Bellenglise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bellenglise
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Bohain-en-Vermandois
Intercommunalité Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Vincent Duquenne
2014-2020
Code postal 02420
Code commune 02063
Démographie
Gentilé Les Bellenglisois
Les Bellenglisoises
Population
municipale
386 hab. (2015 en stagnation par rapport à 2010)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 55′ 21″ nord, 3° 14′ 39″ est
Altitude 88 m
Min. 77 m
Max. 129 m
Superficie 6,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Bellenglise

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Bellenglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellenglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellenglise

Bellenglise est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bellenglise
Nauroy Bellicourt
Pontru Bellenglise Magny-la-Fosse
Pontruet Lehaucourt
Entrée de Bellenglise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale. Après la bataille des frontières du 7 au 24 août 1914, devant les pertes subies, l'état-major français décide de battre en retraite depuis la Belgique. Le , de violents combats opposent les Allemands au 10e régiment d'infanterie territoriale de Saint-Quentin. Malgré une défense acharnée, les lignes françaises cèdent et un bataillon entier du 10e RIT est capturé (1 000 hommes). Les Allemands s'emparent du village et poursuivent leur route vers l'ouest[1]. Dès lors commença l'occupation qui dura jusqu'en octobre 1918. Pendant toute cette période Bellenglise restera loin des combats, le front se situant à une quarantaine de kilomètres à l'ouest vers Péronne. Le village servira de base arrière pour l'armée allemande.

Des arrêtés obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien.
En février 1917, le général Hindenburg décida de la création d'une ligne défense à l'arrière du front ; cette ligne Hindenburg de fortifications s'appuie sur le canal de Saint-Quentin. Bellenglise est donc un point stratégique.

En septembre 1918, l'offensive des Alliés sur le front de Péronne porte ses fruits, les Allemands cèdent du terrain peu à peu. Le 30 septembre, les troupes anglaises et australiennes se heurtent, à l'armée allemande. Pendant plusieurs jours, le village sera l'objet de nombreux combats[2]. La population a été déportée quelques jours plus tôt pour servir d'otages aux troupes allemandes durant leur retraite. Au cours de ces combats, les bombardements ont provoqué de nombreuses destructions[3]. Après l'Armistice, peu à peu, les habitants évacués sont revenus, mais la population de 710 habitants en 1911 ne sera plus que de 308 en 1921.
Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune s'est vu décerner la Croix de guerre 1914-1918 (France) le 17 octobre 1920[4]. Sur le monument aux morts sont inscrits les noms des 23 soldats bellenglisois morts pour la France ainsi que de 5 civils[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1922 1936 Edmond Boury    
1945 1969 André Catoire    
1969 juin 1995 Robert Pavot    
juin 1995 mars 2008 Nelly Mauffroy PS  
mars 2008[6] en cours
(au 12 mai 2014)
Vincent Duquenne DVD Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2015, la commune comptait 386 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2010 (Aisne : -0,34 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355 335 351 434 518 581 614 661 701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
759 833 815 729 729 674 708 774 806
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738 743 710 308 410 311 315 282 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
276 426 517 479 441 410 391 389 386
2013 2015 - - - - - - -
382 386 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Médard de Bellenglise reconstruite après la guerre de 1914-1918.
  • Monument aux morts devant l'église.
  • Cimetière communal, avec son carré militaire et son monument, juste à gauche à l'entrée, où sont inhumés des soldats « morts pour la France ».
  • La Baraque British Cemetery, cimetière militaire britannique de la Commonwealth War Graves Commission, au hameau de la Baraque[12].
  • Monument à la 4e division australienne, au lieu-dit les Chaudries.
  • Croix de chemin.
  • Des fermes avec tour-pigeonnier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]