Un linceul n'a pas de poches (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un linceul n'a pas de poches
Réalisation Jean-Pierre Mocky
Scénario Jean-Pierre Mocky, Alain Moury
Musique Paul de Senneville, Olivier Toussaint
Acteurs principaux
Sociétés de production Balzac Films, S.N Prodis
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 125 minutes
Sortie 1974


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un linceul n'a pas de poches est un film français réalisé par Jean-Pierre Mocky en 1974.

Résumé[modifier | modifier le code]

Un journaliste, Michel Dolannes, décide de quitter le journal où il travaille pour lancer sa propre parution, afin de mieux dénoncer les travers du système établi. Il mettra au jour de nombreux scandales avant d'être éliminé lorsqu'il s'attaquera au maire de la ville, qui entretient une liaison pédéraste avec un garçon de quatorze ans, le jeune fils d'un syndicaliste.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Genèse du film[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu en [1].

Le scénario est écrit avec Alain Moury, à partir d'un roman d'Horace McCoy[1].

Réception publique[modifier | modifier le code]

Avec 250 000 entrées, le film ne remporte pas un grand succès[2],[1].

Prix, nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le thème musical principal, « Dolannes mélodie », interprété à la trompette par Jean-Claude Borelly, fut un succès dans les hit-parades européens[3],[4].

C'est le dernier film auquel Francis Blanche participa : le comédien décéda en , quelques mois avant la sortie du film.

C'est le film le plus long de Mocky, le film durant 2h05, alors que généralement, un film de ce réalisateur a une durée de 1h30[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le Roy 2000, p. 39-40
  2. « Un Linceul n'a pas de poche », sur jpbox-office.com (consulté le 3 juillet 2012)
  3. Site Jean-Claude Borelly, consulté le 26 octobre 2011.
  4. Colette Cheize, « Jean-Claude Borelli est de retour », Le Dauphiné libéré, 11 avril 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]