Gouy (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gouy
Gouy (Aisne)
La mairie.
Blason de Gouy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Sophie Denizon-Rekut
2020-2026
Code postal 02420
Code commune 02352
Démographie
Gentilé Goïcien(ne)s
Population
municipale
560 hab. (2017 en diminution de 3,61 % par rapport à 2012)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 09″ nord, 3° 15′ 20″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 150 m
Superficie 17,6 km2
Élections
Départementales Canton de Bohain-en-Vermandois
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouy
Liens
Site web gouy02.fr

Gouy est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Gouy.

Gouy est un village rural picard du Vermandois voué à la polyculture, situé dans l'Aisne, à la limite du département du Nord. Il est desservi par l'ex-RN 44, actuelle RD 1044.

Gouy et Le Catelet se touchent à quasiment former un village double.

Gouy se situe à mi-chemin entre Saint-Quentin et Cambrai.

Il existe une commune homonyme Gouy peuplée de 800 habitants près de Rouen dans la Seine-Maritime.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gouy
Vendhuile Aubencheul-aux-Bois Villers-Outréaux
Le Catelet Gouy Beaurevoir
Bony Nauroy Estrées

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le fleuve l'Escaut prend sa source à Gouy, à la sortie du village en direction d'Estrées[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gouy apparaît en 1178 sous le nom de Goi dans un cartulaire de l'abbaye du Mont-Saint-Martin puis Goiacum, Goy-en-Arrouaise, Goi-en-Arrouaise, Gouy-en-Arrouaise sur la carte de Cassini vers 1750, et l'orthographe actuelle Gouy à la fin du XVIIIè siècle[2].
La seigneurie de Gouy fut cédée par le chapitre de Saint-Quentin à l'abbaye du Mont-Saint-Martin.

Par délibération du conseil municipal du mois d', Gouy est peuplé de Goïciens et Goïciennes, de son ancien nom Goï[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les vestiges d'un camp retranché des Longues Bornes, daté de la Tène, ont été retrouvées au lieu dit le Bois de la Barre avec une triple enceinte fortifiée en terre, ainsi que des vestiges celtiques et gallo-romains au lieu dit le Henois (poteries et médailles)[3].

Vers 980, le domaine de Gouy, enlevé à Arnould, seigneur de Cambrai par Othon de Vermandois, devient possession du Vermandois dont il ne sera plus séparé. En 1213, sous le règne de Philippe II Auguste, le Vermandois et donc Gouy sont réunis au domaine royal français[4].

Après 1363, au cours de la guerre de Cent Ans, le Cambrésis ayant été intégré aux États bourguignons se retrouve à la frontière du royaume de France. En 1477, par héritage, le Cambrésis devient possession germanique puis, en 1515, par héritage encore, passe aux mains de Charles Quint, devenant ainsi territoire espagnol. Le village se trouve donc sur la frontière entre les deux domaines, qui passait à Lempire, Vendhuile, Gouy, Beaurevoir, Bohain, Guise et dans une zone de guerres fréquentes entre les deux puissances, cinq entre 1557 et 1660[4].

Gouy sur la Carte de Cassini.

Carte de Cassini

Sur la carte de Cassini ci-contre datant du XVIIIe siècle, Gouy est appelé Gouy-en-Arrouaise. C'était une paroisse située sur l'Escaut. Un moulin à eau symbolisé par une roue dentée était implanté sur la rivière entre Gouy et Le Câtelet; Au sud-est, la ferme de Bonaire a été détruite en 1858. Un moulin à vent en bois était implanté dans le hameau de Lormisset qui appartenait à l'abbaye du Mont-Saint-Martin[5]. Au sud, le village du Mont-Saint-Martin était une paroisse qui appartenait à l'abbaye du Mont-Saint-Martin. Ses terres appartiennent de nos jours à la commune. Il existait un relais de poste établi entre les deux villages qui permettait aux cavaliers ou diligences de disposer de chevaux frais. Aucun renseignement n'a été trouvé à ce jour sur le lieu-dit: Les Trois Fœtus.

Le 24 septembre 1641, sont données à Madrid, des lettres de chevalerie pour Pierre de Cardevacque, écuyer, seigneur de Gouy, Saint-Amand (Saint-Amand-les-Eaux?), lettres enregistrées le 3 mars 1642. Pierre de Cardevacque, est le fils de Ferdinand de Cardevacque, écuyer, seigneur de Beaumont (sans doute Hénin-Beaumont) et petit-fils de Charles de Cardevacque, écuyer, seigneur de Beaumont. Son grand-oncle maternel, frère au « vieil baron de Cuincy », a été gouverneur de Tournai, le frère second d'icelui, gouverneur de Bapaume, leur frère 3e, colonel d'infanterie, a rendu de notables services au siège de Cambrai. Louis de Cardevacque, écuyer, seigneur de Haubois, son frère aîné, capitaine de cuirassiers, après plusieurs fidèles services, a été tué, à l'avantage de notre cavalerie, par les Français, à leur dernière sortie de la ville de Maubeuge en 1637. Son second frère, a été tué en Allemagne, au service de l'Empereur en 1634. Lui-même a porté les armes au service du roi, en qualité de cornette au régiment du comte de Bucquoy, et a été depuis choisi capitaine de 300 têtes. Il a épousé la fille aînée d'Arnould de Thieulaine, chevalier, seigneur du Fermont, lieutenant de la gouvernance de Lille[6].

En mai 1698, sont données à Versailles, des lettres autorisant Pierre François de Cardevacque, seigneur de Gouy, gentilhomme d'Artois, fils de Pierre de Cardevacque, lieutenant de dragons, créé chevalier, à porter sur l'écusson de ses armes qui sont « D'hermines au chef de sable » une couronne de cinq fleurons d'or avec deux licornes pour tenants, comme le marquis d'Havrincourt, l'aîné de la famille, a droit de les porter. Pierre de Cardevacque, père du demandeur, a pour neveu Joseph de Cardevacque, seigneur des Haut-Bois, capitaine de grenadiers dans le régiment de Croÿ, qui assista à la bataille de Fleurus en 1690, à la bataille de Steinkerque en 1692, à la bataille de Neerwinden en 1693, au siège de Mons en 1694 (siège de Mons en 1691?), au siège de Namur en 1695, au siège de Charleroi en 1696 (siège de Charleroi en 1693?), au siège de Barcelone, où après avoir donné des preuves éclatantes de sa valeur aux attaques du chemin couvert et des bastions de la place, il fut tué sur la brèche du second retranchement[7].

En mars 1720, des lettres de chevalerie héréditaire sont données à Paris pour Pierre François de Cardevacque, écuyer, seigneur de Gouy, Boucly, qui a toujours servi fidèlement le roi dans les assemblées des États de la province d'Artois. Il a deux frères actuellement au service, l'un en qualité de capitaine, l'autre de lieutenant au régiment de Boufflers. Il a eu un neveu tué sur la brèche, à l'assaut de Barcelone en 1697, alors qu'il commandait cinq compagnies de grenadiers, et il a un autre neveu gouverneur d'Hesdin depuis 1705[8].

En 1789, avant le déclenchement de la Révolution française, le village compte environ 600 habitants soumis à l’autorité et juridiction de l’abbaye du Mont Saint Martin, les abbés s’étant, dès le XIIIe siècle, substitués aux seigneurs laïcs[4].

En , les religieux quittent l’abbaye dont les terres sont mises en vente dès le mois de mars comme biens nationaux[4].

En 1811, le sucre ayant pratiquement disparu du marché lors du blocus de l'Angleterre, Napoléon Ier encourage la culture en France de la betterave et la fabrication de sucre. En 1812, l’Aisne est chargée d’en cultiver 1000 hectares et Alexandre Cougouilhe installe une sucrerie au Mont Saint Martin dont il est propriétaire. A la fin de l'épopée napoléonnienne, Gouy est occupé par les coalisés et doit verser des indemnités de guerre. Le Mont Saint-Martin est loué jusqu'en par le duc de Wellington, généralissime de l’armée anglaise[4].

Vers 1825, Gouy voit se développer la culture des betteraves sucrières, la confection de plumetis et l'installation d’une briqueterie, suivie, en 1830, de la construction de la tuilerie-pannerie, et, en 1832, du développement du tissage du coton. En 1835, est créée une activité de confection de rideaux en mousseline. Un four à chaux est construit en 1836, puis, en 1838, ouverture d'une sucrerie qui occupera jusqu'à 150 habitants[4].

En 1862, un moulin à farine (à eau et à vapeur) fonctionne sur l'Escaut, au pont vers Estrées, deux moulins à vent tournent dans la campagne: 1 pour la farine, 1 pour l’huile (tordoir) à Guizancourt et un moulin à vapeur est installé à Gouy-au-Mont. D'autres activités industrielles existent à cette époque, telle une fabrique de chicorée[4].

L'ancienne voie ferrée

Dans la première moitié du XXe siècle, la gare de Gouy-Le Catelet a été un important nœud ferroviaire ; la gare se situait sur deux lignes de chemin de fer : la ligne du Cambrésis qui fonctionna de 1892 à 1954 et qui reliait Saint-Quentin à Caudry et la ligne de chemin de fer de Guise au Catelet, ligne à voie métrique réalisée sous le régime des « voies ferrées d'intérêt local » reliant Le Catelet-Gouy à Bohain puis Guise qui a fonctionné de 1900 à 1950. De nos jours, cette gare, qui porte toujours l'inscription « CAMBRESIS » est transformée en habitation. Les gares les plus proches étaient Bellicourt en direction de Saint-Quentin, Aubencheul-aux-Bois en direction de Caudry et Beaurevoir en direction de Bohain. Elle servait pour le transport du courrier, des marchandises, des betteraves vers les sucreries de Bohain ou Caudry et surtout des habitants et des ouvriers qui se rendaient soit à Bohain, pour travailler dans les usines textiles, soit au Catelet pour rejoindre Saint-Quentin ou Cambrai par la ligne du Cambrésis.

Après 1945, le trafic décline, du fait de l'essor du transport des marchandises par camion et des voyageurs par autobus. Le Département de l'Aisne, propriétaire de la ligne Guise-Le Catelet, décide de son déclassement le . La ligne du Cambrésis cessera son activité en 1960.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Première guerre mondiale

Après la bataille des frontières du 7 au , devant les pertes subies, l'état-major français décide de battre en retraite depuis la Belgique. Le [9], les Allemands s'emparent du village et poursuivent leur route vers l'ouest[10]. Dès lors commença l'occupation qui dura jusqu'en . Pendant toute cette période, Gouy restera loin des combats, le front se situant à une quarantaine de kilomètres à l'ouest vers Péronne. Le village servira de base arrière pour l'armée allemande.

Des arrêtés obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien.
En , le général Hindenburg décida de la création d'une ligne défense à l'arrière du front ; cette ligne Hindenburg de fortifications s'appuie sur le canal de Saint-Quentin. Gouy est donc un point stratégique Les habitants du village sont évacués le [9].

En , l'offensive des Alliés sur le front de Péronne porte ses fruits, les Allemands cèdent du terrain peu à peu. Le , les troupes anglaises et australiennes se heurtent, à l'armée allemande. Pendant plusieurs jours, le village sera l'objet de nombreux combats[11]. Au cours de ces combats, les bombardements ont provoqué de nombreuses destructions[12]. Après l'Armistice, peu à peu, les habitants évacués sont revenus, mais la population de 1271 habitants en 1911 ne sera plus que de 793 en 1921 . Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune s'est vu décerner la Croix de guerre 1914-1918 (France) le [13]. Sur le monument aux morts sont inscrits les noms des 38 soldats de la commune Morts pour la France ainsi que de 3 civils.


Fusion de communes

La fusion de Gouy et du Catelet a été envisagée en 2017/2018 sous le régime des communes nouvelles. Celle-ci a été abandonnée après le vote des conseils municipaux intervenus dans les deux villages le , et où la fusion a recueilli 10 voix pour et 2 contre au Catelet, mais 4 voix pour et autant contre à Gouy[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Quentin du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la deuxième circonscription de l'Aisne.

Elle faisait partie depuis 1790 du canton du Catelet[15],[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Bohain-en-Vermandois.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays du Vermandois, créée fin 1993.

Politique locale[modifier | modifier le code]

Moïze Denizon, maire de Gouy depuis 2008, a indiqué en son intention de ne pas se représenter aux élections municipales de 2020[17].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1973 Edmond Bricout RPF-UNR-UDR Agriculteur - Député (1951-1955, 1956-1973)
Conseiller général du canton du Catelet (1951-1973)
mars 1973 mars 2008 Marcel Debureaux    
mars 2008[18] mai 2020 Moïse Denizon DVD Réélu pour le mandat 2014-2020[19]
mai 2020[20] En cours
(au 26 mai 2020)
Sophie Denizon-Rekut    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2017, la commune comptait 560 habitants[Note 1], en diminution de 3,61 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6806157087058899841 0801 1291 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4471 4691 4581 4121 4071 4201 3751 3971 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3701 3251 271793892800795658663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
671628694659641649621585562
2017 - - - - - - - -
560--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal réunissant Gouy et Le Catelet[24], et administré par le syndicat intercommunal scolaire du haut Escaut[25].

Sports[modifier | modifier le code]

Le « Gouy Football club » a été créé à l'été 2019, et évolue sur un terrain municipal rénové après avoir été abandonné une quarantaine d'années[26]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'abbaye du Mont-Saint-Martin, malgré les destructions de la Seconde Guerre mondiale[28],[29] a des vestiges classés partiellement en 1986 et 1992 au titre des monuments historiques[30]. Elle a abrité, outre des jardins fruitier et potager, un « jardin français » et un jardin « anglais »[28].
  • Fermes de Guizancourt, de l'Ormisset, de Plenne, du Bois de Cabaret
  • Chapelle de L'Ormisset (à la ferme du même nom)
  • Monument aux morts, inauguré en 1926[31].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Les sources de l'Escaut et son vallon, ainsi que le déversoir dans l'Escaut du Canal des Torrents, rigole de drainage creusée au XVIIIe siècle[33].

Cartes postales anciennes avant 1914[modifier | modifier le code]

Cartes postales après 1918[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Brassart-Mariage (1875-1933), architecte de l'église, de la mairie et des écoles.
  • Alexandre Ognier (1818-1884), historien local et Goïcien d'adoption. Une ruelle porte aujourd'hui son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gouy Blason
Échiqueté d'or et de gueules[34].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sources de l'Escaut », Patrimoine, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  2. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 2 juin 2020).
  3. a et b « Situation géographique », Commune, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  4. a b c d e f et g « Histoire de Gouy (Résumé) » [PDF], Commune, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  5. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k39289w/f203.image.r=Saint-Martin-des-Pr%C3%A9s
  6. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 255, lire en ligne.
  7. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 363, lire en ligne.
  8. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 396, lire en ligne.
  9. a et b « Aisne (02) : documents sur l'occupation allemande … (B.622, ... », sur Mnesys (consulté le 1er juillet 2020).
  10. http://www.carto1418.fr/19140828.php
  11. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6220491/f1.item.r=bellenglise.zoom
  12. « Carte spéciale des régions dévastées. 13 SE, Cambrai [Sud-Est] / [Service géographique de l'armée] », sur Gallica, (consulté le 2 juin 2020).
  13. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  14. Moïse Denizon, « Le mot du maire », Gouy, notre village, no 8,‎ , p. 2 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er septembre 2019).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. René Hennequin, La Formation du département de l'Aisne en 1790, Soissons, Imprimerie de G. Nougarède, (lire en ligne), p. 266.
  17. « Le maire de Gouy, las, n’ira pas plus loin : Moïze Denizon ne démissionne pas, mais il ne briguera pas un nouveau mandat, à Gouy », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2019).
  18. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  19. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  20. « Sophie Denizon-Rekut succède à son père à Gouy au bout du suspense face à Jacques Gendreau », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2020) « Elle ne souhaitait pas s’engager si tôt mais elle devient maire après un duel face à Jacques Gendreau à Gouy ».
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. « Pas de soucis d’effectifs pour la rentrée à Gouy », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2019).
  25. « Écoles », Pratique, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  26. « Une nouvelle équipe de football voit le jour à Gouy : Le « Gouy Football club » vient de voir le jour. Le village n’avait pas eu d’équipe de foot depuis 40 ans », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2019).
  27. « Église », Commune, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  28. a et b Escaut Vivant, Aide à la décision pour une valorisation durable du site des sources de l'Escaut, Phase 2 – 2. Propositions d'aménagement
  29. « Abbaye du Mont Saint Martin », Patrimoine, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  30. « Ancienne abbaye du Mont-Saint-Martin », notice no PA00115688, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Inauguration du Monument aux Morts », Patrimoine, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  32. « Cimetière du Prospect Hill de Gouy », Sorties culturelles, sur https://www.saint-quentin-tourisme.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  33. « Le Canal des Torrents », Patrimoine, sur https://www.gouy02.fr (consulté le 1er septembre 2019).
  34. « 02352 Gouy (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 24 avril 2020).