Liomer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Liomer
Liomer
Église Saint-Pierre.
Blason de Liomer
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Colette Michaux
2014-2020
Code postal 80430
Code commune 80484
Démographie
Population
municipale
403 hab. (2015 en diminution de 2,89 % par rapport à 2010)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 25″ nord, 1° 49′ 02″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 180 m
Superficie 3,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Liomer

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Liomer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liomer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liomer

Liomer est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur la route départementale 211 (RD 211), l'axe Hornoy-le-Bourg-Senarpont, le village se trouve à l'ouest d'Amiens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Deuxième Guerre mondiale

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la Résistance française est très active dans le secteur. Par ailleurs, l'occupant construit des rampes de V1 dans les bois environnants.

Le , les populations de Liomer et Brocourt sont malmenées. Les deux villages sont entourés par des troupes dirigées par des SS, aux premières heures du jour. Les femmes, les personnes âgées et les enfants sont regroupés dans la cour de l'hôtel de ville par l'occupant allemand. Les hommes sont rassemblés sur la place pour être emprisonnés à Amiens. Les villageois qui tentent de fuir sont abattus. L'abbé Michel Lyonneau, parlant allemand, entreprendra des négociations qui permettront la libération des personnes arrêtées[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Liomer fut chef-lieu de canton de 1790 à 1802, année à laquelle celui-ci devint le canton de Hornoy-le-Bourg[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois, créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[3],[4]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[5], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[6].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 en cours
(au 7 mars 2017)
Colette Michaux[8] PS Proviseure de lycée retraitée
Conseillère régionale de Picardie (2004 → 2010)
Réélue pour le mandat 2014-2020[9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2015, la commune comptait 403 habitants[Note 1], en diminution de 2,89 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 130326346402408422449486466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
454466438441428428403374356
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
349332353401370341300326358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
336372525490360370356392406
2015 - - - - - - - -
403--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique compte 86 élèves à la rentrée scolaire 2017-2018[13].

Le collège le plus proche est le collège Maréchal-Leclerc-de Hauteclocque à Beaucamps-le-Vieux[14] .

Vie associative[modifier | modifier le code]

L'association du village, « Le Forestel », propose des activités culturelles (chorale, expositions, concerts, spectacles). En 2016, l'association édite un livre et produit une pièce de théâtre sur la bataille de la Somme, à l’origine de la mort de plus d’un million de soldats[15]. Le livre est un témoignage sur les soldats inscrits sur le monument aux morts de Liomer.

L'association propose également des activités auprès des scolaires[16].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La foire du déparcage, instituée en 1498 par le roi Charles VII, avait lieu traditionnellement le premier week-end de novembre. Depuis 2017, cette foire a lieu le , à l'époque où les moutons quittent leur parcage dans les larris (terme picard qui désigne des pelouses sèches pentues, autrefois utilisées comme pâtures à moutons) pour regagner les bergeries à la mauvaise saison. Il s'agit de l'une des grandes foires de l'ouest amiénois, qui était la vitrine de l’activité agricole du secteur. Avec les mutations de l'agriculture picarde, la foire a évolué pour se structurer autour du retour des moutons, vers 11 h et des expositions thématiques[17],[18].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a racheté le dernier café du village en 2014 et l'a mis en gestion afin qu'il soit ouvert tous les jours et serve de commerce de proximité, avec restauration rapide, épicerie, dépôt de pain, point pressing, vente de journaux, de tickets à gratter, salle de jeux et dépôt de gaz[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts et coq gaulois.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre. Son clocher ne comporte pas de cadran en direction de Brocourt : les habitants du village voisin n'ayant pas voulu participer au financement de la construction, ils n'ont pas eu droit à « l'heure gratuite »[20].
  • Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours, avec fronton et pilastres, inspirée des temples grecs[21].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Liomer (Somme).svg


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • pages 188 à 194 : P.-L. Limichin, "Canton d'Hornoy" in Dictionnaire Historique et Archéologique de la Picardie - Tome 2 - Arrondissement d'Amiens, 458 pages, éd. Société des Antiquaires de Picardie (Fondation Ledieu) - (1912) - Réimpression : Éditions Culture et Civilisation, Bruxelles, 1979.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Piérard, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 16 août 2014, p.15.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  4. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  6. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  7. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  8. Delphine Richard, « « Pas plus honnêtes, mais plus courageuses  » : Élue de terrain depuis plus de 30 ans, Colette Michaux, maire de Liomer, revient sur ses diverses carrières », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne) « À 77 ans, Colette Michaux aura eu plusieurs carrières, dont deux marquantes : celle de maire de Liomer, depuis 1989, et sa carrière dans l’Éducation Nationale. «  J’ai d’ailleurs été la première femme promue proviseure dans la Somme », sourit celle qui a relevé le défi de mettre sur les rails le lycée de la Hotoie, à Amiens ».
  9. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  14. Le collège sur Journal des femmes.
  15. Vincent Beny, « Histoire. Le Forestel rend hommage aux soldats du village morts entre 1914 et 1918 : Deux soirées ont été organisées par l’association Le Forestel de Liomer pour rendre hommage aux 23 soldats originaires du village morts pendant la Première guerre mondiale », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  16. Vincent Beny, « Le Forestel. Les marionnettes remises au goût du jour à Liomer », Le Réveil,‎ (lire en ligne).
  17. Patrick Piérard, « Le déparquage prend date à Liomer : Il n’y a pas que les moutons qui migrent à cette époque de l’année dans la vallée du Liger : la foire d’automne change une seconde fois de date », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  18. VBT, « C'est la fête du déparquage à Liomer », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3577,‎ , p. 31.
  19. « La mobilisation à Liomer pour sauver son café », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  20. Le Courrier picard, 13 mai 2016, édition Picardie maritime.
  21. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 93 (ASIN B000WR15W8).