Morvillers-Saint-Saturnin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morvillers (homonymie) et Saint-Saturnin.
Morvillers-Saint-Saturnin
Morvillers-Saint-Saturnin
L'église Saint-Saturnin.
Blason de Morvillers-Saint-Saturnin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Dominique Magnier
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80573
Démographie
Population
municipale
411 hab. (2015 en augmentation de 4,31 % par rapport à 2010)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 53″ nord, 1° 49′ 35″ est
Altitude Min. 188 m
Max. 216 m
Superficie 12,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Morvillers-Saint-Saturnin

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Morvillers-Saint-Saturnin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morvillers-Saint-Saturnin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morvillers-Saint-Saturnin

Morvillers-Saint-Saturnin est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Morvillers-Saint-Saturnin est un village picard situé à 6 km à l'est d'Aumale (Seine-Maritime) et à proximité de la Normandie.

Il est aisément accessible par l'autoroute A29. Les anciennes RN 1 (actuelle RD 1029) et RN 15bis (actuelle RD 315) se croisent au hameau du Coq Gaulois.

Situé sur un plateau venteux, il accueille plusieurs éoliennes.

Les éoliennes de Morvillers-Saint-Saturnin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pour le hameau Étotonne, ce nom serait dû à Estalonne, diminutif de stal, petit établissement[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, un sanctuaire était implanté au lieu-dit « Digeon ». Ce lieu de culte gallo-romain connu au XIXe siècle comme la « terre d'argent » a été redécouvert en 1976 par le biais de prospections aériennes puis fouillé entre les années 1983 et 1985 par Christiane Delplace. Ces campagnes de fouilles programmées ont été motivées par une série de pillages sur le site au début des années 1980 et l'arrivée de monnaies gauloises originaires de « Digeon » sur le marché noir des numismates[2]. Les origines de ce sanctuaire sont mal connues, le mobilier antérieur à la conquête romaine (La Tène finale et moyenne) est erratique. Parmi les découvertes remarquables, on peut citer des lots de monnaies dominés par un ensemble « au coq »[3], des fibules et autres bijoux ou accessoires en bronze (pinces à épiler, anneaux, perles...)[4], des lamelles de bronze votives[5], des jetons en plomb[6], des outils et armes en fer miniatures (probablement des offrandes)[7], des fragments d'inscriptions sur pierres calcaires[2] et des ossements animaux[8].

La commune de Morvillers, instituée lors de la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle de Saint-Saturnin et prend sa toponymie actuelle de Morvillers-Saint-Saturnin[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Poix-de-Picardie[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune reste intégrée, est modifié et agrandi.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[10],[11]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[12], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[13].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1967 après 1967 Louis Talva[15]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 2001 Jean-Claude Fourquez    
mars 2001 en cours
(au 22 janvier 2017)
M. Dominique Magnier   Vice-président de la CCSOA (2014 → 2016)
Vice-président de la CC2SO (2017 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[16],[17]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2015, la commune comptait 411 habitants[Note 1], en augmentation de 4,31 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
994 1 068 1 045 923 722 717 722 733 729
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
681 677 658 645 594 571 544 507 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
480 506 438 448 460 436 439 465 477
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
397 374 322 350 385 360 363 409 411
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Saturnin dans le lointain.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Saturnin.
Édifice de brique du XVIe siècle, situé dans le cimetière de Morvillers.
  • Chapelle Notre-Dame, à Étotonne (hameau du village), datant initialement du XIIIe siècle, en briques[21],[1].
  • Oratoire dédié à Notre-Dame de Lourdes, vers Lignières-Châtelain, établi vers 1880[1].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de Digeon, de 1860[22].
  • Jardin floral du château de Digeon[23].

.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Morvillers-Saint-Saturnin.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d'argent aux deux fasces de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 149 (ASIN B000WR15W8).
  2. a et b Christiane Delplace, « Relation préliminaire aux fouilles de 1983 à 1985 », Revue archéologique de Picardie, vol. 3, no 1,‎ , p. 83–98 (DOI 10.3406/pica.1986.1498, lire en ligne)
  3. Louis-Pol Delestrée et Christiane Delplace, « Les monnaies gauloises de Digeon (Somme). Les ramassages de surface : première approche statistique », Revue archéologique de Picardie, vol. 1, no 1,‎ , p. 13–22 (DOI 10.3406/pica.1986.1482, lire en ligne)
  4. Françoise Jobic, « Le mobilier en bronze du sanctuaire de Digeon », Revue archéologique de Picardie, vol. 3, no 1,‎ , p. 99–107 (DOI 10.3406/pica.1986.1499, lire en ligne)
  5. Delplace Christiane, "Lamelles de bronze et tessères en plomb votives du grand sanctuaire de Digeon (80).", Cahiers numismatiques. Bulletin de la Société d’études numismatiques et archéologiques, 1986, 89, p. 179-183.
  6. Christiane Delplace, "Jetons en plomb votifs du sanctuaire de Digeon." In : Lodewijckx M. (éd.), Belgian archaeology in a European setting: Album amicorum, Prof. J. R. Mertens. Vol. 1. Leuven : Leuven University press, 2001, p. 89-91. (Acta archaeologica lovaniensia. Monographiae ; 12)
  7. André Rapin, « Le mobilier en fer du sanctuaire de Digeon », Revue archéologique de Picardie, vol. 3, no 1,‎ , p. 115–117 (DOI 10.3406/pica.1986.1501, lire en ligne)
  8. Patrice Méniel, « Les restes animaux du sanctuaire de Digeon », Revue archéologique de Picardie, vol. 3, no 1,‎ , p. 109–113 (DOI 10.3406/pica.1986.1500, lire en ligne)
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  11. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  12. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  13. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  14. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  15. « Cinquante ans de mariage pour Françoise et André », Le Réveil de Neufchâtel, édition Bresle-Oise-Somme, no 3499,‎ , p. 20 (ISSN 1779-3769) « C'est le 22 avril 1967 en la mairie de Morvillers-Saint-Saturnin qu'ils ont officialisé leur union devant Louis Talva, maire à l'époque ».
  16. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 22 février 2009)
  17. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. « Chapelle Notre-Dame, parfois appelée Saint-Hormisdas (Étotonne) », Observatoire du patrimoine religieux (consulté le 26 mai 2017).
  22. « Château de Digeon », notice no PA80000045, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Jardin d'agrément du château de Digeon », notice no IA80000522, base Mérimée, ministère français de la Culture