Gouy (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouy.

Gouy
Gouy (Aisne)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Bohain-en-Vermandois
Intercommunalité Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Moïse Denizon
2014-2020
Code postal 02420
Code commune 02352
Démographie
Gentilé Les Goïciens
Les Goïciennes
Population
municipale
562 hab. (2016 en diminution de 3,93 % par rapport à 2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 09″ nord, 3° 15′ 20″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 150 m
Superficie 17,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouy
Liens
Site web www.gouy02.fr

Gouy est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Gouy
Vendhuile Aubencheul-aux-Bois Villers-Outréaux
Le Catelet Gouy Beaurevoir
Bony Nauroy Estrées

Gouy se situe à mi-chemin entre Saint-Quentin et Cambrai, en suivant la D 1044. Gouy et Le Catelet se touchent à quasiment former un village double. L'Escaut prend sa source à Gouy. La source de l'Escaut se trouve à la sortie du village en direction d'Estrées.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Médard[modifier | modifier le code]

L'église vers 1870
(dessin de Joachim Malézieux (1851-1906)).
L'église aujourd'hui.

L'ancienne voie ferrée[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XXe siècle, Gouy-Le Catelet a été un important noeud ferroviaire ; la gare se situait sur deux lignes de chemin de fer : la ligne du Cambrésis qui fonctionna de 1892 à 1954 et qui reliait Saint-Quentin à Caudry et la ligne de chemin de fer de Guise au Catelet, ligne à voie métrique réalisée sous le régime des « voies ferrées d'intérêt local » reliant Le Catelet-Gouy à Bohain puis Guise qui a fonctionné de 1900 à 1950. De nos jours, cette gare, qui porte toujours l'inscription « CAMBRESIS » est transformée en habitation. Les gares les plus proches étaient Bellicourt en direction de Saint-Quentin, Aubencheul-aux-Bois en direction de Caudry et Beaurevoir en direction de Bohain. Elle servait pour le transport du courrier, des marchandises, des betteraves vers les sucreries de Bohain ou Caudry et surtout des habitants et des ouvriers qui se rendaient soit à Bohain, pour travailler dans les usines textiles, soit au Catelet pour rejoindre Saint-Quentin ou Cambrai par la ligne du Cambrésis.
Après 1945, le trafic décline, du fait de l'essor du transport des marchandises par camion et des voyageurs par autobus. Le Département de l'Aisne, propriétaire de la ligne Guise-Le Catelet, décide de son déclassement le 1er janvier 1951. La ligne du Cambrésis cessera son activité en 1960.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gouy Blason Échiqueté d'or et de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1973 Edmond Bricout UNR Député
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marcel Debureaux    
mars 2008[1] En cours
(au 12 mai 2014)
Moïse Denizon DVD Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Par délibération du conseil municipal du mois d'août 2000, Gouy est peuplé de Goïciens et Goïciennes, de son ancien nom Goï.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 562 habitants[Note 1], en diminution de 3,93 % par rapport à 2011 (Aisne : -0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6806157087058899841 0801 1291 334
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4471 4691 4581 4121 4071 4201 3751 3971 379
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3701 3251 271793892800795658663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
671628694659641649621585562
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Brassart-Mariage (1875-1933), architecte de l'église, de la mairie et des écoles.
  • Alexandre Ognier (1818-1884), historien local et Goïcien d'adoption. Une ruelle porte aujourd'hui son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]