limousin au XVIIIe siècle dans les frontières actuelles de la France.

En plus de correspondre à une réalité géographique et culturelle, le Limousin constitue une province du royaume de France de 1589 à la Révolution, avant de matérialiser une circonscription d'action régionale en 1960 puis une région administrative jusqu'en 2015, date de sa fusion dans la région Nouvelle-Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Intégration du territoire au domaine royal[modifier | modifier le code]

Le Royaume de France et fiefs voisins en 1477.

À la fin du XVe siècle, le territoire de l'actuel Limousin est globalement partagé entre les possessions de deux familles du Sud-Ouest de la France, la maison d'Albret (vicomté de Limoges, vicomté de Turenne, comté de Périgord) et la maison d'Armagnac (comté de la Marche), tandis que quelques franges marginales appartiennent soit à des duchés indépendants (Bourbonnais à l'est) ou à des fiefs du roi de France (comté d'Angoulême depuis le XIVe siècle, Poitou depuis le XIIIe siècle).

En 1531, la Marche est définitivement intégrée au domaine royal. En 1572, la maison de Bourbon, en la personne d'Henri de Bourbon, succède à la mère de ce dernier, Jeanne III d'Albret, à la tête des différents fiefs de la maison d'Albret ; Henri est donc à la fois vicomte de Limoges et comte de Périgord. Son accession au trône de France en 1589 sous le nom de Henri IV précipite le rattachement de ces territoires à la couronne.

Province royale[modifier | modifier le code]

Carte des communes contemporaines relevant de la province du Limousin au XVIIIe siècle.

Répondant à des critères flous et critiquables comme pour l'ensemble des provinces de l'Ancien Régime, la province du Limousin correspond dès lors à un territoire englobant la moitié sud du Limousin contemporain, la moitié nord relevant de la Marche. La province est-elle même qualifiée de manière différente à Limoges (Haut-Limousin) ou Tulle (Bas-Limousin)[1].

En 1738, la vicomté de Turenne, qui jusqu'alors avait continué de bénéficier d'une très grande autonomie, est finalement rattachée au Royaume de France et intégrée à la province.

Disparition de la province[modifier | modifier le code]

La province du Limousin disparaît avec la Révolution française. Le territoire est démantelé et écartelé entre trois des nouveaux départements instaurés : en majorité la Corrèze et la Haute-Vienne, et dans une moindre mesure la Dordogne.

Limousin contemporain[modifier | modifier le code]

Le Limousin renaît en tant qu'entité officielle au XXe siècle, mais dans une acception plus large (englobant le département de la Creuse, pourtant historiquement marchois : d'abord en tant que « région Clémentel » en 1919, puis en tant que « région de programme », puis circonscription d'action régionale et enfin en tant que collectivité territoriale à partir de 1982 et jusqu'en 2015.

L'amoindrissement du toponyme Marche, qui s'ensuit au profit de Limousin est générateur de confusions toponymiques : l'attribution du nom de « Haut-Limousin » aux projets intercommunaux du nord du département de la Haute-Vienne à la fin du XXe siècle, alors qu'il s'agit historiquement de la Basse-Marche, méconnaît l'usage originel des locatifs haut et bas qui précédant les noms de provinces, exprimaient leur degré d'éloignement par rapport à la capitale du Royaume de France, moins que leur latitude ou leur altitude.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason région fr Limousin.svg

Les armoiries du Limousin se blasonnent ainsi :
« D’hermine à la bordure de gueules », et ce depuis le passage de la vicomté de Limoges sous le contrôle de la maison de Dreux-Bretagne en 1290 par Arthur II de Bretagne, époux de Marie de Limoges.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis de Bernage, Mémoire sur la Généralité de Limoges, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Tripon, Historique monumental de l'ancienne province du Limousin, Limoges, Darde,
  • Jean Tricard, Philippe Grandcoing, Le Limousin, pays et identités: enquêtes d'histoire, de l'antiquité au XXIe siècle, Presses universitaires de Limoges, , 577 p. (ISBN 2-84287-410-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]