Saint-Cyr-le-Chatoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Cyr-le-Chatoux
Saint-Cyr-le-Chatoux
Église de Saint-Cyr-le-Chatoux.
Blason de Saint-Cyr-le-Chatoux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Intercommunalité Villefranche-Beaujolais-Saône
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dumontet
2020-2026
Code postal 69870
Code commune 69192
Démographie
Gentilé Saint-Cyriens, Saint-Cyriennes[1]
Population
municipale
153 hab. (2019 en augmentation de 12,5 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 38″ nord, 4° 33′ 24″ est
Altitude Min. 371 m
Max. 841 m
Superficie 6,28 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Gleizé
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-le-Chatoux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-le-Chatoux
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Cyr-le-Chatoux
Géolocalisation sur la carte : Rhône
Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Cyr-le-Chatoux
Liens
Site web http://www.saintcyrlechatoux.fr/

Saint-Cyr-le-Chatoux est une commune française, située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes, à environ 50 km au nord-ouest de Lyon.

Cette commune agricole et forestière se situe dans l'ouest du Beaujolais, sur une crête séparant la vallée de la Saône et la vallée de l'Azergues. Traversé par la route départementale 504 (ancienne route nationale 504), le village eut pendant longtemps un rôle de halte pour les voyageurs, leur offrant un large panorama sur l'agglomération de Villefranche-sur-Saône et le sud du Beaujolais.

Avec environ 150 habitants, il s'agit de la troisième commune la moins peuplée du département, derrière Vernay et Azolette.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lamure-sur-Azergues Vaux-en-Beaujolais Rose des vents
N
O    Saint-Cyr-le-Chatoux    E
S
Chambost-Allières Rivolet

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-le-Chatoux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (63 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,1 %), prairies (37 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (18,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune doit pour partie son nom à saint Cyr, jeune martyr chrétien du IVe siècle, fils de sainte Julitte. La plus ancienne mention connue remonte à 1443[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[10].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 En cours Jean-Pierre Dumontet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2019, la commune comptait 153 habitants[Note 2], en augmentation de 12,5 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
213198221208243223243215217
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
214200190180164177185162141
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1341311351111251031199276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5550688885107121123125
2014 2019 - - - - - - -
140153-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Madone

L'église Saint-Cyr actuelle a été bâtie en 1847-1849 par l'architecte Denonfoux sur les bases de l'ancienne qui était devenue insalubre et inutilisable[15]. Elle est de style néo-roman en pierres dorées de la région, éclairée au nord et au sud par trois fenêtres en plein cintre. Le clocher carré est érigé au sud-est de l'abside[16], il accueille trois cloches en bronze (sol dièse, ré dièse et fa dièse)[17]. Un ensemble de quatre vitraux représentent Bernadette Soubirous, saint Étienne[Lequel ?], saint Antoine de Padoue et saint Maur[16].

La mairie-école est construite entre 1855 et 1861 grâce à l'aide financière du château de Montmelas ; ce nouveau bâtiment remplace alors l'ancien qui était sis à l’emplacement du cimetière actuel.

Six croix de chemin sont répertoriées dans la commune, elles datent toutes du XIXe ou du XXe siècle[18].

Aussi, quelques demeures privées présentent un certain intérêt architectural : la salle du rez-de-chaussée de la maison Geay forme un bel ensemble du XVIe siècle[19], on trouve une cheminée du XVIIe siècle dans la maison Chizelle[19] et les éléments de la maison Dumontet, dans le bourg, sont bien conservés[20]. La maison de Jessey et la ferme de Merville à Vers Bœuf sont aussi remarquables.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_saint-cyr-le-chatoux_69192.html
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Pré-inventaire, p. 5.
  10. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 360.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. Pré-inventaire, p. 16.
  16. a et b Pré-inventaire, p. 17.
  17. Pré-inventaire, p. 18.
  18. Pré-inventaire, p. 21.
  19. a et b Pré-inventaire, p. 22.
  20. Pré-inventaire, p. 23.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pré-inventaire des monuments et richesses artistiques : Saint-Cyr-le-Chatoux, Département du Rhône, , 31 p.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :