Empattement (typographie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Empattement.
Serif and sans-serif 01.png
Police sans empattement (caractères à bâton ou sans sérif), ici, Helvetica.
Serif and sans-serif 02.png
Police avec empattement (ou sérif), ici, Times.
Serif and sans-serif 03.png
Empattements, en rouge.

En typographie, les empattements sont les petites extensions qui forment la terminaison des caractères dans certaines polices d'écriture (dites serif en anglais). Une diagonale forme avec son empattement un angle appelé « angle d'empattement », caractéristique d'une police.

Origine[modifier | modifier le code]

Initialement, les empattements proviendraient de la trace laissée par l'outil (plume, pinceau, etc.) lorsque la main s'élève en achevant le geste d'écriture. Parallèlement, les Romains sculptaient les lettres capitales lapidaires avec de légers empattements pour accentuer les jeux de lumière dans la gravure sur pierre en creux et augmenter la clarté des formes monumentales, lues et vues d'une grande distance (voir aussi : Cunéiforme). Les textes gravés étaient préalablement tracés entre deux portées, haute et basse : les empattements des hampes permettent de retrouver visuellement l’alignement de ces portées et concourent à l’harmonie générale.

Une autre explication soutient que les empattements sont les vestiges du ciseau qui était planté de manière perpendiculaire au trait afin d'arrêter de manière précise le trait de gravure. Ce ciseau laissait alors une marque correspondant à l'empattement. Ce « défaut » technique lié à la gravure se retrouve dans les gravures anciennes (inscriptions romaines sur pierre).

Police de caractères avec empattement[modifier | modifier le code]

La quasi-totalité des polices utilisées en imprimerie, à partir des caractères humanistiques, et les divers styles qui ont suivi, des origines jusqu'à nos jours, sont à empattements.

La forme des empattements a pu servir d'indice pour établir des classifications de caractères. Les caractères classiques ont des empattements triangulaires, relativement épais avec les humanes, s'affinant avec les garaldes et les réales et réduits à un trait filiforme avec les didones. Les empattements rectangulaires signalent les égyptiennes, ou mécanes. Les caractères inspirés des inscriptions gravées, avec des empattements très réduits, ou simplement en épaississement des fûts aux extrémités, sont dits incises (la police Optima, par exemple).

Par défaut pour un navigateur web, la police latine avec empattements sera Times New Roman sous Windows, et Times sur un Mac[1]. Cependant il est possible pour l'utilisateur de redéfinir ce comportement par défaut[2].

Police de caractères sans empattement[modifier | modifier le code]

Les caractères sans empattements sont désignés comme « caractères bâton » ou « linéales ». En anglais, l'appellation est sans serif ou gothic. L'anglais reprend ici le mot français « sans » (modérément répandu en anglais, hors d'un contexte typographique) dans son acception habituelle. En allemand, on les appelle Grotesk (« grotesques »).

Par défaut pour un navigateur web, la police sans empattements sera Arial.

Pour les personnes dyslexiques, il est généralement plus simple de lire une police sans empattement[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) WRC.
  2. [1].
  3. Handicap.fr, « Dyslexiques : une nouvelle police pour mieux lire », sur Handicap.fr (consulté le 8 mai 2016).

Articles connexes[modifier | modifier le code]