Fleury (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury.

Fleury
Fleury (Somme)
Brume matinale sur le vallon de Fleury.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes Somme-Sud-Ouest
Maire
Mandat
Jean-Marie Rouzaud
2014-2020
Code postal 80160
Code commune 80317
Démographie
Population
municipale
232 hab. (2015 en diminution de 3,73 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 31″ nord, 2° 07′ 12″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 185 m
Superficie 9,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleury

Fleury est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Contre Conty Rose des vents
N Conty
O    Fleury    E
S
Courcelles-sous-Thoix Belleuse Conty

Village rural établi dans la vallée du ruisseau des Évoissons, et dont le ruisseau des Parquets constitue en partie la limite avec la commune voisine de Contre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était désigné Fiory en 1141, Fleuriacum en 1170, Fleury en 1229[1].

La commune est instituée pendant la Révolution française sous son nom actuel[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Fleury que détenait le seigneur de Conty Manassès Ier, fut divisée en deux en 1196. Il donna l'une des moitiés aux chanoines de Saint-Antoine de Conty[3].

La seigneurie comptait au moins dix fiefs, parmi lesquels on note[3] :

  • fief du Buisson ou Agnès Guespine ;
  • fief de Cempuis, de 33 journaux de terre, en 1456, tenu de la châtellenie de Conty ;
  • fief de la Chaussée ou de la Creuse. Il consistait dans le moulin de la Baye, sur l'emplacement des moulins a tan avec leurs dépendances, et en 40 journaux et demi de terres et prés ;
  • fief de Conty ;
  • fief de Framerville ;
  • fief Guérard Buigne ;
  • fief Gérard Chouquet ou de Luzière ;
  • fief Hue Le Mire, tenu de Sommereux ;
  • fief Jean de Moustier, tenu de Conty (1373) ;
  • fief de Lentilly, tenu en 1559 par Jean Patte, procureur au siège présidial d'Amiens, en 1559, relevant de Conty ;
  • fief Mahieu Lallery ou Lallemant ;
  • fief de Rivery, tenu de Conty ;
  • fief de la Seigneurie ou des Bois, tenu du fief du Hamel ou Geel, à Lœuilly.

Jean de Paillart, capitaine-gouverneur de Beauvais (1553-1563), et lieutenant de la compagnie du duc de Chaulnes (1558-1567) éleva le château de Fleury, terminé en 1588. Celui-ci est démoli de 1817 à 1822[3]

Circonscriptions d'ancien régime[modifier | modifier le code]

Circonscriptions religieuses sous l'Ancien Régime[1] : Paroisse : Saint-PierreDoyenné : ContyArchidiaconé : AmiensDiocèse : Amiens.

Circonscriptions administratives sous l'Ancien Régime[1] : Intendance (1789): PicardieÉlection (1789) : AmiensSubdélégation : ? • Grenier à sel (1789): GrandvilliersCoutume : AmiensPrévôté : Prévôté du Beauvaisis à GrandvilliersGouvernement : Picardie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Conty[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton d'Ailly-sur-Noye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Conty, créée par un arrêté préfectoral du 23 décembre 1996, et qui s’est substituée aux syndicats préexistants tels que le SIVOM et le SIVU de la coulée verte. Cette intercommunalité est renommée communauté de communes du Contynois en 2015, à la suite de la disparition du canton.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[4],[5]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[6], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[7].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours
(au 15 mars 2017)
Jean-Marie Rouzaud   Réélu pour son 4e mandat (2014-2020)[9],[10]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2015, la commune comptait 232 habitants[Note 1], en diminution de 3,73 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270265286316314338344318306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
272270267265264262251246245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
250239222205204186186231206
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
176145163223193200207234233
2015 - - - - - - - -
232--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Fleury comptait 83 habitants roturiers en 1303, 105 communiants en 1689, 200 habitants en 1698, 48 feux et 140 habitants en 1724, 49 feux et 136 habitants en 1772 et 200 habitants en 1780[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Façade de l'église Saint-Pierre de Fleury.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre, de la seconde moitié du XIXe siècle, construire en pierre et brique sur les plans de l’architecte Deleforterie en style néogothique. Elle comporte un clocher orné de statues de saints.
    Près des fonds baptismaux se trouvent deux plaques funéraires en forme de pyramide provenant de l’ancienne église :
    • l’une à la mémoire du Comte de Chatenay qui fut seigneur de Fleury au milieu du XVIIIe siècle
    • l’autre à la mémoire du Comte de Clermont-Tonnerre, dernier seigneur de Fleury qui mourut à Fleury après la révolution de 1789[14],[15].
  • Moulin de la Barre, de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle[16] en limite de Conty, ancien moulin à tan récemment rénové (propriété privée).
  • Cèdre du Liban monumental, sur la place derrière l'église
    Il a été planté en 1836 par Gauthier de Rumilly (1792-1884) qui habitait alors le château de Fleury. Acheminé depuis son pays d'origine par bâteau, il mesurait alors 7 m. de hauteur. En 1936, sa circonphérence était de 385 cm. et de 520 cm. en 2000[17].
Maison de maître.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Société des antiquaires de Picardie - Fondation Ledieu, Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie : Arrondissements d'Amiens, Boves et Conty, Amiens, Imprimerie Yvert et Tellier, , 437 p. (lire en ligne), p. 302 sur Gallica.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a b et c Société des antiquaires de Picardie - Fondation Ledieu, Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie : Arrondissements d'Amiens, Boves et Conty, Amiens, Imprimerie Yvert et Tellier, , 437 p. (lire en ligne), p. 303-305 sur Gallica.
  4. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  5. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  6. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  7. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  8. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  9. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le bonhomme picard du 26 mars 2008
  10. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 34 (ISSN 1144-5092)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 155 (ASIN B000WR15W8).
  15. « Eglise Saint-Pierre de Fleury » [PDF], sur http://www.cccconty.com (consulté le 13 août 2018).
  16. « Moulin à farine dit Moulin de la Barre », notice no IA00076441, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Le Cédre du Liban de Fleury » [PDF], sur http://www.cccconty.com (consulté le 13 août 2018).