Lignières-Châtelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lignières.

Lignières-Châtelain
Lignières-Châtelain
La mairie-école
Blason de Lignières-Châtelain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Hubert Avet
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80479
Démographie
Gentilé Lignérois, Lignéroises
Population
municipale
380 hab. (2016 en augmentation de 11,76 % par rapport à 2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 32″ nord, 1° 51′ 49″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 209 m
Superficie 6,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain
Liens
Site web http://www.lignieres-chatelain.fr/

Lignières-Châtelain est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par l'ex-route nationale 29 (actuelle RD 1029), la « route de Normandie », qui en constitue l'axe principal.

Rose des vents Offignies Bettembos Rose des vents
Morvillers-Saint-Saturnin N Caulières
O    Lignières-Châtelain    E
S
Marlers Meigneux
Cliquer sur l'image pour agrandir.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes de bus du réseau Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Enguerrand de Boves, évêque d'Amiens en 1120, nous fournit la forme latinisée Linerii[2].

On relève Linière, Linières en 1195-1386, Lineres en 1214; Lyneriis, Lineriis (de) en 1234-1317, Ligniers-le-Chastel en 1318-1449 et Lignières-en-Chaussée en 1793[3]..

Le nom de Lignières peut provenir de linarium, linaria, « lieu où l'on cultive le lin »[4] ou de celui de la famille de Lignières[5].

Les seigneurs de Lignières-Châtelain avaient, avant la Révolution, le privilège de tenir l'important château de Picquigny, place-forte sur la Somme, en l'absence des seigneurs de Picquigny, d'où le nom donné à leur localité[3].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Lignières-en-Chaussée[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des objets datant de l'époque romaine ont été trouvés lors de fouilles réalisées, vers 1850, dans un champ près du cimetière, du côté de la chapelle dédiée à saint Clément[5].

Sur le territoire de Lignières se plaça le plus important épisode de la Jacquerie de Picardie. En 1358, 3 000 Jacques, allant de Poix à Aumale, rencontrèrent, à quelque distance du village, 120 hommes d'armes, normands et picards, commandés par Guillaume de Picquigny. Celui-ci, s'étant présenté avant le combat pour parlementer, fut tué traîtreusement par Jean Petit-Cardaine, l'un des Jacques. Les gens d'armes de Guillaume se jetèrent alors sur les Jacques, dont plus de 2 000 restèrent sur le champ de bataille[3].

Lors des guerres de religion, en 1592, Mayenne et toute l'armée ligueuse suivirent le même chemin le jour de ce que Henri IV nomma lui-même « l'Erreur d'Aumale »[3].

À la Révolution française, Lignières fut le chef-lieu d'un des 18 cantons de l'arrondissement d'Amiens[6].

L'ancien cadastre indique l'emplacement du château de la famille des Essarts de Lignières, sur un tertre, près de l'église. Cet édifice se composait d'un corps de logis simple en profondeur, élevé en brique et pierre sur deux niveaux, au XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, ce corps de logis avait été prolongé sur la gauche, à l'ouest, par une aile en retour double en profondeur, élevée d'un seul rez-de-chaussée assez élevé et surmonté d'un comble mansardé [7],[8]. Passé par successions aux Calonne-Coquerel, puis aux Langlois de Septenville, ce château a été détruit vers 1894 [5].

Circonscriptions d'Ancien Régime

Le village relevait de la prévôté royale de Beauvaisis à Grandvilliers, du bailliage d'Amiens, de l'élection d'Amiens, intendance de Picardie, grenier à sel de Grandvilliers, puis d'Aumale[3],

La paroisse Saint Barthélemy dépendait du doyenné de Poix, archidiaconé et diocèse d'Amiens. Elle commprenait deux secours[C'est-à-dire ?], un à Marlers et un à Meigneux[3].

Le curé était nommé par l'abbé de Saint-Germer-de-Fly, représenté par le prieur de Saint-Pierre-à-Gouy. La dîme était perçue pour un tiers ensemble par le chapitre de la cathédrale d'Amiens et à l'abbaye du Gard, un second tiers par l'abbaye Saint-Germer, et enfin un tiers par le curé de Lignières[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Poix-de-Picardie[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune reste intégrée, est modifié et agrandi.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[9],[10]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[11], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[12].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Alain Crété    
mars 2008[15] 2014 Pascal Demonchy    
2014[16] En cours
(au 11 juin 2019)
Hubert Avet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2016, la commune comptait 380 habitants[Note 1], en augmentation de 11,76 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558576585570505503500495504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
530464439465438379373362342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354346322292305328312361381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
366315295270272284346339374
2016 - - - - - - - -
380--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sous l'Ancien Régime, la paroisse était peuplée de 100 habitants en 1698; 177 feux et 526 habitants en 1724; 174 feux et 539 habitants en 1772[3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école publique est implantée dans le village. Elle compte 16 élèves pour l'année scolaire 2018-2019[20].

Depuis le , la compétence scolaire relève de la communauté de communes.

Les classes de Gauville, du hameau de Digeon et de Lignières-Châtelain sont organisées au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal[21].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste qui n'était accessible que le matin a fermé en juin 2019. La mairie a lancé une agence postale ouverte depuis cette date du lundi au samedi[22].

Cultes[modifier | modifier le code]

En 2007, l'église Saint-Barthélémy est ouverte un dimanche matin par mois (environ) pour la célébration d'une messe. Le catéchisme est enseigné une fois par semaine dans le local proche du presbytère.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Barthélemy. En partie reconstruite au XVIIIe siècle, en prenant pour base des éléments architecturaux du XVIe siècle[3]. Son côté nord correspond, à cet endroit, à la limite de la zone bâtie du village. Elle donne sur une grande pâture (propriété privée). Le clocher se dresse sur le côté sud du chœur. Une statue de saint surplombe l'entrée principale [5]. On remarque, à l'intérieur, les vitraux du chœur, aux armes des Langlois de Septenville, au-dessus de l'emplacement de l'ancien maitre-autel.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Léon Langlois de Septenville (Amiens 10 janvier 1754 - Lignières-Châtelain 28 août 1844), officier (jusqu'en 1789), receveur à Nivelles, député de la Dyle de l'an XIII à 1814, nommé par Louis XVIII receveur particulier des finances à Montdidier, maire de Montdidier (1823-1829), chevalier de Saint Louis, officier de la Légion d'honneur[23].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Lignières-Châtelain.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
de gueules aux trois croissants d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Beaurain (pour le chapitre consacré au canton de Poix), Société des antiquaires de Picardie, Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, t. III : Arrondissement d'Amiens : cantons d'Oisemont, Picquigny, Poix et Villers-Bocage, Amiens, Yvert & Tellier, , 721 p. (lire en ligne), p. 471-481, disponible sur Gallica, réimpression : Éditions Culture et Civilisation, Bruxelles, 1979

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Hauts-de-France », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, t. I, Amiens, Lemer ainé, coll. « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie » (no XXI), , 528 p. (lire en ligne), p. 512, disponible sur Gallica.
  3. a b c d e f g h et i Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, op. cit. en bibliographie.
  4. Stéphane Gendron, Les noms des lieux en France : essai de toponymie, p. 226
  5. a b c et d Site municipal.
  6. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Marquis de Belleval, Nos Pères, mœurs et coutumes du temps passé, Paris, Th. Olmer, , p. 274-297
  8. « Nos pères, moeurs et coutumes du temps passé/Marquis de Belleval », sur BNF Gallica (consulté le 5 octobre 2018)
  9. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  10. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  11. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  12. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  13. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  14. « Les maires de Lignières-Châtelain », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 20 mai 2017).
  15. « Pascal Demonchy a décidé de rendre son écharpe », Le Réveil, édition Oise normande, no 3329,‎ , p. 19 (ISSN 2268-0845)
  16. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale ».
  21. « Une des six classes menacée », Courrier picard,‎ , p. 12.
  22. Pierre-Emmanuel Reger, « L’Agence postale communale ouverte six jours sur sept à Lignières-Châtelain : L'agence postale communale de Lignières-Châtelain (Somme) a été transférée à la mairie. Elle est ouverte six jours sur sept », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2019).
  23. « Langlois, Baron de Septenville. », base Léonore, ministère français de la Culture