Jacques Garnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Garnier (homonymie) et Garnier.

Jacques Garnier est un danseur né le à Saint-Gilles-sur-Vie ou Croix-de-Vie (Vendée) et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Garnier commence la danse enfant à Nantes à l'école de danse de Mona Rosalba[1], puis entre à dix-huit ans au Conservatoire de Paris.

En 1963, il est engagé dans le corps de ballet de l'Opéra de Paris, où il travaille notamment avec Roland Petit, Maurice Béjart et George Balanchine. Il participe, dès 1968, au « Ballet-Studio » fondé par Michel Descombey.

Après un séjour aux États-Unis, où il se forme aux techniques d'Alvin Ailey et de Merce Cunningham, il est invité par Jean Vilar au Festival d'Avignon deux années de suite (1970 et 1971) puis, en 1972, il crée le théâtre du Silence avec Brigitte Lefèvre. Installée à La Rochelle, c'est une des premières compagnies de danse à se « décentraliser » et à mettre à son répertoire des œuvres de chorégraphes américains.

De retour à l'Opéra, Jacques Garnier y fonde le Groupe de recherche chorégraphique de l'Opéra de Paris (GRCOP), pour lequel il invitera, souvent avant les autres, des chorégraphes confirmés et de jeunes créateurs. Il animera le GRCOP jusqu'à sa mort, survenue en 1989.

Chorégraphies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacques Garnier, l'aventurier de la danse moderne », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)