Villeroy (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeroy.

Villeroy
Villeroy (Somme)
Église et monument aux morts.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
David Dancourt
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80796
Démographie
Population
municipale
193 hab. (2016 en diminution de 9,81 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 25″ nord, 1° 43′ 28″ est
Altitude Min. 119 m
Max. 159 m
Superficie 6,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Villeroy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Villeroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeroy

Villeroy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Villeroyens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est à quelque 30 km au sud d'Abbeville. Blangy est à environ 7 km au sud-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ramburelles Cerisy-Buleux Oisemont Rose des vents
Rambures N Cannessières
O    Villeroy    E
S
Foucaucourt-hors-Nesle Mouflières
Cliquer sur la carte pour agrandir.

Le village est entouré par :

Transports routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 1 (Mers-lès-Bains - Oisemont - Amiens) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est nommé « Villa Regia » en 1129[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le village était possédé par les templiers qui avaient établi une muraille tout autour[2].

La seigneurie relevait de Bailleul-en-Vimeu puis passa aux seigneurs de Rambures[2].

L'église Saint-Sauveur fut reconstruite au XIXe siècle.

Une anecdote d'un ancien du village, à ce jour décédé, relatait que durant l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale, un bâtiment avait pris feu. Seule une partie rongée par les flammes risquant d'entrainer l'effondrement du toit, un soldat allemand coupa la poutre principale de la charpente pour sauver des habitants.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouvait jusqu'en 2009 dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. De 2009 à 2016, elle est intégrée à l'arrondissement d'Abbeville, avant de réintégrer le l'arrondissement d'Amiens[3]. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Oisemont[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Poix-de-Picardie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de la Région d'Oisemont (CCRO), créée au .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[5],[6]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[8].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2008 Roger Dancourt[11]   Compagnon maçon
mars 2008 2014 Pascal Gouin    
2014[12] En cours
(au 27 juin 2019)
David Dancourt   Fils de Roger Dancourt

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2016, la commune comptait 193 habitants[Note 1], en diminution de 9,81 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
318331371345374384357346345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330348344338341320327304288
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309311287221216212222230239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
247242218205210216218210198
2016 - - - - - - - -
193--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le village n'a plus d'école. En matière d'enseignement primaire, les enfants du village relèvent du regroupement pédagogique concentré organisé à l'école publique d'Oisemont, destinée à accueillir 300 élèves. La compétence scolaire est mise en œuvre par la communauté de communes Somme Sud-Ouest[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On peut visualiser du ciel les traces du chemin de fer[Lequel ?] traversant les champs. On constate en se promenant les traces de fortifications et reliefs de tours datant de l'époque gallo-romaine.

En ce qui concerne l'église Saint-Sauveur, seule la moitié de l'édifice est du XVIe siècle. Un incendie à l'époque de la Révolution française l'a détruite. Il reste néanmoins le mobilier d'époque (et notamment un lutrin du XVIIIe siècle[17] et un confessionnal du XVIIe siècle[18]) ainsi que certaines statues datant elles aussi du XVIe siècle.

La mairie et l'école communale, à ce jour ayant perdu son rôle scolaire, datent de 1884. Les deux bâtiments de style classique aux couleurs du drapeau français : bleu pour la tuile, rouge pour la brique, et blanc pour la roche calcaire. La cloche du clocher de la mairie est elle aussi tout aussi remarquable.

Les constructions anciennes sont remarquables par l'utilisation de silex pour les fondations de certaines maisons ou fermes (matériau déjà utilisé depuis des siècles lié à sa propriété d'isolant en matière d'humidité).

Le village est entouré de chemins de terre utilisés par les agriculteurs pour accéder aux champs. Néanmoins, leur utilisation plus ancienne est attestée par la présence de croix romaines ou de socles en pierre. Ces chemins forment une multitude de carrefours menant à de nombreux villages et villes proches.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de personnes connues à ce jour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Louis Limichin, Le canton d'Oisemont, histoire et archéologie, édit. Vague Verte, collection Jusant, (ISBN 978-2-913924-93-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a b et c Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie..., Société des Antiquaires de Picardie (lire en ligne), p. 176-180.
  3. « Arrêté du Préfet de région du 23 décembre 2016 portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme », Recueil des actes administratifs de la préfecture des Hauts-de-France, no 200,‎ , p. 321 (lire en ligne [PDF], consulté le 20 mai 2017).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  6. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  10. « Les maires de Villeroy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 13 juin 2017).
  11. « Roger Dancourt, l'ancien maire, est mort à 82 ans », Le Réveil, édition Bresle - Oise - Somme, no 3612,‎ , p. 38.
  12. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Émilie Da Cruz, « Une cantine et une maternelle pour 2018 à Oisemont : Les projets de la communauté de communes de la région d’Oisemont seront repris par la nouvelle Intercommunalité. Entre autres, la construction d’équipements scolaires », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juin 2017).
  17. « Lutrin », notice no PM80001371, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Confessionnal », notice no PM80001372, base Palissy, ministère français de la Culture.