Alliance pour la paix et la liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alliance pour la paix et la liberté
Présentation
Président Roberto Fiore
Fondation février 2015[1]
Siège Square de Meeus 22, 1000 Bruxelles, Belgique
Positionnement Extrême droite
Idéologie Ultranationalisme[2]
Néofascisme
Néonazisme
Couleurs Noir
Site web apfeurope.com

L'Alliance pour la paix et la liberté (en anglais : Alliance for Peace and Freedom, APF) est un mouvement politique européen créé en 2015, rassemblant divers mouvements ultranationalistes en Europe. Son premier secrétaire général est Roberto Fiore, il en devient président en novembre 2015. Le bureau exécutif comporte deux vice-présidents Artemios Matthaiópoulos et Nick Griffin. Le nouveau secrétaire général est le Suédois Stefan Jacobsson.

Idéologie[modifier | modifier le code]

L'Alliance pour la paix et la liberté est qualifiée de néonazie par plusieurs journaux[3],[4],[5], et de néofasciste par d'autres[5],[6].

Le groupe se distingue des autres groupes d'extrême droite par son discours ultranationaliste décomplexé. Le groupe œuvre pour la dissolution de l'Union européenne, qu'il juge comme un obstacle à l'Europe des nations, et pour la pérennité et la sauvegarde des traditions européennes « ancestrales » telles que la tradition chrétienne[7].

Membres[modifier | modifier le code]

L'APL est composée des partis suivants[1] :

Mouvements affiliés[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « How the European far right became mainstream », sur Politico, (consulté le 8 janvier 2016).
  2. (en) « The Kremlin ‘hosts’ the European extreme right | OSW », sur www.osw.waw.pl, (consulté le 21 mai 2016).
  3. « Le Parlement européen finance une conférence néonazie », sur EurActiv.fr, (consulté le 21 mai 2016).
  4. Jean-Pierre Stroobants, « Des fonds européens pour un rassemblement de néonazis », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  5. a et b (it) « 600mila euro ai neofascisti di Fiore, Parlamento Ue lancia procedura per bloccare i fondi », sur Repubblica.it, (consulté le 21 mai 2016).
  6. (en) « Manfred Weber calls for defunding of 'neo-fascist' political group », sur politico.eu, (consulté le 21 mai 2016).
  7. (en) « Statement of Principles », sur apfeurope.com (consulté le 16 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]