Alexandre Tarta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Tarta
Naissance (89 ans)
Moscou
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession
Formation

Alexandre Tarta est un réalisateur français de télévision, né à Moscou le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Aux côtés de Pierre Tchernia, Pierre Cardinal, Claude Sautet et Jean-Pierre Gredy, Alexandre Tarta appartient à la IVe promotion de l'IDHEC. En 1951, après un court passage comme assistant au cinéma, il rejoint, sur les conseils de Pierre Tchernia, la télévision. Jusqu'en 1954, il réalise principalement des reportages et des émissions de jeux.

À partir de 1955, il se lance dans l'application des techniques nouvelles permettant d'émettre en direct depuis partout (un sous-marin, L'Aiguille du Midi, le porte-avions Le Clemenceau ou Le France). Ainsi c'est à lui que l'on confie, en 1967, la réalisation de la toute première émission en couleur de l'ORTF.

En 1956, Alexandre Tarta connaît un moment embarrassant, pendant l'émission KMX Labrador, Daniel Gélin, interprète masculin principal, a un trou de mémoire et demande la brochure devant la France entière.

En 1965, il réalise une émission depuis un ballon libre, une première mondiale.

Au milieu des années 1980, Alexandre Tarta s'intéresse à la captation et à la retransmission de pièces de théâtre. Il revient, avec les années 1980, aux émissions de jeux et de variétés.

Alexandre Tarta fait partie des pionniers de la télévision, tout comme René Lucot, Pierre Badel, Claude Loursais ou Pierre Tchernia.

Alexandre Tarta est responsable, pour la télévision européenne, des lancements d'Apollo 14 et Apollo 15, en 1971 et d'Apollo 16 en 1972.

En direct des quatre coins du monde[modifier | modifier le code]

Entre 1952 et 1954, Alexandre Tarta réalise une émission produite par Pierre Grimblat, La valse du monde. Elle va permettre aux français de découvrir l'Europe naissance par des sujets sur la Hollande, l'Italie, le Danemark, la Suisse, la Belgique, la Grèce. Dans la même période 1954, il réalise les premières liaisons télévisées à longue distance, presque impensable pour l'époque.

En 1955, il réalise un des tout premiers magazine d'actualité conçu par Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet : Hommes et femmes d'aujourd'hui, avec Nicole Vedrès et Jean-Marie Drot.

Alexandre Tarta réalise une de ses interviews les plus importantes avec Martin Luther King, dans les années 1960.

Les années 1960 ont marqué de manière importante sa carrière. Il réalise 12 films pour Cinq colonnes dans lesquels on remarque la grande marche entre Harlem et Washington. Parallèlement, il réalise des entretiens avec des personnalités. C'était l'époque de la famille de l'ORTF, Tony Daval, Alphonse Dhroy, Jacques Sallebert et Alexandre Tarta étaient à la fois collègues et complices.

Un téléaste du monde du spectacle[modifier | modifier le code]

Réalisateur de direct, Alexandre Tarta est aussi un homme de variétés.

Ses premières réalisations, dans les années 1950, sont principalement des spectacles et des jeux. Notons Cabaret sur les spectacles parisiens (1952), Pièces à conviction, Les Deux Orphelines interprété par la troupe foraine et familiale Rolla Cordiaux (1953), Mages et magiciens réalisé avec Pierre Desgraupes, une chorégraphie de Maurice Béjart ou ces 25 36 chandelles qu'il réalisera.

En décembre 1955, il réalise Les invités de la Saint-Sylvestre, une rencontre dansée et chantée dans les rues de Paris pour fêter la fin de l'année. La même année, il réalise également Prix d'excellence, une émission de jeux tournée dans les collèges et lycées. L'année suivante, il réalisera KMX Labrador, une pièce de Jacques Deval diffusée en direct, dans laquelle Daniel Gélin fait ses débuts de comédien.

Dans les années 1970, Alexandre Tarta transpose beaucoup de mises en scène théâtrales. On lui doit (entre autres) les captations de : Timon d'Athènes de Peter Brook, La Cantatrice chauve de Jean Le Poulain, Le Soulier de satin de Paul Claudel, L'Exil de Henry de Montherlant, Questions de géographie de Marcel Maréchal, Le Saperleau de Gildas Bourdet

Les réalisations théâtrales d'Alexandre Tarta tentent de recomposer le plus fidèlement possible le spectacle. Pour respecter les intentions du metteur en scène, il travaille ses adaptations avec un rythme cinématographique en choisissant des séquences, des échelles de plans et en écrivant un storyboard.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Émissions en direct[modifier | modifier le code]

Captations théâtrales[modifier | modifier le code]

Adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Arletty Acte I et Arletty Acte II avec Jean-Marc Loubier
  • 1991 : Bouillon de culture
  • 1992 : Le Lac des cygnes
  • 1994 : De Serge Gainsbourg à Gainsbarre de 1958 à 1991
  • 1995 : Le Débat
  • 1997 : Roland Petit à Marseille

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Myriam Tsikounas, "Alexandre Tarta", Télévision et réalité, Revue Télévision, n°1, CNRS éd., mars 2010, pp. 170-171

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Christian Bosseno, 200 téléastes français