Élections législatives allemandes de 1930

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une élection ou un référendum
Cet article est une ébauche concernant une élection ou un référendum.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Précédent 1928 Drapeau de l'Allemagne Juil. 1932 Suivant
Élections législatives allemandes de 1930
577 sièges du Reichstag
Type d’élection  législatives
Électorat et résultats
Votants 34 956 471
Otto Wels.jpg
Parti social-démocrate – Otto Wels
Voix 8 575 244
  
24,5 %
Sièges obtenus 143
Bundesarchiv Bild 183-S33882, Adolf Hitler (cropped).jpg
Parti national-socialiste – Adolf Hitler
Voix 6 379 672
  
18,3 %
Sièges obtenus 107
Bundesarchiv Bild 102-12940, Ernst Thälmann (scrap).jpg
Parti communiste – Ernst Thälmann
Voix 4 590 160
  
13,1 %
Sièges obtenus 77
Ludwig Kaas Konkordatsunterzeichnung mini.jpg
Parti du centre – Ludwig Kaas
Voix 4 127 000
  
11,8 %
Sièges obtenus 68
Bundesarchiv Bild 183-2005-0621-500, Reichsminister Alfred Hugenberg.jpg
Parti national du peuple allemand – Alfred Hugenberg
Voix 2 457 686
  
7,0 %
Sièges obtenus 41
Chancelier fédéral
Sortant
Élu

Les sixièmes élections fédérales allemandes se sont déroulées le 14 septembre 1930, sous la République de Weimar. Le nombre de sièges à pourvoir au Reichstag est passé de 491 en 1928 à 577 sièges. Le SPD, qui reste le premier parti du pays, perd du terrain, tandis que le parti nazi (national-socialiste) réalise une percée en passant de 12 à 107 sièges.

Contexte[modifier | modifier le code]

Alors que sévit la crise économique qui fait suite au Krach de 1929, le chancelier Brüning en poste depuis le 28 mars 1930 doit, pour équilibrer le budget, proposer de nouveaux impôts et notamment l'impôt par tête ce qui lui aliène les partis de gauche (SPD et KPD) mais aussi une majorité des députés nationalistes. Le budget est rejeté par le Reichstag et le chancelier réplique par la dissolution de l'Assemblée et un passage en force par décrets[1].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les élections sont marquées par l'essor du NSDAP et la prolifération des petits partis qui représentent 14 % des suffrages.

Parti Suffrages exprimés Sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 24,5 % -5,3 % 143 -10
Parti national-socialiste (NSDAP) 18,3 % +15,7 % 107 +95
Parti communiste d'Allemagne (KPD) 13,1 % +2,5 % 77 +23
Parti du centre (Z) 11,8 % -0,3 % 68 +7
Parti national du peuple allemand (DNVP) 7,0 % -7,3 % 41 -32
Parti populaire allemand (DVP) 4,5 % -4,2 % 30 -15
Parti du Reich des classes moyennes allemandes (WP) 3,9 % -0,6 % 23 +/-0
Parti démocrate allemand (DStP) 3,8 % -1,0 % 20 -5
Christlich-Nationale Bauern- und Landvolkpartei (CNBL) 3,1 % +1,2 % 19 +10
Parti populaire bavarois (BVP) 3,0 % -0,1 % 19 +2
Christlich-Sozialer Volksdienst (CSVD) 2,5 % - 14 +14
Parti des fermiers allemands (DBP) 1,0 % -0,6 % 6 -2
Parti populaire conservateur (KVP) 0,8 % - 4 +4
Parti populaire de droite 0,8 % -0,8 % 0 -2
Ligue agricole 0,6 % -0,1 % 3 +/- 0
Parti allemand hanovrien (DHP) 0,4 % -0,2 % 3 -1
Autres 0,9 % -0,8 % 0 -2
Totaux 100,0 % 577 +86

Conséquences[modifier | modifier le code]

Malgré l'échec électoral, Brüning poursuit sa politique de rigueur budgétaire déflationniste en gouvernant par décrets d'urgence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Baechler, L'Allemagne de Weimar 1919-1933, Fayard 2007, p. 314-3146