Les Sept Boules de cristal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Sept Boules de cristal
13e album de la série Les Aventures de Tintin
Image illustrative de l'article Les Sept Boules de cristal

Auteur Hergé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Tintin
Milou
Capitaine Haddock
Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Lieu de l’action Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de la France France

Éditeur Casterman
Première publication 1948
Nb. de pages 62

Prépublication Le Soir (début)
Tintin (fin)
Albums de la série Les Aventures de Tintin
Précédent Le Trésor de Rackham le Rouge Le Temple du Soleil Suivant

Les Sept Boules de cristal est le treizième album de bande dessinée des aventures de Tintin, prépublié en noir et blanc du 16 décembre 1943 au 2 septembre 1944 dans les pages du Soir, puis en couleur à partir du 26 septembre 1946 dans les pages du journal Tintin, cette prépublication se confondant avec celle de l'album suivant: Le Temple du Soleil. L'album en couleur est paru en 1948.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Momie sud-américaine

De retour d'Amérique du Sud, les sept membres d'une expédition consacrée aux Incas sont victimes, les uns après les autres, d'une malédiction et plongés dans une profonde léthargie de laquelle il semble impossible de les sortir. Chaque fois, on retrouve près d'eux les éclats d'une petite boule de cristal. Tintin cherche à élucider l'affaire et à protéger les membres de l'expédition…

Malgré les efforts de Tintin, six des membres de l'expédition finissent dans un état de léthargie. Les victimes de la malédiction de Rascar-Capac sont par ordre chronologique Sanders-Hardmuth, Clairmont, Laubépin, Cantonneau, Charlet, Hornet.

Par la suite, Tintin, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol se rendent chez le professeur Bergamotte, le dernier membre encore indemne et ami d'étude de Tournesol. La momie de Rascar Capac rapportée du Pérou se trouve dans sa maison.

Pendant une nuit d'orage, une boule de feu s'introduit dans la maison et fait disparaître la momie. Le professeur Bergamotte est victime à son tour de la malédiction et Tournesol est enlevé après s'être paré du bracelet de la momie. Tintin et Haddock se lancent à sa recherche et partent bientôt pour l'Amérique du Sud. L'histoire continue dans l'album Le Temple du Soleil.

Notes[modifier | modifier le code]

Paul Cantonneau, l'un des sept explorateurs frappés par la malédiction, faisait partie de l'expédition maritime dans l'album L'Étoile mystérieuse. Autre clin d’œil à cette aventure, Tintin propose au Capitaine Haddock de se rendre à La Rochelle pour y saluer le Capitaine Chester. Ce personnage fait son apparition dans L’Étoile mystérieuse, lorsque l'Aurore doit faire le plein de carburant.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

L'allusion aux déboires allégués de l'équipe des découvreurs de la tombe de Toutânkhamon (voir l'article sur la « malédiction du pharaon ») est claire dans cet ouvrage. En effet, plusieurs membres de l'équipe d'archéologues ayant exhumé la momie du pharaon Toutânkhamon sont décédés quelques années après la découverte, notamment Lord Carnarvon, l'illustre commanditaire des fouilles. Agatha Christie s'était déjà inspiré de ce mystère pour écrire L'Aventure du tombeau égyptien en 1923[1]. D'ailleurs en prenant le train pour Moulinsart au début de l'histoire, Tintin discute avec un vieil homme qui fait allusion à la malédiction de Toutânkhamon pour expliquer le mal mystérieux qui vient de frapper le professeur Sanders-Hardmuth.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Prépublication[modifier | modifier le code]

Libération de Bruxelles par les Britanniques, 4 septembre 1944.

L'histoire fut pré-publiée dans le journal Le Soir "volé" (la publication fut relancée après l'invasion de la Belgique de mai 1940 par les Allemands, contre la volonté des propriétaires du journal) à raison de 152 strips quotidiens entre le 16 décembre 1943 et le 3 septembre 1944. La mauvaise santé d'Hergé l'obligeant à sauter quelques jours ici et là. L'interruption finale fut causée par l'entrée de l'armée alliée dans Bruxelles entrainant donc la suspension des activités du Soir. L'histoire s'arrête approximativement à la séquence où Tintin visite l'hôpital, immédiatement au lendemain de l'enlèvement du professeur Tournesol. En lisant la gazette où les évènements de l'enlèvement sont relatés, Tintin fonce dans le Général Alcazar, qui l'informe de la disparition de Chiquito. Alcazar reconnaît également la personne que Tintin lui décrit comme étant son complice. La séquence se termine avec Tintin entraînant Alcazar au commissariat de police. La séquence suivante ne fut jamais achevée. Le brouillon nous permet toutefois de constater que l'histoire se serait poursuivie comme dans la séquence où le capitaine reçoit le coup de téléphone de la police de Saint-Nazaire.

Les journalistes ayant continué d'exercer sous l'occupation allemande se voyaient frappés d'une interdiction de publication. Ainsi, l'aventure se fige pendant deux ans. Hergé reprend son histoire le 26 septembre 1946 dans le premier numéro de l'hebdomadaire Tintin. Il bénéficie de meilleures conditions de publication, avec le passage au format dit « à l'italienne », une qualité de papier supérieure et des pages en couleur[2].

Cette première version est cependant publiée de nouveau sous la forme d'un album le 12 mars 2014 sous le titre "La Malédiction de Rascar Capac"[3]

Version animée[modifier | modifier le code]

Comédie musicale[modifier | modifier le code]

Les Sept Boules de cristal et Le Temple du Soleil ont été adaptés en une comédie musicale, Tintin - Le Temple du Soleil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Hamilton & Paterson Carol Andrews, Mummies: Death and Life in Ancient Egypt, Collins,‎ 1978 (ISBN 0-00-195532-2), p. 196
  2. L'Œuvre Intégrale d'Hergé Tome 7, Éditions Rombaldi, page 9.
  3. Un Tintin inédit en librairie 30 ans après la mort d'Hergé, La Dernière Heure, le 12 mars 2014

Lien externe[modifier | modifier le code]