Bacouel-sur-Selle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bacouel-sur-Selle
Bacouel-sur-Selle
L'église paroissiale.
Blason de Bacouel-sur-Selle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Marc Bulcourt
2020-2026
Code postal 80480
Code commune 80050
Démographie
Gentilé Bacouellois
Population
municipale
485 hab. (2019 en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 53″ nord, 2° 13′ 31″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 121 m
Superficie 6,24 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ailly-sur-Noye
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bacouel-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bacouel-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bacouel-sur-Selle
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bacouel-sur-Selle
Liens
Site web http://www.bacouel-sur-selle.fr

Bacouel-sur-Selle est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Bacouel-sur-Selle se situe à 7 km au sud-ouest d'Amiens, entre Vers-sur-Selle et Plachy-Buyon.

En 2019, la localité est desservie par la ligne d'autocars no 29 (Crévecœur-le-Grand - Conty - Amiens) du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[1]. Elle constitue une lointaine survivance de la ligne de Saint-Omer-en-Chaussée à Vers qui reliait Beauvais à Amiens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bacouel-sur-Selle
Creuse Vers-sur-Selles
Namps-Maisnil/
Rumaisnil
Bacouel-sur-Selle
Prouzel Plachy-Buyon

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bacouel-sur-Selle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (51,5 %), forêts (31,6 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Projets[modifier | modifier le code]

La municipalité souhaite que la piste cyclable reliant le CHU à Saleux soit prolongée jusqu'à Bacouel, par Amiens Métropole et la Communauté de communes Somme Sud-Ouest [9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte d'une hache polie en 1995, rue de la Gare, atteste d'une présence humaine dans les temps les plus reculés.

De même, l'archéologie aérienne permet d'affirmer l'occupation du territoire à l'époque gauloise : des traces d'enclos circulaires typiques ont été relevées par Roger Agache. La réoccupation au temps des gallo-romains est également prouvée[10].

L'ancienne gare en 2019, transformée en maison d'habitation.

La seigneurie de Bacouel a été tenue par les d'Aboval [11], puis par les Linars d'Aveluy et les Jourdain de Thieulloy [12].

Le village a été desservi par une gare, aujourd'hui fermée, sur la ligne de Saint-Roch à Darnétal-Bifurcation qui assure la liaison entre Amiens et Rouen.

Durant la Première Guerre mondiale, un hôpital militaire pour victimes des gaz de combat a été aménagé en 1918 dans le parc du château. Vingt-huit militaires y sont morts, pour la plupart des zouaves des régiments d’Afrique gazés dans les combats de Gentelles ou de Cachy. Ils reposent au cimetière communal. Le village a par ailleurs perdu vingt-quatre de ses soldats, morts au champ d'honneur[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Conty[14]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton d'Ailly-sur-Noye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Conty, créée par un arrêté préfectoral du 23 décembre 1996, et qui s’est substituée aux syndicats préexistants tels que le SIVOM et le SIVU de la coulée verte. Cette intercommunalité est renommée communauté de communes du Contynois en 2015, à la suite de la disparition du canton.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[15],[16]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[17], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[18].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1989 Gilles Brailly[20]    
mars 1989[21] mai 2020 Jean-François Corniquet[21]    
2020[22],[9] En cours
(au 27 janvier 2021)
Marc Bulcourt    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2019, la commune comptait 485 habitants[Note 3], en augmentation de 1,25 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
142137165168197233238225200
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
206189214209206190214273263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
298282272288300305299291284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
255227257326392574525519474
2015 2019 - - - - - - -
507485-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants du village sont scolarisés dans le cadre du regroupement pédagogique intercommunal mis en place avec Vers-sur-Selle en 1988 et géré par l'intercommunalité.

Pendant l'année scolaire 2019-2020, près de 120 élèves sont inscrits pour quatre classes[26].

Culture[modifier | modifier le code]

Bacouel dispose d'une bibliothèque[9]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un monument aux morts a été érigé en direction de l'école-mairie, dans la rue des Deux Ponts : c'est un lieu de commémoration.
  • L'école date de Jules-Ferry.
Détail de Notre-Dame, au-dessus du portail de l'église.
  • L'église Notre-Dame est longée par la Selle. Rénovée vers 1903, elle abrite des fonts baptismaux du XIe siècle, un autel du XIIIe siècle, des blochets sculptés. Les reliques seraient celles de sainte Mansuée, guérisseuse des aveugles[27].
  • La chapelle Notre-Dame-des-Victoires complète le patrimoine religieux local. Construite en brique et pierre, elle est entourée de cinq tilleuls[27].
  • Ancien château, reconstruit au XIXe siècle par la famille Jourdain de Thieulloy, aujourd'hui aménagé en Foyer d'accueil médicalisé pour adultes handicapés (FAM) [28].
  • La coulée verte relie le village à Monsures, 17 km de promenade possible à pied ou à vélo[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Bacouel-sur-Selle.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
de gueules semé de croisettes recroisetées d'argent, aux deux bars adossés du même brochant sur le tout.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Patrick Trantan, « En 2021, priorité aux sentiers piétonniers à Bacouel-sur-Selle : En 2021, le maire Marc Bulcourt mènera des projets issus des 160 propositions faites par ses administrés eux-mêmes. Ces derniers avaient été consultés par le biais d’un questionnaire distribué au mois d’octobre. La priorité concerne la sécurisation des piétons », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Marc Bulcourt, élu aux dernières municipales, poursuit sa volonté de voir le plus grand nombre possible participer à la vie de la commune ».
  10. La Préhistoire à Bacouel, sur le site communal.
  11. Alcius Ledieu, « Notes généalogiques sur les Gargan et les d'Aboval », Bulletin de la Société d'émulation d'Abbeville, no 1,‎ , p. 34-39 (lire en ligne), sur Gallica.
  12. Gaetan de Witasse & Léon Ledieu, Canton de Conty, in Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, tome 1, Amiens & Paris, Société des Antiquaires de Picardie, Yvert & Picard, , 437 p. (lire en ligne), p. 278-281.
  13. S. G., « Ce week- end, le village vivra à l’heure de la Grande guerre : Le travail remarquable mené par des bénévoles autour de la Première guerre mondiale dans le village sera proposé lors des Journées du patrimoine », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3411,‎ , p. 32.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  16. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  17. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  18. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  19. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le ).
  20. « À la mémoire de Monsieur Gilles BRAILLY », sur http://memoire.lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  21. a et b Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ , p. 26.
  22. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. « Les élus se mobilisent pour une cinquième classe », Courrier picard,‎ , p. 18 (lire en ligne, consulté le ).
  27. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 161 (ASIN B000WR15W8).
  28. « F.A.M. Arassiocation Bacouel sur Selle », sur AS action sociale (consulté le ).
  29. « La coulée verte sur le site du tourisme » (consulté le ).