Liste des paquets GNU

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Logo du système GNU.

On appelle paquet GNU un paquet logiciel maintenu par le projet GNU et soutenu par la Free Software Foundation. Ces programmes sont destinés à être utilisés dans le cadre du système d'exploitation GNU et de ses variantes, notamment GNU/Linux, bien qu'ils puissent très souvent être utilisés sur d'autres plateformes. Ces logiciels sont tous des logiciels libres, le système GNU ayant été précisément créé dans le but de fournir un équivalent libre au système Unix.

Les paquets GNU sont au nombre de 395, tandis que 95 anciens paquets dont aujourd'hui déclassés. Ils sont fédérés au sein de la forge GNU Savannah.

Le projet GNU a été fondé par Richard Stallman, auteur du premier paquet GNU Emacs.

La version actuelle est la version 4.7.0 du 29 août 2019.[réf. nécessaire]

Définition[modifier | modifier le code]

Un logiciel est un paquet GNU lorsque son développeur et le projet GNU « conviennent que « le programme fait partie du projet GNU, qu'il est diffusé sous l'égide de GNU » – et l'indiquent dans le programme. »[A 1]. Le programme reste paquet GNU jusqu'à ce que le projet GNU décide de le déclasser.

Cela implique un certain nombre de conditions[A 1] :

  • Le programme est distribué sur ftp.gnu.org. Il est possible de le référencer sur un autre site FTP à la demande du mainteneur si celui-ci est en accès libre.
  • Le site officiel du projet doit être sur le site de GNU, à l'exception de sujets secondaires (documentation pour développeurs, gestion des bases de données), et à moins d'une raison impérieuse
  • Le développeur s'engage à veiller au bon fonctionnement de son programme avec les autres logiciels GNU
  • La documentation doit être au format Texinfo ou un format facilement convertible en Texinfo
  • Si le programme accepte des extensions, il doit utiliser Guile dans la mesure du possible
  • Le programme doit être distribué sous la licence recommandée par le projet GNU (dans la plupart des cas la GNU GPL version 3)
  • Le programme ne doit pas recommander n'importe quel logiciel non libre, ou renvoyer vers de la documentation non-libre d'un logiciel libre
  • Le mainteneur doit utiliser pour son programme la terminologie recommandée par GNU, à savoir parler de GNU/Linux et non de Linux pour le système d'exploitation complet[a], et de logiciel libre plutôt que d'open source
  • Le mainteneur doit rester en contact avec le projet GNU pour discuter des éventuels problèmes du paquet et corriger les erreurs de compatibilité.

Il est possible de transférer le copyright à la Free Software Foundation pour qu'elle se charge de faire respecter la licence, mais ce n'est pas une obligation[A 1].

Le projet GNU choisit comme mainteneur(s) du projet les personnes acceptant de le développer au nom du projet GNU[A 1]. Si les développeurs démissionnent, le projet GNU se charge de trouver des remplaçants[A 1].

Historique[modifier | modifier le code]

Richard Stallman, « Chief GNUisance » et fondateur du projet GNU.

Le projet GNU naît le lorsque Richard Stallman annonce sur Usenet son intention de développer un système d'exploitation entièrement libre compatible avec Unix dénommé GNU (pour GNU's not Unix - GNU n'est pas Unix, façon de rendre crédit au système de référence tout en indiquant qu'il s'agit d'un nouveau système)[1]. Stallman, alors hacker au MIT, est spécialiste en systèmes d'exploitation, notamment l'ITS, apprécié au MIT, et le système d'exploitation des machines Lisp, mais il est surtout pour l'éditeur de texte Emacs[1]. Le but de Stallman est de recréer un système communautaire, basé sur le partage, après l'effondrement de la communauté hacker dont la plupart des membres ont rejoint les entreprises de logiciel propriétaire[A 2]. D'un point de vue technique, GNU se démarque d'Unix notamment par une grande utilisation de Lisp[A 3].

Stallman commence par chercher un compilateur libre existant, puis sa recherche n'aboutissant pas, se résout à le développer soi-même, mais devant les problèmes successifs qu'il rencontre, préfère reporter la tâche à plus tard[2]. À la place, il écrit une version GNU d'Emacs, et en 1985, GNU Emacs devient le premier paquet GNU[3]. La même année, il écrit le manifeste GNU qui précise ce qui avait été annoncé en septembre 1983, et crée la Free Software Foundation (Fondation pour le logiciel libre) pour soutenir le développement de GNU[3].

En 1985, Stallman avait publié GNU Emacs sous une licence dite licence publique générale[4]. Afin de permettre d'utiliser cette licence sur tout logiciel libre, notamment le débogueur GDB qui occupe alors Stallman, le texte est modifié pour donner naissance à la licence publique générale GNU (GNU General Public License - très souvent abrégée GNU GPL)[4].

En 1991, le système GNU est presque prêt, à l'exception de son noyau, le Hurd[A 2]. Linus Torvalds, un étudiant finlandais, crée le noyau Linux, et l'année suivante, le publie sous licence libre[A 2]. L'association de GNU et Linux, connue sous les termes de GNU/Linux ou simplement Linux (cette dernière appellation, de loin la plus courante, étant rejetée par le projet GNU)[a], permet donc d'utiliser un système d'exploitation entièrement libre, 9 ans après le lancement de GNU[A 2].

Dans les années 1990, en s'appuyant sur le succès du modèle hautement personnalisable d'Emacs, Tom Lord crée GEL (GNU Extension Language - Langage d'extension GNU), qui sera renommé Guile, une implémentation de Scheme, une variante de Lisp[C 1]. Lord convainc Stallman d'en faire le langage d'extension officiel de GNU, Scheme ayant l'avantage d'une syntaxe plus propre et moderne qu'Emacs Lisp[C 1]. Guile a ainsi permis l'utilisation du modèle Emacs pour tous les logiciels du projet GNU[C 2].

En 2012 est lancé le projet de gestionnaire de paquets purement fonctionnel basé sur Guile Guix ; le projet aboutit à la création d'une distribution GNU officielle dénommée GuixSD (Guix System Distribution)[C 3],[C 4],[5].

En mai 2016, le logiciel libre d'amorçage Libreboot devient paquet GNU[6]. Mais survient une polémique en septembre 2016 lorsque Leah Rowe, fondatrice du projet, accuse la Free Software Foundation de transphobie (ce que la fondation nie[7]) et le retire du projet GNU. En 2017, Leah Rowe s'excuse de son comportement, qu'elle explique par des problèmes personnels[8], et avance la possibilité d'un retour de Libreboot au sein de GNU[9], mais, en novembre 2020, ni le projet GNU, ni Libreboot ne l'indiquent[A 4],[10].

Propos préliminaire à la liste[modifier | modifier le code]

La liste utilisée comme référence est celle présente sur la page d'accueil de la section « Logiciels » du site du projet GNU. Celle-ci répertorie, en novembre 2020, 395 paquets maintenus et 95 paquets déclassés[A 4].

GNU Telephony est un méta-projet destiné au développement et l'utilisation de logiciels libres dans la téléphonie. Il n’est pas identifié comme un paquet, contrairement au projet GNUnited Nations, lequel est utilisé pour la traduction du site gnu.org. Par ailleurs l'expression GNU toolchain (chaîne de compilation GNU) ne fait pas référence à un paquet en particulier mais à un ensemble de paquets destinés au développement logiciel.

On retrouve par ailleurs le préfixe GNU dans la dénomination de logiciels aucunement liés au projet. C’est notamment le cas de Gnuplot, un programme distribué dès 1986, soit deux ans après le lancement du projet GNU, ou encore GNU Gatekeeper (en), mais tous deux peuvent fonctionner sous GNU.

Liste[modifier | modifier le code]

Coordination du projet[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Organisation de GNU gnustandards La coordination du projet GNU (normes de codage et informations de maintenance pour les développeurs) est classée comme paquet GNU[A 4],[A 5]. - - Site officiel
GNU Hello hello GNU Hello est une distribution du programme minimaliste Hello world destiné à servir de modèle aux standards de codage GNU[C 5]. GNU GPL v3[C 5] 1992[A 6] Site officiel
GNU Web Translation Coordination trans-coord Le GNU Web Translation Coordination (en abrégé : « trans-coord ») est un projet d'organisation de la traduction du site officiel de GNU, classé comme paquet[A 4],[A 5],[C 6]. - - Site officiel
GNU womb womb GNU womb est un dépôt collectif pour les travaux pas encore prêts à former un paquet, ou destinés à rejoindre un paquet existant[A 5],[C 7]. - - Site officiel

Logiciels système[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Mach gnumach GNU Mach est le micronoyau sur lequel se base GNU Hurd, le noyau de GNU[C 8]. GNU GPL v2[B 1] Site officiel
Grub logo large.png GNU GRUB grub GRUB (GRand Unified Bootloader) est un chargeur d'amorçage (bootloader) gérant le multiboot[C 9]. Son rôle est, au démarrage de l'ordinateur, de charger un noyau, par exemple le Hurd ou Linux ; le noyau initialisant ensuite le reste du système[C 9]. GNU GPL v3[B 2] 1995[C 10]
Paquet GNU depuis 1999[C 10]
Site officiel
Hurd-logo.svg GNU Hurd hurd GNU Hurd est le noyau du système d'exploitation GNU[C 11]. Il est basé sur le micronoyau GNU Mach[C 11]. Son développement continue avec l'ambition d'en faire un noyau plus puissant que Linux[C 12]. Actuellement, une seule distribution fonctionnelle, Debian GNU/Hurd, propose d'utiliser Hurd plutôt que Linux, mais d'autres sont en développement[C 13]. GNU GPL v2[B 3] 1990[C 12] Site officiel
GNU C Library libc La GNU C Library (bibliothèque C GNU), souvent appelée glibc, fournit les bibliothèques de base pour le systèmes GNU ou GNU/Linux, mais également pour de nombreux autres systèmes basés sur le noyau Linux[C 14]. GNU LGPL v2.1[C 15] 1988[C 14] Site officiel
Freedo.svg Linux-libre linux-libre GNU Linux-libre est un fork du noyau Linux qui supprime tout blob de code non libre[C 16]. Il est destiné à être utilisé par les distributions GNU/Linux 100 % libres[C 16]. GNU GPL v2[C 17] 2009[C 16]
Paquet GNU depuis 2012[C 16]
Site officiel
GNU MIG mig MIG (Mach Interface Generator - « générateur d'interfaces Mach ») est un compilateur d'interface description language[C 18]. Son utilisation est nécessaire pour compiler GNU Mach et GNU Hurd, ainsi que glibc dans le cadre d'une utilisation par Hurd[C 19]. GNU GPL v2[B 4] Site officiel
GNU Shepherd shepherd GNU Shepherd (anciennement GNU dmd[b]) est un gestionnaire de services qui veille au bon fonctionnement de l'ensemble des services systèmes[C 20]. Il permet de remplacer le traditionnel programme init sous Unix[C 20]. Il est destiné à être utilisé par GNU/Hurd, mais peut servir à n'importe quel système POSIX utilisant Guile[C 20]. Il est notamment utilisé par la distribution Guix System[C 20]. GNU GPL v3[C 20] 2003[c],[C 20] Site officiel

Développement logiciel[modifier | modifier le code]

Implémentations de langages, compilateurs et interpréteurs[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU APL apl GNU APL est un interpréteur pour le langage de programmation APL[A 8]. GNU GPL v3[C 21] Site officiel
GNU Cim cim GNU Cim est un compilateur pour le langage Simula[A 8]. GNU GPL v2[B 5] Site officiel
LogoCLISP.jpg GNU CLISP clisp GNU CLISP est une implémentation du langage Common Lisp comprenant notamment un interpréteur, un compilateur et un débogueur[A 8]. GNU GPL v2[C 22] Site officiel
GNU epsilon epsilon GNU epsilon est un langage de programmation purement fonctionnel[A 5]. GNU GPL v3[C 23] Site officiel
GNU Compiler Collection logo.svg GNU Compiler Collection gcc GNU GCC est la « collection de compilateurs de GNU »[A 8]. Elle permet de compiler de nombreux langages, notamment C, C++, Objective-C, Objective-C++, Fortran, Ada, Go, D, BRIG, Pascal et CHILL (et anciennement Java[C 24])[C 25],[C 26],[C 27]. GNU GPL v3[C 28] Site officiel
GNU Common Lisp gcl GNU Common Lisp (ou GCL) est une implémentation du Common Lisp[A 8]. GNU LGPL v2[B 6] 1984[C 29]
Paquet GNU depuis 1994[C 29]
Site officiel
Gforth Logo.png Gforth gforth Gforth est une implémentation du langage Forth[A 8]. GNU GPL v3[C 30] Site officiel
GNAT gnat GNAT est un compilateur Ada, faisant partie de GNU Compiler Collection[C 31]. GNU GPL v3[C 28] Site officiel
GnuCOBOL gnucobol GnuCOBOL est un compilateur pour le COBOL[A 5]. Il traduit le code COBOL en langage C puis utilise un compilateur C tel que GCC[C 32]. 2001[C 32]
Paquet GNU depuis 2013[C 32]
Site officiel
GNU Prolog gprolog GNU Prolog (ou Gprolog, appelé Calypso à sa création[C 33]) est un compilateur et interpréteur interactif pour Prolog[A 8]. GNU GPL v2[d]
GNU LGPL v3
1996[C 33] Site officiel
GNU Guile logo.svg GNU Guile guile Guile (GNU Ubiquitous Intelligent Language for Extensions, initialement GEL, GNU Extension Language[C 1]) est une implémentation du langage Scheme, et le langage d'extension officiel de GNU[C 35]. Outre Scheme, Guile est capable d'interpréter du code ECMAScript ou Emacs Lisp (et partiellement Lua)[C 35]. Guile peut être utilisé comme langage principal d'un logiciel ou être intégré à des programmes C ou C++[C 35]. Guile était initialement une adaptation de l'interpréteur Scheme SCM, afin de le rendre plus approprié à l'utilisation comme bibliothèque[C 1]. Guile permet l'utilisation du modèle très personnalisable d'Emacs par les autres applications GNU[C 2]. GNU LGPL v3[e]
GNU GPL v3
1994[C 1] Site officiel
Kawa-logo.svg GNU Kawa kawa GNU Kawa est une implémentation du langage Scheme pour la plate-forme Java[A 8]. MIT/X11[C 37] Site officiel
Liberty Eiffel liberty-eiffel Liberty Eiffel est un compilateur pour le langage Eiffel, comprenant également un logiciel d'impression élégante, un débogueur, et autres outils[A 8]. Il est accompagné d'une importante bibliothèque et de modules de liaison avec les bibliothèques libres les plus courantes[A 8]. Il est le successeur du compilateur SmartEiffel, l'ancien compilateur Eiffel de GNU[C 38]. GNU GPL v2[C 39] Site officiel
MIT GNU Scheme Logo.svg MIT/GNU Scheme mit-scheme MIT/GNU Scheme est une implémentation du langage Scheme, comprenant un interpréteur, un compilateur, un débogueur, et un éditeur de texte intégré semblable à Emacs[A 8]. Il est développé en collaboration avec le Massachusetts Institute of Technology (MIT)[C 40]. GNU GPL v2[C 40] Site officiel
GnuPascal.svg GNU Pascal pascal GNU Pascal est un compilateur pour le langage Pascal[A 5]. Il fait partie de GCC[C 27] Site officiel
Qexo qexo Qexo est une implémentation Java de XQuery comprise dans GNU Kawa[A 8],[C 41]. MIT/X11[C 41] Site officiel
GNU Sather sather Sather est un langage de programmation orienté objet semblable à Eiffel[A 8],[C 42]. Son objectif est d'être « aussi efficace que le C, le C++ et le Fortran, aussi élégant et sûr qu'Eiffel et CLU, et capable d'utiliser des fonctions d'ordre supérieur comme Common Lisp, Scheme ou Smalltalk »[f],[C 42] GNU GPL v3[C 42] 1990[C 43]
Paquet GNU depuis 1998[C 43]
Site officiel
SCM 64.png GNU SCM scm GNU SCM est une implémentation du langage Scheme, basé sur le convertisseur du Scheme vers le C Hobbit[A 8]. GNU LGPL v3[C 44] Site officiel
GNU Smalltalk logo.svg GNU Smalltalk smalltalk GNU Smalltalk est une implémentation du langage Smalltalk-80[C 45]. GNU GPL v2[g],[B 7]
GNU LGPL v2
Site officiel

Outils de développement[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Autoconf autoconf GNU autoconf est un logiciel produisant du code pour des scripts pour interpréteur de commande à partir du langage de macro M4[A 8]. Il repose soit sur le M4 (dont il existe une implémentation GNU), soit sur le langage Perl[C 47],[C 48]. Autoconf est notamment utilisé par GNU Automake et GNU Libtool[C 47]. GNU GPL v2[B 8] 1991[C 48] Site officiel
GNU Autoconf Archive autoconf-archive GNU Autoconf Archive fournit plus de 500 macros supplémentaires pour Autoconf, afin d'étendre ses possibilités[A 8],[C 49]. GNU GPL v3[B 9] Site officiel
GNU AutoGen autogen GNU AutoGen génère automatiquement les parties répétitives d'un code source[A 8]. Il contient un module nommé AutoOpts destiné à la maintenance de la documentation des options des programmes[A 5],[A 8]. GNU GPL v3[B 10] Site officiel
GNU Automake automake GNU Automake fait partie du système de compilation de GNU : il produit des makefiles conformes aux standards GNU, en utilisant Autoconf[A 5],[A 8]. Son utilisation requiert Autoconf[C 50]. GNU GPL v3[B 11] 1994[C 51] Site officiel
GNU Binutils binutils GNU Binutils est une collections d'utilitaires pour la manipulation des fichiers binaires[C 52]. Ses deux principaux programmes sont GNU linker (ld), un éditeurs de liens, et GNU Assembler (gas), un assembleur[C 52]. La bibliothèque BFD (en), permettant de travailler avec des fichiers exécutables ou objets, en fait également partie, tout en étant classée comme paquet indépendant[A 8],[C 52]. Site officiel
GNU Bison bison GNU Bison (écrit « Byson » lors de sa création[C 53]) est un générateur polyvalent d'analyseurs syntaxiques (parsers)[A 8]. Il est l'équivalent GNU de Yacc avec lequel il existe un compatibilité ascendante[C 54],[C 53]. GNU GPL v3[C 54] 1985[C 53] Site officiel
GNU Ccide ccide GNU Ccide est un générateur de code d'arbres de décision pour le langage C, remplaçant la syntaxe traditionnelle if–else[A 8]. GNU GPL v3[C 55] Site officiel
GNU cflow cflow GNU cflow analyse les codes sources en langage C pour produire des graphiques, ou analyse les graphiques d'Emacs[A 8]. GNU GPL v3[B 12] Site officiel
GNU complexity complexity GNU complexity permet d'analyser un code source en langage C afin de mettre en évidence et de faciliter la compréhension de la structure d'un code source inconnu[A 5],[A 8]. GNU GPL v3[B 13] Site officiel
GNU config config Le paquet GNU config contient deux scripts, config.guess et config.sub, servant à déterminer les caractéristiques d'un système pour la configuration de nombreux logiciels, dont la plupart des logiciels GNU[A 8]. GNU GPL v2[B 14] Site officiel
GNU Cppi cppi GNU Cppi uniformise la présentation des codes source C, en harmonisant notamment l'indentation et le nombre d'espaces[A 8]. GNU GPL v3[C 56] Site officiel
GNU DDD ddd GNU DDD (Data Display Debugger) fournit une interface graphique aux débogueurs en ligne de commande, notamment le débogueur GNU, GDB[A 8]. GNU GPL v2[C 57] 1994[h],[C 57] Site officiel
Dejagnu-logo.png DejaGnu dejagnu DejaGnu fournit un ensemble de méthodes pour tester des logiciels[A 8]. DejaGnu est écrit en Expect, extension du langage Tcl[C 58]. GNU GPL v3[B 15] Site officiel
Gdb archer fish.svg GDB gdb GDB est le débogueur de GNU : il permet de surveiller l'exécution d'un programme, notamment lors d'un plantage[A 8]. Il permet de déboguer des programmes écrits dans les langages Ada, assembleur, C, C++, D, Fortran, Go, Objective-C, OpenCL, Modula-2, Pascal et Rust[C 59]. GNU GPL [C 60] Site officiel
GNU Gengen gengen GNU Gengen (Generator Generator) est un programme générant des générateurs de texte, permettant notamment de produire du code C ou C++[A 8],[C 61],[C 62]. Une partie du code source de Gengen est généré par le logiciel lui-même[C 62]. GNU GPL v3[C 63] Site officiel
GNU Gengetopt gengetopt GNU Gengetopt génère une fonction en C ou C++ destinée à l'analyse des options des programmes en ligne de commande, selon le format des normes GNU[A 8]. Sa documentation est écrite grâce au programme Doxygen[C 64]. GNU GPL v3[C 65] Site officiel
Gnu-global-logo.png GNU GLOBAL global GNU GLOBAL est un système de marquage du code source, fonctionnant aussi bien dans les éditeurs de texte, les terminaux et les navigateurs web facilitant ainsi la navigation au sein d'un gros projet logiciel[A 8]. Il supporte nativement cinq langages (C, Yacc, Java, PHP 4 et assembleur), mais des extensions lui permettent de travailler avec 25 langages différents[C 66]. GNU GPL v3[C 67] Site officiel
GNATS gnats GNATS est un ensemble d'outils permettant de suivre les différents problèmes d'un logiciel signalés par les utilisateurs[A 8]. GNU GPL v2[B 16] Site officiel
Gnatsweb gnatsweb Gnatsweb fournit une interface web à GNATS, conçue en HTML5, JavaScript et Perl (avec le framework Mojolicious) et utilisant le protocole WebSocket[A 5],[C 68]. GNU GPL v3[B 17] Site officiel
GNU Greg greg GNU Greg est un ensemble de méthodes servant à tester les logiciels et les bibliothèques[A 8]. Il peut être utilisé en tant que module Guile pour les programmes dotés d'un interpréteur Guile[A 8]. GNU LGPL v2.1[A 9] Site officiel
GNU indent indent GNU indent est un programme de formatage du code source du langage C, permettant de le rendre plus facile à lire[A 8],[C 69]. Il accepte plusieurs styles de programmation, notamment les styles GNU, BSD et K&R[A 8]. GNU GPL v3[B 18] Site officiel
Libtool.jpg GNU Libtool libtool GNU Libtool (GNU Portable Library Tool) est un script simplifiant l'utilisation des bibliothèques partagées[C 70]. Libtool contient libltdl, qui simplifie l'utilisation des bibliothèque runtime (en)[B 19]. GNU GPL v2[B 19] Site officiel
GNU make make GNU make est la version GNU du programme make — la plupart des versions n'étant pas libres —[C 71]. Cet utilitaire permet de produire différents fichiers, notamment des exécutables, à partir de leurs codes source[A 8]. GNU GPL v3[C 71] Site officiel
GNU Marst marst GNU MARST est un traducteur du langage de programmation Algol 60 vers le langage C[A 8]. Il est constitué de trois principaux composants : le traducteur lui-même, MARST, la bibliothèque ALGLIB, contenant des codes Algol pré-compilés et d'autres fonctions nécessaires à MARST, et le convertisseur MACVT permettant de passer d'une forme d'Algol 60 à une autre[C 72]. GNU GPL v3[A 10] Site officiel
GNU OO-Browser oo-browser OO-Browser est un navigateur interactif de classes similaire aux navigateurs Smalltalk, prenant en charge plusieurs langages orientés objet, utilisable dans Emacs. GNU GPL v3[B 20] Site officiel
GNU patch patch GNU patch est un programme produisant des nouvelles versions d'un ou plusieurs fichiers à partir d'un fichier de différences, généralement généré par le programme diff[A 8],[B 21]. GNU GPL v3[B 22] Site officiel
GNU pyconfigure pyconfigure GNU pyconfigure est un programme fournissant des fichiers modèles afin de faciliter l'écriture de scripts configure et de Makefiles conformes aux standards pour l'installation des logiciels utilisant le langage Python[A 8]. Des macros Autoconf permettent d'adapter le programme à l'ordinateur concerné[A 8]. L'objectif de pyconfigure est de fournir un remplaçant à la méthode d'installation standard des paquets Python, peu pratique lorsqu'un programme mêle des parties en Python et dans d'autres langages[C 73],[C 74]. Licence permissive[C 73],[B 23] Site officiel
GNU SHMM shmm GNU SHMM est un gestionnaire de mémoire partagée[C 75]. GNU GPL v3[B 24] Site officiel
GNU superoptimizer superopt GNU superoptimizer (ou superopt) cherche la plus courte séquence d'instructions possible pour une fonction donnée[C 76]. GNU GPL v2[C 76] 1991[C 76] Site officiel
GNU Swbis swbis GNU Swbis fournit des utilitaires pour l'empaquetage des logiciels de manière conforme aux standards POSIX[A 5],[A 8]. GNU GPL v3[B 25] Site officiel
GNU Thales thales GNU Thales fournit des macros pour effectuer des tests unitaires dans Guile[A 8]. GNU GPL v3[B 26] Site officiel
GNU Vmgen vmgen Vmgen est un générateur de machine virtuelles, notamment utilisé par Gforth[A 5]. GNU GPL v2[B 27] Site officiel
GNU XmlAT xmlat GNU XmlAT (GNU Xml Applicable Tools) est un outil de définition et d'implémentation de langages de balisage. Dérivé de GNU SXML, il est écrit, contrairement à ce dernier, non pas en Perl mais en C et utilise GNU Guile[B 28]. GNU GPL v3[B 28],[C 77] Site officiel

Environnements de développement[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Djgpp logo.svg DJGPP djgpp DJGPP (« DJ's[i] GNU Programming Platform », initialement appelé djgcc[C 79]) fournit un système de développement intégrant de nombreux utilitaires GNU pour DOS sur du matériel x86[A 5],[C 80]. GNU GPL v2[j]
GNU LGPL v2.1
1989[C 78],[C 79] Site officiel
GNU EDMA edma GNU EDMA (parfois appelé MODE[k]) est un environnement de développement combinant la programmation orientée objet et la programmation orientée composant[A 8],[C 86]. GNU LGPL [B 29] Site officiel
GNU GLUE glue GNU GLUE fournit un cadre pour le travail collaboratif distribué par Internet[A 5],[C 87]. GNU GPL v2[C 88] Site officiel
GNUstep3D.png GNUstep gnustep GNUstep est un environnement de développement purement fonctionnel et orienté objet, compatible avec Cocoa[A 8]. Il s'agit de l'implémentation GNU d'OpenStep[C 89]. GNU LGPL v2.1[B 30] 1994[C 90] Site officiel
Gorm gorm Gorm (Graphical Object Relationship Modeller) est un concepteur d'interfaces graphiques pour GNUstep[C 91]. Il est l'équivalent d'Interface Builder de NeXTSTEP[C 91]. Site officiel
GNU Kopi kopi GNU Kopi est un environnement de développement Java pour les applications interactives de base de données[A 5]. GNU GPL v2[C 92] Site officiel

Gestion de versions[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Bazaar-logo.png GNU Bazaar bazaar GNU Bazaar est un logiciel de gestion de versions, permettant d'enregistrer l'historique des modifications des fichiers d'un projet logiciel[A 8]. Il fonctionne aussi bien de manière centralisée que distribuée[A 8]. GNU GPL v2[C 93] Site officiel
GNU CSSC cssc GNU CSSC est un remplaçant libre pour SCCS, un logiciel de gestion de versions propriétaire fonctionnant sous Unix[A 8],[C 94]. GNU GPL v3[C 95] Site officiel
GNU RCS rcs GNU RCS est un logiciel de gestion de versions fonctionnant fichier par fichier, contrairement aux systèmes plus récents[A 8]. Néanmoins, cela le rend adapté aux fichiers d'administration système[A 8]. Il est basé sur GNU Diffutils[C 96]. GNU GPL v3[C 96] Site officiel
Vc-dwim vc-dwim Le paquet vc-dwim contient deux outils, vc-dwim et vc-chlog, qui simplifient la gestion d'un changelog[A 8]. GNU GPL v3[C 97] Site officiel

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
8sync 8sync 8sync est une bibliothèque de programmation asynchrone (en) pour GNU Guile[A 8]. GNU LGPL v3[B 31] 2016[C 98] Site officiel
GNU avl avl GNU avl ou libavl est une bibliothèque pour le langage de programmation C destinée aux arbres AVL[A 8]. GNU LGPL [B 32] 1998[C 99] Site officiel
GNU BFD (en) bfd GNU BFD (Binary File Descriptor library) est une bibliothèque rattachée au paquet GNU Binutils permettant de travailler avec des fichiers exécutables ou objets[A 8],[C 52]. GNU GPL v3[C 100] Site officiel
GNU cgicc cgicc GNU cgicc est une bibliothèque pour le langage de programmation C++ destinée à la technologie Common Gateway Interface (Common Gateway Interface, « interface de passerelle commune »), et compatible avec FastCGI[A 8],[C 101]. GNU LGPL [l]
GNU GPL
Site officiel
GNU Classpath badge.png GNU Classpath classpath Le paquet GNU Classpath fournit les bibliothèques standard pour les machines virtuelles et compilateurs Java[A 5],[A 8]. GNU GPL v2 avec exception[m] Site officiel
GNU Classpath Extensions classpathx GNU Classpath Extensions, en abrégé classpathx, fournit un équivalent aux bibliothèques d'extension de Java (« javax.* »), et sert de complément à GNU Classpath[A 5],[C 104]. GNU GPL [B 35]
GNU LGPL
Site officiel
GLib glib GLib est une bibliothèque servant de base à GTK+ et GNOME[A 5]. Site officiel
GNUlib gnulib GNUlib fournit des fonctionnalités communes à l'ensemble des paquets GNU[A 8]. Il contient un script, gnulib-tool, facilitant l'utilisation de la bibliothèque par les logiciels[A 8]. GNUlib permet notamment l'utilisation de logiciels GNU par d'autres systèmes que GNU[C 105] Principalement GNU GPL et GNU LGPL [n] Site officiel
GNU Prolog for Java gnuprologjava GNU Prolog for Java (ou GNUprologjava) est une implémentation du langage de programmation Prolog en tant que bibliothèque Java[A 8],[C 106]. GNU LGPL v3[C 106] Site officiel
GNU gperf gperf GNU gperf est un générateur de fonctions de hachage en C ou C++[C 107]. GNU GPL v3[C 108] Site officiel
GNU Slip gslip GNU Slip est une implémentation de SLIP (en) (Symmetric List Processor), fournissant une extension à la Standard Template Library du C++ GNU GPL v3[C 109] Site officiel
GNU JEL jel GNU JEL (Java Expressions Library) est une bibliothèque Java permettant d'intégrer à un programme des expressions données par l'utilisateur[C 110]. GNU GPL v3[B 37] Site officiel
GNU libffcall libffcall GNU libffcall est une bibliothèque C permettant de faire appel à des fonctions extérieures[C 111]. GNU GPL v3[C 111] Site officiel
GNU libiconv libiconv GNU libiconv est une implémentation de la fonction iconv, destinée aux systèmes en étant dépourvus[A 8]. Elle sert à convertir les différents systèmes de codage des caractères[A 8]. GNU LGPL v2.1[o]
GNU GPL v3
Site officiel
GNU LibJIT libjit GNU LibJIT est une bibliothèque de compilation à la volée[A 5]. Il s'agissait initialement d'un sous-projet de DotGNU, où il servait de backend à Portable.NET ; le projet est ensuite devenu indépendant étant utilisé par d'autres logiciels non liés à DotGNU[C 113]. GNU GPL v2.1[B 40] Site officiel
GNU libsigsegv libsigsegv GNU libsigsegv est une bibliothèque de gestion des erreurs de page[C 114]. GNU GPL v2[C 114] Site officiel
GNU libunistring libunistring GNU libunistring est une bibliothèque C pour manipuler des chaînes de caractères Unicode[C 115] GNU LGPL v3[C 116] Site officiel
GNU lightning (en) lightning GNU lightning est une bibliothèque générant du code assembleur pendant l'exécution d'un programme, permettant ainsi la compilation à la volée[C 117]. GNU LGPL v3[B 41] Site officiel
GNU java-getopt java-getopt GNU java-getopt est une implémentation en Java de la fonction C getopt, contenue dans la GNU C Library, et servant à analyser les arguments de la ligne de commande[A 8],[C 118]. GNU LGPL v2[C 119] Site officiel
GNU MemPool mempool MemPool est une bibliothèque d'allocation de mémoire contenant des fonctions similaires à malloc, realloc et free[C 120]. Elle peut servir à simuler des systèmes à faible mémoire, ou à remplacer complètement le gestionnaire de mémoire[C 120]. GNU GPL v3 avec exception (licence eCos)[B 42],[C 120] Paquet GNU depuis 2017[B 43] Site officiel
GNU mifluz mifluz GNU mifluz est une bibliothèque C++ (utilisable en C[B 44] pour stocker l'index inversé d'un texte[C 121]. GNU GPL v3[C 121] Site officiel
GNU Nana nana GNU Nana est un ensemble de méthodes de tests pour le développement en C ou C++, utilisables directement ou via un débogueur[A 8],[C 122]. Nana prend en charge la vérification des assertions, la journalisation et les tests de performance[A 8]. Licence permissive[C 123] Site officiel
GNU Pth logo.jpg GNU Pth (en) pth GNU Pth (GNU Portable Threads) est une bibliothèque C dédiée au multithreading[C 124]. GNU LGPL [B 45] 1999[C 125] Site officiel
GNU QuickThreads quickthreads GNU QuickThreads est une bibliothèque pour la gestion des threads[A 5],[C 126]. GNU GPL v2[B 46] Site officiel
GNU SLIB slib GNU SLIB est une bibliothèque pour le langage de programmation Scheme[A 8]. Elle est utilisable avec de nombreuses implémentations de Scheme, dont quatre sont paquets GNU (Guile, Kawa, MIT/GNU Scheme et SCM)[C 127] Domaine public ou licence permissive[B 47] Site officiel

Apprentissage de la programmation[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU C Reference Manual gnu-c-manual Le GNU C Reference Manual est le manuel de référence (en) pour la programmation en langage C tel qu'implémenté par GCC[C 128]. Il n'est pas conçu pour servir de tutoriel d'introduction au langage C, bien que les connaisseurs d'autres langages puissent s'en servir ainsi[C 128]. GNU FDL v1.3[C 129] Site officiel
Java Training Wheels jtw Java Training Wheels (« roulettes d'apprentissage pour Java », en abrégé J.T.W.) consiste en un préprocesseur pour le langage Java dans le but de rendre son apprentissage plus simple[A 8],[C 130]. Ce préprocesseur ajoute des fonctionnalités à Java, tels qu'un système d'inclusion de fichiers similaire au préprocesseur C, une « macro superfor » qui rend plus simple l'utilisation de la boucle for, ou encore de nouveaux mots-clés ou structures de contrôle[A 8],[C 130]. La syntaxe proposée par J.T.W. ressemble aux langages Delphi, Pascal, BASIC ou JavaScript[C 130]. GNU GPL v3[C 130] Site officiel
An Introduction to Programming in Emacs Lisp lispintro An Introduction to Programming in Emacs Lisp est un manuel destiné aux débutants en programmation pour apprendre l'Emacs Lisp, soit pour écrire des extensions pour GNU Emacs, soit pour s'en servir comme langage de programmation à part entière[C 131],[C 132]. GNU FDL v1.3[C 131] Site officiel
GNU MIX Development Kit mdk GNU MIX Development Kit (ou GNU MDK) est un kit de développement pour Mix, une émulation de l'ordinateur hypothétique à but pédagogique MIX (en), inventé par Donald Knuth dans The Art of Computer Programming[A 8],[C 133]. MIX est une version simplifiée des réels processeurs CISC, et dont le langage assembleur est imité par celui-ci de MIX, MIXAL (MIX Assembly Language)[C 133],[C 134]. À ce titre, apprendre à utiliser MIX peut servir d'introduction à l'étude de l'architecture des ordinateurs et de la programmation en assembleur[C 133]. MDK comprend notamment une machine virtuelle dont le processeur virtuel comporte tous les attributs habituels d'un processeur (utilisable avec une interface graphique en GTK+), un compilateur, un interpréteur Guile pour manipuler la machine virtuelle en Scheme, et des outils pour utiliser MDK avec Emacs[A 8],[C 133]. GNU GPL v3[C 135] 2000[C 133] Site officiel
SQLtutor sqltutor GNU SQLtutor est une application web interactive permettant d'apprendre le SQL Structured Query Language par des exemples[B 48]. SQLtutor consiste en une base de données de questions/réponses utilisées à travers une interface CGI[B 48]. SQLtutor est écrit en C++ et utilise la bibliothèque lipqxx et une base de données PostgreSQL[B 48]. GNU GPL v3[B 48] Site officiel
TeX for the Impatient teximpatient TeX for the Impatient est un livre sur TeX, Plain TeX et Eplain, distribué comme paquet GNU[C 136]. GNU FDL v1.3[C 136] Site officiel

Internet[modifier | modifier le code]

Outils de base[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Alive alive GNU Alive est un programme envoyant périodiquement des ping à un serveur, ce qui sert notamment à maintenir une connexion active[A 8],[C 137]. Alive est destiné à ceux qui ne maîtrisent pas ping[C 137],[C 138]. GNU GPL v3[C 137] 2005[p] Site officiel
GNU Gratuitous ARP Daemon garpd GNU Gratuitous ARP Daemon (ou GNU garpd) diffuse (broadcast) des requêtes ARP gratuites[B 49]. Garpd était initialement partie intégrante de GNU FreeIPMI avant de devenir un projet séparé[B 49]. GNU GPL v3[B 49] Site officiel
GNUnet logo.svg GNUnet gnunet GNUnet est une infrastructure de réseau informatique en pair-à-pair, qui se veut sécurisée et respectueuse de la vie privée[A 8],[C 139]. L'objectif du projet est de remplacer l'actuelle pile de protocoles d'Internet, jugée non sécurisée[C 139]. GNUnet est né initialement d'une tentative d'améliorer Freenet, avant de devenir un projet à part entière[C 140]. Plusieurs paquets GNU, tels que libextractor, libmicrohttpd et Taler, ont été créés dans le cadre du projet GNUnet[C 140]. Plusieurs interfaces graphiques basées sur GTK sont développées et distribuées sous le nom gnunet-gtk[C 140],[C 141]. GNU AGPL v3[C 142] 2001[C 140] Site officiel
GNU SASL gsasl GNU SASL est une implémentation du protocole SASL (Simple Authentication and Security Layer), servant à l'authentification client/serveur[C 143]. Le paquet se compose d'une bibliothèque, libgsasl, et d'un outil en ligne de commande, gsasl, permettant d'utiliser la bibliothèque depuis le shell[C 143]. GNU LGPL v2.1[q]
GNU GPL v3
2002[C 143] Site officiel
GNU inetutils inetutils GNU inetutils (ou GNU network utilities) est une collection de programmes courants pour le réseau, comprenant notamment des clients et serveurs pour les protocoles FTP, Telnet, rsh, rlogin et TFTP[C 144]. La plupart de ces programmes proviennent de BSD[C 144]. GNU GPL v3[B 50] Site officiel
GNU jwhois jwhois GNU jwhois est un client Whois configurable à l'aide d'expressions régulières et de blocs CIDR (en)[C 145]. GNU jwhois est écrit en langage C (initialement en Perl)[C 145]. GNU GPL v3[C 146] 1999[C 145] Site officiel
GNU MAC Changer macchanger GNU MAC Changer est un utilitaire pour manipuler les adresses MAC[C 147]. GNU GPL v3[C 148] 2002[C 149] Site officiel
GNU Proxyknife proxyknife GNU Proxyknife est un programme permettant de trouver des proxys lorsqu'on est situé derrière un pare-feu[C 150],[C 151]. GNU GPL v3[C 151] Site officiel
GNU Shishi shishi GNU Shishi est une implémentation du système de sécurité réseau Kerberos 5[C 152]. GNU GPL v3[C 152] 2002[C 152],
Paquet GNU depuis 2003
Site officiel

Coordination et outils de développement[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU adns (en) adns GNU adns est un paquet dédié à la résolution des DNS (Domain Name System)[C 153]. Il se compose d'une bibliothèque C/C++ et d'utilitaires, utilisables en ligne de commande ou dans des scripts[C 153]. GNU GPL v3[C 153] Site officiel
GNU Artanis artanis GNU Artanis est un framework web (en) pour Guile/Scheme[C 154],[C 155]. GNU GPL v3[C 154]
GNU LGPL v3
2013[C 155]
Paquet GNU depuis 2015
Site officiel
GNU BPEL2oWFN bpel2owfn GNU BPEL2oWFN convertit un service web en langage WS-BPEL (Web Service Business Process Execution Language) en oWFN (open Workflow Net)[C 156] GNU GPL v3[B 51] Site officiel
GNU consensus consensus GNU consensus est un projet de coordination des projets de réseaux sociaux basés sur des logiciels libres[C 157]. GNU AGPL v3[r] Site officiel
GNU ease.js easejs GNU ease.js est un framework JavaScript orienté objet[C 159]. GNU GPL v3[C 160] 2010[C 161]
Paquet GNU depuis 2013[C 162]
Site officiel
GNU Guile-RPC guile-rpc GNU Guile-RPC est une implémentation pour Guile des protocoles ONC RPC (en) (Open Network Computing Remote Procedure Call) et XDR (External Data Representation), permettant de développer des applications en Scheme utilisant ces protocoles[C 163]. GNU LGPL v3[B 52] Site officiel
GNU Libidn libidn GNU Libidn (GNU IDN Library) est une bibliothèque dédiée à la gestion des noms de domaine internationalisés, implémentant les standard Stringprep, Punycode et IDNA 2003, et, dans sa version 2, IDNA 2008 et TR46[C 164]. Libidn est utilisable en C, C#, Java, et partiellement en C++, Emacs Lisp et Python[C 164]. Libidn contient également un utilitaire en ligne de commande, des tests et des exemples[C 164]. GNU LGPL v2.1[s]
GNU GPL v3
2002[C 164]
Paquet GNU depuis 2003
Site officiel
GNU libmicrohttpd libmicrohttpd GNU Libmicrohttpd est un serveur HTTP sous forme de bibliothèque C, permettant d'intégrer un serveur à un autre programme[C 165]. GNU LGPL v2.1[C 165]
GNU GPL v2 avec exception (licence eCos)[t],[11]
Site officiel
GNU Meta-HTML metahtml GNU Meta-HTML est un langage de programmation pour serveur web servant à générer des pages web dynamiques[C 166]. Sa syntaxe ressemble à celle du HTML et de Lisp[A 8]. GNU GPL v2[B 53] 1995[B 54] Site officiel
GNU network network GNU network est une initiative pour encourager le développement de services réseau et d'applications web basés sur des logiciels libres[C 167] Site officiel
Osip logo.png GNU oSIP (en) osip GNU oSIP est une bibliothèque C contenant une implémentation du protocole SIP (Session Initiation Protocol)[C 168]. GNU LGPL [C 168] 2000[C 169]
Paquet GNU depuis 2002[réf. nécessaire]
Site officiel
GNU Python-Webkit pythonwebkit GNU Python-Webkit est une bibliothèque Python pour accéder au DOM (Document Object Model) de WebKit[C 170]. Python-Webkit est utilisable avec GTK ou DirectFB[C 170]. GNU LGPL [B 55] Site officiel
GNU Serveez serveez GNU Serveez est un framework pour la mise en place de serveurs basés sur IP[C 171]. Le paquet contient des serveurs déjà prêts à être utilisés, tels qu'un serveur HTTP, un IRC, ou Gnutella. Serveez utiliser Guile[C 171]. GNU GPL v3[C 171] 1999[B 56]
Paquet GNU depuis 2001[B 57]
Site officiel
GNU WebSocket4J websocket4j GNU WebSocket4J est une implémentation en Java du protocole WebSocket, permettant le développement d'applications web communiquant avec un logiciel d'une machine virtuelle Java[C 172]. GNU GPL v2 avec exception[u] Paquet GNU depuis 2010[C 173] Site officiel

Web[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
EPrints eprints EPrints est un logiciel de dépôt sur le web, optimisé pour les publications scientifiques[A 5],[C 174]. EPrints est développé à l'université de Southampton[C 175]. GNU GPL v3[v]
GNU LGPL v3
1999[C 177]
Paquet GNU depuis 2002
Site officiel
Gnash-Logo.png Gnash gnash GNU Gnash est un lecteur de vidéos Flash (contenant des programmes ActionScript). Il peut fonctionner soit comme programme à part entière (standalone), soit comme plugin pour navigateur web. Gnash est basé sur GameSWF (en)[C 178],[C 179]. GNU GPL v3[C 180] 2005[C 181] Site officiel
Gnowsys-logo.png GNOWSYS gnowsys GNOWSYS (Gnowledge Networking and Organizing SYStem) est une spécification de réseaux distribués de gestion des connaissances[C 182]. GNOWSYS est écrit en Python avec le framework Django (anciennement Zope)[C 182]. GNU AGPL v3[C 182] Paquet GNU depuis 2004[C 182] Site officiel
GNU phpGrabComics grabcomics GNU phpGrabComics est un logiciel permettant d'extraire et sauvegarder des bandes dessinées de sites web[C 183],[C 184]. GNU GPL v2[C 185],[C 184] 2001[C 186]
Paquet GNU depuis 2003
Site officiel
GNU httptunnel httptunnel GNU httptunnel est un programme permettant de créer un tunnel HTTP (en) permettant de mettre en place des connexions malgré les restrictions dues à un pare-feu[C 187]. GNU GPL v2[C 188] Paquet GNU depuis 1999[C 189] Site officiel
Icecat1-300x300.svg GNU IceCat icecat GNU IceCat (anciennement GNU IceWeasel[w]) est un navigateur web dérivé de Mozilla Firefox[C 190]. Ce dernier recommande en effet l'usage de plugins ou d'extensions non libres ; par ailleurs les restrictions de redistributions de versions modifiées de Firefox, en raison des marques déposées, est jugé contraire aux principes du logiciel libre[C 190]. IceCat intègre également des dispositifs de protection de la vie privée[C 190]. IceCat est publié dans le cadre du projet GNUzilla, une version GNU de la suite Mozilla[C 190]. Il est généré à partir de Firefox à l'aide de scripts[C 190]. MPL 2.0[x] 2005[B 59] Site officiel
LibreJS full logo.png GNU LibreJS librejs GNU LibreJS est une extension pour les navigateurs web basés sur Mozilla Firefox (dont GNU IceCat, qui l'intègre par défaut[C 190]) qui empêche l'exécution de code JavaScript non libre ou considéré « non trivial » selon les critères fixés par le projet GNU[A 12],[C 191],[C 192]. GNU GPL v3[C 191] Site officiel
MediaGoblin logo.svg GNU MediaGoblin mediagoblin GNU MediaGoblin est un logiciel permettant de mettre en place des plateformes de publication multimédia[C 193]. MediaGoblin constitue ainsi une alternative décentralisée aux sites similaires[C 193]. GNU AGPL v3[C 194] 2008[C 194] Site officiel
GNU-social-logo.svg GNU social social GNU social est un logiciel permettant de mettre en place des réseaux sociaux publics ou privés, de manière décentralisée[A 5],[C 195]. Les anciens projets Free Social et StatusNet ont été fusionnés dans GNU social[C 196]. Il est écrit en PHP[B 60]. GNU AGPL v3[B 61] Site officiel

Courriel[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Anubis anubis GNU Anubis est un daemon de transfert des courriels au serveur SMTP[C 197]. Il sert d'intermédiaire entre le client (Mail User Agent, MUA) et le Mail Transfer Agent (MTA)[C 197]. Anubis peut effectuer différentes opérations avant de transmettre le message au MTA[C 197]. Ces opérations peuvent être des modifications de l'en-tête ou du corps du message, un chiffrement ou une signature à l'aide de GnuPG, ou la mise en place de tunnels TLS/SSL ou SOCKS[C 198]. Des opérations personnalisées peuvent également être définies grâce ) Guile[C 198]. GNU GPL v3[B 62] Paquet GNU depuis 2002[C 199] Site officiel
GNUbiff gnubiff GNUbiff est un programme vérifiant l'arrivée de nouveaux courriels et avertissant l'utilisateur. Il prend en charge plusieurs boîtes aux lettres et protocoles, gère SSL et les certificats et peut s'utiliser en console ou en interface graphique (grâce à GTK qui lui permet une intégration à GNOME)[C 200]. GNU GPL v3 avec exception[C 201] Site officiel
Gnu mailman logo2010.png GNU Mailman mailman GNU Mailman est un logiciel de gestion des listes de diffusion et des lettres d'information[C 202]. Les utilisateurs et les administrateurs peuvent l'utiliser via une interface web[C 202]. Mailman est écrit en Python[C 202]. Site officiel
GNU Mailutils mailutils GNU Mailutils est une suite logicielle pour le traitement des courriels comprenant des utilitaires (tels que Movemail), des daemons et des bibliothèque. Mailutils prend en charge les protocoles IMAP4, POP3 et SMTP. Le cœur de Mailutils est une bibliothèque nommée libmailutils[C 203]. GNU GPL v3[y]
GNU LGPL v3
Site officiel

Téléphonie[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Bayonne bayonne GNU Bayonne est un serveur de téléphonie développé dans le cadre du projet GNU Telephony[C 204]. GNU GPL v3[B 66] 1998[C 204] Site officiel
GNU ccAudio2 ccaudio GNU ccAudio2 est un framework C++ pour manipuler des données audio[C 205]. Il est développé dans le cadre du projet GNU Telephony et est notamment utilisé par GNU Bayonne[C 205]. GNU LGPL v3[B 67] Paquet GNU depuis 2007[C 205] Site officiel
GNU ccRTP ccrtp GNU ccRTP est une bibliothèque C++ contenant une implémentation du protocole RIP (Real-time Transport Protocol)[C 206]. GNU GPL v2 avec exception[B 68],[B 69] Paquet GNU depuis 2001[B 70] Site officiel
GNU ccScript ccscript GNU ccScript est un framework C++ créant une machine virtuelle pour programmer des systèmes temps réel ou dépendant de changements d'état en langage de script ou assembleur[C 207]. ccScript est développé dans le cadre du projet GNU Telephony et sert notamment à GNU Bayonne (son intégration à ce dernier est envisagée)[B 71],[C 207]. GNU GPL v2[B 71] Site officiel
GNU Common C++ commoncpp GNU Common C++ est un framework destiné à la multiprogrammation[A 5]. Il contient une implémentation réduite nommée uCommon C++[A 8]. GNU LGPL v3[z]
GNU GPL v3
Site officiel
GnuComm gnucomm GnuComm est « le sous-système télécom du projet GNU »[aa]. Il inclut plusieurs paquets GNU développés dans le cadre du projet GNU Telephony afin de créer des services de téléphonie basés sur des logiciels libres[C 209]. GNU GPL v3[B 73] Site officiel
GNU HaliFAX halifax GNU HaliFAX est un client de fax[C 210]. GNU GPL v2[B 74] Site officiel
GNU SIP Witch sipwitch GNU SIP Witch est un serveur de voix sur IP en pair-à-pair, basé sur le protocole SIP[C 211]. GNU GPL v3[B 75] Paquet GNU depuis 2007[B 75] Site officiel

Autres applications[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Freetalk freetalk GNU Freetalk est un client de messagerie instantanée pour les serveur XMPP/Jabber utilisable en console. L'édition des commandes est facilitée par Readline. Par ailleurs, Freetalk peut être personnalisé en Scheme grâce à Guile. GNU GPL v3[C 212],[C 213] Paquet GNU depuis 2006[B 76] Site officiel
GNUzilla blankbg.png GNUzilla gnuzilla GNUzilla est une version GNU de la suite Mozilla[C 190]. Actuellement, seul IceCat, le navigateur web, dérivé de Mozilla Firefox, est disponible[C 190]. MPL 2.0[x] 2005[B 59] Site officiel
Jami-logo-gnu-package.svg GNU Jami jami GNU Jami (anciennement SFLphone puis Ring) est un logiciel de communication audio ou vidéo en pair-à-pair[C 214],[C 215]. Les échanges sont sécurisés à l'aide du système X.509, et chiffrés de bout en bout à l'aide de TLS et d'une clé RSA[C 215]. GNU GPL v3[C 214] Site officiel
GNU lrzsz lrzsz GNU lrzsz est une implémentation des protocoles de transfert de fichier Xmodem, Ymodem et Zmodem[C 216]. Il est dérivé du logiciel rzsz[C 216]. GNU GPL [C 216] Site officiel
GNU Pipo pipo GNU Pipo est un bulletin board system (BBS)[C 217]. Site officiel
GNU STUMP stump GNU STUMP (Secure Team-based Usenet Moderation Program) est un programme automatisé de modération pour Usenet[A 8],[C 218]. GNU GPL v3[B 77] Site officiel
GNU Taler (en) taler GNU Taler est un système de paiement sur Internet se voulant à la fois respectueux de la vie privée des acheteurs, tout en permettant la lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d'argent[C 219],[C 220],[C 221]. Taler n'est pas une monnaie, le système s'appuie sur des monnaies existantes[C 219],[C 220]. GNU LGPL v3[ab]
GNU GPL v3
GNU AGPL v3
Paquet GNU depuis 2015[C 223] Site officiel
GNU TRAMP tramp GNU TRAMP permet d'accéder depuis Emacs à des fichiers à distance de la même manière qu'à des fichiers locaux[C 224]. TRAMP peut utiliser plusieurs protocoles, SSH étant le plus courant pour des raisons de sécurité[C 224]. GNU GPL v3[B 78] Site officiel
Taylor UUCP uucp Taylor UUCP[ac] est l'implémentation d'UUCP (Unix to Unix Copy Protocol), permettant le transfert entre ordinateurs de fichiers, de courriels ou de nouvelles[A 8],[B 79]. GNU GPL v2[B 79],[C 225] Site officiel
GNU WebSTUMP webstump WebSTUMP est une interface web pour l'utilisation de GNU STUMP[A 5]. GNU GPL v3[B 80] Site officiel
GNU Wget wget GNU Wget est un gestionnaire de téléchargement non interactif en ligne de commande gérant les protocoles HTTP, HTTPS, FTP et FTPS[C 226],[C 227]. Son caractère non-interactif le rend facilement utilisable dans des scripts ou des tâches automatisées avec cron[C 226],[C 227]. GNU GPL v3 avec exception[B 81] Site officiel

Interfaces[modifier | modifier le code]

Console[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Gnu-bash-logo.svg GNU Bash bash Bash (Bourne-Again shell) est le shell du projet GNU[C 228]. Il est basé sur le Bourne shell (sh) avec lequel il est compatible, pouvant exécuter la plupart des scripts sh sans modification[C 228]. Bash est également conçu pour être conforme au standard POSIX[C 228]. Il apporte cependant de nombreuses fonctionnalités supplémentaires, dont certaines importées du Korn shell (ksh) ou du C shell (csh, ou son successeur tcsh[C 228],[C 229]. Bash est le shell par défaut sous GNU/Linux, mais est également disponible pour BSD, macOS et Windows[12]. GNU GPL v3[C 228] Site officiel
GNU Core Utilities coreutils Les GNU Core Utilities (ou Coreutils) sont un ensemble d'utilitaires de base en ligne de commande pour un système POSIX[A 8]. Coreutils contient des outils pour la manipulation des fichiers, du shell et du texte (auparavant séparés en trois paquets, fileutils, shellutils et textutils)[C 230],[C 231]. GNU GPL v3[B 82] 2003[ad] Site officiel
GNU Guile-Ncurses guile-ncurses GNU Guile-Ncurses est une bibliothèque pour Guile permettant d'utiliser ncurses en Scheme, afin de créer un environnement en mode texte[C 232]. GNU LGPL v3[C 232] Site officiel
GNU ncurses ncurses Ncurses (new curses) est une bibliothèque C permettant de créer des environnements en mode texte, inspirée de la bibliothèque curses[C 233],[C 234],[C 232]. Licence similaire à la MIT/X11[C 234] 1993[ae],[C 235] Site officiel
Gnu-parallel.svg GNU parallel parallel GNU parallel est un utilitaire en ligne de commande permettant d'exécuter des commandes ou des scripts en parallèle, sur un ou plusieurs ordinateurs[C 236]. Un autre logiciel nommé xxargs, inspiré de xargs (en), a été intégré à Parallel en 2005[C 237]. Parallel est écrit en Perl[C 237]. GNU GPL v3[C 236] 2002[af]
Paquet GNU depuis 2010
Site officiel
GNU pexec (en) pexec GNU pexec est un utilitaire permettant d'exécuter une commande en parallèle sur plusieurs ordinateurs[C 238]. GNU GPL v3[C 239] Site officiel
GNU Readline readline GNU Readline est une bibliothèque permettant aux logiciels de proposer aux utilisateurs de fonctionnalités d'édition de lignes de commande[C 240]. Readline propose notamment la gestion de l'historique (distribuée sous la forme d'une bibliothèque séparée, la (en), utilisable séparément)[C 240]. Readline peut être utilisée avec les modes d'édition d'Emacs ou de vi[C 240]. Readline est présente par défaut sur la plupart des systèmes GNU/Linux et FreeBSD[C 240]. GNU GPL v3[C 240] Site officiel
GNU Rush rush GNU Rush (Restricted User Shell) est un shell ne fournissant qu'un accès limité aux ressources, utilisé pour les connexions à distance[C 241]. Rush permet notamment de lancer des programmes dans un environnement chroot, afin d'éviter l'accès à l'ensemble du système de fichiers[C 241]. Par ailleurs, Rush propose deux utilitaires de surveillance des accès, rushwho, affichant les utilisateurs actuellement connectés, et rushlast, affichant l'historique des connexions[C 241]. GNU GPL v3[B 83] 2008[B 84] Site officiel
GNU Screen screen GNU Screen est un gestionnaire de fenêtres pour terminal capable de multiplexer un terminal pour lancer plusieurs processus tels que des shells interactifs, permettant de passer de l'un à l'autre ou d'en afficher plusieurs simultanément[A 8],[C 242]. GNU GPL v3[B 85] Site officiel
GNU shtool shtool GNU shtool (GNU Portable Shell Tool) est une collection de scripts shell pouvant remplacer des commandes courantes sur des systèmes n'en disposant pas[A 8],[C 243]. Il est destiné à être intégré à d'autres paquets afin d'en garantir la portabilité[A 8],[C 243]. GNU GPL v2[B 86] 1999[ag] Site officiel
GNU termcap termcap GNU termcap est l'implémentation GNU de la bibliothèque termcap, qui permet de gérer l'affichage de manière indépendante du terminal[C 245]. Termcap est composé d'une base de données contenant les informations pour adapter l'affichage à de nombreux terminaux différents, et d'une bibliothèque adaptant les instructions des programmes au terminal selon les informations de la base de données[C 245]. Site officiel
GNU Termutils termutils GNU Termutils est composé de deux programmes, tput et tabs, pour gérer l'utilisation d'un terminal[A 8]. tput permet de manipuler l'affichage du texte via des scripts shell[C 246]. tabs permet de paramétrer les tabulations[C 246]. Site officiel

Interface graphique[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU G-Golf g-golf GNU G-Golf (GNOME (Guile Object Library for)) est une bibliothèque pour le développement d'applications graphiques en Scheme[C 247],[C 248]. Elle est constituée de deux API : une bas niveau et une haut niveau[C 247]. L'API bas niveau fournit un binding avec les bibliothèques GObject et GLib[C 247]. L'API haut niveau permet d'utiliser les classes et les méthodes de GObject grâce à GOOPS (Guile Object Oriented System)[C 247]. GNU LGPL v3[C 247] 2016[ah] Site officiel
GNU GLeem gleem GLeem est une bibliothèque Java et C++ fournissant des widgets 3D OpenGL[C 250]. 1998[C 251] Site officiel
Gnomelogo.svg GNOME gnome GNOME est l'environnement de bureau du projet GNU[A 8]. Il se compose de nombreux modules, qui peuvent être des applications, des bibliothèques ou des langages de programmation (comme Vala)[C 252]. GNOME repose sur le widget toolkit GTK écrit en C à l'aide de GObject[C 253]. Site officiel
GTK logo.svg GTK gtk+ GTK (initialement GIMP Toolkit[C 254], puis GTK+[C 255]) est un widget toolkit écrit en C orienté objet à l'aide de GObject[C 253], mais utilisable en C++, D, Go, JavaScript, Perl, Python, Rust et Vala[C 256]. Initialement développé dans le cadre de GIMP[C 254],[C 257], GTK sert notamment aujourd'hui de base à l'environnement de bureau GNOME[C 253]. GTK repose sur un ensemble de bibliothèques développés dans le cadre du projet GTK[C 258]. GNU LGPL v2[C 259] 1996[ai] Site officiel
GNU Guile-Gnome guile-gnome GNU Guile-Gnome est un wrapper permettant d'utiliser les bibliothèques de base de GNOME (dont GTK) avec Guile, pour programmer des applications graphiques en Scheme[C 260]. GNU GPL v2[C 260] 2004[B 87] Site officiel
Gxmessage gxmessage Gxmessage est un programme affichant une boîte de dialogue attendant une réponse de l'utilisateur[C 261]. Le programme s'arrête ensuite avec la réponse comme valeur de sortie (en)[C 261]. Gxmessage est un clone de xmessage pour les environnements de bureau basés sur GTK[C 261]. GNU GPL v3[B 88] Site officiel
GNU Xnee xnee GNU Xnee est un programme permettant d'enregistrer et de reproduire les actions de l'utilisateur dans un environnement X11[A 8]. GNU GPL v3[B 89] Site officiel

Polices de caractères[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Fontopia fontopia Fontopia est un éditeur de polices de caractères en console[C 262]. GNU GPL v3[C 262]. Site officiel
GNU Fontutils fontutils Fontutils fournit des outils pour manipuler les polices de caractères bitmap[A 5],[C 263]. GNU GPL v3[C 263] Site officiel
GNU FreeFont freefont GNU FreeFont (ou Free UCS Outline Fonts) est une collection de polices vectorielles libres, sous trois formes, avec empattement (serif), sans empattement (sans serif), et à chasse fixe (monospace), disponibles dans les formats TrueType et OpenType. Encodés en Unicode, elles prennent en charge de nombreux systèmes d'écriture ainsi que les notations mathématiques[A 8],[C 264]. GNU GPL v3 avec exception[aj] Site officiel
GNU intlfonts intlfonts GNU intlfonts est une collection de polices aux formats TrueType et BDF[A 8]. Elle prend en charge plusieurs systèmes d'écriture[A 8]. Site officiel
GNU Unifont unifont Unifont est une police matricielle couvrant la Basic Multilingual Plane d'Unicode[A 8]. Le paquet contient également des utilitaires pour faciliter l'ajout de caractères à la police[A 8]. GNU GPL v2 avec exception[ak] Site officiel

Administration système[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU acct acct GNU acct (GNU Accounting Utilities) est un ensemble d'utilitaires fournissant des informations sur l'utilisation du système, telles que les connexions d'utilisateurs, ou les processus exécutés[C 267],[C 268]. GNU GPL v3[B 90] 1993[C 268] Site officiel
GNU ddrescue ddrescue GNU ddrescue un outil de récupération de données automatisé, qui tente de récupérer des données en cas d'erreur de lecture[C 269]. La fonctionnalité « mapfile » permet de lire uniquement les blocs nécessaires et d'interrompre le programme pour reprendre ensuite sans tout recommencer[C 269]. Ddrescue recommande l'utilisation de lzip (en) pour comprimer les données sauvegardées[C 269]. GNU GPL v2[C 269] Site officiel
GNU Direvent direvent GNU Direvent (nommé dircond avant d'être paquet GNU) est un daemon qui surveille les événements survenant dans le système de fichiers tels que des créations, modifications ou suppressions de fichiers ou des changements de droits d'accès[C 270],[C 271]. Direvent est capable, si besoin, d'appeler un autre programme en lui fournissant les informations nécessaires[C 270]. GNU GPL v3[B 91] 2012[B 92]
Paquet GNU depuis 2014[C 270]
Site officiel
GNU fdisk fdisk GNU fdisk est une implémentation GNU des programmes fdisk et cfdisk, permettant de gérer le partitionnement des disques et les tables de partition[A 8],[C 272]. Fdisk est disponible sous la forme d'un clone compatible, lfdisk, et d'un clone amélioré, gfdisk[C 272]. GNU fdisk constitue une interface en ligne de commande pour libparted[B 93]. GNU GPL v2[B 93] Site officiel
Freeipmi-logo.jpg GNU FreeIPMI freeipmi GNU FreeIPMI est un ensemble d'utilitaires et de bibliothèques implémentant la spécification IPMI (Intelligent Platform Management Interface)[C 273]. FreeIPMI permet notamment la surveillance des capteurs et des événements système et de l'alimentation, et l'utilisation du protocole Serial over LAN (en) (SOL)[C 273]. GNU GPL v3[al] 2002[C 274]
Paquet GNU depuis 2004[C 275]
Site officiel
GNUbatch gnubatch GNUbatch (nommé Xi-Batch avant de devenir paquet GNU) est un outil de planification de tâches[B 96],[C 276]. Il permet de lancer des processus (y compris en réseau) à une date précise ou lorsqu'une condition est remplie[B 96]. GNUbatch est manipulable à travers de multiples interfaces : en ligne de commande, en mode texte plein écran (avec curses), avec une interface graphique ou d'une interface web, ou à l'aide d'une API C/C++[B 96]. GNU GPL v3[B 97] 1990[B 98],[B 96]
Paquet GNU depuis 2009
Site officiel
GSRC gsrc GSRC (GNU Source Release Collection) est un outil permettant d'installer les dernières versions des paquets GNU à partir des source sur son système, mais dans un dossier séparé pour ne pas interférer avec les autres programmes[A 8],[C 277],[C 278]. Cela permet notamment de participer au développement et aux tests des logiciels[A 8],[C 277]. GSRC est basé sur GAR (et sa version améliorée GARstow), lui-même inspiré du système des ports (en) de BSD[C 278]. GNU GPL v3[C 277] Site officiel
Guix logo.svg GNU Guix guix GNU Guix est un gestionnaire de paquets fonctionnel basé sur Nix (en)[C 4],[C 279]. La gestion de paquets fonctionnelle signifie que l'installation d'un paquet fonctionne comme une fonction (au sens mathématique) qui reçoit des scripts, un compilateur et des bibliothèques et renvoie un paquet installé[C 279]. Les paquets consistent en des modules en Scheme pour Guile[C 4]. Guix a donné naissance à la distribution GNU/Linux Guix System, en train d'être adaptée à l'utilisation du noyau GNU Hurd[C 4]. GNU GPL v3[C 4] 2012[5] Site officiel
Guix Workflow Language gwl Guix Workflow Language (GWL) est une extension pour GNU Guix lui ajoutant une commande dédiée aux workflows scientifiques[C 280]. GWL s'utilise en Scheme, soit avec la syntaxe Lisp classique, soit avec une syntaxe imitant Python nommée Wisp[C 280]. GNU GPL v3[B 99] Site officiel
GNU mcron mcron GNU mcron[am] est une alternative au programme cron, un planificateur de tâches périodiques[C 281]. Mcron est écrit avec Guile (auparavant partiellement en C[B 100]), ce qui permet de configurer mcron en Scheme (le format cron est toutefois accepté)[C 281]. GNU GPL v3[C 281] 2003[B 100],[C 282] Site officiel
GNU Mes mes GNU Mes (Maxwell Equations of Software) est un outil permettant de créer des systèmes GNU ou GNU/Linux à partir des sources[B 101],[C 283],[C 284]. Il est composé d'un interpréteur Scheme écrit en C et d'un compilateur C écrits en Scheme et s'auto-hébergent mutuellement[B 101],[C 283],[C 284]. GNU GPL v3[C 283] Site officiel
GNU Mtools mtools GNU Mtools est un ensemble d'utilitaires permettant d'accéder aux systèmes de fichiers MS-DOS sans les monter, et de manipuler les fichiers en émulant les commandes MS-DOS[C 285],[C 286]. Mtools gère des fonctionnalités spécifiques à FAT[C 285],[C 286]. Une interface graphique tierce nommée MtoolsFM est disponible[C 285]. GNU GPL v3[B 102] Site officiel
GNU Parted parted GNU Parted sert à la manipulation de partitions[C 287]. Il est composé d'une bibliothèque, libparted, et d'une interface en ligne de commande, parted, également utilisable dans des scripts[C 287]. Depuis la versoin 2.4, Parted ne gère plus les opérations sur les systèmes de fichiers qui nécessitent un outil spécialisé[B 103]. La bibliothèque libparted peut être utilisée par d'autres logiciels tels que GNU fdisk[B 93]. GNU GPL v3[C 287] 1999[B 104] Site officiel
GNU PIES pies GNU PIES (Program Invocation and Execution Supervisor) est un utilitaire pouvant démarrer automatiquement les programmes donnés dans son fichier de configuration et surveillant leur exécution[C 288]. PIES peut notamment remplacer init[C 288]. GNU GPL v3[C 289] 2009[an] Site officiel
GNU Rot[t]log rottlog GNU Rot[t]log est un outil de gestion des journaux[C 291]. Il s'agit d'un shell Bash destiné à être exécuté quotidiennement par cron, capable de traiter et d'archiver les différents journaux et d'envoyer un compte-rendu par courriel à l'administrateur système[C 292]. GNU GPL v3[B 105] 2000[C 291]
Paquet GNU depuis 2002
Site officiel
GNU Stow stow GNU Stow est un gestionnaire de lien symboliques[C 293]. Il permet d'installer des paquets dans des répertoires séparés, tout en les faisant apparaître dans le même dossier[C 293]. Cela permet de gérer les différents paquets installés sans confondre leurs fichiers respectifs (cependant, l'utilisation de gestionnaires de paquets rend Stow moins utile dans cette situation)[C 294]. Stow peut également servir à la gestion des fichiers de configuration dans les répertoires personnels[C 294]. Stow est écrit en Perl, composé d'un module backend et d'un script fournissant une interface en ligne de commande[C 293]. Stow est inspiré du programme Depot, développé à Carnegie-Mellon[C 294]. GNU GPL v3[C 293] Site officiel
GNU Sysutils sysutils GNU Sysutils est un ensemble d'utilitaires complétant Coreutils et destinés aux administrateurs système[B 106]. Sysutils contient des commandes telles que passwd ou chsh (en)[A 5]. GNU GPL v2[ao]
GNU LGPL v2.1
2002[B 110] Site officiel
GNU Time time GNU Time exécute un programme puis affiche les ressources utilisées par celui-ci[C 295]. La plupart du temps, GNU time est remplacé par une fonction builtin (en) du shell[C 295]. Il s'agit de l'implémentation GNU de time.[réf. souhaitée] GNU GPL v3[B 111] Site officiel
GNU which which GNU which est l'implémentation GNU de which[réf. souhaitée], alternative à type, permettant d'afficher le chemin d'accès complet d'une commande[A 8],[C 296]. GNU GPL v3[B 112] Site officiel
GNU Xlogmaster xlogmaster Xlogmaster est une application graphique GTK[ap] permettant de surveiller l'activité du système[C 297]. Il peut afficher les journaux en émulant cat ou tail et en appliquant des filtres[C 297]. GNU GPL v3[B 113] 1996[C 297]
Paquet GNU depuis 1998[A 13],[C 297]
Site officiel

Manipulation et édition de fichiers[modifier | modifier le code]

Outils de manipulation[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Bool bool GNU Bool est un utilitaire capable de rechercher de fichiers selon des critères booléens[C 298]. Il est capable d'analyser des fichiers HTML[C 298]. GNU GPL v2[C 298] Site officiel
GNU Combine combine GNU Combine est un programme capable de réaliser des fusions de fichiers à partir d'une table de hachage[C 299],[C 300]. Il ressemble à l'utilitaire standard join, mais offre plus de possibilités (notamment la fusion de multiples fichiers) et est extensible avec Guile[C 299],[C 300]. GNU GPL v3[C 299] Paquet GNU depuis 2004[B 114] Site officiel
GNU Diffutils diffutils GNU Diffutils (GNU diff utilities[B 115]) est une collection de programmes de comparaison et de fusion de fichiers[C 301]. Elle contient les programmes diff (comparaison de deux fichiers), cmp (en) (affichage des positions des différences), diff3 (comparaison de trois fichiers) et sdiff (fusion interactive de deux fichiers)[C 301]. L'intégration de GNU patch et GNU wdiff au paquet Diffutils est à l'étude[B 115]. GNU GPL v3[C 301] Site officiel
GNU findutils findutils GNU findutils (GNU Find Utilities) est une collection d'utilitaires pour la recherche de fichiers[C 302]. Elle contient quatre programmes : find (recherche de fichiers dans un répertoire), locate (recherche dans une base de données de fichiers), updatedb (mise à jour de la base de données de locate) et xargs (construction de lignes de commande, généralement à partir de noms de fichiers donnés par find)[C 302]. GNU GPL v3[B 116] Site officiel
GNU Awk gawk GNU Awk (ou Gawk) est l'implémentation GNU de awk, un langage de programmation spécialisé dans le traitement de fichiers texte[C 303]. GNU GPL v3[C 304] 1986[C 305] Site officiel
GnuDOS gnudos GnuDOS est un ensemble de programmes destinés à faciliter l'adoption du système GNU par les utilisateurs de DOS[C 306]. GnuDOS est constitué d'une bibliothèque et de trois applications en console : Prime (un gestionnaire de fichiers), Mino (un éditeur de texte) et Fog (un concepteur de formulaires)[C 306]. GNU GPL v3[C 306] 2014[B 117] Site officiel
GNU Interactive Tools gnuit Les GNU Interactive Tools (ou gnuit) sont un ensemble d'utilitaires interactifs en console, comprenant notamment un gestionnaire de fichiers, un visionneur de fichier, et un gestionnaire de processus[C 307]. GNU GPL v3[B 118] Site officiel
GNU grep grep GNU grep est l'implémentation GNU de grep[réf. souhaitée], un programme analysant un ou plusieurs fichiers et recherchant les lignes qui contiennent une expression régulière[C 308]. GNU GPL v3[C 308] Site officiel
GNU idutils idutils GNU idutils permet de créer une base de données contenant une liste de fichiers et de tokens apparaissant dans ces fichiers, ce qui permet ensuite de faire des recherches dans ces fichiers[C 309]. GNU GPL v3[B 119] 1984[C 310]
Paquet GNU depuis 1996
Site officiel
GNU Less less Less est un visionneur de fichiers permettant d'afficher un long texte page par page[A 8]. Son nom (« moins » en anglais) est un jeu de mots avec le programme similaire more (« plus »), less étant un « more à l'envers », autrement dit un visionneur permettant, contrairement à more, de revenir en arrière dans un fichier[C 311]. Par ailleurs, less n'a pas besoin de lire l'ensemble d'un fichier avant de l'afficher, ce qui lui permet de démarrer très rapidement[A 8]. Less est écrit en langage C[C 312] GNU GPL v3[C 313] 1983[C 311] Site officiel
GNU M4 m4 GNU M4 est l'implémentation GNU du processeur de macros M4[C 314],[C 315]. GNU M4 dispose de macros intrisèques (builtin) pour l'inclusion de fichier, l'exécution de commandes ou l'arithmétique, mais il est aussi possible de créer des macros personnalisées[C 314],[C 315]. M4 peut notamment servir de front-end pour un compilateur[C 314],[C 315]. M4 est entre autres utilisé par GNU Autoconf qui s'en sert pour générer les scripts configure (en)[C 314],[C 315]. GNU GPL v3[C 315] 1990[C 315] Site officiel
GNU Midnight Commander mc Midnight Commander est un gestionnaire de fichiers en mode texte plein écran[C 316]. L'interface est basée sur ncurses ou S-Lang (en)[C 316]. Midnight Commander est un clone de Norton Commander[C 317]. GNU GPL v3[C 318] Site officiel
GNU OrgaDoc orgadoc OrgaDoc est un programme permettant de maintenir à jour un ensemble de documents situés sur plusieurs ordinateurs différents[C 319]. La synchronisation des fichiers est effectuée à l'aide de rsync ou Unison[C 319]. GNU GPL v3[C 319] Site officiel
GNU poke poke GNU poke est un éditeur de texte binaire interactif[C 320]. Il dispose d'un langage de programmation procédurale pour manipuler les structures de données[C 321]. GNU GPL v3[B 120] Site officiel
GNU sed sed GNU sed est l'implémentation GNU de sed (Stream Editor), un éditeur de texte non interactif en ligne de commande[C 322],[C 323]. Sed peut être utilisé sous forme de scripts combinant plusieurs commandes sed[C 323]. GNU GPL v3[B 121] Site officiel
GNU stalkerfs stalkerfs GNU stalkerfs est un programme de recherche de fichiers en ligne de commande[C 324]. Écrit en Python[B 122], stalkerfs utilise un Système de fichiers virtuel basé sur FUSE[C 324]. GNU GPL v3[C 324] Site officiel
GNU Teseq teseq GNU Teseq est un utilitaire analysant un fichier contenant des caractères de contrôle pour les afficher et les expliquer[C 325]. Il sert notamment au débogage des programmes manipulant l'affichage dans le terminal[C 325]. GNU GPL v3[C 326] 2008[C 327] Site officiel
GNU wdiff wdiff GNU wdiff est un ensemble d'utilitaires pour la comparaison de fichiers[C 328]. Le programme principal, wdiff, est un front-end pour diff permettant la comparaison mot par mot[C 328],[C 329]. Outre ce programme, GNU wdiff comporte trois autres outils : mdiff (recherche de blocs répétés), unify (conversion entre plusieurs formats) et wdiff2 (similaire à wdiff mais utilisant mdiff plutôt que diff comme backend)[C 328]. L'intégration de GNU wdiff au paquet Diffutils est à l'étude[B 115]. GNU GPL v3[C 329] Site officiel

Éditeurs de texte[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU ed ed GNU ed est un éditeur de texte ligne par ligne[C 330]. Il est l'implémentation GNU de ed, appelé « éditeur standard » car il s'agit du premier éditeur pour UNIX, ce qui explique sa très grande diffusion[C 330]. Ed peut s'utiliser soit interactivement, soit à l'aide de scripts shell[C 330]. Il existe également une version allégée de ed, nommée red, qui ne peut ni éditer de fichiers hors de son dossier de travail (en), ni exécuter de commandes[C 330]. Ed est aujourd'hui supplanté par des éditeurs plein écran (tels que GNU Emacs et GNU moe)[C 330]. GNU GPL v3[C 330] Site officiel
Emacs-logo.svg GNU Emacs emacs GNU Emacs[aq] est un éditeur de texte très extensible et personnalisable[ar],[C 333]. Il est l'un des principales déclinaisons de la famille d'éditeurs Emacs (Emacsen au pluriel)[13]. Il repose sur un cœur en C[14] consistant en un interpréteur pour Emacs Lisp (ou Elisp), un dialecte du langage Lisp optimisé pour l'édition de texte[as],[C 333]. Emacs comporte plusieurs modes d'édition en vue de faciliter l'édition de fichiers de types très variés[C 332]. Il possède une documentation intégrée consultable directement depuis Emacs[C 332]. Par ailleurs, ses extensions en Elisp lui permettent de faire bien plus qu'éditer du texte : Emacs peut servir d'IDE pour la programmation, de gestionnaire de fichiers, mais peut également se connecter à Internet et exécuter des jeux[C 332]. Ceci permet d'effectuer une grande partie de son travail à l'intérieur d'Emacs, ce qui lui vaut parfois d'être comparé à un système d'exploitation[C 332]. GNU GPL v3[C 334] 1984[at] Site officiel
GNU moe moe GNU Moe est un éditeur de texte en console se voulant à la fois puissant et simple à utiliser[C 336]. Moe n'utilise pas de modes, mais des raccourcis clavier classés par dangerosité (les commandes Alt sont sans danger, contrairement aux commandes Contrôle qui modifient le texte)[C 336]. Moe n'utilise pas le codage des caractères UTF-8 mais le ISO/CEI 8859-15 afin de n'utiliser que 8 bits par caractère[C 336]. GNU GPL v2[C 336] Site officiel
Gnu-nano.svg GNU nano nano GNU nano (initialement appelé TIP[au]) est un éditeur de texte simple en console, conçu pour servir de clone libre de Pico, tout en lui ajoutant des fonctionnalités[C 337],[C 338]. Pico était un éditeur de texte inclus dans le client de messagerie Pine, qui n'était pas libre[av],[C 337],[C 338]. GNU GPL v2[C 337] 1999[C 337]
Paquet GNU depuis 2001
Site officiel
Zile-logo.png GNU Zile zile GNU Zile (Zile Implements Lua Editors[C 339] ou Zile Is Lossy Emacs[A 5]) est un kit de développement pour éditeurs de texte. Il contient un clone léger d'Emacs nommé Zemacs[A 5],[A 8],[C 339]. GNU GPL v3[C 339] Site officiel

Archivage[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU cpio cpio GNU cpio est un programme copiant des fichiers dans des archives au format cpio ou tar[C 340]. Il s'agit de l'implémentation GNU du programme UNIX cpio[réf. souhaitée]. Il est prévu qu'il soit intégré au paquet GNU paxutils[C 341]. GNU GPL v3[B 123] Site officiel
Gzip gzip GNU gzip est un programme de compression de données sans perte, créé pour remplacer le programme compress, dont l'algorithme de compression Lempel-Ziv-Welch était soumis à des brevets[C 342]. Ggzip s'est finalement avéré plus performant que compress[C 342]. Gzip ne comprimant qu'un fichier, contrairement à zip, il est souvent utilisé avec tar[A 8]. GNU GPL v3[C 342] Site officiel
GNU paxutils paxutils GNU paxutils est un ensemble d'utilitaires pour gérer les formats d'archivage cpio, pax et tar[C 341]. Il est prévu que les programmes GNU cpio et GNU tar soient fusionnés au sein de paxutils[C 341]. GNU GPL v3[B 124] 1994[aw] Site officiel
GNU Sharutils (en) sharutils GNU Sharutils (Shell Archive Utilities[B 125]) est un paquet destiné à la manipulation des archives shell (en) (shar)[C 343]. Il contient deux programmes, shar et unshar', respectivement pour créer une archive et en extraire les fichiers[C 343]. Sharutils contient également les programmes uuencode et uudecode[B 125],[C 344]. Sharutils est maintenu pour des raisons de compatibilité[A 8]. GNU GPL v2[B 125] Site officiel
GNU tar tar GNU tar est un programme de gestion des archives au format tar[C 345]. Il est l'implémentation GNU de tar mais possède des fonctionnalités spécifiques[A 8]. Il est prévu qu'il soit intégré au paquet GNU paxutils[C 341]. GNU GPL v3[C 345] Site officiel
GNU xorriso xorriso GNU xorriso est un programme pour manipuler le système de fichiers pour CD ISO 9660/Rock Ridge, permettant d'y copier des fichiers en d'en extraire[C 346]. Il sert également de logiciel de gravure pour CD, DVD et disque Blu-ray[C 346]. Xorriso peut émuler mkisofs et cdrecord[C 346]. Le programme xorriso se manipule en ligne de commande, mais une interface graphique programmée en Tcl/Tk est disponible sous le nom xorriso-tcltk[C 346]. GNU GPL v3[C 346] Site officiel

Langues[modifier | modifier le code]

Internationalisation et traduction[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
FriBidi fribidi GNU FriBidi[ax] est une implémentation de l'algorithme bidirectionnel d'Unicode, servant à afficher du texte dans l'ordre approprié, de gauche à droite ou de droite à gauche[A 8],[C 348]. Il permet ainsi d'afficher correctement du texte dans des langues telles que l'arabe ou l'hébreu[C 348]. GNU LGPL v2.1[C 348] 2000[C 347]
Paquet GNU depuis 2002
Site officiel
GNU gettext gettext GNU gettext est un ensemble de programmes permettant de traduire en plusieurs langues le texte affiché par l'utilisateur par des programmes souvent écrits en anglais[C 349]. Il est utilisé par presque tous les paquets GNU[A 8]. Bien qu'avant tout destiné au C et au C++, gettext peut être utilisé avec un très grand nombre de langages[C 350]. GNU LGPL v2.1[ay]
GNU GPL v2
1994[C 352] Site officiel
GNUjdoc gnujdoc GNUjdoc rassemble les traductions en japonais de documents relatifs à GNU[A 5],[C 353]. GNU GPL v2[C 354] Site officiel
GNUnited Nations gnun GNUnited Nations (GNUN) est un outil de production des traductions du site officiel du projet GNU[C 6],[C 355]. Cet outil est utilisé dans le cadre du GNU Web Translation Coordination (trans-coord)[C 6],[C 355]. GNUnited Nations extrait les textes à traduire d'un document HTML en langue originale, puis, à partir des textes traduits, génère une nouvelle page HTML[C 355]. Il se base sur l'outil de traduction GNU gettext, qu'il adapte au site www.gnu.org[C 356]. Son fonctionnement de GNUnited Nations est spécifique à l'organisation de ce site et n'est donc pas destiné à être utilisé pour d'autres sites[C 355]. GNU GPL v3[B 126] Site officiel

Dictionnaires[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Dico dico GNU Dico est un serveur de dictionnaire implémentant le protocole DICT[C 357]. Il supporte par défaut plusieurs formats de bases de données, lui permettant d'utiliser notamment comme sources Freedict, WordNet, GCIDE, Wikipédia ou Wiktionnaire[C 358]. De nouveaux formats peuvent être supportés en ajoutant des modules C, Guile ou Python[C 357]. L'accès au serveur GNU Dico peut se faire via un programme en ligne de commande dénommé dico[C 359] ou par une interface web nommée Dicoweb[C 360]. GNU GPL v3[C 361] Site officiel
GCIDE gcide GCIDE (GNU Collaborative International Dictionary of English - « Dictionnaire international collaboratif d'anglais GNU ») est un dictionnaire libre dérivé du dictionnaire Webster et complété par d'autres sources, notamment WordNet[C 362]. Il peut être utilisé directement depuis son site web[C 362] ou par l'intermédiaire de GNU Dico[C 358]. GNU GPL v3[C 363] Site officiel
GNU Vera vera Vera (Virtual Entity of Relevant Acronyms - entité virtuelle d'acronymes pertinents) est une liste d'acronymes informatiques distribuées comme documentation[A 8]. GNU FDL v1.3[A 14]. Site officiel

Aides à la rédaction[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Aspell aspell GNU Aspell (initialement Kspell) est un correcteur orthographique développé dans le but de remplacer Ispell[C 364]. Aspell est capable de gérer les documents encodés en UTF-8[C 364]. Par ailleurs, il peut utiliser simultanément plusieurs dictionnaires, dont des dictionnaires personnalisés[C 364]. Aspell peut être utilisé comme programme à part entière ou comme bibliothèque C (des bindings sont disponibles pour Perl, Ruby et PHP)[C 364],[C 365]. GNU LGPL v2.1[C 365] 1998[C 366]
Paquet GNU depuis 2002[C 367]
Site officiel
GNU Diction diction GNU Diction propose deux commandes Unix : diction et style[C 368]. Diction recherche des expressions souvent mal utilisées, tandis que style analyse les caractéristiques de forme, telles que la longueur des phrases[C 368]. Site officiel
GNU Miscfiles miscfiles GNU Miscfiles est une collection de fichiers de données courantes mais non nécessaires à l'administration système telles que des codes pays, les codes d'aéroports ou des informations sur les devises monétaires[C 369]. GNU GPL v2[B 127] Site officiel
GNU spell spell GNU spell est l'implémentation GNU du correcteur orthographique spell, servant de wrapper à des programmes tels que GNU Aspell ou Ispell[B 128]. Spell est un outil en ligne de commande qui reçoit une liste de fichiers comme arguments et affiche les mots mal orthographiés[A 8],[B 128]. GNU GPL v3[B 128] Site officiel

Audio et vidéo[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU ccd2cue ccd2cue GNU ccd2cue est un convertisseur du format CCD (en) vers le format CUE, mieux géré par les logiciels libres[C 370]. Ccd2cue fonctionne comme un préprocesseur pour les logiciels de gravure[A 8]. Les fichiers CCD et CUE sont des fichiers accompagnant habituellement les images disques et décrivant la position des pistes sur l'image[A 8]. GNU GPL v3[C 370] Site officiel
Cursynth cursynth Cursynth est un synthétiseur polyphonique fonctionnant dans un terminal mais avec une interface graphique programmée à l'aide de ncurses[B 129],[C 371]. Il utilise comme moteur de syntèse la bibliothèque Mopo, qui utilise le procédé de la synthèse sonore soustractive[A 8],[C 371]. Cursynth peut être manipulé soit avec un clavier d'ordinateur, soit avec un clavier MIDI[C 371]. GNU GPL v3[B 129] Site officiel
Denemo denemo GNU Denemo est un logiciel de notation musicale, fournissant une interface graphique à LilyPond[C 372]. La partition peut être composée à l'aide d'un clavier d'ordinateur, d'un clavier MIDI ou d'un microphone[C 372]. Denemo peut être personnalisé à l'aide de scripts en Scheme[C 373]. GNU GPL v3[B 130] Site officiel
Emms logo.svg EMMS (en) emms EMMS (Emacs Multimedia System) est un logiciel permettant d'accéder à du contenu multimédia depuis Emacs, contrôlable à l'aide de commandes Emacs[C 374]. GNU GPL v3[C 375] Site officiel
GMediaServer gmediaserver GMediaServer est un serveur multimédia compatible avec le protocole UPnP (Universal Plug and Play)[C 376]. GMediaServeur est un programme console écrit en C, destiné à fonctionner en tâche de fond[C 376]. GNU GPL v3[C 377] 2005[C 378]
Paquet GNU depuis 2006
Site officiel
GNU FM gnufm GNU FM est une plateforme musicale[C 379]. Il implémente le protocole de communication Audioscrobbler, servant ainsi de base à Libre.fm (en), mais peut également communiquer avec d'autres serveurs tels que Last.fm[C 379]. Il est possible d'installer GNU FM sur son propre serveur web[B 131],[C 379]. GNU AGPL v3[B 131] 2009[C 379] Site officiel
GNUMP3d gnump3d GNUMP3d est un serveur de streaming pour différents contenus multimédia, notamment des fichiers MP3 et Ogg Vorbis[C 380]. GNUMP3d est écrit en Perl, ce qui lui permet une grande portabilité[C 381]. GNU GPL v2[B 132] Site officiel
GNUpod gnupod GNUpod est une collection de scripts Perl permettant de gérer les lecteurs audio iPod en ligne de commande[A 5],[C 382],[B 133]. GNU GPL v3[B 134] Site officiel
Gnuradio logo.svg GNU Radio gnuradio GNU Radio est un toolkit fournissant des outils de traitement du signal dédiés à l'implémentation de radios logicielles[C 383]. Il peut être utilisé soit avec du matériel de radiodiffusion, soit sans pour effectuer des simulations[C 383]. Les applications radio sont écrites en Python, sauf pour les tâches nécessitant de grandes performances, écrites en C++[A 8]. GNU GPL v3[B 135] Site officiel
GNUsound gnusound GNUsound est un éditeur audio multipiste pour GNOME[C 384]. Ses fonctionnalités peuvent être étendue par des greffons LADSPA[az][C 385]. GNU GPL v2[B 136] Site officiel
Gnuspeech (en) gnuspeech Gnuspeech est un logiciel de synthèse vocale utilisant la technique de la synthèse articulatoire (en)[C 386] GNU GPL v3[B 137] Site officiel
GTick gtick GNU GTick est un métronome programmé avec GTK et OSS (compatible avec ALSA)[C 387]. GNU GPL v3[C 387] Site officiel
Guile-SDL guile-sdl GNU Guile-SDL est une bibliothèque permettant d'utiliser la bibliothèque C SDL (Simple DirectMedia Layer) avec GNU Guile. GNU GPL v3[C 388] Site officiel
GNU libcdio libcdio GNU libcdio (GNU Compact Disc Input and Control Library, « bibliothèque GNU pour la gestion des entrées/sorties du CD ») est une bibliothèque permettant d'accéder aux CD-ROM et aux images disques, sans avoir à se soucier du système d'exploitation, du périphérique ou du format de l'image[A 8],[C 389]. Elle contient notamment libcdio-paranoia, une bibliothèque simplifiant l'extraction audio des CD[A 8],[C 389]. Plusieurs utilitaires sont également inclus[C 389]. GNU libcdio est écrite en C, mais comporte également une interface orientée objet pour le C++ (qui peut toutefois utiliser les routines C)[C 389]. Par ailleurs, des bindings sont disponibles pour Perl, Python et Ruby[C 389]. GNU GPL v3[B 138] 2002[C 390] Site officiel
GNU Libextractor libextractor GNU Libextractor est une bibliothèque dédiée à l'extraction des métadonnées des fichiers[C 391]. Libextractor contient un utilitaire en ligne de commande nommé extract, similaire au programme file, qui affiche les résultats d'une extraction[C 391]. Les implémentations des différents formats sont programmées sous forme de greffons, ce qui permet d'ajouter de nouveaux formats[C 391]. Libextractor exécute ces plugins en dehors du processus principal, ce qui protège les applications contre d'éventuels plantages[C 391]. Des bindings sont disponibles pour Java, Mono, Python, Perl, Ruby et PHP[C 391]. GNU GPL v3[C 391] Site officiel
LilyPond-logo.png LilyPond lilypond LilyPond est un logiciel de gravure musicale (en) permettant de produire des partitions[C 392]. Il prend en charge plusieurs types de partition et a pour objectif de proposer une esthétique typographique inspirée de la gravure traditionnelle, et de permettre aux musiciens de se concentrer sur la musique plutôt que sur la mise en forme[C 393]. LilyPond utilise des fichiers textes contenant une série d'instructions pour élaborer la partition[C 394]. Les partitions peuvent être personnalisées à l'aide de feuilles de style ou d'extensions Guile en Scheme[A 8],[C 394]. LilyPond est un outil en ligne de commande, mais peut être utilisé via des interfaces graphiques, telles que GNU Denemo[C 372],[C 394]. GNU GPL v3[C 395] 1996[ba] Site officiel
Psychosynth psychosynth GNU Psychosynth est un synthétiseur, émulant un espace en trois dimensions où sont disposés et manipulés différents modules pour créer de la musique[A 8],[C 397],[C 398],[C 399]. Psychosynth est basé sur une bibliothèque C++ et peut être utilisé soit par une interface graphique 3D, soit en ligne de commande[A 8],[C 398],[C 399]. GNU GPL v3[B 139] Site officiel
GNU Solfege Logo.svg GNU Solfege solfege GNU Solfege est un programme aidant à l'entraînement de l'oreille[C 400]. Solfege effectue des statistiques pour évaluer ses progrès, et permet également de créer des leçons personnalisées[A 8]. GNU GPL v3[C 400] Site officiel
Speex logo 2006.svg Speex speex Speex est un codec libre et sans brevet fournissant un format audio compressé optimisé pour la parole[C 401]. Il est utilisable par les applications Internet telles que la voix sur IP (VoIP)[C 401]. Speex est basé sur la technique Code-excited linear prediction (en) (CELP)[C 401]. Licence BSD révisée[C 401] Site officiel
GNU VCDImager vcdimager GNU VCDImager est une suite logicielle destinée à manipuler les Vidéo CD (VCD) et les Super Vidéo CD (SVCD)[C 402]. GNU GPL v2[B 140] Site officiel

Sécurité[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Crypto.png GNU Crypto gnu-crypto GNU Crypto fournit des fonctions primitives et des outils pour la cryptographie en Java, destiné aux programmeurs et aux utilisateurs finaux[C 403]. GNU Crypto fait désormais partie de GNU Classpath[C 403]. GNU GPL v2 avec exception (« licence Guile »)[bb] Site officiel
GNU-pw-mgr gnu-pw-mgr GNU-pw-mgr est un gestionnaire de mots de passe conçu pour retrouver facilement des mots de passe difficiles, tout en limitant les risques d'attaque[C 404]. Les mots de passe ne sont pas stockés directement, mais sous une forme transformée indiquée par l'utilisateur[C 404]. GNU GPL v3[C 404] Site officiel
Gnupg logo.svg GNU Privacy Guard gnupg GNU Privacy Guard (« gardien de la vie privée[A 8] », en abrégé GnuPG ou GPG) est une implémentation du standard OpenPGP, permettant de chiffrer et de signer des données ou des communications. Son système de gestion des clés permet d'accéder aux serveurs de clés publiques[C 405]. GPG est disponible pour Windows sous la forme du logiciel Gpg4win[C 405]. GnuPG permet la sécurisation de S/MIME et SSH[C 405]. GnuPG lui-même est un outil en ligne de commande, c'est pourquoi plusieurs interfaces graphiques ou extensions pour logiciels tiers[C 406]. Par ailleurs, les bibliothèques de GnuPG peuvent être utilisées comme couche d'abstraction pour le développement d'autres logiciels[C 406]. GNU GPL v3[bc] 1997[C 405] Site officiel
GNUTLS-logo.svg GnuTLS gnutls GnuTLS est une bibliothèque C implémentant les protocoles de sécurité SSL, TLS et DTLS[C 408]. GNU LGPL v2.1[C 408] Site officiel
GNU GSS gss GNU GSS (Generic Security Service) est une bibliothèque C/C++ contenant une implémentation de l'interface de programmation GSS-API[C 409]. GNU GPL v3[C 410] 2003[C 410] Site officiel
GVPE gvpe GVPE (GNU Virtual Private Ethernet, « Ethernet privé virtuel de GNU »[A 8]) permet de créer un réseau privé virtuel (VPN), mais à la différences des logiciels similaires qui créent un unique tunnel, GVPE crée un véritable réseau avec plusieurs points de sortie[C 411]. Les différents nœuds n'ont pas besoin d'avoir mutuellement confiance en eux[C 411]. GVPE requiert parfois, selon sa configuration, l'utilisation d'une version modifiée de Tinc (en)[C 412]. GNU GPL v2[C 412],[C 413] Site officiel
Libgcrypt libgcrypt Libgcrypt est une bibliothèque de cryptographie[C 414]. Initialement partie intégrante de GnuPG, Libgcrypt constitue désormais un paquet séparé[C 415]. GNU LGPL v2.1[bd]
GNU GPL v2
2001[be] Site officiel
Libtasn1 libtasn1 GNU Libtasn1 est une bibliothèque C fournissant implémentation du standard ASN.1, utilisée notamment par GnuTLS. GNU LGPL v2.1[C 416] Site officiel
GNU LSH lsh LSH est l'implémentation GNU du protocole Secure Shell (SSH) version 2[C 417]. Site officiel
GNU Nettle nettle GNU Nettle est une bibliothèque cryptographique en C de bas niveau[C 418],[C 419]. Elle peut être utilisée de différentes manières : soit directement dans un programme en C, soit servir de « boîte à outils » pour des langages orientés objet ou des programmes tels que GNU LSH ou GnuPG à l'aide d'un wrapper, soit être utilisée dans l'espace noyau[A 8],[C 418],[C 419]. GNU Nettle est disponible pour plusieurs langages de programmation[C 418]. GNU GPL v2[bf]
GNU LGPL v3
Site officiel
GNU Radius radius GNU Radius est un serveur permettant de centraliser des services d'authentification et de journalisation[A 8],[C 420]. Il s'agit d'une implémentation du protocole RADIUS (Remote Authentication Dial-In User Service)[C 421]. Les identifiants de connexion peuvent être stockés soit dans le fichier /etc/passwd (comme un utilisateur UNIX), soit dans une base de données interne à Radius, soit dans une base de données SQL ou PAM[C 420]. Radius est personnalisable soit à l'aide d'un langage spécifique nommé Rewrite, dont la syntaxe est similaire à celle du C, soit à l'aide de Scheme si Guile est disponible[C 420]. GNU GPL v3[B 142] Site officiel
GNU Userv userv GNU Userv est un utilitaire permettant à un programme d'en invoquer un autre même s'il n'existe qu'une confiance limitée entre eux[A 8],[C 422]. Userv permet ainsi de réaliser certains tâches avec un autre utilisateur sans devoir préalablement changer de compte utilisateur[A 8],[C 422]. GNU GPL v2[C 422] Site officiel

Bases de données[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Ferret ferret GNU Ferret est un outil graphique de modélisation des données fonctionnant selon le modèle entité-association[C 423]. Il peut créer automatiquement des schémas relationnels et générer des instructions SQL dans plusieurs dialectes tels que MySQL et PostgreSQL[C 423]. GNU GPL v3[C 423] Site officiel
GNU dbm gdbm GNU dbm (ou GDBM, « GNU Database Manager[C 424] ») est une bibliothèque de fonctions de gestion de base de données utilisant le hachage[A 5],[A 8],[C 425]. GDBM permet de stocker des couples clés/valeurs dans un fichier[C 425]. Elle n'est pas destinée à être directement employée par l'utilisateur final[C 424]. GDBM est compatible avec la bibliothèque standard Unix dbm[C 425]. Comme la bibliothèque Unix, elle fournit deux interfaces nommées dbm et ndbm[C 425]. GNU GPL v3[C 424] Site officiel
GNU Guile DBI guile-dbi Guile DBI est une bibliothèque pour Guile fournissant une interface avec les bases de données SQL[C 426]. Elle permet de travailler d'une manière identique selon les systèmes de gestion de base de données et fonctionne avec MySQL, PostgreSQL et SQLite 3[C 426]. Elle est composée de deux parties : la partie DBI (database independent) qui fournit l'interface pour Scheme, et les modules DBD (database dependent), permettant la connexion avec la base de données[C 427]. GNU GPL v2[C 426] 2004[C 427] Site officiel
GURGLE gurgle GURGLE (GNU Report Generator Language - « Langage GNU pour la production de rapports [à partir d'une base de donnée][A 5] ») est un utilitaire produit des comptes-rendus à partir de l'analyse de fichiers de base de données, au format dBase3+ ou dans un format ASCII délimité[C 428],[C 429]. À partir de bases de données GNU SQL, MySQL, PostgreSQL ou Ingres, GURGLE peut produire des textes en y insérant des informations issues de la base de données[A 8]. GURGLE a été initialement créé pour produire des documents au format TeX/LaTeX, mais supporte aussi le texte brut ASCII, troff, PostScript, le HTML ou le XML[C 428],[C 429]. GNU GPL v3[B 143] Site officiel
Libdbh libdbh GNU Libdbh permet de créer et de travailler avec des tables de hachage basées sur disque[A 8],[C 430]. Libdbh est similaire à GNU dbm mais avec de meilleures performances[C 430]. GNU GPL v3[C 430] Site officiel
GNU Metadata Exchange Utilities metaexchange Les GNU Metadata Exchange Utilities permet de manipuler les métadonnées[A 5]. Ils permettent de les récupérer depuis des serveurs grâce aux protocoles OAI-PMH ou Z39.50, de les enregistrer dans une base de données et de les représenter sous forme lisible[C 431]. GNU metaexchange est basé sur IWF Metadata Harvester, un logiciel conçu dans le cadre d'un programme soutenu par le gouvernement allemand puis abandonné[C 431]. L'un des contributeurs au projet a repris une partie du code du programme pour donner naissance à GNU metaexchange[C 431]. Une partie du code a néanmoins dû être abandonnée car elle nécessitait l'usage de logiciels Microsoft. Par ailleurs, le logiciel a dû être adapté pour pouvoir fonctionner sous GNU/Linux[B 144]. GNU GPL v2[B 144] 2007[bg] Site officiel
GNU Recutils recutils GNU Recutils est un ensemble d'outils et de bibliothèques permettant de manipuler des bases de données enregistrées sous un format texte brut (nommé recfile) et donc directement éditable[C 432]. Ce format ne les empêche pas de posséder toutes les caractéristiques habituelles d'une base de données[A 8]. GNU GPL v3[C 432] Site officiel
GNU WB wb GNU WB (Wanna B-tree[C 433]) fournit des bibliothèques de gestion de base de données stockées sur disque fonctionnant avec des tableaux associatifs triés[C 434]. Plutôt que des tables de hachage, WB utilise des arbres équilibrés, ce qui minimise le nombre d'opérations sur disque[A 8]. WB peut être utilisée avec les langages C, C++, Scheme (implémentation SCM[bh]), Java et C#[C 434]. GNU LGPL v3[C 435] 1991[C 433]
Paquet GNU depuis 1996
Site officiel

Graphisme[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
3dldf-logo.png 3DLDF 3dldf GNU 3DLDF[bi] est un logiciel de dessin en trois dimensions, permettant d'exporter au format MetaPost[C 437]. Programmé en C++ à l'aide de CWEB, il utilise un langage proche de Metafont dont l'analyseur syntaxique est généré par GNU Bison[C 436],[C 438]. Il peut être utilisé avec TeX, soit pour insérer des images 3D dans un document TeX, soit pour insérer du texte TeX dans une animation 3D[A 8]. GNU GPL v3[B 145] Site officiel
Dia dia Dia est un éditeur de diagrammes développé dans le cadre du projet GNOME[A 5],[C 439]. Il est possible de réaliser des scripts en Python[C 440]. GNU GPL v2[C 441] Site officiel
GIFT gift GIFT (GNU Image-Finding Tool, « outil GNU de recherche d'images ») est un programme de recherche d'image par le contenu (CIBR), effectuant des recherches selon le principe du Query by Example (QBE)[A 8],[C 442]. GNU GPL v2[B 146],[B 147] Site officiel
The GIMP icon - gnome.svg GIMP gimp GIMP (GNU Image Manipulation Program, « programme GNU de manipulation d'image »[bj]) est un éditeur d'image matricielle[C 444]. GIMP gère un nombre important des formats d'image courants, mais son format natif est le XCF, permettant d'enregistrer de nombreuses informations sur le travail effectué[C 445]. Les images traitées par GIMP se composent de plusieurs calques et d'autres éléments[C 444]. De très grosses images peuvent être utilisées en raison de la gestion de la mémoire par GIMP[C 444]. GIMP est un programme très extensible, pouvant être complété par des greffons (plugin) écrits en C ou des scripts, soit en Scheme, par le système Script-Fu, soit par des langages tiers comme Perl, Python, Ruby ou C#[C 444],[C 446]. Beaucoup de greffons sont fournis directement avec GIMP et gèrent notamment l'enregistrement dans des formats autres que le XCF[C 445], ainsi qu'un grand nombre des commandes standard (notamment les filtres)[C 444]. C'est initialement dans le cadre du projet GIMP qu'ont été créés en 1996 GTK (GIMP Toolkit) et GDK (GIMP Drawing Kit), les développeurs étant mécontents de la bibliothèque propriétaire Motif[C 254]. En février 1997, ces bibliothèques sont devenues GTK+, après d'importantes modifications[C 254] ; GTK+ est devenu indépendant en septembre 1997 et a servi à créer l'environnement GNOME[C 257]. GNU GPL v3[C 447] 1995[C 443],[C 257]
Paquet GNU depuis 1996[C 254]
Site officiel
GNU Paint gpaint GNU Paint (ou Gpaint) est un programme simple de dessin pour GNOME, inspiré de Xpaint[C 448]. GNU GPL v2[C 448] Site officiel
GSEGrafix gsegrafix GSEGrafix est un programme de création de graphiques pour les sciences et l'ingénierie[C 449]. Écrit en C, GSEGrafix lit des fichiers ASCII de paramètres et de données et exporte ses graphiques aux formats BMP, JPEG et PNG[C 449]. Plusieurs types de graphiques, en deux ou trois dimensions, sont pris en charge[C 449]. GNU GPL v3[C 449] Site officiel
GNU Guile-CV guile-cv GNU Guile-CV est une bibliothèque de vision par ordinateur pour Guile utilisant la programmation fonctionnelle[C 450]. Guile-CV est basée sur VIGRA (en) mais y ajoute des fonctionnalités supplémentaires et une API de haut niveau[C 450]. GNU GPL v3[C 450] Site officiel
Guile-OpenGL guile-opengl GNU Guile-OpenGL est une bibliothèque pour GNU Guile lui permettant d'utiliser l'interface de programmation (API) OpenGL et des outils liés tels que GLU, GLX et GLUT sans avoir à écrire de code en langage C[C 451],[C 452]. GNU LGPL v3[C 451] Site officiel
GNU InklingReader inklingreader GNU InklingReader est un logiciel permettant de prendre en charge le stylo numérique Wacom Inkling sans utiliser le programme propriétaire Wacom Inkling SketchManager[A 8],[C 453]. InklingReader peut être utilisé avec des logiciels tels qu'Inkscape[C 453]. GNU GPL v3[C 453] Site officiel
GNU libxmi libxmi GNU libxmi est une bibliothèque C/C++ permettant de rastériser des images vectorielles en deux dimensions[C 454]. 1999[bk] Site officiel
MAVERIK maverik GNU MAVERIK est un framework pour le développement d'applications de réalité virtuelle[C 455]. Son moteur de rendu 3D, de bas niveau, utilise OpenGL ou Mesa 3D[C 455]. GNU GPL v3[B 148] Site officiel
Ocrad (en) ocrad GNU Ocrad est un logiciel de reconnaissance optique de caractères utilisant une méthode d'extraction de caractéristiques[A 8],[C 456]. Il prend en charge les formats PBM, PGM et PPM[C 456]. GNU GPL v2[C 456] Site officiel
GNU Panorama panorama GNU Panorama est un framework pour l'infographie en trois dimensions[C 457]. Panorama peut être complété par des plugins sous forme de classes C++ liées dynamiquement[C 458]. GNU GPL v2[C 459] 1998[C 457] Site officiel
GNU plotutils plotutils GNU plotutils est consacré à la réalisation de graphiques vectoriels 2D[C 460]. Plotutils est formé autour d'une bibliothèque C/C++, libplot, permettant d'exporter les graphiques dans des formats vectoriels ou matriciels (la rastérisation est distribuée sous la forme d'un paquet séparé, libxmi)[C 454],[C 460]. Utilisée avec X, libplot peut également créer des animations[C 460]. Plotutils fournit également une bibliothèque C++ nommée libplotter pour une utilisation orientée objet de libplot[C 460]. libplot est par ailleurs utilisable avec Python et Perl (langage), et peut être adaptée à l'aide de SWIG[C 460]. Plotutils contient également plusieurs utilitaires en ligne de commande[C 460]. 1989[C 461] Site officiel

Logiciels scientifiques[modifier | modifier le code]

Mathématiques[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Aris aris GNU Aris est un assistant de preuve logique[C 462]. Il gère plusieurs formes de logique : logique propositionnelle, calcul des prédicats, algèbre booléenne et logique arithmétique[C 462]. Il utilise un ensemble d'inférences et d'équivalences prédéfinies mais peut également utiliser d'anciennes preuves, dont des preuves effectuées avec Isar. Son interface, utilisant les symboles logiques usuels, est pensée pour aider les débutants[C 462]. GNU GPL v3[C 462] Site officiel
GNU bc bc GNU bc est un langage de calcul arithmétique multiprécision, pouvant être utilisé de manière interactive[C 463]. Sa syntaxe ressemble à celle du langage C tout ayant beaucoup de différences importantes[C 463]. C'est l'implémentation GNU de bc, mais il se démarque des autres implémentations du fait qu'il n'est pas basé sur dc[C 464]. GNU GPL v3[C 463] Site officiel
C-Graph c-graph GNU C-Graph permet d'illustrer la théorie des produits de convolution sans avoir à écrire du code[A 8]. Il est programmé en Fortran et utilise Gnuplot et ImageMagick[C 465]. GNU GPL v3[C 466] Site officiel
GNU Dap dap GNU Dap est un programme de statistiques pouvant produire des graphiques[A 5]. Il est compatible avec le programme propriétaire SAS[A 8]. Sa syntaxe est similaire au langage C mais plus simple[A 8]. GNU GPL v3[B 149] Site officiel
Datamash datamash GNU Datamash est un programme effectuant des opérations numériques, textuelles ou statistiques sur des fichiers texte[C 467]. GNU GPL v3[C 467] Site officiel
GNU dc dc GNU dc est un programme de calcul arithmétique multiprécision utilisant la notation polonaise inverse[C 468]. Il s'agit de l'implémentation GNU de dc.[réf. souhaitée] Site officiel
GLPK glpk GLPK (GNU Linear Programming Kit) est une bibliothèque C dédiée à la résolution de problèmes d'optimisation linéaire. GLPK peut s'utiliser à l'aide du langage GNU MathProg, dérivé du langage AMPL (en)[C 469]. GNU GPL v2[B 150] Site officiel
GNU MP gmp GNU MP ou GMP (GNU Multiple Precision Arithmetic Library) est une bibliothèque d'arithmétique multiprécision[C 470]. Elle travaille aussi bien avec les entiers relatifs, les nombres rationnels et les nombres à virgule flottante, sa précision n'étant limitée que par la mémoire de l'ordinateur[C 470]. GMP est conçue pour être aussi rapide que possible[C 470]. Ses principaux domaines d'utilisation sont la cryptographie, la sécurité Internet, l'algèbre et l'algorithmique[A 8],[C 470]. Bien que destinée avant tout au C et au C++, GMP est utilisable dans de nombreux langages[C 471]. GNU LGPL v3[bl]
GNU GPL v2
GNU GPL v3
1991[C 470] Site officiel
GNU Scientific Library gsl La GNU Scientific Library (ou GSL) est une bibliothèque d'analyse numérique pour les langages C et C++[A 8],[C 473]. Elle propose plus d'un millier de routines mathématiques dans des domaines variés[C 473]. GNU GPL v3[C 473],[C 474] 1996[C 473] Site officiel
JACAL jacal GNU JACAL est un programme de calcul formel basé sur Scheme[A 8],[C 475]. JACAL peut manipuler ou simplifier des équations, des scalaires, des vecteurs et des matrices[A 8],[C 475],[C 476]. GNU GPL v3[C 476] Site officiel
GNU libmatheval libmatheval GNU libmatheval est une bibliothèque d'analyse et d'évaluation d'expressions symboliques saisies par l'utilisateur, disponible pour les langages C et Fortran[C 477]. GNU GPL v3[C 478] 1999[C 478]
Paquet GNU depuis 2003
Site officiel
Mcsimlogo.svg GNU MCSim mcsim GNU MCSim est un programme de simulation mathématique écrit en C[C 479]. Il est spécialisé dans l'utilisation de la méthode de Monte-Carlo[C 480]. GNU GPL v3[C 479] 1991[C 480] Site officiel
MetaLogic Inference metalogic-inference GNU MetaLogic Inference (ou GNU MLI) est un assistant de preuve mathématique et logique, travaillant au niveau métamathématique[B 151]. GNU GPL v3[B 151] Site officiel
GNU MPC mpc GNU MPC (GNU Multiple Precision Complex Library[C 481]) est une bibliothèque C d'arithmétique multiprécision pour les nombres complexes[C 482]. Elle est basée sur les bibliothèques GNU MP et GNU MPFR[C 481]. GNU LGPL v3[C 482],[C 481] Site officiel
Mpfr.svg GNU MPFR mpfr GNU MPFR (Multiple Precision Floating-Point Reliable Library[C 483]) est une bibliothèque C d'arithmétique multiprécision pour les nombres à virgule flottante avec arrondi correct[C 484]. Elle est basée sur GNU MP[C 484]. GNU LGPL v3[C 484],[C 483] 2000[C 485] Site officiel
GNU MPRIA mpria GNU MPRIA (GNU Multi-Precision Rational Interval Arithmetic Library) est une bibliothèque C d'arithmétique multiprécision pour les nombres rationnels[C 486],[C 487].Elle est basée sur GNU MP[C 486],[C 487]. GNU GPL v3[C 486] Site officiel
Gnu-octave-logo.svg GNU Octave octave GNU Octave est un langage interprété de haut niveau pour le calcul numérique[A 8]. Sa syntaxe est proche de celle de MATLAB[C 488]. Octave peut être utilisé avec une interface graphique, en console ou à l'aide de scripts shell[C 488]. Il permet de visualiser les résultats obtenus[A 8]. GNU GPL v3[C 489] Site officiel
Pspplogo.png PSPP pspp PSPP est un programme d'analyse statistique spécialisé dans l'échantillonnage, ayant pour objectif de remplacer le logiciel propriétaire SPSS[C 490]. Il peut notamment effectuer de la statistique descriptive, des tests de Student, des analyses de la variance, des régressions linéaires et logistique, des mesures d'association, des partitionnements de données, des analyses factorielles et de fiabilité et des tests non paramétriques[C 490]. PSPP est utilisable avec une interface graphique ou en ligne de commande. Il est conçu pour traiter rapidement de grands volumes de données (jusqu'à un milliard de variables)[C 490]. Interopérable avec Gnumeric et OpenOffice.org/LibreOffice, PSPP peut importer des données issues de feuilles de calcul, de fichiers texte ou de bases de données[C 490]. Ses résultats peuvent être exportés dans les formats texte brut, PostScript, PDF, HTML ou OpenDocument[C 490]. GNU GPL v3[C 490] Site officiel
Rlogo-unofficial-vector-editable.svg GNU R r GNU R est un environnement et un langage de programmation pour le calcul statistique[C 491]. Il est basé sur le langage et environnement S dont il reprend une partie du code source[C 491]. R peut notamment réaliser des modèles linéaires ou non linéaires (en), des tests statistiques, des analyses de séries temporelles, des classifications et des partitionnements de données[C 491]. R peut également produire des graphiques contenant symboles et formules mathématiques[C 491]. Le logiciel est lui-même écrit principalement en R[C 491]. Des extensions peuvent être programmés en R, voire, pour les tâches les plus exigeantes, en C, C++ ou Fortran[C 491]. GNU GPL v2/3 avec exceptions[bm] Site officiel
XaoS xaos GNU XaoS est un programme interactif générant des fractales et permettant de zoomer dessus en temps réel[C 494],[C 495]. Il comprend des didacticiels pour expliquer leur construction[A 8]. Il gère plusieurs types de fractales, et peut notamment afficher l'ensemble de Mandelbrot et pour chaque point de celui-ci l'ensemble de Julia correspondant[C 495]. XaoS permet de choisir le nombre d'itérations réalisées, de personnaliser la coloration ou encore d'appliquer des filtres après calcul[C 494],[C 495]. XaoS est programmé en C++ à l'aide de Qt[C 496]. GNU GPL v2[C 497] 1996[C 496] Site officiel

Physique, chimie et astronomie[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Archimedes archimedes GNU Archimedes est un logiciel de TCAD simulant des appareils à semi-conducteurs[C 498]. Il utilise la méthode de Monte-Carlo[C 498]. GNU GPL v3[B 152],[C 499] 2004[C 499] Site officiel
GNU Dionysus dionysus GNU Dionysus est un outil en ligne de commande recherchant les valeurs de constantes ou paramètres utilisée en sciences ou en ingénierie[A 8]. Dionysus utilise trois bases de données : la première contient 46 constantes universelles, la deuxième contient 104 numéros atomiques d'éléments chimiques et la troisième contient 40 constantes relatives aux semi-conducteurs[C 500]. GNU GPL v3[C 500] Site officiel
GNU Electric electric GNU Electric est un logiciel de conception assistée par ordinateur (CAO) pour les circuits électriques[A 8],[C 501]. Il prend en charge vérification des règles et simulation[A 8],[C 501]. GNU GPL v3[B 153],[C 502] 1982[C 503]
Paquet GNU depuis 1998
Site officiel
GNU Gama gama GNU Gama est un logiciel destiné à l'ajustement des réseaux géodésiques[C 504]. Il est utile lors des travaux d'arpentage lorsque l'utilisation du GPS n'est pas possible[C 504]. Gama est écrit en C++ et utilise la bibliothèque Expat (en) pour gérer le XML[B 154],[C 505]. GNU GPL v3[B 154],[B 155] 1998[B 154],[C 505]
Paquet GNU depuis 2001
Site officiel
GNU Behistun gbehistun GNU Behistun est un ensemble d'utilitaires pour la modélisation géologique et géophysique[A 8],[B 156]. Son nom vient de l'inscription de Behistun[A 8],[B 156]. GNU AGPL v3[B 156] Site officiel
Gneural Network gneuralnetwork Gneural Network implémente un réseau de neurones programmable. Programmé en C, Gneural Network peut être personnalisé à l'aide d'un langage de script ne nécessitant pas de connaissances en programmation. GNU GPL v3[C 506] Site officiel
GnuAE gnuae GnuAE est un outil graphique basé sur GTK+ destiné à concevoir des habitations alimentées en énergies renouvelables conformes au National Electrical Code (en)[C 507]. GNU GPL v2[C 508] Site officiel
GNU Astronomy Utilities gnuastro Les GNU Astronomy Utilities (« utilitaires GNU pour l'astronomie », en abrégé Gnuastro) sont un ensemble de programmes pour l'analyse de données astronomiques[C 509]. Gnuastro est programé en C[C 510] et utilise la GNU Scientific Library, ainsi que les bibliothèques CFITSIO et WCSLIB pour pouvoir utiliser le format FITS[C 511]. GNU GPL v3[C 509] Site officiel
GNUcap gnucap GNUcap est un simulateur de circuits électriques, ayant pour objectif de remplacer SPICE[A 8],[B 157],[C 512]. GNU GPL v3[B 158] Site officiel
Goptical goptical Goptical est une bibliothèque C++ d'optique, permettant de disposer différents composants dans un espace en trois dimensions afin de visualiser la propagation de la lumière[C 513]. GNU GPL v3[B 159] Site officiel
Libredwg.png GNU LibreDWG libredwg GNU LibreDWG est une bibliothèque C permettant d'utiliser le format DWG, format natif d'AutoCAD, et ainsi de servir de remplaçant libre aux bibliothèques OpenDWG[C 514]. LibreDWG est basé sur LibDWG, mais se veut plus efficace que LibDWG et d'autres bibliothèques libres similaires (libdxfrw et libopencad)[C 514],[16]. LibreDWG est notamment utilisé par FreeCAD et GRASS GIS[16]. Des bindings de LibreDWG pour Perl et Python ont été réalisés avec SWIG, qui peut aussi servir pour d'autres langages[C 515]. GNU GPL v3[C 514] 2009[16] Site officiel
GNU LIMS lims GNU LIMS, aussi appelé Occhiolino, est un système de gestion informatisé pour les laboratoires[B 160],[B 161]. LIMS est basé sur le progiciel de gestion intégré Tryton[A 8],[B 160],[B 161]. Initialement partie intégrante de GNU Health, il est devenu un projet distinct en 2017 tout en restant compatible avec lui[B 160],[B 161]. GNU GPL v3[B 160],[B 161] 2017[B 160],[B 161] Site officiel
GNU MELTING melting GNU MELTING est un logiciel calculant l'enthalpie, l'entropie et la température des transformations « hélice-pelote » (helix-coil) d'un double brin d'acides nucléiques[A 8],[C 516]. GNU MELTING est écrit en Java[C 516]. GNU GPL [C 516] Site officiel
Nano-Archimedes nano-archimedes GNU Nano-Archimedes est un logiciel TCAD simulant des systèmes quantiques[A 8],[C 517]. GNU GPL v3[C 517] Site officiel
GNU PCB pcb GNU PCB (Printed Circuit Board Editor) est un outil interactif pour concevoir des schémas de circuits imprimés[A 8]. PCB peut s'utiliser avec une interface graphique ou à l'aide de scripts, et peut être personnalisé[C 518]. Il peut produire des fichiers aux formats Gerber (RS-274X), NC drill ou X-Y[C 518]. GNU GPL v2[C 519] 1990[C 520] Site officiel
Polyxmass polyxmass GNU polyxmass est un logiciel et une bibliothèque permettant de simuler la spectrométrie de masse[A 5],[B 162]. GNU polyxmass est divisé en plusieurs paquets : libpolyxmass contenant la bibliothèque, polyxmass-bin contenant le logiciel polyxmass (subdivisé en polyxdef, polyxcalc, polyxedit), doté d'une interface graphique, deux paquets contenant des données nécessaires (polyxmass-common) ou non (polyxmass-data) à l'utilisation de GNU polyxmassn, et un paquet de documentation, polyxmass-doc[B 162]. Le développeur de polyxmass travaillant désormais sur une version basée sur Qt dénommée massXpert, polyxmass deviendra probablement une version GTK de massXpert (tous les paquets GNU doivent en effet fonctionner avec GTK)[C 521]. GNU GPL v2[B 162] Site officiel
SpaceChart spacechart GNU SpaceChart est un logiciel de visualition des étoiles en trois dimensions, permettant de mesurer les distances entre étoiles, de changer de point d'observation ou de filtrer l'affichage en fonction du type spectral ou de la luminosité[A 5],[A 8],[C 522]. GNU GPL v3[C 522] Site officiel
GNU Units units GNU Units est un programme de conversion des unités, implémentation GNU du programme Unix units[C 523],[C 524]. Il permet de présenter ses résultats dans de nombreux formats différents, comme des sommes d'unités différentes[C 523],[C 524]. Il est également possible d'ajouter de nouvelles unités[C 523],[C 524]. GNU Units est capable de traiter des formules mathématiques complexes et peut donc servir de calculatrice scientifique vérifiant l'exactitude et la consistance des dimensions[A 8],[C 523]. GNU Units s'utilise en console, de manière interactive ou en précisant directement les paramètres en ligne de commande[C 524]. GNU GPL v3[C 523] Site officiel

Bureautique et production de documents[modifier | modifier le code]

Production de documents[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU AUCTeX auctex AUCTeX est un paquet dédié à la production de documents TeX dans Emacs[C 525]. GNU GPL v3[B 163] Site officiel
GNU Barcode barcode GNU Barcode est un utilitaire transformant des chaînes de caractères en codes-barres, utilisable comme bibliothèque ou comme programme à part entière[C 526]. GNU GPL v3[B 164] Site officiel
GNU Emacs Muse emacs-muse Emacs Muse (ou simplement Muse) est un environnement de production de documents pour Emacs[C 527]. GNU GPL v3[C 527] Site officiel
GNU gcal.png GNU gcal gcal GNU gcal (Gregorian calendar program[B 165]) est un programme de calcul et d'affichage de calendriers[C 528]. Gcal est écrit en langage C[B 165]. GNU GPL v3[B 166] Site officiel
Groff groff GNU troff (ou Groff) est un système de formatage de texte, basé sur roff/troff/ditroff[C 529],[C 530]. GNU GPL v3[B 167] 1989[C 530] Site officiel
GNU Hyperbole hyperbole GNU Hyperbole est un système hypertexte pour Emacs, inspiré de Markdown[C 531]. GNU GPL v3[C 531] Site officiel
GNU RefTeX (en) reftex RefTeX est un paquet spécialisé dans la bibliographie, développé dans le cadre d'AUCTeX et intégré à Emacs[C 532]. Site officiel
GNU Source-highlight src-highlite Source-highlight est un programme produisant un document avec coloration syntaxique à partir d'un fichier source[C 533]. Source-highlight prend en charge plus de 80 langages différents et peut produire des documents dans de multiples formats[C 533]. GNU GPL v3[C 534] Site officiel
Tm gnu1b.png GNU TeXmacs texmacs TeXmacs est une plateforme d'édition de documents scientifiques[C 535]. Malgré son nom, TeXmacs n'est pas basé sur TeX[C 535]. TeXmacs peut être utilisé avec des programmes externes tels que GNU R ou GNU Octave, et est extensible grâce à Guile[A 8]. GNU GPL v3[B 168] Site officiel
GNU UnRTF unrtf UnRTF (initialement rtf2htm[B 169]) est un programme en ligne de commande écrit en C convertissant un document RTF (Rich Text Format) vers les formats HTML, LaTeX et troff[C 536]. GNU GPL v3[B 170] Site officiel

Tableurs[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Gnumeric.svg Gnumeric gnumeric Gnumeric est un tableur GNOME, compatible avec un grand nombre de logiciels similaires[C 537]. GNU GPL v2/3[C 538] Site officiel
GNU Oleo (en) oleo GNU Oleo est un tableur léger, utilisable en console grâce à curses ou en interface graphique avec LessTif[C 539]. GNU GPL v3[C 539] Site officiel
GNU Spread Sheet Widget ssw Spread Sheet Widget est une bibliothèque GTK qui fournit un widget de tableau bidimensionnel, similaire aux tableurs[C 540]. Il s'utilise selon le paradigme modèle-vue-contrôleur[C 540]. GNU GPL v3[C 540] Site officiel

Impression[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU a2ps a2ps GNU a2ps (Any to PostScript) est un programme convertissant un grand nombre de formats vers le format PostScript, prenant en charge l'impression élégante[C 541]. a2ps est capable de faire appel à d'autres programmes tels que groff, texi2dvi, dvips ou gzip pour effectuer son travail[C 541]. GNU GPL v2[B 171] Site officiel
GNU Enscript enscript GNU Enscript est un programme convertissant du texte ASCII aux formats PostScript, HTML ou RTF, en prenant en charge la coloration syntaxique[C 542]. Il peut ensuite enregistrer le résultat dans un fichier ou l'imprimer directement[C 542]. Il a pour objectif de remplacer le programme Enscript d'Adobe[C 542]. GNU GPL v3[B 172] Site officiel
Gnugs-head.png GNU Ghostscript ghostscript GNU Ghostscript est un interpréteur pour PostScript et le PDF[C 543]. Il s'agit de l'implémentation GNU de Ghostscript[C 543]. GNU Ghostscript contient également une bibliothèque C pour gérer les fonctionnalités graphiques de PostScript, ainsi que des pilotes pour gérer un grand nombre de formats de fichiers et d'imprimantes[C 543]. GNU AGPL v3[B 173] Site officiel
GNUspool gnuspool GNUspool est un système de spooling[C 544]. Il peut être manipulé via diverses interfaces : en ligne de commande, en plein écran en mode texte, par une interface graphique, une interface web ou une interface de programmation C/C++[B 174]. Il fonctionne en réseau et peut donc relier les travaux d'impression (en) d'un ordinateur à l'imprimante d'un autre[B 174]. GNU GPL v3[B 175] 1984[B 174] Site officiel
GNU GV gv GNU GV fournit une interface graphique à Ghostscript, de manière à visualiser des documents PostScript ou PDF[C 545]. Il est dérivé du logiciel Ghostview[C 546] GNU GPL v3[C 545]. Site officiel
GNU hp2xx hp2xx GNU hp2xx est un convertisseur du format vectoriel HP-GL (Hewlett-Packard Graphic Language) vers d'autres formats, matriciels ou vectoriels, permettant notamment l'inclusion dans des documents TeX[C 547]. Site officiel
Gnupdf-small.png GNU PDF pdf GNU PDF est une suite logicielle contenant bibliothèques et programmes pour manipuler le format PDF[C 548]. GNU GPL v3[C 548] Site officiel
GNU Trueprint trueprint GNU Trueprint est un programme convertisseur des fichiers de code source au format PostScript[C 549]. Il prend en charge plusieurs fonctionnalités utiles lors de l'impression de code source, telles que la comparaison de fichiers, le comptage des indentations, ou l'indexation des fonctions et des fichiers[C 549]. Trueprint prend en charge le langage C et partiellement le C++, le Java et le Perl[C 549]. GNU GPL v2[B 176] Site officiel

Documentation[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU help2man help2man GNU help2man convertit les messages d'aide des commandes en pages de manuel[C 550]. Site officiel
GNU HTML-Info html-info GNU HTML-Info permet de générer des fichiers info en HTML[C 551]. GNU GPL v2[B 177] Site officiel
GNU Texinfo texinfo Texinfo est le format de documentation officiel du projet GNU[C 552]. GNU GPL v3[B 178] Années 1980[C 553] Site officiel

Économie et gestion d'entreprise[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Foliot foliot GNU Foliot[bn] (nommé Kisê avant de devenir paquet GNU[C 555]) est une application de mesure du temps, destiné à comptabiliser le temps passé sur un projet[A 8],[C 554]. Programmé avec Guile en Scheme, Foliot utilise la bibliothèque Guile-Gnome pour son interface graphique, une base de données SQLite et LaTeX pour ses rapports[C 554]. GNU GPL v3[C 554] 2011[C 556]
Paquet GNU depuis 2016[C 555]
Site officiel
GnuCash logo.svg GnuCash gnucash GnuCash est un logiciel de comptabilité pour les particuliers et les petites entreprises[C 557]. GnuCash utilise la comptabilité en partie double, et gère les formats QIF, OFX et HBCI (en)[C 558]. GnuCash est capable de réaliser des calculs financiers et de produire des rapports et des graphiques[C 558]. GNU GPL v2/3[C 559] Site officiel
Gretl logo.png Gretl gretl Gretl (Gnu Regression, Econometrics and Time-series Library) est un logiciel d'économétrie[C 560]. Il propose plusieurs outils d'analyses, tels que la méthode des moindres carrés, le maximum de vraisemblance, la méthode des moments généralisée, des séries temporelles, des variables dépendantes limitées (en)[C 560]. Par ailleurs, Gretl dispose d'un langage de script nommé hansl capable d'effectuer des opérations sur des matrices[C 560]. Gretl peut produire des documents LaTeX, des graphiques avec Gnuplot ou échanger des données avec divers logiciels via de nombreux formats[C 560]. GNU GPL v3[C 560] 2000[C 561] Site officiel
GNU Pem pem GNU Pem (GNU Personal Expenses Manager) est un logiciel de compatibilité en console pour suivre ses recettes et dépenses personnelles, enregistrant les données au format CSV[C 562]. GNU GPL v3[B 179] Site officiel

Santé[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNUmed gnumed GNUmed est un logiciel servant à gérer des dossiers médicaux électroniques[A 8],[C 563]. Il ne dispose cependant d'aucune certification nationale[C 564]. Il est programmé en Python à l'aide de wxPython et de PostgreSQL[C 564]. GNU GPL v2[B 180],[C 564]. Site officiel
GNUtrition gnutrition GNUtrition est un logiciel d'analyse nutritionnelle[C 565]. La base de données servant de référence est la Nutrient Database of Standard Reference (en) du département de l'Agriculture des États-Unis[C 565]. Il est programmé en Python à l'aide de PyGTK et MySQL[C 566]. GNU GPL v3[C 565] Site officiel
GNUHealthISO.png GNU Health health GNU Health est un progiciel de santé fournissant un système d'information hospitalier, gérant les dossiers médicaux et permettant de mettre en œuvre l'informatique médicale[A 8],[B 181]. Il est utilisé par plusieurs organismes, notamment l'université des Nations unies[A 8]. GNU GPL v3[B 181] Site officiel

Jeux[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU ACM acm GNU ACM est un simulateur de combat aérien multijoueur en réseau[A 5]. Il est dérivé d'un programme similaire lui aussi dénommé ACM[C 567]. GNU GPL v2[C 567] Site officiel
Ball and Paddle ballandpaddle Ball and Paddle est un jeu de raquette[A 5]. Le jeu peut être personnalisé à l'aide de Guile[C 568]. GNU GPL v3[B 182] Site officiel
GNU Chess chess GNU Chess est un moteur d'échecs[A 8]. Il permet de jouer contre l'ordinateur, soit directement dans la console, soit via une interface graphique tierce, telle que GNU XBoard[A 8],[C 569],[C 570]. GNU GPL v3[C 569] 1984[C 570] Site officiel
GNU Dominion dominion GNU Dominion est un jeu de rôle multijoueur simulant des relations internationales[A 8]. Les joueurs dirigent des nations qu'ils doivent faire prospérer en prenant des décisions politiques, économiques et militaires[A 8]. Il se déroule dans un environnement en mode texte utilisant la bibliothèque curses[B 183]. GNU GPL version 2[B 183] Années 1980[B 183] Site officiel
GNU FreeDink freedink GNU FreeDink est un jeu vidéo de rôle et d'aventure[C 571]. Il s'agit d'une implémentation libre du jeu Dink Smallwood (en)[A 8]. GNU GPL v3[C 571] Site officiel
GNU Backgammon gnubg GNU Backgammon (ou GNUbg) est un logiciel permettant de jouer au jeu éponyme ou de l'analyser[A 8],[C 572]. Son moteur de jeu repose sur un réseau de neurones artificiels[A 8],[C 572]. GNUbg peut être utilisé en ligne de commande ou dans une interface graphique GTK+[C 572]. Il est par ailleurs possible de programmer des extensions en Python[C 572]. GNU GPL v3[B 184],[C 573] Site officiel
Gnubik icon.png GNUbik gnubik GNUbik est un logiciel simulant un Rubik's Cube[A 5]. Il permet de jouer avec des cubes de différentes tailles, de personnaliser l'affichage du cube, et d'enregistrer les mouvements effectués. Il est par ailleurs possible de simplement visualiser la résolution du problème, ou de programmer ses propres algorithmes de résolution[C 574]. GNU GPL v3[C 574] Site officiel
Gnugo-logo.png GNU Go gnugo GNU Go est un programme permettant de jouer au jeu de go, prenant en charge le jeu en console et avec interface graphique[A 8]. GNU GPL v3 avec exceptions[bo] Site officiel
GNUjump gnujump GNUjump est un jeu consistant à sauter d'une plate-forme à une autre pour éviter de tomber, les plate-formes descendant de plus en plus vite[A 8]. Il s'agit d'un clone du jeu XJump[C 577]. GNU GPL v3[B 185],[C 577] Site officiel
GNU Kart gnukart GNU Kart (anciennement SpeedX[bp]) est un jeu vidéo de course automobile[A 8]. Programmé à l'aide d'OpenGL et de la SDL, GNU Kart met en scène des personnages liés à GNU[C 578]. GNU GPL v3[C 578] 2009[C 578] Site officiel
GNU Robots gnurobots GNU Robots est un jeu de programmation de robot[A 8]. Le but est de réussir à faire survivre et gagner des trophées au robot qui doit explorer un monde rempli d'obstacles et d'ennemis[A 8]. La programmation de robot se fait en Scheme, que GNU Robots interprète grâce à Guile[C 579]. GNU GPL v3[bq] Site officiel
GNU Shogi gnushogi GNU Shogi est un jeu de shōgi (échecs japonais)[A 8]. Le programme GNU Shogi lui-même ne supporte qu'une interface en mode texte[C 580],[C 581]. Il est cependant distribué avec une interface graphique, XShogi, dérivée du logiciel GNU XBoard, mais ce dernier supportant désormais le shōgi, il a vocation à remplacer XShogi — des interfaces graphiques tierces sont également utilisables[C 580],[C 581]. GNU GPL v3[C 580] Site officiel
GNU Leg leg GNU Leg (Libraries and Engines for Games) est un outil de développement de jeux en langage C, comprenant notamment des bibliothèques et des éditeurs de ressources[B 187]. GNU GPL v3[B 187] Site officiel
GNU Liquid War 6 liquidwar6 GNU Liquid War 6 est un jeu où l'armée de chaque joueur est représentée par une goutte de liquide[A 5]. Il est possible de jouer seul contre l'ordinateur ou à plusieurs, sur le même ordinateur ou en réseau[C 582]. Liquid War 6 est une réécriture complète de Liquid War 5 qui n'était pas un paquet GNU[C 582],[C 583]. GNU GPL v3[C 582] 2005[C 585] Site officiel
GNU Motti motti GNU Motti est un jeu de stratégie multijoueur se jouant en console, consistant à conquérir des capitales ennemies en occupant des territoires pour l'encercler[A 8],[C 586]. GNU GPL v3[C 587] Site officiel
GNU RPGE rpge GNU RPGE (GNU Role Playing Game Engine) est un moteur de jeu pour jeux de rôle en 2D[C 588]. RPGE est écrit en C avec la SDL et utilise Guile pour la programmation de jeux en Scheme[C 589]. GNU GPL v3[C 588] 2007[B 188]
Paquet GNU depuis 2008
Site officiel
GNU Talk Filters talkfilters Les GNU Talk Filters (« filtres GNU pour la parole ») sont des programmes convertissant des textes anglais en dialectes humoristiques[A 8]. Il s'agit d'une collection d'anciens programmes dans le domaine public (les auteurs de certains programmes sont inconnus), et distribués sous forme d'exécutable et de bibliothèque C[C 590],[C 591]. GNU GPL v2[C 591] Site officiel
GNU XBoard xboard GNU XBoard est un programme fournissant une interface graphique d'échiquier[A 8]. Outre les échecs « internationaux », il permet de jouer au shōgi (« échecs japonais »), au xiangqi (« échecs chinois »), au makruk, ou à des variantes telles que le « qui perd gagne », le Crazyhouse, les échecs aléatoires Fischer ou les échecs Capablanca[C 592]. Il peut servir de différentes manières : comme interface graphique pour un moteur d'échecs tel que GNU Chess, comme client pour les échecs en ligne, ou encore comme logiciel d'échecs par e-mail grâce au programme CMail[C 592]. Il permet par ailleurs d'enregistrer les parties dans le format Portable Game Notation[C 592]. XBoard peut être utilisé sous Windows grâce au logiciel WinBoard[C 592]. GNU GPL v3[C 592] Site officiel

Éducation[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
Dr. Geo dr-geo GNU Dr. Geo est un programme interactif permettant de manipuler des objets afin d'apprendre la géométrie[C 593]. Il est possible d'étendre ses fonctionnalités grâce au langage Pharo[C 593]. GNU GPL v2[C 593] Site officiel
FisicaLab fisicalab GNU FisicaLab (aussi appelé FísicaLab ou PhysicsLab) est un programme éducatif consistant à résoudre des problèmes de physique[C 594]. Son objectif est de permettre à l'utilisateur de laisser de côté les détails mathématiques afin de porter son attention sur les concepts physiques[C 594]. GNU GPL v3[C 594] Site officiel
Gcompris logo (2016).svg GCompris gcompris GCompris est une suite logicielle comprenant divers jeux éducatifs destinés aux enfants de 2 à 10 ans[C 595]. GNU GPL v3[B 189] Site officiel
Ggradebook ggradebook Ggradebook (ou GNU gradebook) est une application destiné aux enseignants permettant le suivi des notes des élèves[A 8],[C 596]. Plusieurs styles de notation sont utilisables[A 8]. Ggradebook utilise GTK+[C 596]. GNU GPL v2[B 190] Site officiel
GNU Glean glean GNU Glean est un didacticiel modulaire destiné à l'autoapprentissage[A 5],[A 8]. GNU AGPL v3[B 191] Site officiel
GNUschool gnuschool GNUschool est une application web destinée à être utilisée aussi bien par les professeurs, les élèves et le personnel administratif[A 8],[C 597]. Elle permet notamment le contrôle de l'assiduité des élèves, ou la création de tests pour les élèves par les professeurs[A 8]. GNUschool consiste en un ensemble de fichiers HTML/PHP à faire exécuter par un serveur web — GNUschool utilise également MySQL —, et dont l'installation se fait avec un navigateur web[C 598],[C 597]. GNU GPL v3[B 192] Site officiel
GNU Typist gtypist GNU Typist est un logiciel d'apprentissage de la dactylographie ou se perfectionner grâce à des exercices[C 599]. Ses leçons sont disponibles dans plusieurs langues et pour plusieurs dispositions de clavier[C 599]. Par ailleurs, les leçons peut être personnalisées à l'aide de scripts[C 599]. GNU Typist fonctionne en mode texte grâce à la bibliothèque curses ; son interface est similaire à celle de vi[C 599]. GNU GPL v3[C 600] 1997[C 600]
Paquet GNU depuis 2000
Site officiel
iGNUit ignuit iGNUit est un programme d'aide à la mémorisation basé sur le système Leitner à cartes mémoire[C 601]. Ces cartes mémoires peuvent contenir des images, du son ou des formules mathématiques au format LaTeX, et peuvent être importées ou exportées dans plusieurs formats comme CSV[C 601]. Son objectif est d'être utilisable à la fois pour l'apprentissage à long terme que pour le bachotage[C 601]. GNU GPL v3[B 193] Site officiel

Domotique et énergie[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Licence Création Lien
GNU Phantom.Home phantom_home Phantom.Home est un système de domotique[C 602]. Site officiel
GNU PowerGuru powerguru GNU PowerGuru est un système de contrôle à distance de la production d'énergie renouvelable[C 603]. GNU GPL v3[B 194] Site officiel
GnuRC logo.png GNU remotecontrol remotecontrol GNU remotecontrol est une application web de gestion des thermostats de chauffage, ventilation et climatisation[C 604]. GNU AGPL v3[C 604] Site officiel

Anciens paquets non maintenus[modifier | modifier le code]

Icône Nom Code Description Création Abandon Lien
abcsh Site officiel
aeneas Site officiel
aetherspace Site officiel
alexandria Site officiel
aroundme Site officiel
awacs Site officiel
cfs-el Site officiel
checker Site officiel
cons Site officiel
dbmanual Site officiel
dgs Site officiel
dld Site officiel
dotgnu Site officiel
dotgnu-pnet Site officiel
dotgnu-see Site officiel
drgenius Site officiel
elib Site officiel
fcrypt Site officiel
ffp Site officiel
fhp Site officiel
free Site officiel
gcron Site officiel
gfe Site officiel
ggv Site officiel
gicqd Site officiel
giptables Site officiel
gmorph Site officiel
gnochive Site officiel
gnotary Site officiel
gnotepad Site officiel
gnu3dkit Site officiel
gnubios Site officiel
gnu-arch Site officiel
gnu-queue Site officiel
gnucad Site officiel
gnue Site officiel
gnue-sb Site officiel
gnufi Site officiel
gnupedia Site officiel
gnuskies Site officiel
gnusql Site officiel
gnustep-db Site officiel
gnuts Site officiel
goldwater Site officiel
goose Site officiel
gphoto Site officiel
graphics Site officiel
grover Site officiel
gtkeditor Site officiel
gtkeyboard Site officiel
guss Site officiel
hegemonie Site officiel
hydrant Site officiel
isofsmk Site officiel
jdresolve Site officiel
lengualibre Site officiel
libcvs-spec Site officiel
libopts Site officiel
m68hc11 Site officiel
mana Site officiel
mathmoon Site officiel
messenger Site officiel
mgcp Site officiel
mll2html Site officiel
myserver Site officiel
obst Site officiel
octal Site officiel
p2c Site officiel
packaging Site officiel
paperclips Site officiel
patchwork Site officiel
phpgroupware Site officiel
pier Site officiel
pips Site officiel
poc Site officiel
proto Site officiel
radar Site officiel
rat Site officiel
regex Site officiel
snakecharmer Site officiel
songanizer Site officiel
sourceinstall Site officiel
sovix Site officiel
sweater Site officiel
sxml Site officiel
toutdoux Site officiel
url Site officiel
vmslib Site officiel
vtags Site officiel
webpublish Site officiel
xbase Site officiel
xhippo Site officiel
xinfo Site officiel
xmhtml Site officiel
zebra Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir à ce sujet la page Linux ou GNU/Linux.
  2. Le changement de nom est lié au fait que le sigle DMD (signifiant Daemons-managing Daemon, « daemon gérant les daemons ») était également utilisé depuis 2000 par le compilateur officiel du langage D[A 7].
  3. GNU Shepherd fut lancé en 2003 puis abandonné avant d'être relancé en 2013[C 20].
  4. Avant la version 1.4.0, Gprolog était distribué sous licence GPL uniquement. Depuis cette version, il est distribué sous double licence GPL / LGPL, les auteurs de versions modifiées pouvant choisir une des deux ou les deux licences en même temps[C 34].
  5. Guile est sous licence LGPL à l'exception du module Readline sous licence GPL[C 36].
  6. « One way of placing it in the ‘space of languages’ is to say that it attempts to be as efficient as C, C++, or Fortran, as elegant and safe as Eiffel or CLU, and to support higher-order functions as well as Common Lisp, Scheme, or Smalltalk »[C 42].
  7. La machine virtuelle et l'environnement de développement sont distribués sous licence GPL, tandis que les bibliothèques sont sous licence LGPL[C 46].
  8. Certaines parties de DDD furent écrites dès 1990 dans le cadre d'autres logiciels[C 57].
  9. Le « DJ » de DJGPP fait référence à son principal développeur, DJ Delorie[C 78].
  10. La plupart du code de DJGPP est sous licence GPL, sauf sa bibliothèque, sous licence LGPL. Par ailleurs, des logiciels ou bibliothèques fréquemment utilisés avec DJGPP (notamment des programmes GNU) disposent de leurs propres conditions d'utilisation[C 81],[C 82],[C 83],[C 84],[C 85].
  11. EDMA signifie en espagnol « Entorno de Desarrollo Modular y Abierto », littéralement « Environnement de développement ouvert et modulaire »[C 86]. Le nom MODE est l'acronyme de la traduction en anglais du nom complet, « Modular and Open Development Environment »[C 86]. Le nom est en espagnol car le projet a été initié à l'université de Vigo[C 86].
  12. La bibliothèque elle-même est sous licence LGPL, tandis que les exemples d'utilisation distribués avec sont sous licence GPL[C 101],[C 102].
  13. GNU Classpath est distribué sous licence GPL, mais avec une exception permettant de s'affranchir des règles normalement imposées par la GPL lors de l'édition de liens[C 103],[B 33],[B 34].
  14. La plupart des composants logiciels de GNUlib sont publiés sous double licence GPL / LGPL, mais pas tous. La documentation est distribuée soit sous licence autorisant la copie verbatim, soit sous licence GFDL. Par ailleurs, la plupart des fichiers M4 sont distribués sous une licence très permissive[B 36].
  15. Les bibliothèques (libiconv et libcharset') sont distribuées sous licence LGPL tandis que le programme iconv est distribué sous GPL[C 112],[B 38],[B 39].
  16. GNU Alive fut créé en 2005 puis abandonné avant d'être relancé en 2012
  17. La bibliothèque est sous licence LGPL, tandis que l'utilitaire et la test suite (en) sont sous licence GPL[C 143].
  18. Les logiciels développés dans le cadre du projet Consensus lui-même sont distribués sous licence AGPL. Pour les projets participant à Consensus, les licences AGPL et GPL sont recommandées, mais d'autres licences libres peuvent être utilisées, tels que la licence Expat et la licence Apache 2[C 157],[C 158].
  19. La bibliothèque est distribuée sous licence LGPL, tandis que les programmes qui l'accompagnent sont sous licence GPL[C 164].
  20. La licence eCos est utilisable seulement si les fonctions HTTPS ne sont pas utilisées[C 165].
  21. GNU WebSocket4J est distribué sous licence GPL, mais avec une exception permettant de s'affranchir des règles normalement imposées par la GPL lors de l'édition de liens[C 173]. Il s'agit de la même licence que celle utilisée par GNU Classpath[C 173]. WebSocket4J était auparavant publiée sous licence LGPL 3[C 173].
  22. Les fichiers binaires sont sous licence GPL, les autres sont sous licence LGPL[C 176].
  23. Le nom « IceCat » (« chat de glace ») fait référence au nom « Firefox » (« renard de feu »), tout comme les projets similaires « BurningDog » (« chien brûlant » de gNewSense) et « Iceweasel » (« belette de glace » de Debian)[C 190]. GNU IceCat portait initialement le nom IceWeasel, mais celui-ci a été changé pour éviter les confusions avec le navigateur Debian, qui avait pris ce nom en premier[A 11].
  24. a et b GNU IceCat, dérivé de Firefox, est publié sous la même licence que ce dernier, la Mozilla Public License version 2.0[B 58]. En revanche, les scripts permettant de générer IceCat à partir de Firefox sont eux sous licence GPL version 3[B 58]. Par ailleurs, les extensions distribuées avec IceCat disposent de leur propre licence[B 58].
  25. Les logiciels contenus dans Mailutils sont sous licence GPL, tandis que les bibliothèques sont sous licence LGPL[B 63],[B 64],[B 65].
  26. La version 1 de uCommon était distribuée, comme Common C++, sous licence GPL. En revanche, sa version 2 est publiée sous licence LGPL[C 208],[B 72].
  27. « GnuComm is the Telecom subsystem of the GNU Project »[C 209].
  28. Les bibliothèques sont sous licence LGPL, les exécutables standalone et les test cases (en) sont sous licence GPL, et les serveurs web sont sous licence AGPL[C 222].
  29. Le nom « Taylor UUCP » vient de son créateur, Ian Lance Taylor[C 225].
  30. Date de la fusion des paquets fileutils, shellutils et textutils[C 231].
  31. Ncurses reprend une partie du code d'un projet similaire nommé pcurses et développé entre 1982 et 1986[C 234].
  32. Parallel a été créé en 2002, comme xxargs qui a ensuite été intégré à Parallel en 2005[C 237].
  33. Date de création du paquet shtool, à partir de scripts plus anciens[C 244].
  34. Le développement de G-Golf a été interrompu peu après son lancement et n'a repris qu'en 2018[C 249].
  35. Le développement de GTK commence en 1996 dans le cadre de GIMP puis devient indépendant l'année suivante[C 257].
  36. GNU FreeFont est distribué sous licence GPL mais avec une exception permettant d'utiliser ces polices dans un document sans que celui-ci ne doive lui-même être sous licence GPL[C 265].
  37. GNU Unifont est distribué sous licence GPL mais avec une exception permettant d'utiliser ces polices dans un document sans que celui-ci ne doive lui-même être sous licence GPL[C 266].
  38. FreeIPMI est sous licence GPL[B 94], à l'exception du fichier libfreeipmi/driver/freeipmi_bmc_intf.h sous une licence permissive[B 95].
  39. « Mcron » est l'abbréviation de « Mellor's cron », du nom de son créateur, Dale Mellor[C 281].
  40. PIES était auparavant partie intégrante d'un logiciel nommé Mailfromd[C 290].
  41. La licence LGPL ne concerne que quelques fichiers, le reste est sous licence GPL[B 107],[B 108],[B 109].
  42. Initialement, Xlogmaster utilisait XView avant d'adopter GTK[C 297].
  43. Le nom Emacs est l'abréviation de « Editor MACroS », le tout premier Emacs, en 1976, consistant en une collection de macros pour l'éditeur TECO[C 331].
  44. La documentation officielle de GNU Emacs le décrit comme « the extensible, customizable, self-documenting real-time display editor »[C 332].
  45. Une version dérivée de GNU Emacs utilisant GNU Guile comme interpréteur d'Emacs Lisp plutôt que l'interpréteur Emacs est en préparation[15]. Elle permettra ainsi de remplacer Emacs Lisp par Scheme, bien qu'Elisp restera utilisable[15].
  46. Le premier Emacs a été écrit par Richard Stallman entre 1974 et 1976[C 335] en se basant sur l'éditeur TECO et fonctionnait sur le système ITS[14]. De nombreuses versions d'Emacs ont vu le jour dans les années suivantes ; la première conçue pour UNIX fut Gosling Emacs, écrite par James Gosling en 1981[14]. Gosling Emacs était écrit en C et utilisait Mock Lisp, un langage proche mais différent de Lisp, comme langage d'extension[14]. En 1984, Richard Stallman crée le premier paquet du tout nouveau projet GNU : une nouvelle implémentation d'Emacs nommée GNU Emacs[14]. Comme Gosling Emacs, le cœur de GNU Emacs est écrit en C, mais le langage d'extension est Emacs Lisp, un dérivé de MacLisp plus puissant que Mock Lisp[14]. Publié dès 1985, GNU Emacs remplace rapidement Gosling Emacs comme Emacs standard d'UNIX[14]. En 1991, un fork de GNU Emacs est créé, nommé Lucid Emacs, devenu XEmacs[14].
  47. Le nom TIP signifiait « Tip Isn't Pico »[C 337], littéralement « Tip n'est pas Pico ». Le nom a été changé car il existait déjà un un programme nommé tip (en) sous UNIX[C 337].
  48. Pine est disponible maintenant en tant que logiciel libre sous la forme du logiciel Alpine[C 337].
  49. Le développement de paxutils a été interrompu entre 1999 et 2003, période durant laquelle GNU cpio et GNU tar ont été développés séparément[C 341].
  50. Bien que parfois orthographié « FreeBidi », le nom du logiciel est « FriBidi »[C 347].
  51. Les bibliothèques libintl et libasprintf sont sous licence LGPL, tandis que la bibliothèque libgettextpo et les programmes exécutables sont sous licence GPL[C 351].
  52. Le site officiel de GNUsound utilise le nom « GLADSPA » au lieu de « LADSPA »[C 384]. « LADSPA » signifie en effet « Linux Audio Developers Simple Plugin API »[réf. souhaitée], tandis que « GLADSPA » signifie « GNU/Linux Audio Developers Simple Plugin Architecture[C 384] », le projet GNU préférant la forme « GNU/Linux » à la forme « Linux » pour désigner le système d'exploitation[A 15]. Voir la page Linux ou GNU/Linux pour plus d'informations.
  53. Un projet avec le même objectif, nommé MPP, avait été initié par les deux créateurs de LilyPond l'année précédente[C 396]. Il consistait en un préprocesseur pour MusiXTeX[C 396].
  54. GNU Crypto est distribué sous licence GPL 2[B 141], mais avec une exception permettant de s'affranchir des règles normalement imposées par la GPL lors de l'édition de liens[C 403]. Cette licence, parfois appelée « licence Guile » car utilisée par GNU Guile, est similaire à la LGPL mais permet en plus les liens statiques (en)[C 403].
  55. GnuPG lui-même est distribué sous licence GPL, mais certaines bibliothèques développées dans le cadre du projet mais pouvant être utilisées indépendamment[C 406] sont distribuées sous licence LGPL[C 407].
  56. La bibliothèque libgcrypt elle-même est sous licence LGPL, tandis que les programmes d'aide et la documentation sont sous licence GPL[C 414].
  57. Date de séparation de Libgcrypt et de GnuPG[C 415].
  58. GNU Nettle est publiée sous une double licence GPL/LGPL, mais certains fichiers sont distribués individuellement sous une licence permissive ou placés dans le domaine public[C 419]
  59. GNU metaexchange est basé sur IWF Metadata Harvester, un programme plus ancien[C 431]. C'est en 2007 que le développement de la version GNU a commencé et que le programme a été accepté comme paquet GNU[C 431].
  60. Utilisé avec l'implémentation Scheme GNU SCM, WB peut travailler avec les bases de données relationnelles de la bibliothèque GNU SLIB[C 434].
  61. Le nom « 3DLDF » est formé de « 3D » suivi des initiales du développeur du logiciel, Laurence D. Finston[C 436].
  62. Le nom complet originel du programme était General Image Manipulation Program, « programme général de manipulation d'image »[C 443]. L'abréviation était initialement « The GIMP », devenu simplement « GIMP »[C 443].
  63. GNU libxmi sous sa forme actuelle n'existe que depuis 1999, mais est basé un programme plus ancien développé dès la fin des années 1980 pour X11 sous l'égide du Consortium X[C 454].
  64. La bibliothèque GMP elle-même est sous double licence LGPL 3 et GPL 2, ses utilisateurs ayant le choix entre ces deux licences ou leurs versions postérieures[C 470],[C 472]. Les programmes distribués avec la bibliothèque sans en faire partie (comme les exemples d'utilisation ou la test suite (en)), sont eux sous licence GPL 3[C 472].
  65. Le paquet R est distribué sous licence GPL 2 ou 3, mais certains composants ont une licence spécifique[C 492],[C 493].
  66. Le nom « Foliot » vient d'un balancier utilisé dans les premières horloges mécaniques au XIIIe siècle[C 554].
  67. GNU Go est sous licence GPL, à l'exception de quatre fichiers : deux sont distribués sous une licence très permissive, tandis que deux autres, développés en dehors du projet, sont dans le domaine public[C 575],[C 576].
  68. Le « X » de SpeedX faisait référence à l'utilisation des bibliothèques X11 et a donc été changé lorsque ces dernières ont été remplacées par l'utilisation d'OpenGL[C 578].
  69. La licence GPL ne s'applique pas aux programmes des utilisateurs, qui ne sont en effet pas considérés comme des œuvres dérivées mais comme un cas d'utilisation normale du logiciel[B 186].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Projet GNU, « Évaluation des logiciels GNU », sur gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  2. a b c et d Richard Stallman, « Le projet GNU », sur gnu.org (consulté le 28 novembre 2017).
  3. (en) Thomas Lord, « Guile in Emacs », sur lists.gnu.org,
  4. a b c et d Projet GNU, « Projet GNU - Logiciels », sur gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao et ap Projet GNU, « Manuels GNU en ligne », sur gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  6. « Index of /gnu/hello », sur ftp.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  7. (en) « dmd’s new name », sur lists.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  8. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al am an ao ap aq ar as at au av aw ax ay az ba bb bc bd be bf bg bh bi bj bk bl bm bn bo bp bq br bs bt bu bv bw bx by bz ca cb cc cd ce cf cg ch ci cj ck cl cm cn co cp cq cr cs ct cu cv cw cx cy cz da db dc dd de df dg dh di dj dk dl dm dn do dp dq dr ds dt du dv dw dx dy dz ea eb ec ed ee ef eg eh ei ej ek el em en eo ep eq er es et eu ev ew ex ey ez fa fb fc fd fe ff fg fh fi fj fk fl fm fn fo fp fq fr et fs « Présentation des logiciels GNU », sur gnu.org (consulté le 9 novembre 2020).
  9. https://ftp.gnu.org/gnu/greg/greg-1.4.tar.gz
  10. https://ftp.gnu.org/gnu/marst/marst-2.7.tar.gz
  11. (en) « Re: ice weasel », sur lists.gnu.org, (consulté le 18 novembre 2020).
  12. Richard Stallman, « Le piège JavaScript », sur gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  13. « Index of /pub/gnu/xlogmaster », sur ftp.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  14. https://ftp.gnu.org/gnu/vera/vera-1.23.tar.gz
  15. Richard Stallman, « Pourquoi GNU/Linux ? - Qu'y a-t-il dans un nom ? », sur gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  1. (en) « hurd/gnumach.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  2. (en) « grub.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  3. (en) « hurd/hurd.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  4. (en) « hurd/mig.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 8 novembre 2020).
  5. (en) « cim.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 9 novembre 2020).
  6. (en) « cgl.git - COPYING.LIB-2.0 », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 9 novembre 2020).
  7. (en) « GNU Smalltalk - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 9 novembre 2020).
  8. (en) « autoconf.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  9. (en) « autoconf-archive.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  10. (en) « autogen.git - announce.txt », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  11. (en) « automake.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  12. (en) « GNU cflow - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  13. (en) « Complexity Measure - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  14. (en) « config - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  15. (en) « dejagnu.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  16. (en) « GNATS - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  17. (en) « Gnatsweb - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  18. (en) « indent.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  19. a et b (en) « GNU Libtool - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  20. (en) « The OO-Browser - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  21. (en) « GNU patch - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  22. (en) « patch.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020)
  23. (en) « pyconfigure - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  24. (en) « GNU shmm shared memory manager - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  25. (en) « swbis - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  26. (en) « thales.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020)
  27. (en) « Vmgen - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  28. a et b (en) « GNU Xml Applicable Tools - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  29. (en) « GNU EDMA - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  30. (en) « GNUstep - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 9 novembre 2020).
  31. (en) « 8sync.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  32. (en) « GNU libavl - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  33. (en) « classpath - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  34. (en) « classpath.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  35. (en) « Classpath Extensions - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  36. (en) « gnulib.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  37. (en) « jel - Contents of /trunk/src/docs/COPYING », sur svn.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  38. (en) « libiconv.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  39. (en) « libiconv.git - COPYING.LIB », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  40. (en) « libjit.git - COPYING.LESSER », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  41. (en) « lightning.git - COPYING.LESSER », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  42. (en) « mempool.git - LICENSE », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  43. (en) « mempool.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  44. (en) « GNU mifluz - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  45. (en) « GNU Pth - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  46. (en) « Quickthreads - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  47. (en) « SLIB Scheme Library - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  48. a b c et d (en) « SQLtutor - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 14 novembre 2020).
  49. a b et c (en) « GNU Gratuitous ARP Daemon - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  50. (en) « inetutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  51. (en) « bpel2owfn - Contents of /bpel2owfn/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  52. (en) « guile-rpc.git - COPYING.LESSER », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  53. (en) « metahtml - Contents of /metahtml/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  54. (en) « M <MetaHTML> - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  55. (en) « PythonWebkit - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  56. (en) « serveez.git - ChangeLog », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  57. (en) « serveez.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  58. a b et c (en) « gnuzilla.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  59. a et b (en) « Submission of GNUzilla », sur savannah.nongnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  60. (en) « GNU social - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  61. (en) « social.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  62. (en) « anubis.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  63. (en) « mailutils.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  64. (en) « mailutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  65. (en) « mailutils.git - COPYING.LESSER », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 18 novembre 2020).
  66. (en) « bayonne.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  67. (en) « ccaudio.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  68. (en) « ccrtp.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  69. (en) « ccrtp.git - COPYING.addendum », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  70. (en) « ccrtp.git - ChangeLog », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  71. a et b (en) « GNU ccScript - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  72. (en) « commoncpp.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 10 novembre 2020).
  73. (en) « The GNU Telecom Subsystem - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  74. (en) « GNU HaliFAX - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  75. a et b (en) « sipwitch.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  76. (en) « freetalk.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  77. (en) « stump.git - LICENSE », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  78. (en) « tramp.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  79. a et b (en) « Taylor uucp - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  80. (en) « webstump.git - LICENSE », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  81. (en) « wget.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  82. (en) « coreutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  83. (en) « rush.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  84. (en) « rush.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  85. (en) « screen.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  86. (en) « GNU shtool - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  87. (en) « guile-gnome.git - ChangeLog.pre-2.16 », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  88. (en) « gxmessage - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  89. (en) « xnee - Contents of /xnee/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  90. (en) « acct - Contents of /acct/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  91. (en) « direvent.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  92. (en) « direvent.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  93. a b et c (en) « GNU fdisk - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  94. (en) « freeipmi.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  95. (en) « freeipmi.git - COPYING.sunbmc », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  96. a b c et d (en) « GNUbatch Release 1 - Introduction and User Guide » [PDF], sur cvs.savannah.gnu.org, (consulté le 20 novembre 2020).
  97. (en) « gnubatch.git - LICENSE », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  98. (en) John Collins, « gnubatch.git - README », sur git.savannah.gnu.org, (consulté le 20 novembre 2020).
  99. (en) « Guix Workflow Language - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  100. a et b (en) « mcron.git - NEWS », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  101. a et b (en) « GNU Mes - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  102. (en) « mtools - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  103. (en) « parted.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  104. (en) « parted.git - ChangeLog.0 » (consulté le 20 novembre 2020).
  105. (en) « rottlog.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  106. (en) « GNU Sysutils - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  107. (en) « sysutils - Contents of /sysutils/README », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  108. (en) « sysutils - Contents of /sysutils/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  109. (en) « sysutils - Contents of /sysutils/COPYING.LESSER », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  110. (en) « sysutils - Contents of /sysutils/ChangeLog », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  111. (en) « time.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  112. (en) « which - Contents of /which/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  113. (en) « xlogmaster - Contents of /xlogmaster/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  114. (en) « combine - Contents of /combine/ChangeLog », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  115. a b et c (en) « GNU diff utilities - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  116. (en) « findutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  117. (en) « gnudos - Contents of /gnudos/ChangeLog », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  118. (en) « gnuit.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  119. (en) « idutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  120. (en) « poke.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  121. (en) « sed.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  122. (en) « GNU stalkerfs - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  123. (en) « cpio.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 17 novembre 2020).
  124. (en) « paxutils.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 17 novembre 2020).
  125. a b et c (en) « Shell Archive Utilities - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 17 novembre 2020).
  126. (en) « GNUnited Nations - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 14 novembre 2020).
  127. (en) « miscfiles.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  128. a b et c (en) « GNU spell - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 19 novembre 2020).
  129. a et b (en) « cursynth - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  130. (en) « denemo.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  131. a et b (en) « gnufm - Contents of /gnufm/faq/index.html », sur web.cvs.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  132. (en) « gnump3d - Contents of /gnump3d/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  133. (en) « gnupod.git - FAQ », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  134. (en) « gnupod.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  135. (en) « GNU Radio - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  136. (en) « GNUsound - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  137. (en) « gnuspeech.git - LICENSE », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  138. (en) « libcdio.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  139. (en) « psychosynth.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  140. (en) « vcdimager - Contents of /vcdimager/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 16 novembre 2020).
  141. (en) « gnu-crypto - Contents of /gnu-crypto/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 14 novembre 2020).
  142. (en) « radius.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 14 novembre 2020).
  143. (en) « Gurgle Report Generator - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 12 novembre 2020).
  144. a et b (en) « GNU Metadata Exchange Utilities - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 12 novembre 2020).
  145. (en) « 3dldf.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 15 novembre 2020).
  146. (en) « (GIFT) GNU Image Finding Tool - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 15 novembre 2020).
  147. (en) « gift.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 15 novembre 2020).
  148. (en) « maverik - Contents of /maverik/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 15 novembre 2020).
  149. (en) « dap - Contents of /dap/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  150. (en) « glpk - Contents of /glpk/glpkmex/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 22 novembre 2020).
  151. a et b (en) « MetaLogic Inference - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  152. (en) « archimedes - Contents of /archimedes/COPYING », sur cvs.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  153. (en) « electric - Contents of /trunk/electric/COPYING.txt », sur svn.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  154. a b et c (en) « gama.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  155. (en) « gama.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  156. a b et c (en) « GNU Behistun - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  157. (en) « Gnu Circuit Analysis Package - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  158. (en) « gnucap.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  159. (en) « goptical: README », sur hg.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  160. a b c d et e (en) « Occhiolino - The GNU LIMS - Accueil », sur avannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  161. a b c d et e (en) « lims: README », sur hg.savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  162. a b et c (en) « GNU polyxmass - Accueil », sur savannah.gnu.org (consulté le 13 novembre 2020).
  163. (en) « auctex.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  164. (en) « barcode.git - COPYING », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 21 novembre 2020).
  165. a et b (en) « gcal.git - README », sur git.savannah.gnu.org (consulté le 20 novembre 2020).
  166. (en)