Mouvement populaire de libération de l'Angola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis MPLA)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouvement populaire de libération.
Mouvement populaire de libération de l'Angola
Movimento Popular de Libertação de Angola (pt)
Image illustrative de l'article Mouvement populaire de libération de l'Angola
Logo officiel.
Présentation
Président José Eduardo dos Santos
Fondation
Siège Luanda, Angola
Journal Jornal de Angola
Idéologie social-démocratie

Avant: communisme, marxisme-léninisme

Affiliation internationale Internationale socialiste
Site web http://www.mpla-angola.org/

Le Mouvement populaire de libération de l'Angola, en portugais : Movimento Popular de Libertação de Angola, est un parti politique angolais. Il participe à la guerre d'indépendance qui s'achève en 1975 et dirige ensuite la République populaire d'Angola. Il est notamment en conflit avec l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) et le Front national de libération de l'Angola (FNLA).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est fondé à Luanda en 1956 pour lutter en faveur de la libération nationale de l'Angola par des jeunes intellectuels formés à Lisbonne : Agostinho Neto, Lúcio Lara, Mario de Andrade (angolais), Marcelino dos Santos (mozambicain) et Amilcar Cabral (capverdien)[1]. La guerre d'indépendance, où la métropole portugaise doit aussi combattre l'UNITA et le FNLA, aboutit à la proclamation de l'indépendance du pays le [2].

De 1975 à 1992, le MPLA gouverne en tant que parti unique de la République populaire d'Angola, sous la présidence d'Agostinho Neto auquel succède en 1979 José Eduardo dos Santos. Dès l’indépendance, tandis que le MPLA soutenu par le bloc de l’Est et Cuba accède au pouvoir, une guerre civile l'oppose à l’UNITA soutenue par les États-Unis, l’Afrique du Sud et le Zaïre. Elle s'achève en 2002 avec la disparition au combat de Jonas Savimbi, le dirigeant historique de l’UNITA[2].

Il est membre de l'Internationale socialiste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Davezies, « Les mouvements de libération angolais sont affaiblis par leurs propres divisions », Le Monde diplomatique,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  2. a et b « MPLA », sur larousse.fr (consulté le 27 février 2017).

Lien externe[modifier | modifier le code]