Brocourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Brocourt-en-Argonne
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes ; voir : Brucourt et Drocourt.
Brocourt
Église.
Église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Firmin Boucry
2014-2020
Code postal 80430
Code commune 80143
Démographie
Population
municipale
101 hab. (2014)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 14″ nord, 1° 49′ 23″ est
Altitude Min. 107 m – Max. 176 m
Superficie 2,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Brocourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Brocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brocourt

Brocourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Brocourt
Liomer Villers-Campsart Lafresguimont-Saint-Martin
Liomer Brocourt Lafresguimont-Saint-Martin
Beaucamps-le-Vieux Laboissière-Saint-Martin Laboissière-Saint-Martin
Carte de la commune.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Broecort (1131), Broelcorn (1164), Brocorn in valle (1208), Brocourt (1507).

Histoire[modifier | modifier le code]

On sait que les légions romaines occupèrent le pays en raison de la présence d'un camp romain qui était situé à Villers-Campsart et qu'une voie romaine passait à proximité de Brocourt.

Le premier seigneur, connu, s'appelait Girould de Brocourt et vivait en 1186.

En 1370, Jean de Brocourt tient un fief de l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme.
En 1377, Enguerrand et Bertauld de Brocourt, qui possèdent des fiefs de la prévôté du Ponthieu sont convoqué pour la guerre.
En 1379, André de Brocourt tient un fief à Nesle-l'Hôpital.

A partir du XVIe siècle, on trouve comme seigneur de Brocourt,

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la Résistance est très active dans le secteur. Des rampes de V1 sont construites par l'occupant dans les bois environnants.

Le , les populations de Liomer et Brocourt sont malmenées. Les deux villages sont entourés par des troupes dirigées par des SS, aux premières heures du jour. Les femmes, les personnes âgées et les enfants sont regroupés dans la cour de l'hôtel de ville par l'occupant allemand. Les hommes sont rassemblés sur la place pour être emprisonnés à Amiens. Les villageois qui tentent de fuir sont abattus. L'abbé Michel Lyonneau, parlant allemand, entreprendra des négociations qui permettront la libération des personnes arrêtées[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Hornoy-le-Bourg[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont  », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[4],[5]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[6], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[7].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? mars 2001 Charles Henry    
mars 2001 2011 Suzanne Genty[9]   Décédée en fonction
30 décembre 2011 en cours
(au 6 mai 2014)
Firmin Boucry   Réélu pour le mandat 2014-2020 [10]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 101 habitants, en augmentation de 4,12 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
147 129 170 177 177 202 208 210 217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
208 191 180 172 171 145 116 130 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
99 99 102 120 94 92 84 94 90
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
111 107 114 106 129 120 108 97 101
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre Dame
  • Le village de Brocourt renferme de nombreux édifices architecturaux remarquables. Il faut savoir que les familles nobles de Richemont et de La Rochethulon étaient établies sur cette petite commune. On peut ainsi y trouver encore la maison de gardien, la ferme du château, les écuries, ou encore l'ancien pensionnat de jeunes filles fondé par Élisabeth des Ligneris. Le château quant à lui a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale (en 1941), une belle maison de maître a été reconstruite à la place (le propriétaire est encore, de nos jours, le vicomte de Richemont). Le parc de celui-ci est encore à l'identique, il a été l'objet d'une enquête en 2015 en vue d'une inscription aux Monuments historiques[14].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Brocourt (Somme).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D'or au lion contourné de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Maison de Mailly
  2. Patrick Piérard, Le Courrier picard, édition d'Abbeville, , p.15.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  5. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  6. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  7. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  8. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  9. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008.
  10. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Jardin d'agrément du château de Brocourt », notice no IA80000448, base Mérimée, ministère français de la Culture