Le Quesne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Quesne
Le Quesne
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Michel Doinel
2014-2020
Code postal 80430
Code commune 80651
Démographie
Population
municipale
275 hab. (2015 en diminution de 3,85 % par rapport à 2010)
Densité 192 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 48″ nord, 1° 47′ 57″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 175 m
Superficie 1,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Quesne

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Quesne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Quesne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Quesne

Le Quesne est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Liger, depuis le pont.

Le village est desservi par la route départementale 211, l'axe Senarpont (à 6 km) - Hornoy-le-Bourg (à 8 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Arguel, Liomer, Saint-Aubin-Rivière et Beaucamps-le-Vieux bordent le territoire communal.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est baignée par les eaux du Liger, affluent du fleuve côtier la Bresle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Quercus en 1161 (latinisation), Caisne en 1165[1], Le Quesne dès 1617, Quêne en 1747.

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale qui consiste en un nom d'arbre employé absolument (sans suffixe, adjectif, appellatif ou anthroponyme). Quercus est une latinisation savante qui n'a rien à voir avec l'étymologie de Quesne, qui remonte, comme le français chêne, au gaulois cassanos devenu cassinos « chêne » et dont l'ancienne graphie Caisne relevée en 1165 porte encore trace. Le maintien du groupe initial /ca/ est caractéristique de la phonétique normanno-picarde[2] constatée au nord de la ligne Joret.

La graphie Quesne avec un s est conservatrice, chêne se dit encore localement quêne tout comme dans l'ensemble de la Picardie occidentale et de la Normandie septentrionale. Les formes toponymiques suffixées sont Le Quesnel (Somme) « le petit chêne » et les différents Quesnoy « chênaie », dont il existe plusieurs exemples dans la Somme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des silex taillés ont été découverts sur le territoire communal[3].

En 1890, est construite une usine textile destinée à la production de tissus de jute et de chanvre. Elle emploie alors environ 300 ouvriers[4].

Une étoffe grossière blanche ou grise, la tiretaine, est alors à la mode. Elle est fabriquée par les ouvriers bélingers locaux[3].

Pendant la guerre 1914-1918, les hommes partis au front sont remplacés par des femmes qui fabriquent également des sangles pour l'armée, tout au long du conflit[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1806 du canton de Hornoy-le-Bourg[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois, créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[6],[7]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[8], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[9].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Michel Doinel PRG Réélu pour le mandat 2014-2020[12],[13]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2015, la commune comptait 275 habitants[Note 1], en diminution de 3,85 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
215217227242239262264272270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
243237252244258280278267265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230232220200195186173167144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
144168303373313300281278284
2015 - - - - - - - -
275--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rémy.
  • Oratoire Notre-Dame-de-Lourdes, derrière l'église, de 1875. Il renferme de nombreux ex-voto[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sire Fulgence, enfant du village et hussard napoléonien, s'illustre lors de faits d'armes liés au passage de la Bérézina. Il est décoré pour ses actes de bravoure[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Quesne Blason De vair au pal de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Un blason différent figure sur le fronton de l'école-mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 552a
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  3. a b et c Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Lenoir, 1899, archives départementales de la Somme, Amiens Lire la notice en ligne.
  4. a et b Denise Élie-Deneux, Un jeune appelé de Beaucamps-le-Vieux dans l'après-guerre 1914-1918 : témoignage, Société d'Émulation d'Abbeville, bulletin 2015, tome XXXIII, fascicule 5, p. 644, ISSN 0081-0819.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  7. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  8. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  9. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  10. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  11. « Les maires de Quesne (Le) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 20 mai 2017).
  12. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 1er mars 2009)
  13. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 92 (ASIN B000WR15W8).