Aubigny-aux-Kaisnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubigny.
Aubigny-aux-Kaisnes
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Ribemont
Intercommunalité CA Saint-Quentinois
Maire
Mandat
Sylvain Van Heeswyck
2014-2020
Code postal 02590
Code commune 02032
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2014)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 27″ nord, 3° 07′ 03″ est
Altitude Min. 75 m – Max. 96 m
Superficie 3,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Aubigny-aux-Kaisnes

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Aubigny-aux-Kaisnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubigny-aux-Kaisnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubigny-aux-Kaisnes

Aubigny-aux-Kaisnes est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée d'Aubigny-aux-Kaisnes

Histoire[modifier | modifier le code]

Aubigny a été créée par une ordonnance du roi du 7 juin 1843 à partir de la section d'Aubigny de la commune d'Auroir-Aubigny, cette dernière étant supprimée. La section d'Auroir a été réunie à la commune d'Herouël pour former la commune nouvelle de Foreste[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération du Saint-Quentinois dans le département de l'Aisne.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Quentin du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Aisne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Saint-Simon[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle fait désormais partie du canton de Ribemont.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du canton de Saint-Simon (C32S), créée fin 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (sous réserve de certaines dérogations bénéficiant aux territoires de très faible densité), le préfet de l'Aisne a adopté un nouveau schéma départemental de coopération intercommunale par arrêté du 30 mars 2016[3] qui prévoit notamment la fusion de la communauté de communes du canton de Saint-Simon et de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, aboutissant au regroupement de 39 communes comptant 83 287 habitants[4]

Cette fusion est intervenue le , et la commune est désormais membre de la communauté d'agglomération du Saint-Quentinois[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1876 après 1877 M. Martine[6]    
Les données manquantes sont à compléter.
1959 2001 Pierre Martine    
mars 2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Sylvain Van Heeswyck LR Agriculteur
Vice président de la C32S (2014 → 2016) Réélu pour le mandat 2014-2020[7], [8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 242 habitants, en diminution de -0,41 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
247 246 272 276 312 342 440 305 306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324 347 380 324 345 309 297 305 321
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
327 297 294 235 317 303 282 330 304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
336 291 262 279 263 271 243 239 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas
  • Plaques commémoratives de guerre sur le mur entre l'église et la mairie
  • Croix de chemin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Augustin Ringeval, coureur cycliste ayant participé au Tour de France de 1905 à 1913. Né le 13 avril 1882 à Aubigny-aux-Kaisnes, il décéda âgé de 85 ans à Amélie-les-Bains le 5 juillet 1967.
  • Marcel Lelong, Pédiatre, Professeur à la Faculté de Médecine de Paris, Premier titulaire de la chaire de Puériculture, collaborateur de Robert Debré. Né en 1892 à Aubigny-aux-Kaisnes, décédé en 1973. Médecin-auxiliaire au 164° Régiment d'Infanterie affecté à l'Herbebois devant Verdun le 21 février 1916 au déclenchement de l'attaque allemande - Croix de guerre 1914-18, médaille militaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ordonnance du Roi du 25 mai 1843 » (IXe), Bulletin des lois du Royaume de France, no 1008,‎ , p. 401 (lire en ligne), sur Gallica.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant Schéma départemental de coopération intercommunale de l'Aisne » [PDF], Approbation du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, Préfecture de l'Aisne (consulté le 6 janvier 2017).
  4. « Schéma départemental de coopération intercommunale » [PDF], Intercommunalité dans l'Aisne, Préfecture de l'Aisne, (consulté le 6 janvier 2017), p. 34 et 41-44.
  5. Préfecture de l'Aisne, « Arrêté n°2016-1077 en date du 15 décembre 2016 portant fusion de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin et de la communauté de communes du canton de Saint-Simon - Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Aisne du mois de décembre 2016 - Partie 2 » [PDF], sur http://www.aisne.gouv.fr/, (consulté le 23 décembre 2016), p. 55-59.
  6. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine éditeur, Reims, 1877, p. 214.
  7. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  8. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .