Chevresis-Monceau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monceau.
Chevresis-Monceau
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Ribemont
Intercommunalité Val de l'Oise
Maire
Mandat
Sébastien Solari
2014-2020
Code postal 02270
Code commune 02184
Démographie
Population
municipale
369 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 16″ nord, 3° 34′ 21″ est
Altitude Min. 60 m – Max. 137 m
Superficie 16,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Chevresis-Monceau

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Chevresis-Monceau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevresis-Monceau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevresis-Monceau

Chevresis-Monceau est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1819, Chevresis-le-Meldeux absorbe Monceau-le-Vieil et prend le nom actuel de Chevresis-Monceau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 François Brazier[1]    
2014[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Sébastien Solari SE Ouvrier

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 369 habitants, en augmentation de 5,73 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
189 218 245 259 416 413 425 446 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
494 503 574 584 587 601 573 565 532
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
539 533 565 522 534 491 446 449 404
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
367 340 327 313 348 368 352 370 369
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Chevresis.
  • Le château de Chevresis-Monceau - visible sur la Départementale 64.
  • Chapelle Saint-Frédéric, chapelle funéraire sur le cimetière.
  • Monument aux morts.
  • Au cimetière, la tombe de guerre du soldat Louis Hamelin (1894-1917).
  • Calvaire.

Personnage célèbre[modifier | modifier le code]

Etienne Cardot naquit le , à Chevresis-Monceau (02), dans une humble famille d’ouvriers agricoles. Il était l’aîné de plusieurs enfants. Ses sœurs sont restées au village et s’y sont mariées. Écolier doué, il apprit à lire et à écrire, et entra au service de Claude Nicolas Gaudry trésorier dans la Généralité de Soissons, oncle maternel de Condorcet. Celui-ci était ami de Turgot qui le fit nommer Inspecteur des Monnaies en 1775. Il logeait à l’hôtel des Monnaies au premier étage où il accueillit sa mère et son oncle. Etienne Cardot le suivit à Paris. Antoine Cardot frère d’Etienne vint les rejoindre et entra au service de la famille.

Etienne Cardot travaillait le soir pour Condorcet qui le fit commis aux écritures à l’Académie des Sciences, ou Condorcet était Secrétaire perpétuel et correspondait avec l’Europe entière. Il devint ensuite Chef du Secrétariat de l’Académie. Il le restera jusqu’à sa mort en 1847. En 1793, Condorcet fut mis hors la loi et se cacha chez Madame Vernet. Il partit déguisé à Bourg la Reine et y mourut en 1794 sous le nom de Pierre Simon.

Les deux frères Cardot ont reconnu l’écriture de Condorcet et ont corrigé l’acte de décès à la mairie de Bourg-Égalité. Sophie de Grougy, veuve de Condorcet, était sans ressources. Elle monta une boutique de lingerie près de la place Vendôme, rue Saint-Honoré, avec l’aide des Cardot. L’enseigne du magasin était « A LA FIDÉLITÉ »

Après la Terreur Etienne Cardot redevint chef du secrétariat de l'Académie. À ce titre, il a connu toutes les célébrités du monde scientifique et littéraire : Lavoisier, Daunou, Cabanis, Arago, d'Alembert, La Fayette, Benjamin Franklin etc. En 1840 il demanda sa retraite. La famille de Condorcet lui versait une rente. Il était célibataire. Cet homme discret, travailleur acharné, fut toute sa vie au service des autres.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laffitte-Larnaudie (Anne-Marie), « Le secrétaire de Condorcet : Etienne Cardot », dans Condorcet. Homme des Lumières et de la Révolution, Fontenay-aux-Roses, ENS éditions, 1997, p. 37s.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Information sur Monceau-le-Vieil sur Cassini


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :