Sarawak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarawak
Blason de Sarawak
Héraldique
Drapeau de Sarawak
Drapeau
     Sarawak       Malaisie
     Sarawak     Malaisie
Administration
Pays Drapeau de la Malaisie Malaisie
Statut État de Malaisie
Capitale Kuching
Gouverneur Abdul Taib Mahmud
Premier ministre Abang Johari Openg
Démographie
Population 2 636 000 hab. (2015)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 02′ 17″ nord, 113° 46′ 52″ est
Superficie 12 445 000 ha = 124 450 km2
Divers
Hymne Ibu Pertiwi Ku

Le Sarawak est l'un des deux États de Malaisie orientale situés sur l'île de Bornéo. Sur une superficie égale à un tiers de la Malaisie, il compte 2,6 millions d'habitants dont 50 % font partie de tribus indigènes (dayaks, ...). Son territoire en grande partie couvert par la jungle et les mangroves est riche en matières premières (gaz, pétrole), en ressources hydrauliques et en ressources agricoles (bois tropical, huile de palme) qui sont largement exploités.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Sarawak est situé au nord de l'île de Bornéo. Avec une superficie de 124 450 km² (un quart de celle de la France, c'est le plus grand des États de la Malaisie (37,5¨% de la superficie totale du pays). Son territoire est situé immédiatement au nord de l'équateur, entre les latitudes 0,5° et 5°° Nord et sa longitude est comprise entre 109,36° et 115,4° Est. Le Sarawak est délimité au nord par la Mer de Chine méridionale. La côte longue de 750 km est interrompue sur 150 kilomètres en tout et à deux reprises par le territoire du sultanat de Brunei. Sa frontière est le sépare du Sabah le deuxième état de la Malaisie orientale. Sa limite méridionale, éloignée au maximum de la côte de 250 km, le sépare du Kalimantan, partie de l'île de Bornéo faisant partie du territoire de l'Indonésie[1].

Le Sarawak, comme l'état voisin du Sabah, présente un relief étagé entre l'intérieur des terres et la côte. Plusieurs chaînes tertiaires sédimentaires (monts Kapuas et Monts Iban) d'altitude moyenne (entre 1 500 m à 2 500 m) et orientées sud-ouest / nord-est, surplombent une zone de piémont (collines, bas plateaux), d'altitude inférieure à 300 m d'altitude. Ces hautes terres centrales dominent des terres basses constituées de marécages ainsi que de plaines alluviales ou associées à des deltas fluviaux de petite taille[1]Les points culminants sont constitués par des intrusions granitiques, formant des pics isolés. Le sommet le plus élevé est le Mont Murud (2 438 m). Les principaux fleuves sont le Baram, le Lupar et le Rajang

Situé à proximité de l'équateur, le Sarawak est couvert à 80 % par la forêt équatoriale[2],[3],[4],[5]. Sarawak abrite dans sa partie orientale, à environ 100 km de la ville de Miri le Parc national du Gunung Mulu. Celui-ci fait partie depuis 2000 de la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO pour sa faune et flore tropicale exceptionnelle, ainsi que ses cavernes et ses paysages de karsts érodés en cônes. Il est nommé d'après le Mont Mulu, le deuxième pic le plus élevé de Sarawak[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Sarawak est équatorial. La température est relativement uniforme tout au long de l'année et est comprise entre 23°C le matin et 32°C dans la journée. Dans les régions montagneuses comme à Bario, la température est comprise entre 16 et 25° en journée et peut tomber à 11°C certaines nuits. La région connait deux moussons. la mousson du nord-est se produit entre novembre et février et produit des précipitations de forte intensité. La mousson du sud-ouest, plus modérée, a lieu de juin à octobre. Les précipitations annuelles sont particulièrement élevées variant de 3300 à 4600 millimètres en fonction du lieu. L'humidité est particulièrement élevée atteignant 80 à 90 % dans les basses terres[1]. La partie occidentale du pays, vers la capitale Kuching, est la plus plus pluvieuse avec 3 mètres de pluie et des précipitations mensuelles atteignant près de 700 mm en décembre. Les régions à l'est du Sarawak jusqu'à Miri, moins exposées au nord-est, connaissant des précipitations beaucoup moins abondantes[6].

Observations météorologiques à la station de Kuching (période d'observation : 1971-2000=
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 26,3 26,6 27,3 27,9 28,2 28 27,7 27,7 27,5 27,5 27,5 27,2 27,4
Précipitations (mm) 662,2 437,5 341,4 271,3 230,5 207 190,9 224,5 255,2 330,6 348,8 468,4 3 968,2
dont pluie (mm) 22 17 16 17 15 14 13 14 16 19 22 22 207
Source : « données climatiques », sur Météo climat bzh dyndns.org (consulté le 10 décembre 2017)


Observations météorologiques à la station de Bintulu
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Précipitations (mm) 380 260 265 260 235 255 240 275 290 325 375 420 3 580
dont pluie (mm) 27 20 21 20 18 16 19 20 23 26 28 29 267
Source : [6]


Population[modifier | modifier le code]

Groupes ethniques du Sarawak (2014)[7]

Le Sarawak, comme le Sabah voisin, se distingue par la forte proportion de tribus indigènes et la faiblesse de la population malaise qui ne représente qu'un quart de la population. Les tribus indigènes qui constituent plus de la moitié de celle-ci sont sont les Ibans (Dayaks de la mer) , les Bidayuhs (Dayaks de la terre), les Orang Ulu et les Melanaus. Les chinois représentent une population presque aussi importante que celle des malais (24,2 % contre 24,4 %). La croissance de la population est de 1,8 %. En 2014 la population vivant en zone urbaine représente 58 % de la population totale mais la majorité des peuples indigènes continue à habiter en zone rurale. En 2015, la population était de 2 636 000 habitants ce qui en faisait le quatrième État le plus peuplé de Malaisie mais avec une densité faible de l'ordre de 20 habitants au km². Les villes les plus sont importantes sont la capitale Kuching (458 300 habitants en 2000), située à l'extrême ouest de l'état, Sibu (200 000 hab.), Miri (202 000 hab.) et Bintulu (103 000 hab.)

Histoire[modifier | modifier le code]

Femme dayak de Bornéo (avant 1911)

Les plus anciens vestiges humains du territoire du Sarawak ont été découverts dans les grottes de Niah à 110 km au sud-ouest de Miri. Il s'agissait du crâne d'un homme moderne vieux de 40 000 ans. Des céramiques chinoises datant des dynasties Tang (8ème siècle) et Ming ont été découvertes à Bongkisam près de Kuching attestent que le site était déjà à l'époque un mouillage fréquenté par les navires. Les vestiges d'un sanctuaire mégalithique datant peut-être du Xe siècle a été découvert. Les archéologues y ont trouvé la description de rites tantriques qui donne une idée du rayonnement culturel de Java, sans doute lié au développement d'un commerce dont l'île était alors le centre[8]. Parmi les objets découverts se trouvaient des anneaux d'or.

Sous l'influence du sultanat de Brunei[modifier | modifier le code]

James Brooke premier des Rajahs blancs ayant dirigé le Sarawak.

Brunei, dont le territoire moderne est enclavé dans celui du Sarawak, est initialement un petit royaume vassal de celui de Majapahit situé dans l'île de Java. Au milieu du 14ème siècle Brunei prend son indépendance et étend son influence aux régions côtières du nord de Bornéo notamment au territoire du Sarawak. Au cours du 15ème siècle le souverain de Brunei se convertit à l'Islam et prend le titre de sultan de Brunei. A la fin du 17ème siècle plusieurs facteurs entrainent le déclin du sultanat : celui-ci connaît une longue guerre de succession et son commerce est ébranlé par la piraterie et l'influence croissante des puissances coloniales européennes.

La dynastie des rajah blancs (1841-1941)[modifier | modifier le code]

Expansion du territoire dirigé par les Brooke.

Au début du 16ème siècle, les navigateurs portugais cartographient les côte du Sarawak qu'ils baptisent Cerava, mais aucune colonie n'a été établi dans cette région de Bornéo. Au début du 19ème siècle le sultanat de Brunei, qui végète, gère de manière lâche le Sarawak. Le gouverneur qu'il a nommé sur ce territoire, Indera Mahkota, décide de mettre en exploitation un gisement d'antimoine situé près de Kiching et augment les taxes locales pour développer l'extraction suscitant le mécontentement de la population locale[9]. En 1936 les malais et les dayaks de terre (Bidayuhs) du Sarawak se révoltent et proclament leur indépendance. Le sultan Omar Ali Saif-Udin envoie en 1839 son oncle pour mater la révolte mais celui-ci échoue. C'est durant cet épisode de l'histoire du pays que survient James Brooke (1803-1868). Cet aventurier et ancien soldat Anglais de l'Armée des Indes a acheté, avec son modeste héritage, un navire qu'il a armé et avec lequel il se rend à Bornéo en quête d'aventure. Il se met au service du sultanat de Brunei et parvient à mater la rébellion. Le sultan de Brunei le récompense en le nommant Râja (gouverneur) de Sarawak. Le territoire concédé ne s'étend que sur une faible partie du Sarawak moderne. Il comprend la région de Kuching entre Tanjong Datu et la rivière Sadong. Brooke devient le premier des Raja Putih (Rajahs blancs à la tête du Royaume de Sarawak entre 1841 et 1941. James Brooke étend progressivement le territoire vers l'est jusqu'à Tanjong Kidurong. A sa mort qui intervient au Royaume-Uni en 1868 il est remplacé par son neveu Charles Brooke qui dirige le pays jusqu'à son décès en 1917. Celui-ci étend à son tour le territoire en prenant possession de Baram en 1881, Limbang en 1890 et Lawas en 1905 fixant ainsi les limites du Sarawak actuel. Charles Brooke crée un appareil administratif moderne tout en conservant le droit coutumier des habitants de la région. Les technologies occidentales sont introduites pour développer l'économie. Il édifie un réseau de forteresses, dont Fort Margherita, pour protéger son royaume des révoltes des indigènes qui sont menées par Sharip Sahap, Sharip Masahor, Rentap et Bantin ainsi que par celle des mineurs d'or Hakka de Bau conduite par Liu Shan Ban[10],[11],[12].

A la mort de James Brooke qui intervient au Royaume-Uni en 1868 il est remplacé par son neveu Charles Brooke qui dirige le pays jusqu'à son décès en 1917. Charles étend à son tour le territoire en prenant possession de la vallée du Baram en 1881, de Limbang en 1890 et Lawas en 1905 fixant ainsi les limites du Sarawak actuel. Les Brooke créent un appareil administratif moderne tout en conservant le droit coutumier des habitants de la région. Les technologies occidentales sont introduites pour développer l'économie. La forêt est défrichée dans les plaines côtières pour créer des plantations d'hévéas produisant le caoutchouc et de palmier à huile. Les premiers gisements de pétrole sont extraits dans la région de Miri au début du 20ème siècles. Les Brooke édifient un réseau de forteresses, dont Fort Margherita, pour protéger le royaume des invasions des pirates, des révoltes des indigènes comme celles menées par Sharip Sahap, Sharip Masahor, Rentap et Bantin ainsi que celle des mineurs d'or Hakka de Bau conduite par Liu Shan Ban. Charles met fin aux conflits tribaux et à la coutume des chasseurs de tête. Pour faire fonctionner les plantations, les Brooke font appel à l'émigration chinoise. Charles Vyner Brooke, succède à son père Charles en 1917. En 1941 il met en place une nouvelle constitution qui garantit un pouvoir plus important aux populations autochtones[11].

Occupation japonaise (1941-1946)[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde guerre mondiale, les japonais qui ont déclaré la guerre au puissances coloniales européennes, progressent rapidement en Asie du Sud-Est. Les principales forces anglaises stationnées à Sarawak se replient à Singapour pour faire face à la progression japonaise dans la péninsule malaisienne. Les troupes d'invasion japonaises, parties du Vietnam, débarquent le 16 décembre 1941 sur la plage de Brighton dans le district de Miri et entrent dans la capitale Kuching le 24 décembre. Les forces anglaises restantes se replient à l'intérieur du pays avant de se rendre le 1 avril 1942. Les officiers européens sont enfermés dans le camp Lintang et un grand nombre décèdent avant la libération. Les infrastructures sont profondément endommagés par le conflit. Les populations civiles souffrent de faim car leur production de riz est en partie confisquée pour nourrir l'armée japonaise[13].

Les troupes australiennes entament la reconquête du pays en débarquant dans la région de Lutong et Miri le 20 juin 1945. Mais les troupes japonaises ne se rendent complètement qu'à la fin de la guerre en septembre 1945. Les forces militaires australiennes administrent le territoire sous mandat anglais jusqu'en avril 1946[14].

Colonie britannique (1946-1963)[modifier | modifier le code]

Vyner Brooke annonce son souhait de céder le Sarawak au Royaume-Uni début 1946. Cette décision est débattue au sein du conseil supérieur du Sarawak durant 3 jours et elle est entérinée le 17 mai 1946 par une courte majorité de 19 voix pour face à 16 voix contre. Le 1er juin 1946 Sarawak devient colonie de la couronne britannique et Sir Charles Arden Clarke devient son premier gouverneur. Toutefois cette décision ne fait pas l'unanimité dans la population. Les membres du conseil autochtones ont majoritairement voté contre le rattachement au Royaume-Uni. Des manifestations ont lieu et 388 fonctionnaires donnent leur démission pour marquer leur hostilité aux nouvelles autorités. Le second gouverneur britannique, Sir Duncan Stewart, est assassiné en 1949 par Rosli Dhoby à Sibu. Mais les autorités anglaises parviennent à calmer les protestataires et les manifestations cessent pratiquement en 1950. Le pouvoir exécutif est exercé jusqu'en 1956 par le conseil supérieur. Une nouvelle constitution est promulguée cette année et pour la première fois une assemblée est élue au suffrage direct [15].

Rattachement à la Malaisie (1963)[modifier | modifier le code]

La fédération de Malaisie, colonie britannique fédérant 11 États de la péninsule Malais, devient indépendante le 31 aout 1957. Dans le cadre d'un mouvement de décolonisation général proné par l'ONU, le gouvernement de la fédération de Malaisie, dirigé par le premier ministre Tunku Abdul Rahman, chef de l'UMNO, parti nationaliste malais à la tête d'une alliance de partis ethniques, propose d'élargir la fédération aux quatre états restés colonies britanniques : Singapour, Sarawak, le Nord-Bornéo (appelé ensuite Sabah) et Brunei. Des négociations, supervisées par les britanniques sont menées durant deux ans entre les dirigeants de ces états et ceux de la fédération. Au Sarawak la commission Cobbold établit une liste de 18 points garantissant les intérêts de l'état avant d'organiser un référendum dont les résultats sont favorables au rattachement. Sarawak ainsi que Sabah et Singapour rejoignent le 16 septembre 1963 la fédération qui est rebaptisée Malaisie[16],[17],[18].

Histoire moderne du Sarawak[modifier | modifier le code]

Le rattachement du Sarawxak et du Sabah à la Malaisie sont accueillis avec hostilité par les dirigeants des Philippines, qui ont des vues sur le Sabah, et le président indonésien Sukarno, qui estime que l'ensemble de l'île de Bornéo est partie intégrante du territoire de l'Indonésie. L'armée indonésienne harcèle jusqu'e, 1966 la Malaisie, obligeant l'armée britannique à maintenir des troupes au Sarawak. En 1990, les partis d'opposition remportent pour la première fois les élections au Sarawak et au Sabah. Les deux États estiment ne pas avoir profité de la croissance et de l'industrialisation des années soixante-dix et quatre-vingt, alors que pétrole, gaz naturel et bois ont permis cette industrialisation. Les tensions demeurent par la suite mais sans aller jusqu'à des menaces de sécession.

Économie[modifier | modifier le code]

Turbines du barrage de Bakin

Sarawak possède d'abondantes ressources naturelles. Le pétrole, le gaz naturel la pêche, le bois, le caoutchouc, le cuivre, le tabac et l'huile de palme sont les principales. Le gouvernement malaisien développe l'exploitation de l'énergie des très nombreux cours d'eau en menant de nombreux projets hydro-électriques dont le très controversé barrage de Bakun (2 400 MW) inauguré en 2011 et le barrage de Murum (944 MW) mis en exploitation en 2014. L'énergie produite qui excède la consommation électrique locale est en 2017 exportée vers le Kalimantan voisin (ligne de 230 MW) et des travaux sont en cours pour connecter Sabah et le Sultanat de Brunei. Un projet beaucoup plus ambitieux prévoit la création l'exportation vers la Malaisie péninsulaire via une ligne sous-marine longue de plusieurs centaines de km pouvant faire passer 1600 MW[19]. Le Sarawak est également un grand exportateur de bois tropical (en 2010, la Malaisie est le premier exportateur de bois non conifère[20]). Le tourisme joue un rôle majeur dans l'économie locale et ce sont près de 4 millions de visiteurs que Sarawak a reçu en 2012.

Le secteur économique du Sarawak est important pour la Malaisie car il représente 10,1 % du Produit intérieur brut du pays (10,1 %) et se place au troisième rang derrière l’État de Selangor (22,2 %) et Kuala Lumpur (13,9 %). L'économie de cette région est dominée par les produits du secteur primaire (21,5 % agriculture et mines contre 8,1 % en moyenne en Malaisie). L'industrie représente 26,6 % du PIB (Malaisie 24,5 %), le secteur de la construction 3,1 % et le tertiaire 32,7 %. Les débouchés des produits locaux sont essentiellement à l'exportation ce qui lie la croissance à la conjoncture économique mondiale et au cours des matières premières. En 2013 le montant des exportations du Sarawak étaient supérieures à son Produit intérieur brut. Cette année là le montant des exportations de gaz naturel liquéfié représentaient 50 % des exportations, celles du pétrole brut 20,8 % tandis que les produits agricoles (huile de palme et bois tropicaux) représentaient combinés 9 % du total[21].

Transports[modifier | modifier le code]

Sarawak est desservi par deux aéroports internationaux situés à Kuching et Miri. Elle dispose également de 5 aéroports régionaux et d'une certain nombre de petits terrains d'atterrissage permettant d'atteindre des populations situées dans des régions retirées. L’État dispose d'une réseau de 30 000 km de routes dont un axe majeur, l'autoroute Trans-Bornéo longue de 2 083 km dessert les principales villes de Sarawak. Le transport par la voie fluviale joue un rôle vital dans les transport : 55 rivières navigables représentent en tout un réseau de voies navigables de 3300 km. Un service public de transport fluvial (Express boat) dessert les zones rurales inaccessibles par route. L’État dispose de ports internationaux ou régionaux à Kuching, Sibu, Bintulu et Miri[22].

Gouvernement local[modifier | modifier le code]

Le Sarawak est gouverné selon les règles définies par la Constitution de la Malaisie entrée en vigueur en 1957. Selon celle-ci la Malaisie est une monarchie parlementaire fédérale. Le roi de Malaisie, dont le rôle est principalement symbolique, est un des neuf sultans des États de la péninsule de la Malaisie. Il est élu pour 5 ans (présidence tournante) par ses pairs, les quatre gouverneurs des États non dirigés par des sultans et le premier ministre. Deux assemblées sont élues au niveau fédéral : la Chambre basse, la "Dewan Rakyat", constituée de 222 députés élus pour cinq ans au scrutin majoritaire uninominal à un tour et la Chambre haute ("Dewan Negara") composée de 70 membres avec un mandat de 5 ans dont 26 sénateurs, à raison de 2 sénateurs pour chaque État et 44 représentants des minorités ethniques nommés par le souverain, dont 40 avec l'approbation du Premier ministre. Le roi désigne le premier ministre choisi au sein du parti majoritaire. Depuis 1957 celui-ci est le Barisan Nasional une coalition nationaliste et libérale dominée par l'UMNO, parti nationaliste malais.

L’État de Sarawak, comme les autres États de Malaisie, dispose d'une chambre législative. Celle-ci est composée de 71 membres élus au suffrage universel pour une période de 5 ans. Un gouverneur de l'État, nommé par le roi de Malaisie, joue un rôle essentiellement symbolique mais est chargé de désigner le premier ministre du Sarawak. Celui-ci constitue un gouvernement exécutif. En Malaisie les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire sont divisés entre les instances fédérales et régionales. Les prérogatives des instances de l'État de Sarawak portent notamment sur la gestion du foncier, l'administration locale, les travaux publics tandis que la gestion de l'eau et des logements relèvent, selon le cas, des instances fédérale ou régionale. Le Sarawak avec le Sabah sont les seuls états à disposer d'une Haute cour de justice (sans toutefois de pouvoir sur les décisions appliquées dans le cadre de la charia islamique).

Menaces écologiques[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1960 la politique de développement du Sarawak a entrainé une extension considérable des coupes de bois tropicaux et des surfaces occupées par les plantations (huile de palme principalement) au détriment de la forêt tropicale. Plusieurs barrages de grande taille ont été construits en noyant de grandes surfaces de sol et en perturbant les équilibres écologiques des régions intérieures. Au cours des années 2010 certaines mesures ont été prises par le gouvernement malaisien pour réduire les atteintes écologiques. Le projet du barrage de Baram a été suspendu à la suite des protestations des populations locales.

Découpages administratifs[modifier | modifier le code]

Sarawak comporte 12 divisions administratives elles-mêmes subdivisées en districts (bahagian). Ces derniers portent généralement le nom de la principale agglomération ou de la capitale administrative. Les divisions sont un héritage du passé colonial. A cette époque l'administration britannique nommait un gouverneur à la tête de chaque division. A la suite de la création de la Malaisie ce poste a été aboli et remplacé par des officiers de district nommés par le pouvoir exécutif de l’État de Sabah. Certains districts au Sarawak sont divisés à leur tour en sous-districts (daerah kecil en français petit district). Comme dans le reste de la Malaisie, les dirigeants des collectivités locales ne sont pas élus par les habitants mais nommés par le responsable du district. Celui-ci désigne à la tête de chaque village (kampung) un responsable de village baptisé ketua kampung[23] .

Population des divisions et districts de Sarawak[24]
Division District Population
2000 2010
Kuching Kuching 580 634 705 546
Bau 43 190 54 246
Lundu 28 070 33 413
Samarahan Samarahan 48 068 87 923
Serian 82 042 91 599
Simunjan 38 098 39 226
Asajaya 29 012 31 874
Sri Aman Sri Aman 64 475 66 790
Lubok Antu 23 966 27 984
Betong Betong 51 426 62 131
Saratok 43 035 46 094
Sarikei Sarikei 59 043 58 021
Maradong 29 917 29 441
Julau 32 668 15 816
Pakan - 15 480
Sibu Sibu 218 106 247 995
Kanowit 27 982 28 954
Selangau - 22 819
Mukah Mukah 46 182 42 922
Dalat 24 152 19 062
Matu 11 498 17 369
Daro 15 268 30 671
Bintulu Bintulu 143 429 189 146
Tatau 23 943 30 383
Kapit Kapit 58 430 56 053
Song 19 806 20 595
Belaga 23 611 36 114
Miri Miri 228 231 300 543
Marudi 73 922 64 018
Limbang Limbang 40 959 48 186
Lawas 33 603 38 385

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « About Sarawak > The Geography of Sarawak », Portail officiel du gouvernement de l'état de Sarawak (consulté le 2 décembre 2017)
  2. (en) United Nations Treaty Registered No. 8029
  3. (en) United Nations Treaty Series No. 8809
  4. (en) United Nations list of Non-Self-Governing Territories, North Borneo and Sarawak
  5. (en) Etats membres de l'Unies Nations
  6. a et b (en) « Climat Malaisie » (consulté le 10 décembre 2017), p. Climats et voyages
  7. « State statistics: Malays edge past Chinese in Sarawak » [archive du ], The Borneo Post,
  8. Wolters, Oliver W., Indonesia - The archipelago and its early historical records in Encyclopaedia Britannica.
  9. Trudy Ring, Noelle Watson et Paul Schellinger, Asia and Oceania: International Dictionary of Historic Places, SEAP Publications, (ISBN 978-0-87727-712-5, lire en ligne), p. 497
  10. (en) « About Sarawak > History > Sarawak Before 1841 », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 3 décembre 2017)
  11. a et b (en) « About Sarawak > History > The Brooke Era », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 3 décembre 2017)
  12. L'épopée des Brooke est racontée par Gabrielle Wittkop (1920-2002) dans son roman Les Rajahs blancs (Presses de la Renaissance, 1986, réédition en 2009 aux éditions Verticales)
  13. (en) « About Sarawak > History > The Japanese Occupation (1941 - 1945) », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 3 décembre 2017)
  14. (en) « About Sarawak > History > British Military Administration (August 1945 - April 1946) », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 3 décembre 2017)
  15. (en) « About Sarawak > History > Sarawak as a British Crown Colony (1946- 1963) », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 3 décembre 2017)
  16. (en) « No. 10760 : Accord relatif à la Malaisie » [PDF], Collection des Traités des Nations Unies, Unies Nations, (consulté le 29 juillet 2010).
  17. (en) « About Sarawak > History > Self-Governing Sarawak 1963 », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 4 décembre 2017)
  18. (en) « Formation of Malaysia 1963 », Portail officiel du gouvernement de l’État de Sarawak (consulté le 4 décembre 2017)
  19. Sylvie Cornot-Gandolphe, « L’énergie en Asie du sud-est : De l’intégration des réseaux à l’intégration des marchés », Institut français des relations internationales,,
  20. https://books.google.fr/books?id=Qc2eIGjxvB4C&pg=SA5-PA1&lpg=SA5-PA1&dq=wood+largest+exporter+malaysia&source=bl&ots=OHhskoq3lG&sig=A3T-7r6bQ6YrGtaWanuAJh2Skmo&hl=en&sa=X&ei=z4xTU633O-ew0QXO6YDADw&ved=0CH8Q6AEwCQ#v=onepage&q=wood%20largest%20exporter%20malaysia&f=false
  21. (en) Nor Zahidi Alias, « Economic Research : The State of Sarawak », Malaysian Rating Corporation Berhad,
  22. (en) « About Sarawak > Transport and Infrastructure », Portail officiel du gouvernement de l'état de Sarawak (consulté le 2 décembre 2017)
  23. K. G. Tregonning, A History of Modern Sabah (North Borneo, 1881–1963), Université de Singapore, (lire en ligne)
  24. (en) « About Sarawak > Demographics > Sarawak Population », Portail officiel du gouvernement de l'état de Sarawak (consulté le 2 décembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :