Moyencourt-lès-Poix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Moyencourt-lès-Poix ne doit pas être confondue avec une autre commune de la Somme située plus à l'est, Moyencourt.

Moyencourt-lès-Poix
Moyencourt-lès-Poix
L'église Saint-Martin et la salle des fêtes.
Blason de Moyencourt-lès-Poix
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Jean-Pierre Demarquet
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80577
Démographie
Gentilé Moyencourtois, Moyencourtoises
Population
municipale
180 hab. (2016 en augmentation de 9,09 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 12″ nord, 2° 02′ 10″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 177 m
Superficie 10,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Moyencourt-lès-Poix

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Moyencourt-lès-Poix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moyencourt-lès-Poix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moyencourt-lès-Poix

Moyencourt-lès-Poix est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les moyencourtois et les moyencourtoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Moyencourt-lès-Poix est un village rural picard situé à 5 km au nord-est de Poix-de-Picardie, bénéficiant d'un paysagé boisé.

Il est aisément accessible depuis l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029). à 21 km au sud-est d'Amiens et à 24 km d'Aumale (Seine-Maritime).

L'Autoroute A29 passe à l’extrême nord du territoire communal, et l'échangeur le plus proche est celui de Poix-de-Picardie (no 13).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bussy-lès-Poix Courcelles-sous-Moyencourt Quevauvillers Rose des vents
Croixrault N Namps-Maisnil
O    Moyencourt-lès-Poix    E
S
Blangy-sous-Poix Famechon Frémontiers

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village, souvent dénommé Moyencourt-en-Vimeu a été désigné comme : Media curia (Daire), Maiencort en 1145 (Everard évéque d'Amiens, Cartulaire. St Jean) et en 1275 (Dom Grenie), — Mediaucurtis en 1151, Maiencurt en 1190 (Thibaut, évéque d'Amiens), en 1226 (ean de Conty. Archives de St-Quentin de Beauvais), Moyencourt en 1229 (Jean de Conty. Daire.), en 1562( Democharès), en 1757. 'Cassini) et le 17 brumaire an X, Maiencourt en 1261 (Tit. de la chapelle S. Nicolas) et en 1301 (Pouillé), Moiencourt en 1421 (Sceau de Jean de Moyencourt) et en 1588 (Reg. aux comptes d'Amiens), Miencourt en 1648 (Pouillé général), Moyencour en 1733 (G. Delisle) et en 1778 (De Vauchelle)[2].

La Commune, instituée sous la Révolution française sous le nom de Moyencourt, a pris en 1908 celui de Moyencourt-lès-Poix[3]..

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, le village relevait du diocèse, de l'élection et de l'archidiocèse d'Amiens, de la prévôté de Beauvaisis à Amiens et du doyenné de Poix[2].

Moyencourt-lès-Poix a été le siège d'un aérodrome militaire français de la Première Guerre mondiale. Lors de la Seconde Guerre mondiale, il servit à l'aviation allemande, de juillet 1940 à juillet 1942 sous le nom de « Flugplatz Poix – Öst »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Poix-de-Picardie[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune reste intégrée, est modifié et agrandi.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[5],[6]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[8].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jean-Claude Van Der Meeren    
mars 2008[11] En cours
(au 30 janvier 2019)
Jean-Pierre Demarquet   Réélu pour le mandat 2014-2020[12]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2016, la commune comptait 180 habitants[Note 1], en augmentation de 9,09 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
442492491508531513517504460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
447409389348352327311297267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248247232187205200175197185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
158153171172159159163165180
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements municipaux[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes, construite en 1953, a été rénovée, mise aux normes et rendue accessible aux personnes à mobilité restreinte (PMR) en 2018, pour un coût de 170 000 , dont 90 000  restent à la charge de la commune[16].

La mairie est, elle, mise aux normes d'accessibilité en 2019.[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Façade de l'église

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin. Une statue équestre de l'évêque de Tours se trouve au-dessus du portail d'entrée. Elle date de la construction de l'église, fin XVIIIe siècle[18].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle de l'Ecce Homo, créée primitivement par Adam de Moyencourt, seigneur local au XIIIe siècle, revenu indemne des Croisades. Reconstruite plusieurs fois, les derniers travaux, de 1986, conservent son soubassement de brique et ses murs en torchis[18].
  • Chapelle funéraire avec cloche de Dame Perrine Domon (Ferme de Ménesvillers). Elle est issue d'une donation faite en 1170 à l'abbaye du Gard[18].
  • La « maison du Bailly » correspond à une poterne du château qui abrite une Vierge à l'enfant[18].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adam de Moyencourt est le seigneur du village au XIIIe siècle, il participe aux croisades[18].
  • En 1666, l'église contenait une épitaphe retraçant la généalogie de la famille fe Moyencourt : « À la mémoire de nobles seigneurs de MOYENCOURT, Messires : Adam, chevalier, seigneur de MOYENCOURT, mort en 1218; père de Firmin, mort en 1254; père de Gaultier, mort en 1286; père de Raoul, mort en 1339; père de Vincent, mort en 1360; père de Robert Ier mort en 1402; père de Pierre, mort en 1443 ; père de Jean Ier, mort en 1497, père de Robert II, mort en 1504 ; père de Jean II dit Hector de MOYENCOURT, chevalier, seigneur dudit lieu, qui trépassa le 17 juillet 1562, et de noble dame Philippine d'Aumalle, sa femme, qui trépassa le 24 octobre 1573, père et mère de Hector de MOYENCOURT, chevalier, seigneur dudit lieu, qui mourut le 14 octobre 1574; et aussi noble dame Suzanne de Clairy, sa « femme, qui mourut le 20 novembre 1550; ces deux derniers morts père et mère de Pierre de MOYENCOURT qui fit ériger ce monument, avec Noël, son fils aîné, l'an du Seigneur 1598[21] ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Moyencourt-lès-Poix.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
de gueules à la bande d'argent, chargée en chef d'une croisette fichée de sable, au chef d'or chargé de trois croisettes potencées aussi de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Moyencourt-lès-Poix, histoire d'un village picard, ouvrage collectif.
  • Cuvillier-Morel d'Acy, Notice historique et généalogique sur les premiers sires de Poix, sur les seigneurs et la maison de Moyencourt (en Picardie) depuis l'an 1175 jusqu'en 1868, Chez l'auteur à Paris, , 80 p. (lire en ligne), sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Hauts-de-France », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. a et b J. Garnier, « Dictionnaire topographique du département de la Somme », Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, Duval et Herment (Amiens) et J.-B. Dumoulin (Paris), 3e série, t. IV,‎ , p. 95 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019), sur Gallica.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Poix – Moyencourt », sur http://www.anciens-aerodromes.com, (consulté le 23 février 2019).
  5. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  6. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  10. « Les maires de Moyencourt-lès-Poix », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 23 février 2019).
  11. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 22 février 2009)
  12. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Matthias Schweisguth, « Salle des fêtes rénovée - Belle pour faire la fête : La commune a profité de la mise aux normes pour rénover entièrement la salle des fêtes de 1953 », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3505,‎ , p. 24.
  17. Matthias Schweisguth, « La mairie sera rendue accessible à tous », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3535,‎ , p. 26.
  18. a b c d et e André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 162-163 (ASIN B000WR15W8).
  19. Oswald Macqueron, « A) Aquarelle :Eglise et entrée du château de Moyencourt, d'après nature, juin 1877 B) Carte postale : Moyencourt (Somme). La Porte d'entrée du Château. E. Poiret, graines à Poix. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 23 février 2019).
  20. « Jardin d'agrément de Moyencourt », notice no IA80000598, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Notice historique et généalogique sur les premiers sires de Poix..., ouvrage mentionné en bibliographie, p. 74-75.