Senarpont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Senarpont
Place du Général-Leclerc.
Place du Général-Leclerc.
Blason de Senarpont
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Béatrice Delhomelle
2016-2020
Code postal 80140
Code commune 80732
Démographie
Population
municipale
666 hab. (2014)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 24″ nord, 1° 43′ 07″ est
Altitude Min. 61 m
Max. 177 m
Superficie 7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Senarpont

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Senarpont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senarpont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senarpont

Senarpont est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve au confluent du Liger dans la Bresle.

Senarpont est au confluent du Liger et de la Bresle.

Elle est desservie par la route départementale 1015, ancienne voie romaine reliant Beauvais à Saint-Valery-sur-Somme.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Daté de 734,Somardus Pons est relevé par François César Louandre dans sa Topographie du Ponthieu. En 1115, Ch. d'Étienne d'Aumale cite Sinardi Pons. L'Histoire ecclésiastique d'Abbeville nous procure Senerpont en 1125. Le cartulaire de Selincourt donne la forme actuelle de Senarpont à partir de 1147[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En octobre 1463, le roi Louis XI (1423-1461-1483), après avoir racheté les villes de la Somme à Philippe le Bon, octroya par lettres patentes à Senarpont des droits à deux foires annuelles[3]. Il fut trouvé par ce moyen un frein nécessaire à l'attraction considérable des capitaux sonnants et trébuchants vers les foires d'Anvers et de Bruges.

Longtemps possession de la Maison de Monchy, la seigneurie de Senarpont comportait un château fort, qui fut laissé à l'abandon au XVIIIe siècle, vendu en 1785 et restauré après 1805, avant d'être incendié en 1889.

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement d'Abbeville pour intégrer l'arrondissement d'Amiens[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait jusqu'en 2009 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. De 2009 à 2016, elle est intégrée à l'arrondissement d'Abbeville, avant de réintégrer le l'arrondissement d'Amiens[5]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Oisemont[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté de communes de la Région d'Oisemont, créée le .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département. Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont  », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[7],[8]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[9], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [10].

Au , Région de Oisemont, Sud ouest amiénois et Contynois forment la nouvelle communauté de communes Somme Sud Ouest (CCSSO) dont le siège est à Poix[11].

Politique municipale[modifier | modifier le code]

À la suite du décès du maire élu en 2014, Patrick Bèle, survenu en , des élections municipales partielles sont organisées les 18 et éventuellement , afin de compléter le conseil municipal, qui aura alors à élire le nouveau maire[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  2001 Gérard Duhamel    
mars 2001 2008 Janine Bernard    
mars 2008[14] 2014 Daniel Denis    
2014[15],[16] 13 juillet 2016[17] Patrick Bèle   Salarié aux verreries Pochet du Courval
Décédé en fonction
23 septembre 2016[18] en cours
(au 30 septembre 2016)
Béatrice Delhomelle    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 666 habitants, en diminution de -2,63 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
651 556 515 519 520 545 549 524 545
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525 559 587 574 590 604 549 543 576
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 559 509 509 462 450 470 446 439
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
515 635 727 769 800 770 723 684 666
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Au , la communauté de communes CCSSO gère la compétence scolaire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis.
Article détaillé : Église Saint-Denis de Senarpont.
  • Monument aux morts.
  • L'arbre à loques de saint Claude, censé guérir fièvres et maladies de peau. Une épidémie de peste, au XVe siècle, se serait arrêtée à l'endroit précis où existait une petite chapelle dédiée à saint Claude.
  • Chapelle Saint-Vast à Réderie[22].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Senarpont (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur à la tour d'argent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 2, p. 311, 1867-1898, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. Lire en ligne le livre de Jacques Garnier sur le site des archives départementales de la Somme, vue 158/267.
  3. Ordonnance royale établissant deux foires annuelles à Sénarpont, in Comte Emmanuel de Pastoret, Ordonnances des Rois de France de la Troisième race, recueillies par ordre chronologique, vol. 16 : contenant les Ordonnances rendues dans le mois de juin 1463 jusqu'au mois de juin 1467, Paris, Imprimerie royale, , 1016 p. (lire en ligne), p. 98-99.
  4. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  5. « Arrêté du Préfet de région du 23 décembre 2016 portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Hauts-de-France, no 200,‎ , p. 321 (lire en ligne [PDF]).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  8. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  9. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  10. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  11. Delphine Richard, Courrier picard, 11 janvier 2017, édition Picardie maritime, p. 16.
  12. Alice Labrousse, « Senarpont : De nouvelles élections auront lieu en septembre », Le Réveil de Neufchâtel, no 3462,‎ , p. 31.
  13. « Les maires de Senarpont », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 24 juillet 2016).
  14. Hebdomadaire Le réveil du 27 mars 2008
  15. Patrick Piérard, « La traversée du village divise : L'aménagement de la traversée de la commune est un véritable serpent de mer qui donne lieu à des imbroglios administratifs. », Le Courrier picard, édition Selle, Bresle, Noye,‎ (lire en ligne) « (...) La proposition a entraîné un affrontement étonnant entre deux élus de la commune concernée. Le maire, Daniel Denis, qui siégeait au premier rang de l'assistance a tenté de répondre aux interrogations de Patrick Bèle, son rival malheureux lors des dernières municipales, qui se trouvait en compagnie des autres représentants sénarpontais ».
  16. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  17. « Sénarpont (80) Le maire Patrick Bèle est décédé », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  18. « Sénarpont (80) Les priorités du nouveau maire », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  22. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 101-102 (ASIN B000WR15W8).