Élections législatives allemandes de 1871

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives allemandes de 1871
3 mars 1871
Type d’élection élection parlementaire
Participation
52 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti national-libéral
30,1 %
Sièges obtenus 119
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Zentrum
18,6 %
Sièges obtenus 60
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti conservateur
14,1 %
Sièges obtenus 53
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti conservateur libre
8,9 %
Sièges obtenus 39
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti progressiste
8,8 %
Sièges obtenus 45
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti libéral impérial
7,2 %
Sièges obtenus 30
Résultats par circonscription
Carte

Les élections législatives allemandes de 1871 permettent d'élire pour la première fois les députés du Reichstag de l'Empire allemand. Elles se déroulent le . Les électeurs potentiels que sont les hommes allemands de plus de 25 ans sont au nombre de 7,65 millions, soit 19,4 % de la population totale. Les militaires, ainsi que d'autres groupes en sont exclus. La participation est d'environ 51 %.

La paix de Francfort n'ayant pas encore été signée entre la France et l'Allemagne, les citoyens du Land d'Alsace-Lorraine ne peuvent pas voter et ne sont pas non plus représentées lors de ces élections.

En obtenant 202 sièges sur les 382 que compte l'assemblée, les libéraux sont les grands vainqueurs de ce scrutin. Ils sont toutefois divisés en plusieurs partis et groupes parlementaires.

Le parti le plus représenté est le parti national-libéral qui soutient la politique du chancelier impérial Otto von Bismarck. La législature qui suit est entre autres marquée par la loi Miquel-Lasker, du nom de deux membres de ce parti, qui étend les compétences de l'Empire à l'ensemble des droits civiques.

Résultats[modifier | modifier le code]

Famille politique Parti Voix Sièges[1]
en million en % en nb en %
Conservateur Conservateur 0,549 14,1 %  53 13,9 %
Conservateur libre 0,346   8,9 %  39 10,2 %
Autres conservateurs n/a   n/a   3   0,8 %
Libéraux Droit Libéral impérial 0,281   7,2 %  30   7,9 %
National-libéral 1,171 30,1 % 119 31,1 %
autres libéraux n/a n/a   6   1,6 %
Gauche Progressiste 0,342   8,8 %  45 11,8 %
Populaire 0,019   0,5 %    1   0,3 %
Catholique Zentrum 0,724 18,6 %  60 15,7 %
Socialiste Sociaux-démocrates (SDAP) 0,124   3,2 %    2   0,5 %
Association générale des travailleurs allemands    - -
Minorités nationales Welf 0,052   1,4 %    7   1,8 %
Polonais 0,176   4,5 %  14   3,7 %
Danois 0,025   0,7 %    1   0,3 %
Divers 0,079   2,0 %    21)   0,5 %
Total 3,888 100 % 382 100 %

1) Particulariste du Schleswig-Holstein

Dans d'autres ouvrages on peut trouver des chiffres légèrement différents pour le nombre de sièges attribué aux libéraux impériaux, au Zentrum et aux Welf. Le député conservateur libre et catholique Franz Künzer élu pour la circonscription Breslau 12, est ainsi classé avec le Zentrum dans certaines parutions. De même les députés Welf Lenthe, pour la circonscription Hanovre 9, et Fischer, pour la circonscription Hanovre 12, sont parfois également comptés avec Zentrum.

Groupes parlementaires[modifier | modifier le code]

Lors de ces premières élections, certains députés ne rejoignent pas le groupe parlementaire de leur parti et restent donc indépendants. Les différents groupes parlementaires ont les effectifs suivants [2] :

National-libéral 116
Zentrum 57
Conservateur 50
Progressiste 44
Conservateur libre 38
Libéral impérial 29
Polonais 13
Indépendants 29
Mandats vacants 6

Les changements de groupes parlementaires au cours de la législature modifient les rapports de force.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) A. Phillips (dir.), Historisch-Politisches Jahrbuch, (lire en ligne)
  2. (de) « Deutscher Parlaments-Almanach 1871 », sur Münchener Digitalisierungszentrum (consulté le 29 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Gerhard Stoltenberg, Der Deutsche Reichstag 1871–1873, Düsseldorf, Droste Verlag,

Liens externes[modifier | modifier le code]