Prouzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Prouzel
Prouzel
La gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Nathalie Pizzaferri
2020-2026
Code postal 80160
Code commune 80643
Démographie
Gentilé Prouzellois
Population
municipale
562 hab. (2020 en augmentation de 12,63 % par rapport à 2014)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 59″ nord, 2° 12′ 15″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 129 m
Superficie 5,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ailly-sur-Noye
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prouzel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prouzel
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Prouzel
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Prouzel

Prouzel est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à une douzaine de kilomètres au sud-ouest d'Amiens, le village est desservi par la route départementale D8b.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 29 (Crévecœur-le-Grand - Conty - Amiens) du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est baigné par la Selle, affluent de la Somme.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Prouzel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (65,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (66,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,1 %), forêts (19,8 %), zones urbanisées (10,5 %), eaux continentales[Note 3] (4,2 %), prairies (2 %), zones agricoles hétérogènes (1,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village en picard est Prouzi[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

On découvre, en 1836, plusieurs sépultures gauloises sur la commune.

En 1856, l'usine de papeterie implantée sur la Selle est exploitée par la société Obry et Cie, en 1871 par Bernard et Cie (qui dispose à cette époque d'une machine à vapeur de 50 cv et de turbines hydrauliques de 70 cv). L'entreprise emploie alors 198 salariés. Elle est rachetée par une vente judiciaire et devient Cauvin-Yvose[10].

La commune disposait d'une halte de chemin de fer sur la ligne Beauvais - Amiens qui transporta les voyageurs de 1876 à 1939. La plate-forme de cette ligne a été transformée en chemin de promenade, la Coulée verte, qui relie Crèvecœur-le-Grand à Vers-sur-Selles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Conty[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton d'Ailly-sur-Noye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Conty, créée par un arrêté préfectoral du , et qui s’est substituée aux syndicats préexistants tels que le SIVOM et le SIVU de la coulée verte. Cette intercommunalité est renommée communauté de communes du Contynois en 2015, à la suite de la disparition du canton.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[12],[13]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en [14], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[15].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 février 2022 Audouin de l'Épine DVD[17] Agriculteur
Réélu pour le mandat 2020-2026[18],[19],[20]

Démission[21]

février 2022[22] En cours
(au 8 février 2022)
Nathalie Pizzaferri    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2020, la commune comptait 562 habitants[Note 4], en augmentation de 12,63 % par rapport à 2014 (Somme : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
215108239285366346385372409
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
388384386370353385358363372
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
304371341325327325315344297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
306352384399502503481478542
2020 - - - - - - - -
562--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité, du XVIe siècle, avec des fonts baptismaux du XIIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Vertus.
  • Le château et son parc font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques[26]. L'édifice Renaissance, sur deux niveaux surmontés d'un toit à la Mansard, a été acquis en 1880 par le baron de l'Épine dont les descendants sont encore propriétaires[27],[28].
  • Pigeonnier du XVIIIe siècle.
  • Usine de papeterie, rue Ernest-Cauvin, implantée sur le site d'un moulin à eau connu dès le XIIIe siècle. L'établissement est transformé en moulins à huile et à foulon au XVIIe siècle, puis moulin à papier en 1794, retransformé entre 1838 et 1844 par Obry et Tavernier en usine de papeterie qui se développe à cheval sur Prouzel et Plachy-Buyon. Certains des bâtiments datent de cette époque, d'autres de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle[10].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Christophe Louis Léon Juchault de Lamoricière, général de l'armée française, député de la Sarthe, ministre de la guerre de la Deuxième République en 1848, châtelain de Prouzel, y décède le [29],[30].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Bréard, « Recherches historiques sur Prousel, son château, son église et ses anciens seigneurs », Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. III,‎ , p. 3-132 (lire en ligne, consulté le ), lire en ligne sur Gallica.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Ch’Lanchron, ech jornal picard, n° 117-118, Courts-jours 2010.
  10. a et b « Usine de papeterie Obry et Cie, puis Bernard et Cie, puis Cauvin Yvose, puis S.A. des Pâtes à papier de la Somme », notice no IA00076453, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  13. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  14. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  15. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  16. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le ).
  17. « Extrait de la fiche de M. Audouin de l'Épine », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le ).
  18. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le bonhomme picard du 26 mars 2008
  19. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  20. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  21. Arrêté préfectoral du 3 décembre 2021.
  22. « Nathalie Pizzafierri élue maire », Courrier picard,‎ , p. 15.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  26. « Lechâteau et son parc », notice no PA00116223, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Vivre en Somme, n°95, été 2015, p.15.
  28. « Château de Prouzel », sur Châteaux de France (consulté le ).
  29. « Christophe, Léon, Louis Juchault de Lamoricière », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  30. « Christophe Louis Léon Juchault de la Moricière », base Léonore, ministère français de la Culture.