Germaine (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Germaine
Germaine (Aisne)
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Jean-Claude Desmasures
2020-2026
Code postal 02590
Code commune 02343
Démographie
Gentilé Germainois(es)
Population
municipale
81 hab. (2018 en augmentation de 10,96 % par rapport à 2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 43″ nord, 3° 06′ 57″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 94 m
Superficie 4,54 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Quentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Quentin-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Germaine
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Germaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Germaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Germaine

Germaine est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Germaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Germaine est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Quentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 120 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Germaine apparaît en 1135 sous le nom de Alodium de Germania dans une charte de l'Abbaye de Prémontré puis Germania, Germaines, Geremonia, Germainnes, Villa de Germanus, Germainez, Germaine-en-Vermandois en 1743 et enfin l'appellation actuelle sur la Carte de Cassini vers 1750 [5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Germaine appartenait à l'abbaye de Prémontré.

Un moulin à vent en bois était situé au sud-est à mi-chemin vers Douchy et il y avait un calvaire en direction d'Oroir (aujourd'hui Foreste).

Le village a donné son nom à la Germaine, rivière qui prenait autrefois sa source près d'Étreillers mais qui n'est plus de nos jours qu'un simple fossé le plus souvent à sec.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , moins d'un mois après la déclaration de guerre, Germaine vit l’arrivée des premiers soldats allemands[6] après la retraite de l'armée française.

Pendant 30 mois, le village se trouva en arrière du front, qui était stabilisé à une vingtaine de kilomètres à l'ouest, vers Péronne. Pendant cette période, les habitants connurent la dure loi des occupants. Des arrêtés de la Kommandantur obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, la population à fournir sous peine de sanctions : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats allemands. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien. Voici des extraits d'un arrêté de la Kommandantur d'Holnon valable pour 25 communes de la région :

« Holnon le .
Tous les ouvriers et les femmes et les enfants de quinze ans sont obligés de faire travaux des champs tous les jours aussi dimanche de quatre heures du matin jusque huit heures du soir… Après la récolte les fainéants seront emprisonnés six mois. Les femmes fainéantes seront exilées à Holnon pour travailler. Après la récolte, les femmes seront emprisonnées six mois… Les enfants fainéants seront punis de coups de bâton. De plus le commandant réserve de punir les ouvriers fainéants de vingt coups de bâton tous les jours… Les ouvriers de la commune Vendelles sont punis sévèrement[7]. »

En 1916, les hommes valides avec le maire furent déportés à Briastre dans le Nord.

En , le maréchal Hindenburg décida de créer une ligne de défense à l'est du front (la Ligne Hindenburg) pour que l'armée allemande puisse s'y replier. Toute la population civile fut déportée à Maubeuge. Lors du retrait des troupes allemandes, tous les villages devaient être détruits pour ne pas servir d'abris aux troupes franco-anglaises. Le , les habitants furent conduits à la gare de Vermand, installés dans des wagons à bestiaux, emmenés à Saint-Quentin et dispersés dans des lieux occupés, jusqu'en Belgique.

En , avant le retrait des troupes allemandes sur la ligne Hindenburg, le long du canal de Saint-Quentin, toutes les maisons furent pillées et incendiées, le village fut détruit. L'église, la mairie, l'école et toutes les habitations furent dynamités et les arbres sciés à 1 m de hauteur [8].

Le village fut repris le par les troupes britanniques[9]; mais en mars 1918, les Allemands réoccupèrent le village au cours de leur dernière grande offensive (la Bataille du Kaiser), ce n'est que le que la commune de Germaine fut définitivement libérée par les Britanniques [10].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Ruines de l'église en 1920.

Après l'armistice, nombre d'habitants ne revinrent pas s'installer dans la commune, mais, grâce aux indemnités pour dommages de guerre, commencèrent une nouvelle vie en d'autres lieux. Pour les autres débuta une longue période de plus de dix ans de reconstruction des habitations (maisons provisoires), des fermes, des bâtiments publics, des routes. De 161 habitants en 1901, Germaine n'en comptait plus que 82 en 1921, soit la moitié.

Le , vu les souffrances endurées par la population pendant les trois années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune se vit décerner la Croix de guerre 1914-1918[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Germaine est membre de la communauté de communes du Pays du Vermandois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Bellicourt. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[12].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Saint-Quentin, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[13]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Quentin-1 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[13], et de la deuxième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[14].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants de la commune étant inférieur à 100, le nombre de membres du conseil municipal est de 7[15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1875 Coutte[16]    
1876   Wallon[17]    
1908 1950 Joseph Deguise    
mars 2001 mars 2008 Jean-Louis Brayer    
mars 2008[18] mars 2014 Benoît Delange    
mars 2014[19] En cours
(au 12 juillet 2020)
Jean-Claude Desmasures SE Agent technique
Réélu pour le mandat 2020-2026

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[21].

En 2018, la commune comptait 81 habitants[Note 3], en augmentation de 10,96 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
157135162178190202200208189
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
184190189168195167155180174
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
16115814382110117129115111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1171051061037567666777
2018 - - - - - - - -
81--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Joseph DEGUISE, maire fait chevalier de la Légion d'honneur en 1950.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Source Léonore pour DEGUISE

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  5. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 17 septembre 2020).
  6. « Cartographie 1914-1918 - Carte des positions au 28 aout 1914 », sur www.carto1418.fr (consulté le 15 novembre 2019)
  7. « Nouvelles de France : chronique hebdomadaire de la presse française », sur Gallica, (consulté le 17 septembre 2020).
  8. « Carte spéciale des régions dévastées. 22 NO, Laon [Nord-Ouest] / [Service géographique de l'armée] », sur Gallica, (consulté le 17 septembre 2020).
  9. « La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré », sur Gallica, (consulté le 15 novembre 2019)
  10. « La Guerre mondiale : bulletin quotidien illustré », sur Gallica, (consulté le 17 septembre 2020).
  11. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  12. « communauté de communes du Pays du Vermandois - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  13. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Germaine », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  14. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  15. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  16. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1876, p182.
  17. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p214.
  18. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  19. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]