Méréaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Méréaucourt
Méréaucourt
Une ferme de Méréaucourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Marc Blarel
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80528
Démographie
Gentilé Méréaucourtois, Méréaucourtoises
Population
municipale
hab. (2015 en diminution de 14,29 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 43′ 48″ nord, 1° 56′ 06″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 187 m
Superficie 3,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Méréaucourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Méréaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méréaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méréaucourt

Méréaucourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Avec seulement 6 habitants en 2015, le village est le moins peuplé du département et de la région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 7 km de son ancien chef-lieu de canton, Méréaucourt est à 37 km d'Amiens[1].

Les quatre cinquièmes du sol de la commune sont calcaires et siliceux. Les 20 % restants font partie de l'ancienne vallée des Évoissons, cette rivière ayant changé son cours.

La vallée des Évoissons venant d'Agnières est à une altitude inférieure à 130 m. Les points les plus hauts, situés au nord, à l'ouest et au sud sont à 170 m.

Située à 150 m d'altitude en moyenne, Méréaucourt est à environ 58 km de la Manche.

Le climat est tempéré et les vents dominants soufflent de l'ouest et du nord.

En 1899, l'instituteur signale que « Les Évoissons », petit cours d'eau, est tari depuis au moins 20 ans. Une nappe d'eau est localisée à environ 25 m de profondeur[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Thieulloy-la-Ville Rose des vents
Hescamps N Équennes-Éramecourt
O    Méréaucourt    E
S
Hescamps

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dès 1301, Meraucourt est cité dans un Pouillé. Un aveu[Quoi ?] de Souplicourt, en 1383, nous fournit Méréaucourt, la forme actuelle. À signaler, Méreaucourt-le-Pauvre sur une carte d'état-major en 1836[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Juillet 1916, canon allemand dans le bois.

Un prieuré, sans doute au bout du village, existait au XIIe siècle. Le prieuré appartenait à l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme. Il se composait d'une église, avec un cimetière attenant, et d'une ferme[2].

La seigneurie de Méreaucourt a appartenu successivement aux familles de Saisseval (1575-1756), de Chastenay de Lanti (1756-1775) et Jourdain de Thieulloy (1775-1789) [3].

La terre était tenue du roi, à cause du bailliage d'Amiens[2].

En 1814 et 1815, lors de la Campagne de France et des Cent-Jours, les Autrichiens se livrent à des pillages.

Durant la guerre franco-allemande de 1870, l'invasion allemande est subie localement [2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Poix-de-Picardie[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune reste intégrée, est modifié et agrandi.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[5],[6]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[8].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Marc Blarel   Réélu pour le mandat 2014-2020[10], [11]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2015, la commune comptait 6 habitants[Note 1], en diminution de 14,29 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
11089857498106978484
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
758164545244383533
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
363833283830284228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
272722189101576
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Valery (le prieuré a été fondé par les moines de l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme). Construite en 1713, elle est couverte en tuile[15].
  • ancien manoir seigneurial, en brique et pierre, du XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, Archives départementales de la Somme, Amiens, 1878.
  2. a b c et d M. Postel, Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur de Méréaucourt, Archives départementales de la Somme, Amiens, 1899.
  3. Dictionnaire Historique et archéologique de la Picardie, tome 3, Paris & Amiens, Picard & Yvert et Tellier, (lire en ligne), p. 489-493
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  6. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  10. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008
  11. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 151 (ASIN B000WR15W8).