Django (framework)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Django.
Django
Logo
Logo

Page par défaut de Django.
Page par défaut de Django.

Développeur Django Software Foundation
Première version
Dernière version 1.8.4 () [+/-]
Version avancée 1.8b2 () [+/-]
État du projet En développement actif
Écrit en Python
Environnement Multi-plateforme
Langue Multilingue
Type Framework Web
Politique de distribution Gratuit
Licence BSD
Site web www.djangoproject.com

Django est un framework open-source de développement web en Python. Il a pour but de rendre le développement web 2.0 simple et rapide. Pour cette raison, le projet a pour slogan « Le framework web pour les perfectionnistes sous pression ». Développé en 2003 pour le journal local de Lawrence (Kansas), Django a été publié sous licence BSD à partir de .

Depuis , la Django Software Foundation s'occupe du développement et de la promotion du framework. En plus de cette promotion régulière, des conférences entre développeurs et utilisateurs de Django sont organisées deux fois par an depuis 2008. Nommées DjangoCon, une se déroule en Europe et l'autre aux États-Unis.

Plusieurs sites grand public sont désormais fondés sur le framework, dont Pinterest[1], Instagram[2] ou encore Mozilla[3].

Principes[modifier | modifier le code]

Capture d'écran de l'interface d'administration.

Django est un framework qui s'inspire du principe MVC ou MTV (la vue est gérée par un template) composé de trois parties distinctes :

  1. Un langage de templates flexible qui permet de générer du HTML, XML ou tout autre format texte ;
  2. Un contrôleur fourni sous la forme d'un « remapping » d'URL à base d'expressions rationnelles ;
  3. Une API d'accès aux données est automatiquement générée par le framework compatible CRUD. Inutile d'écrire des requêtes SQL associées à des formulaires, les requêtes SQL sont générées automatiquement par l'ORM.

En plus de l'API d'accès aux données, une interface d'administration fonctionnelle est générée depuis le modèle de données. Un système de validation des données entrées par l'utilisateur est également disponible et permet d'afficher des messages d'erreurs automatiques.

Sont également inclus :

  • un serveur web léger permettant de développer et tester ses applications en temps réel sans déploiement ;
  • un système élaboré de traitement des formulaires muni de widgets permettant d'interagir entre du HTML et une base de données. De nombreuses possibilités de contrôles et de traitements sont fournies ;
  • un framework de cache web pouvant utiliser différentes méthodes (MemCached, système de fichier, base de données, personnalisé) ;
  • le support de classes intermédiaires (middleware) qui peuvent être placées à des stades variés du traitement des requêtes pour intégrer des traitements particuliers (cache, internationalisation, accès…) ;
  • un support complet d'Unicode.

Par framework, Django peut être considéré comme une boîte à outils où chaque module peut fonctionner de façon indépendante.

Un exemple de cette modularité est la plate-forme de développement Google App Engine, où l'ORM de base a été remplacé par une API sur les BigTable de Google. Guido Van Rossum, le créateur du langage Python, a activement participé à cette plate-forme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le framework a été originellement développé pour un journal local de la ville de Lawrence, dans le Kansas à partir de 2003, par Adrian Holovaty (en) et Simon Willison (en)[4],[5],[6]. L'idée d'origine du framework était de permettre de développer des sites web complets, interfacés avec une base de données, dans un laps de temps très court[6]. Le but de Django à l'origine est de répondre aux contraintes des journalistes : l'administration générée par le framework permet ainsi un développement aisée de fonctionnalités axé « contenu ». Le framework se voulait également accessible, afin d'éviter le recrutement d'experts en développement pour les journaux[6]. Le framework a été nommé ainsi en souvenir de Django Reinhardt, musicien de jazz[4],[5].

En 2005, l'agence de presse décide de publier le framework au public, sous la licence BSD[4]. C'est depuis cette ouverture que sa notoriété augmente. Il sera repris plus tard, en par la fondation Django Software[7] qui maintient encore aujourd'hui la communauté et le développement du framework. À la suite de cette reprise, la version 1.0 du framework sort quelques mois plus tard[8]. À partir de cette version, les mises à jour se stabilisent à une version majeure annuelle.

En , une politique de publication est mise au point, pour sortir une nouvelle version tous les huit mois, et une version avec un support étendu tous les deux ans[9]. À cette occasion, il est annoncé que le support de Python 2 serait probablement assuré que jusqu'à la version 1.11, qui sera la dernière de la branche 1.x[9].

Historique des versions[modifier | modifier le code]

Après la mise à disposition public par le journal Lawrence, le développement open-source de Django commence à la version 0.90. Les premières versions sont numérotés jusqu'à 0.96 et ont pour but de stabiliser l'interface de programmation principale, et chaque version apporte donc de nombreuses modifications dans la façon d'utiliser le framework[10]. La sortie de la version 1.0 marque le début de la maturité du framework, avec une interface qui se veut compatible avec les versions futures[11]. Un guide est publié pour permettre aux utilisateurs de migrer de Django 0.96 à 1.0[12].

Pendant le développement de la branche « Django 1.x », le cycle de développement n'a pas de rythme défini mais respecte la convention de nommage de version suivante[13] :

  • Chaque nouvelle version majeure est numéroté 1.x.0, où x est incrémenté par rapport à la version précédente et apporte de nouvelles fonctionnalités et éventuellement des incompatibilités avec les versions précédentes ;
  • Des correctifs de sécurité et de bugs sont fournies la forme 1.x.y, sans ajouter de nouvelles fonctionnalités et se veut rétrocompatible.

En , suite à un sondage et des discussions entre développeurs, une feuille de route est formalisé, avec un rythme de publication facilitant la maintenance des projets et des applications tierces[9]. Une nouvelle version du framework est désormais publié tous les huit mois, avec une long term support (LTS) tous les trois versions, c'est-à-dire tous les deux ans. Ces versions bénéficient de mises à jour de sécurité pendant une période d'au moins trois ans[14]. La numérotation des versions est par conséquent revu, permettant une maintenance plus aisée pour les utilisateurs du framework : la version suivant une LTS entraînera la suppression des éléments dépréciés depuis la précédente LTS et commencera un nouveau cycle de version majeure[9],[15]. Ainsi, à partir de Django 2.0, les versions seront 2.1, 2.2 LTS, 3.0, 3.1, 3.2 LTS, etc.

Code des couleurs
Rouge Ancienne version, non supportée
Vert Version actuelle ou supportée
Bleu Version à venir
Version majeure Version mineure Date de sortie Version Python minimum Notes
Open Source - 2.3 Mise à disposition public de Django par Lawrence.
Version « 0 » 0.90 2.3
0.91 2.3
0.95 2.3 Notes de version 0.95
0.96 2.3 Notes de version 0.96
Version 1 1.0 2.3 Notes de version 1.0
1.1 2.3 Notes de version 1.1
1.2 2.4 Notes de version 1.2
1.3 2.4 Notes de version 1.3
1.4 LTS 2.5 Notes de version 1.4, support jusqu'au [16]
1.5 2.6.5[17] Notes de version 1.5, support de Python 3
1.6 2.6.5 Notes de version 1.6
1.7 2.7 Notes de version 1.7
1.8 LTS 2.7 Notes de version 1.8
1.9 prévue pour octobre 2015[18] 2.7 Notes de version 1.9

Chacune de ces versions est, ou a été, mise à jour durant son support, via des micro-releases[19]. Par exemple, la version 1.2 a eu sept mises à jour, corrigeant de nombreux bugs et failles de sécurité. Ces versions n'ajoutent pas de fonctionnalités et garantissent une compatibilité identique à la version mineure associée (sauf cas particuliers).

Forces et faiblesses de Django[modifier | modifier le code]

Les forces[modifier | modifier le code]

  • Les vues génériques : il s'agit de vues permettant de traiter les cas les plus courants du développement web de manière très simple. Elles permettent par exemple de lister des objets avec une gestion de la pagination, de lister des objets organisés par date avec des URL du type (année)/(mois)/(jour)/élément à afficher. Plus d'informations sont disponibles dans la documentation sur les vues génériques.
  • Le système d'authentification
  • La création de pages statiques
  • La documentation : Django possède une très bonne documentation anglaise. (dont un effort de traduction en français de l'API stabilisé[20]) Cette documentation, au format ReStructuredText (ReST), est compatible avec le projet Sphinx.
  • Les exceptions : les exceptions et backtraces Python sont bien gérées dans Django et apparaissent dans les pages d'erreur 500, en mode débogage. On peut avoir une bonne idée des variables d'environnement et du code ayant provoqué l'exception. Des efforts sont menés pour inclure d'autres outils comme la barre de débogage de Symfony (Django Debug Toolbar).

Les faiblesses[modifier | modifier le code]

  • L'AJAX : Django en tant que framework ne permet pas, seul, l'intégration d'AJAX côté client web. Ceci est un choix de l'équipe de développement qui préfère laisser à l'utilisateur le choix de la bibliothèque AJAX à combiner avec Django (MooTools, Prototype, MochiKit (en), jQuery, dojo, ext, etc.)[21].
  • Migrations : Avant la version 1.7[22], il n'y avait pas d'outil intégré au framework pour gérer les migrations lors des modifications des modèles. Mais des applications Django permettaient de pallier ce manque, notamment South.

Communauté[modifier | modifier le code]

Plusieurs organisations gravitent autour du framework afin d'aider les utilisateurs à prendre en main le framework. Il existe notamment les DjangoCon, événement composé de conférences et d'ateliers autour du framework, mais également des associations afin d'attirer les personnes rarement impliquées dans l'informatique. C'est le cas de DjangoGirls, qui invite les femmes à venir s'initier à Django et au Python de manière générale.

DjangoCon[modifier | modifier le code]

Des conférences sont tenus tous les ans pour les développeurs et utilisateurs de Django, appelées "DjangoCon". Des événements distincts ont lieu aux États-Unis et en Europe. Ces événements sont composés de plusieurs parties :

  • les conférences : pendant deux à trois jours, des bénévoles présentent un point particulier du framework, des usages spécifiques, un retour d'expérience, etc.
  • les sprints : les jours suivants les conférences, des sessions de programmation sont organisés, pour tous niveaux, afin de parfaire sa maitrise du framework. Des tutoriaux sont mis en place pour initier les nouveaux utilisateurs.

En Europe[modifier | modifier le code]

Le lieu de l'événement change chaque année, afin de pouvoir toucher le maximum de personnes sur plusieurs années. Des aides sont également fournies pour les personnes en difficulté financières, voulant tout de même participer, grâce aux dons des entreprises partenaires de l'événement ainsi que des autres participants. Regroupant plus de 300 développeurs tous les ans[23], l'événement accueille aussi bien des Européens que des personnes des autres continents.

À partir de 2015, les DjangoCon Europe mettent l'accent sur la diversité, en incitant les personnes minoritaires dans le domaine de l'informatique (femmes, handicapés, personnes âgés) à venir participer et partager leurs connaissances[24].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. What technologies were used to make Pinterest?
  2. What Powers Instagram: Hundreds of Instances, Dozens of Technologies
  3. Use of Python at Mozilla
  4. a, b et c (en) « Introduction to Django : Django’s History », sur Django Book (consulté le 9 juillet 2015)
  5. a et b Maxime Lorant et Mathieu Xhonneux, « Créez vos applications web avec Django : Qu'est-ce que Django », sur openclassroom.com (consulté le 9 juillet 2015)
  6. a, b et c (en) Karen Dillon, « Lawrence-born Django, which revolutionized website construction, celebrating its 10th anniversary », sur Lawrence Journal-World,‎ (consulté le 9 juillet 2015)
  7. Announcing the Django Software Foundation, consulté le 13 août 2012
  8. Django 1.0 released!, consulté le 13 août 2012
  9. a, b, c et d (en) Tim Graham, « Django's Roadmap », sur djangoproject.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  10. (en) « Django version 0.95 release notes », sur djangoproject.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  11. (en) « 1.0 release notes », sur djangoproject.com (consulté le 26 juin 2015)
  12. (en) « 1.0 porting guide », sur djangoproject.com (consulté le 26 juin 2015)
  13. (en) « Django’s release process (Django 1.8) », sur djangoproject.com (consulté le 26 juin 2015)
  14. Long Term Support releases sur la page "Django’s release process"
  15. (en) « Django’s release process - Deprecation policy », sur djangoproject.com (consulté le 26 juin 2015)
  16. (en) Tim Graham, « Django 1.8 released », sur djangoproject.com,‎ 1er avril 2015 (consulté le 2 avril 2015)
  17. Django's future, and Python 3
  18. (en) « Version 1.9 Roadmap », sur djangoproject.com (consulté le 2 avril 2015)
  19. (en) « Micro releases sur la page « Django’s release process » », sur djangoproject.com
  20. https://docs.djangoproject.com/fr/stable/
  21. (en) Page traitant de AJAX sur le Wiki du projet
  22. http://www.kickstarter.com/projects/andrewgodwin/schema-migrations-for-django
  23. Page Sponsorship du site officiel : « This event will be attended by over 300 Django developers from across the world. »
  24. (en) « Diversity », sur 2015.djangocon.eu (consulté le 25 février 2015)