Origny-Sainte-Benoite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Origny (homonymie).
Origny-Sainte-Benoite
L'église Sainte-Benoîte et Saint-Vaast
L'église Sainte-Benoîte et Saint-Vaast
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Ribemont
Intercommunalité Val de l'Oise
Maire
Mandat
Francis Delville
2014-2020
Code postal 02390
Code commune 02575
Démographie
Population
municipale
1 717 hab. (2014)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 15″ nord, 3° 29′ 23″ est
Altitude 75 m (min. : 67 m) (max. : 139 m)
Superficie 23,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Origny-Sainte-Benoite

Origny-Sainte-Benoite est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Origny-Sainte-Benoite est une commune située sur l'Oise, à égale distance à peu près de Saint-Quentin (à l'ouest), Bohain-en-Vermandois (au nord) et Guise (au nord-est).

Elle est desservie par le chemin de fer touristique du Vermandois de Saint-Quentin à Originy (la ligne est aussi utilisée pour le fret).

Le canal de la Sambre à l'Oise longe la commune à proximité de son centre.

La véloroute transeuropéenne Paris-Moscou traverse Origny-Sainte-Benoite.

La commune est située après la commune de Ribemont sur la route départementale qui la relie au sud à La Fère.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte les noms d'Origny-sur-le-Thon et d'Origny-sur-Oise[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Planque    
mars 2008[2] 21 novembre 2013[3] Jean-Marie Serain   Commerçant
Décédé en fonction
21 janvier 2014[4] 2014 Gilbert Mahu    
2014[5] en cours
(au 18 octobre 2014)
Francis Delville DVG Cadre
Vice-président de la CC du Val de l'Oise

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 717 habitants, en diminution de -0,64 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 398 1 579 1 548 1 697 1 755 1 850 1 892 2 252 2 372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 425 2 747 2 646 2 578 2 632 2 687 2 472 2 549 2 419
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 403 2 234 2 036 1 948 1 955 2 017 1 961 1 824 2 135
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
2 366 2 341 2 260 2 145 1 822 1 769 1 692 1 706 1 717
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Histoire[modifier | modifier le code]

Locomotive à vapeur de collection. Mise en service en 1920, elle fut ensuite utilisée par les Ciments d'Origny.

L'abbaye d'Origny qui a été créé au IXe siècle a disparu au XVIIIe.

  • 1908 : création des « Ciments Artificiels Portland d'Origny-Sainte-Benoite ». Le développement de l'activité économique liée à la cimenterie se poursuit pendant tout le XXe siècle et est marqué par des fusions et absorptions successives, telles que celle avec les Établissements A. Letellier, dès 1961 (qui voit le transfert du siège social à Paris), ou celle (en 1970) avec la société cimentière La Desvroise. Ces regroupements industriels et financiers s'accélèrent alors (Holderbank entrant dans le capital) jusqu'en 2002, année où le groupe prend le nom de Holcim-France-Benelux.
  • 1932 : création de la distillerie coopérative d'Origny, qui après l'élargissement de son activité vers la sucrerie et plusieurs regroupements (Béghin-Say) forme le groupe connu actuellement sous le nom Tereos.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Giraud : après sa capture, le général Giraud a été hospitalisé dans l'hôpital de la ville
  • René Dosière : homme politique, député de l'Aisne, spécialiste de la gestion des finances publiques, né à Origny-Sainte-Benoite le 3 août 1941[11]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Distillerie Tereos située à l'ouest de la localité, vue à la tombée de la nuit depuis la route D 1029
  • Sucrerie et distillerie du groupe Tereos. La société exploite plusieurs sites en France et à l'étranger. Dans l'Aisne, il faut noter également ceux de Vic-sur-Aisne et de Bucy-le-Long.
  • Anciennement une cimenterie, les Ciments d'Origny, qui faisait partie du groupe suisse Holcim (autrefois nommé Holderbank), dont le siège est à Holderbank (Argovie). Le site a été racheté par Tereos qui, après démantèlement des installations, y a installé sa distillerie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. « Le maire, Jean-Marie Serain, est décédé d'une longue maladie », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  4. « Gilbert Mahu, un maire pour deux mois : Le conseil municipal a élu son chef jusqu'aux prochaines élections municipales prévues les 23 et 30 mars. Un mandat inédit de huit semaines. L'édile n'en a pas dit davantage. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 8 août 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Villes et Villages Fleuris
  10. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  11. René Dosière, « mon parcours - Blog de René Dosière », sur Blog de René Dosière (consulté le 4 mai 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]