Guizancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guizancourt
Guizancourt
Église Saint-Martin-et-Saint-Fiacre.
Blason de Guizancourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Dany Vasseur
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80402
Démographie
Gentilé Guizancourtois, Guizancourtoises
Population
municipale
122 hab. (2016 en diminution de 0,81 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 12″ nord, 1° 59′ 44″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 184 m
Superficie 5,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Guizancourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Guizancourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guizancourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guizancourt

Guizancourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Guizancourt est un village picard situé dans la vallée des Évoissons, à 31 km au sud-ouest d'Amiens par la route et environ huit kilomètres au sud de Poix-de-Picardie[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Poix-de-Picardie Blangy-sous-Poix Bergicourt Rose des vents
Équennes-Éramecourt N
O    Guizancourt    E
S
Poix-de-Picardie Sentelie

Sol[modifier | modifier le code]

Les terres agricoles sont de bonne qualité malgré une mince couche végétale et un terrain argileux parsemé de nombreux silex[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes d'Équennes-Éramecourt, Blangy-sous-Poix, Bergicourt, La Haye-Saint-Romain et Sentelie définissent les limites du territoire local.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est baignée par la rivière des Évoissons, sous-affluent de la Somme par la Selle.

En 1899, le cours des Évoissons alimente un moulin à farine et une batteuse mécanique. À cette époque, les puits sont rares : la rivière suffit à alimenter le village en eau de bonne qualité et même dotée de vertus bienfaisantes[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En Picardie, de nombreux villages possèdent le suffixe « -court », signifiant leur appartenance à un personnage composant la première partie de leur nom. Cette façon de nommer les lieux daterait du début du Moyen Âge[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, des fondations anciennes et un puits profond dans le cimetière attestent encore que le village a eu son château[2].

À cette même époque, un charron et un maréchal-ferrant sont installés localement et les marais sont voués à la pâture des animaux du village[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Poix-de-Picardie[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune reste intégrée, est modifié et agrandi.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois (CCSOA), créée en 2004.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d'Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[5],[6]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[7], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[8].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest (CC2SO), dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 6 mai 2014)
Dany Vasseur   Réélu pour le mandat 2014-2020[10],[11]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2016, la commune comptait 122 habitants[Note 1], en diminution de 0,81 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172198316209214235224253261
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233206183172165159145117103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
121128104848882819495
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
10294828997105127130117
2016 - - - - - - - -
122--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 1899, le village dispose d'une école mixte de 14 élèves[2].

Les communes d'Équennes, Guizancourt et Thieulloy-l'Abbaye ont organisé l'enseignement primaire local en regroupement pédagogique intercommunal[15].

Lahaye-Saint-Romain et Méréaucourt sont aussi concernés par le regroupement.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin-et-Saint-Fiacre.
  • Les larris de la montagne de Guizancourt, exposés plein sud, gérés par le Conservatoire des espaces naturels, peuvent faire l'objet d'une découverte pédestre d'une heure trente minutes[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Guizancourt Blason D'azur à l'écusson d'argent accompagné de trois molettes d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Viamichelin.
  2. a b c d et e M. Thibaut, instituteur, notice géographique sur la commune réalisée en 1899 Lire la notice sur le site des archives départementales de la Somme.
  3. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  6. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  8. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 21 avril 2017).
  10. Le maire sortant a été réélu au terme des élections municipales de 2008. Source : Hebdomadaire Le Réveil du 27 mars 2008
  11. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Les parents du RPI Thieulloy-l'Abbaye - Équennes - Guizancourt attendent un geste du rectorat : réunis devant l'école mardi, les parents espèrent que la fermeture envisagée d'une classe sera annulée. », Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  16. « La Montagne de Guizancourt » [PDF], Découverte des circuits naturels, Conservatoire d'espaces naturels de Picardie, (consulté le 18 mai 2017).