Sylvanus Olympio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sylvanus Olympio
Portrait de Sylvanus Olympio en 1961, lors de sa visite à Munich.
Portrait de Sylvanus Olympio en 1961, lors de sa visite à Munich.
Fonctions
Président de la République togolaise

(2 ans, 9 mois et 4 jours)
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Nicolas Grunitzky
Emmanuel Bodjollé (intérim)
Premier ministre du Togo

(2 ans et 11 mois)
Président René Coty
Charles de Gaulle
Lui-même
Prédécesseur Nicolas Grunitzky
Successeur Poste supprimé
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Kpando (ancien Togo allemand - actuel Ghana)
Date de décès (à 60 ans)
Lieu de décès Lomé (Togo)
Nature du décès Assassinat
Nationalité française
togolaise
Parti politique Comité de l'unité togolaise

Sylvanus Olympio
Premiers ministres du Togo
Présidents de la République togolaise

Sylvanus Olympio (1902-1963) était un homme politique togolais. Il fut le premier président de la République togolaise du au . Il est mort assassiné lors du coup d'État de 1963, fomenté par Gnassingbé Eyadema.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance, famille, mort[modifier | modifier le code]

Sylvanus Olympio est né le à Kpando dans le Togo allemand : cette partie du territoire résultant de la division de la colonie allemande entre la France et le Royaume-Uni après la défaite de l'Allemagne lors de la Première Guerre mondiale reviendra à l'administration britannique et sera rattachée au Ghana lors de l'indépendance. Son père, Epiphanio Elpidio Olympio (1873-1968), était un riche commerçant et planteur de cocoteraies, né d’une femme yoruba, princesse nigériane d’Abéokuta, et de Francisco da Silva Olympio, brésilien ; il récupérait des esclaves établies à Agoué dans le but de les élever. La mère de Sylvanus, Fidélia Afe (1862-1967), était de l’ethnie mamprusi de la région de Dapaong, au nord du Togo.

Sylvanus Olympio épousa Dina Grunitzky, fille d’un officier allemand d’origine polonaise et d’une mère Anlo (un sous-groupe des Ewes) de Kéta et demi-sœur de Nicolas Grunitzky[1]. Ils eurent 5 enfants : Kwassi Bonito Herbert (décédé le ), Ablavi Rosita, Kwami Gilchrist Sylvanus (Gilchrist Olympio), Ayaba Sylvana et Kodzo Elpidio Fernando.

Sylvanus Olympio est mort assassiné le lors d'un coup d'État, le premier de l'époque post-coloniale, assassinat revendiqué par Gnassingbé Eyadema[2].

Éducation[modifier | modifier le code]

Sylvanus Olympio a fait ses études primaires à la Mission catholique allemande et à l’école coloniale française à Lomé, puis ses études secondaires dans le système anglais, à Kpando, au Togo britannique. En 1920, Sylvanus Olympio quitte l'Afrique pour poursuivre ses études à Londres, où il obtient la London Matriculation (l’équivalent du baccalauréat français) puis un diplôme en économie politique, en 1926, à la London School of Economics. Il suit ensuite des études supérieures en droit international à Dijon, en France, puis à Vienne, en Autriche[3].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1927, Sylvanus Olympio a terminé ses études. La Lever Brothers Company, à Londres, l'engage. En 1928, il rentre en Afrique, où il est affecté d’abord comme adjoint à l’agent général de la compagnie Unilever, à Lagos, au Nigeria, avant d'être muté comme chef de la société à Hô, au Ghana.

En 1932, Sylvanus Olympio est muté au Togo, où il est nommé agent général de la United Africa Company (UAC), filiale du groupe Unilever en zone française[4].

Politique[modifier | modifier le code]

Sylvanus Olympio a mené une politique pour sortir du franc CFA.

Mort[modifier | modifier le code]

En janvier 1963, Gnassingbé Eyadéma, père de l'actuel président, participe activement à l’assassinat de Sylvanus Olympio devant l'ambassade des États-Unis[5]. Gnassingbé revendiquera dans la presse cet assassinat.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Article sur la famille Grunitzky » (consulté le 26 octobre 2013)
  2. Christophe Boisbouvier, « Togo : qui a tué l'ancien président Sylvanus Olympio ? », sur http://www.jeuneafrique.com, (consulté le 5 janvier 2014)
  3. Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo, Sylvanus Olympio : Père de la nation togolaise, Éditions L'Harmattan, , 292 p. (ISBN 9782296065079), p. 31
  4. Têtêvi Godwin Tété-Adjalogo, Sylvanus Olympio : Père de la nation togolaise, Éditions L'Harmattan, , 292 p. (ISBN 9782296065079), p. 35
  5. Christophe Boisbouvier, « Togo : qui a tué l’ancien président Sylvanus Olympio ? », sur http://www.jeuneafrique.com/, .

Liens externes[modifier | modifier le code]