Belleuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belleuse
Belleuse
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité CC Somme Sud-Ouest
Maire
Mandat
Thibault Domisse
2020-2026
Code postal 80160
Code commune 80079
Démographie
Gentilé Belleusiens
Population
municipale
341 hab. (2018 en diminution de 3,94 % par rapport à 2013)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 25″ nord, 2° 07′ 05″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 194 m
Superficie 7,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ailly-sur-Noye
Législatives 4e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Belleuse
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Belleuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleuse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleuse

Belleuse est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village rural située sur un point haut du Plateau picard, Belleuse se situe en limite des vallées creusées par le ruisseau des Évoissons et la Selle. De ce fait, deux relais hertziens ont été construits sur la commune, l'un, civil, désaffecté, et l'autre, à usage militaire. Ils se voient de très loin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Belleuse est située à l'écart des principales voies de communication du secteur. Elle est desservie par la départementale qui relie Grandvilliers à Conty.

La localité est desservie en 2019 par les lignes d'autocars du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belleuse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (93,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (92,2 %), zones urbanisées (4,3 %), forêts (2,5 %), prairies (0,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Belleuse signifie belle vue [9] .Une autre étymologie proposée est que Belleuse serait une contraction de Bellereuse, du latin erodere, erosum et signifierait bel essart, beau défrichement[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une villa gallo-romaine a été découverte en 1971 à Belleuse, au lieu-dit les Mureaux[10]. On y a trouvé, par ailleurs, deux trésors monétaires renfermant des monnaies d'époque médiévale et moderne, dont l'un de 169 pièces d'or[11].

Sous l'Ancien Régime, la seigneurie dépendait de la châtellenie de Conty.

En 1845, on indiquait encore comment convertir l'ancienne unité de mesure de surface agraire, la verge de l'ancien évêché d'Amiens, et encore utilisée dans la commune, en ares, soit 1 verge pour 0,455 m²[12]

L'école de Belleuse a été inaugurée en 1882 par René Goblet, important homme politique de l'époque[13].

Un important incendie détruisit quatre fermes en novembre 1928, dont celle du maire, M. Magnier[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Conty[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton d'Ailly-sur-Noye.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Conty, créée par un arrêté préfectoral du 23 décembre 1996, et qui s’est substituée aux syndicats préexistants tels que le SIVOM et le SIVU de la coulée verte. Cette intercommunalité est renommée communauté de communes du Contynois en 2015, à la suite de la disparition du canton.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Ce projet prévoit la « fusion des communautés de communes du Sud-Ouest Amiénois, du Contynois et de la région d’Oisemont », le nouvel ensemble de 37 412 habitants regroupant 120 communes[16],[17]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[18], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion[19].

La communauté de communes Somme Sud-Ouest, dont est désormais membre la commune, est ainsi créée au [20].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1928[14]   M. Magnier   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1983 Raoul Pierret   Cultivateur
1983 juillet 2020[21] Joseph Bleyaert[22]   Président de la CC du canton de Conty (1989 → 2016)
vice -président de la communauté de communes Somme Sud-Ouest (2017 → 2020)
Président du Trinoval[Note 3] (? → 2020[23])
juillet 2020[24] En cours
(au 10 juillet 2020)
Thibault Domisse   Fonctionnaire de police

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2018, la commune comptait 341 habitants[Note 4], en diminution de 3,94 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0121 0041 0281 0011 0241 0541 025954916
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
904873835775720665667565506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
453415389371332330335358356
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
348327258246258280313347358
2018 - - - - - - - -
341--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre[28], reconstruite vers 1865, avec une tour du XVe siècle.
  • Chapelle Saint-Pierre du XVIIIe siècle, dans le cimetière, simple nef à ouvertures cintrées et appareillage de brique et pierre[29].
  • La coulée verte, itinéraire de randonnée reprenant le tracé d'une ancienne voie ferrée, passe par la commune.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le Trinoval est le syndicat mixte interdépartemental de ramassage et de traitement des ordures ménagères qui regroupe trois intercommunalités de l'Oise et de la Somme.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Collections des Archives départementales de la Somme - Notices géographiques et historiques sur les communes du département de la Somme (numérisées) », sur recherche.archives.somme.fr (consulté le ).
  10. a et b Tahar Ben Redjeb, « La villa gallo-romaine de Belleuse (Somme) », Cahiers archéologiques de Picardie, no 5,‎ , p. 284-289 (ISSN 2104-3914, DOI 10.3406/pica.1978.1276, lire en ligne).
  11. Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, séance du 8/4/1856, p. 55-56., mentionné par Tahar Ben Redjeb.
  12. A. I. Catonnet, Traités complets théoriques et pratiques de l'arpentage, de la géodésie moderne ou De la division du terrain : augmentés de la stéréométrie pratique, de la mesure dees corps solides et de la trigonométrie pratique, Amiens, Caron-Vitet, , 2e éd., 156 p. (lire en ligne), p. 50, lire en ligne sur Gallica.
  13. « M. Goblet à Belleuse », Le Radical, no 277,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ), lire en ligne sur Gallica.
  14. a et b « Faits divers », L'Homme libre, no 4502,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  17. Benoît Delespierre, « Intercommunalité : La carte qui fait peur aux élus locaux », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  18. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  19. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du sud-ouest Amiénois, de la communauté de communes du Contynois et de la communauté de communes de la région d'Oisemont », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 93-95 (lire en ligne [PDF]).
  20. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Somme Sud-Ouest issue de la fusion de la communauté de communes du Continois, de la communauté de communes de la Région de Oisement et de la communauté de communes du Sud Ouest Amiénois à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le ).
  21. « Thibaut Domisse candidat à Belleuse : L’actuel adjoint au maire sortant entend bien rendre le village encore plus attractif. Face à lui, Philippe Barlat, lui aussi consseiller municipal », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Thibaut Domisse, actuel 2ème adjoint au maire sortant, Joseph Bleyart, qui ne se représente pas, se lance dans la course aux municipales avec sa liste « Belleuse dans la continuité ». Face à lui, Philippe Barlat, lui aussi conseiller municipal, qui se présente en individue ».
  22. Réélu pour son 6e mandat (2014-2020) : « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard (édition de Grandvilliers), no 3286,‎ , p. 27.
  23. Vincent Beny, « Interview Christophe Géraux est le nouveau président de Trinoval : Christophe Géraux, maire de Méricourt-en-Vimeux, est le nouveau président de Trinoval qui gère les déchets de trois Communauté de communes. Il a succédé à Joseph Bleyaert », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Thibault Domisse, le nouveau maire de Belleuse, définit ses priorités », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Sans surprise car il était le seul candidat, Thibaut Domisse a ceint l’écharpe que lui a passée Joseph Bleyaert, l’ancien maire du village de 357 habitants qui a passé 37 ans au service de la commune (...) Thibaut Domisse, enquêteur appartenant à la police d’Amiens, est arrivé à Belleuse en 2008. Il a été élu une première fois au Conseil en 2014 ».
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise de Belleuse, d'après nature, 1877. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  29. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 156-157 (ASIN B000WR15W8).